Bienvenue sur le site de l'Ambassade d'Algérie à Tachkent ✍ Rue Tafakkur 1er passage N:41 Tachkent 100070 ✍ TEL: 998-71-281-50-54; 281-55-65 ✍ Fax: 998-71-120-61-80 ✍ ambassade@algerie.uz


Haut


ALGER - Un Projet de Décret exécutif relatif à l'agriculture et au développement rural et des communications sur la numérisation du secteur de la solidarité nationale et les mesures prises pour l'Amélioration de l'alimentation en Eau Potable (AEP) durant l'été ont focalisé mercredi les travaux de la réunion du Gouvernement, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

Cette réunion, présidée par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, par visioconférence, a été consacrée à l’examen d’un Projet de Décret exécutif relatif au secteur de l’agriculture et du développement rural, outre la présentation de deux communications relatives à la numérisation du secteur de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, ainsi que l’alimentation en eau potable et les mesures prises pour cet été par le ministère des Ressources en eau, précise le communiqué.

Le Gouvernement a ainsi entendu un exposé du Ministre de l’Agriculture et du développement rural relatif à la présentation d’un projet de décret exécutif portant création d’un Organe de coordination de la lutte contre la désertification et de la relance du Barrage vert.

Il a, à cette occasion, adopté le projet de décret exécutif portant création d’un organe de coordination de la relance du Barrage vert et de la lutte contre la désertification. Ce projet de texte entre dans le cadre de la relance et la réhabilitation du Barrage vert, avec la mise en place d’un dispositif permanent chargé de la préparation, la concrétisation et du suivi permanent de cette opération.

Cet Organe de coordination est pensé comme un catalyseur dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation du programme d’action national de la lutte contre la désertification et l’atténuation de la sécheresse et la relance du Barrage vert. Il s’inscrit, notamment, dans la politique de décloisonnement sectoriel décidé par le Gouvernement en vue d’assurer la cohérence nécessaire, dans l’élaboration et la gestion des politiques publiques. Cette lutte contre la désertification est, précise-t-on, en réalité une lutte contre la pauvreté, à travers la protection des ressources naturelles, l’adaptation aux changements climatiques, le développement rural intégré et la promotion de l’économie forestière au profit d’un développement local durable, base de toute sécurité alimentaire.

Le Gouvernement a également entendu une communication de la Ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, portant sur la numérisation du secteur.

La numérisation, en cours, du secteur de la solidarité, de la famille et de la condition de la femme, est présentée comme une des actions stratégiques du gouvernement visant à améliorer les performances du service public, en créant de nouveaux modèles de travail basés sur l’optimisation de l’utilisation des nouvelles technologies pour le recensement des catégories vulnérables de la société et veiller à leur assurer leurs droits avec des conditions de gestion administratives et financières satisfaisantes.

Le Gouvernement a aussi entendu une communication du Ministre des Ressources en eau sur la situation de l’alimentation en eau potable, ainsi que les mesures prises pour cet été.

A l’issue de l’exposé, le Premier Ministre a rappelé que la disponibilité permanente de l’eau au niveau de toutes les communes du pays doit être au cœur des actions du secteur des ressources en eau, des autorités locales et des établissements chargés de l’exploitation et de la gestion de cette ressource, ajoute le communiqué des services du Premier Ministre.

Dans ce cadre, des instructions fermes ont été données pour la sécurisation de l’alimentation de la population en eau potable durant cette période estivale et de crise sanitaire, en veillant notamment à la réalisation des actions urgentes suivantes :

- Le renforcement du dispositif particulier mis en place pour répondre favorablement et sans délai, à toutes les préoccupations des citoyens en matière de disponibilité de l’eau.

- Ce dispositif doit être appuyé par la mise en place de plans de veille et d’interventions au niveau de chaque commune pour faire face à toutes coupures et perturbations en matière d’alimentation en eau potable, y compris le recours au citernage. - Le renforcement de la sécurisation des grands équipements et installations indispensables pour la distribution de l’eau potable.

La Compagnie nationale des Hydrocarbures Sonatrach et le Groupe italien Eni: Signature de plusieurs Accords de coopération principalement dans le secteur gazier. (APS, 01/07/2020)


La Compagnie nationale des Hydrocarbures Sonatrach et le groupe italien Eni ont signé mercredi à Alger plusieurs accords de coopération dans le secteur du gaz et un mémorandum d’entente portant sur les possibilités d’investissement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures.

En présence du Ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar et des P-dg des deux compagnies respectivement MM.

Toufik Hakkar et Claudio Descalzi, les deux parties ont signé un mémorandum d’entente (MoU) pour identifier les possibilités d’investir conjointement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures en Algérie dans le cadre de la nouvelle Loi sur les hydrocarbures.

Le MoU couvre aussi l’examen des opportunités d’exploration et de production à l’international.

Il a été également procédé à la signature de trois (03) accords gaz portant sur la commercialisation par Sonatrach, pour le compte des parties, du gaz sec issu des périmètres Ourhoud II, Sif Fatima II et Zemlet El Arbi, d’un volume annuel de près de 1,5 milliards m3, et ce jusqu’en 2049.

De plus, un avenant du contrat de vente de gaz signé entre Sonatrach et Eni, fixant les conditions commerciales pour l’année gazière 2020-2021.

Ledit contrat, datant de 1977, a été renouvelé en mai 2019 pour l'approvisionnement du marché italien pour une durée de huit (8) années fermes jusqu'en 2027, plus deux années optionnelles supplémentaires.

Lors d'un point de presse en marge de cette cérémonie de signature, le ministre de l'Energie a salué la poursuite des relations de partenariat entre les deux groupes énergétiques rappelant qu'Eni possède plus de 12 contrats de coopération avec Sonatrach dans l'exploration et l'exploitation.

"C'est (Eni, Ndlr) un partenaire historique et de premier plan pour l'Algérie dans le secteur de l'énergie", a réaffirmé M. Attar, soulignant l'intérêt de développer la coopération entre les deux parties dans les secteurs de l'amont, de l'aval et en matière de commercialisation dans un intérêt commun.

Signature de plusieurs accords de coopération principalement dans le secteur gazier

Pour le P-dg de Sonatrach, le MoU permettra de renforcer les relations entre les deux parties dans les domaines de l'exploration et de l'exploitation en Algérie.

"Il y a beaucoup d'opportunités que nous devons examiner ensemble. Il s'agira également d'évaluer les opportunités à l'international et de développer les projets d'énergie solaire au niveau des gisements de l'association Sonatrach-Eni", a indiqué M. Hakkar.

Pour M. Descalzi, malgré la conjoncture internationale du secteur énergétique qui a nécessité la baisse des investissements de la compagnie italienne de près de 35 %, "Eni a décidé de continuer et de rester avec un budget intégral en Algérie".

"Cela montre que nous travaillons bien avec nos associés en terme de temps, de procédures", a estimé le représentant italien.

Selon un communiqué de Sonatrach, "cette rencontre confirme la volonté des deux parties de développer leur partenariat dans divers segments de l'industrie pétrolière et gazière ainsi que dans le domaine des énergies renouvelables".

Des études pour la réalisation de nouveaux projets de centrales photovoltaïques à l'instar de celui réalisé au niveau du site de production de BRN, seront incessamment entamés, selon le même document.

Covid-19/ Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad : La loi sera appliquée avec fermeté contre quiconque incite au non-respect des mesures préventives. (APS, 30/06/2020)


TINDOUF- Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a souligné, mardi dans la wilaya de Tindouf, que les lois de la République seront appliquées avec "fermeté" contre ceux qui incitent au non-respect des mesures préventives contre la propagation du coronavirus.

"Il appartient à l'Etat d’adopter le moyen de coercition et d'appliquer avec fermeté les lois de la république (...) nous ne tolérons pas que des personnes malintentionnées cherchent à semer le chaos", a affirmé M. Djerad lors de l’inspection d’un centre médical à Tindouf dans le cadre de sa visite de travail dans cette région frontalière.

M. Djerad a soutenu que "des personnes, vivant hors de l’Algérie, incitent les jeunes à renoncer à la prévention et la protection et à sortir sans masque sanitaire", avant de marteler que "la conscience et la responsabilité constituent la pierre angulaire dans tous les efforts conjugués pour la lutte contre la pandémie du Covid-19".

"Nous avons constaté, en dépit des efforts déployés par l’Etat et des moyens de sensibilisation qu’il existe deux catégories de citoyens, l’une a fait preuve de responsabilité dans la lutte contre cette pandémie et l’autre manifeste une indifférence et a contribué à la recrudescence de la pandémie notamment ces dernières semaines", a regretté le Premier ministre.

Après avoir déploré les décès par le Coronavirus, M. Djerad a déclaré que les personnes qui rejettent les mesures préventives, dont le port du masque sanitaire, sont indirectement responsable de l’augmentation des cas contaminés et même des décès par le coronavirus.

"La solidarité doit prévaloir en cette conjoncture pour nous protéger et prévenir les autres", a encore soutenu M. Djerad.

Le Premier Ministre a, par ailleurs, souligné que le gouvernement œuvre "sans relâche, en coordination avec le corps médical, le mouvement associatif et tous les responsables, à protéger l'Algérie", avant de réitérer que "les cadres de la santé ont prouvé, aujourd’hui encore, que le pays dispose de toutes les compétences et ressources humaines capables de prémunir le citoyen de la pandémie et protéger la société de ses répercussions".

Le Premier Ministre a, sur site, suivi un exposé sur le contrôle à l’entrée et à la sortie des citoyens de la région et la prise en charge des cas suspects du Covid-19, avant de se rendre à l’hôpital "Si El-Houas" où il a pris connaissance de la carte sanitaire de la région et de la situation épidémiologique afférente à la pandémie du Covid-19.

M. Djerad a, à cette occasion, indiqué que la pandémie "est une épreuve pour l’humanité", et qu'il nous appartenait "d’en tirer un fort enseignement et de relever le défi".

"L’Etat a depuis l’apparition du Coronavirus, pris, sous la conduite du Président de la République, toutes les mesures nécessaires pour asseoir un dispositif et une gouvernance ayant permis de cerner la pandémie", a fait savoir le Premier Ministre, saluant le corps médical et paramédical qui s’est mobilisé pour faire face à cette situation, de même que l’administration locale et les institutions de l’Etat et les corps de sécurité et constitués qui "s’y sont impliqués".

Il a mis à profit cette occasion pour rendre un grand hommage aux corps de sécurité, police et gendarmerie nationale, et à l'Armée Nationale Populaire (ANP), ayant conjugué leurs efforts et travaillé "main dans la main" sous le signe de "Khawa-Khawa" (fraternité).

Il a également salué tous les citoyens impliqués dans la lutte contre le Coronavirus, dont les associations de quartiers, les sapeurs-pompiers, les membres du Croissant rouge algérien qui ont "prouvé une cohésion sociale inébranlable", a-t-il dit.

Il a, dans ce cadre, appelé les citoyens à faire preuve de responsabilité de se protéger et de protéger leurs concitoyens, car, a-t-il dit "il en incombe à chacun la responsabilité devant autrui et devant Dieu".

Le Premier Ministre est accompagné, lors de sa visite à Tindouf, d’une importante délégation ministérielle.

Conseil de la Nation: La loi portant institution du 8 Mai, Journée nationale de la mémoire adoptée à l'unanimité. (APS, 30/06/2020)


ALGER- Les membres du Conseil de la Nation ont adopté mardi après-midi le texte de loi portant institution du 8 mai Journée nationale de la mémoire.

L'adoption à l’unanimité de ce texte de loi (106 voix sur 144) s’est déroulée lors d’une plénière présidée par M. Salah Goudjil, président par intérim du Conseil, en présence du Ministre des Moudjahidines et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni et de la ministre des Relations avec le Parlement, Bessma Azouar.

A cette occasion, M. Zitouni a adressé ses félicitations au peuple algérien pour "cet grand acquis", rappelant que les massacres du 8 mai étaient "une étape historique importante, autrefois dans la case de l’oubli, qui nous rappellent les grands sacrifices du peuple algérien".

A noter que les sénateurs avaient soulevé, lundi lors du débat autour de ce texte de loi, nombre de préoccupations, tout en s’interrogeant sur le sort du dossier de la criminalisation du colonialisme, d’ailleurs devenu "une revendication populaire".

Les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) avaient, eux, adopté la semaine passée ce projet de loi, en y introduisant huit (8) amendements et deux (2) propositions parmi les recommandations qui seront soulevées aux parties concernées.

Lutte contre la propagation du coronavirus : Reconduction jusqu’au 13 juillet du dispositif de réaménagement du confinement. (APS, 29/06/2020)


Après consultation du comité scientifique et de l’autorité sanitaire et revue de la situation épidémiologique qui fait ressortir une recrudescence de la vitesse de propagation de l’épidémie, durant les deux dernières semaines dans certaines wilayas du pays et après accord du Président de la République, le Premier Ministre a arrêté une série de dispositions visant à renforcer la démarche progressive et flexible adoptée, adossée à un meilleur ciblage des mesures restrictives préconisées dans la gestion de l’urgence sanitaire liée au Covid-19.

Cette approche est appelée à s’appuyer davantage sur l’échelon local à travers son implication plus forte dans le processus d’évaluation et de prise de décisions en matière de mesures de confinement ciblé et de suspension temporaire des activités qui ne respectent pas les protocoles sanitaires, devenant ainsi des vecteurs accélérateurs de la propagation du virus.

Ainsi, il est décidé de ce qui suit :

1. La reconduction jusqu’au 13 juillet 2020 du dispositif actuel de réaménagement du confinement à domicile prévu par le décret exécutif n° 20-159 du 13 juin 2020, qui prévoit la levée du confinement à domicile pour dix-neuf wilayas et l’instauration d’un confinement à domicile de 20h00 au lendemain 05h00 du matin pour 29 autres wilayas, à savoir :

Boumerdès, Souk-Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipasa, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat, El Oued.

Toutefois, Mesdames et Messieurs les walis doivent, lorsque la situation sanitaire l’exige et après aval des hautes autorités du pays, procéder au confinement partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs localités, communes ou quartiers connaissant des foyers ou des clusters de contamination.

Il est fait obligation aux walis, chefs de daïra, présidents d’APC de décider de mesures supplémentaires applicables localement, en fonction de la situation sanitaire de la wilaya et d’entamer les visites régulières et permanentes des centres hospitaliers pour examiner la situation exacte dans lesquels ils se trouvent et rendre compte quotidiennement aux autorités sanitaires. Toute défaillance qui n’est pas signalée entraînera des sanctions à l’égard des responsables de ce dysfonctionnement.

2. La suspension, pour une durée de 15 jours dans les wilayas qui connaissent une circulation active du virus, des activités suivantes :

- les marchés et souks hebdomadaires ;

- les marchés à bestiaux ;

- les centres commerciaux et les lieux de concentration de commerces.

3. Les autorités locales et les services de sécurité ont été instruits à l’effet d’appliquer, avec toute la rigueur et la fermeté nécessaires, les sanctions prévues par la loi et les règlements en vigueur y compris la verbalisation, la mise en fourrière et la formalisation des procédures judiciaires appropriées, à l’encontre de tout contrevenant aux mesures de prévention sanitaire. Les services du ministère du Commerce sont dans l’obligation de procéder à des actions de contrôle au niveau de certains commerces de quartiers et de marchés, accompagnés de la force publique, pour la fermeture immédiate du commerce, le retrait du registre de commerce ainsi qu’une sanction pécuniaire et dissuader tout comportement contraire aux lois et règlements en vigueurs.

Il s’agit d’exiger des commerçants le respect des protocoles de prévention sanitaire, notamment l’obligation du port de masque et la distanciation physique pour toute personne qui accède à l’espace commercial.

Il s’agira également de veiller particulièrement à :

- l’interdiction formelle de tout type de rassemblement et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision, qui constituent actuellement des facteurs aggravants de la propagation de la pandémie ;

- la verbalisation systématique de tout contrevenant à la mesure du port obligatoire du masque et le respect des horaires de confinement

. - la réinstauration de l’obligation du port obligatoire du masque dans les véhicules particuliers, que ce soit pour le conducteur ou les autres passagers.

4. Le renforcement de la surveillance épidémiologique par la conduite d’enquêtes approfondies, notamment à l’endroit des cas contacts, à l’effet de casser la chaîne de propagation des contaminations. Dans ce cadre, les moyens humains et matériels nécessaires pour la conduite de ces enquêtes seront dégagés à travers la mise à disposition du ministère de la santé de moyens de transport terrestre et aérien pour agir de façon rapide et efficace afin de régler les problèmes qui se posent à travers toutes les wilayas du pays

- la constitution de stock stratégique de tests de prélèvement et de diagnostic PCR pour les semaines à venir ;

- l’extension du réseau de laboratoires d’analyse y compris par le recours au secteur privé ;

- la mise en place au plan local, d’équipes multidisciplinaires d’enquêtes épidémiologiques pour assurer une meilleure coordination des enquêtes sur le terrain.

- la mise à la disposition des directions de la santé et de la population des wilayas d’infrastructures hôtelières pour réunir les meilleures conditions d’hébergement pour le personnel médical aux fins de récupération et éventuellement pour le confinement.

5. La multiplication des campagnes de désinfection des espaces et lieux publics à travers toutes les wilayas.

6. L’intensification des campagnes de communication et de sensibilisation des citoyens au niveau des quartiers en mobilisant les associations et les comités de quartiers pour faire prendre conscience aux citoyens le respect des protocoles sanitaires qui demeurent en vigueur, à savoir, le respect des mesures d’hygiène et des gestes barrières, le port du masque obligatoire et la distanciation physique. Le seul objectif pour les pouvoirs publics et la population, reste la lutte pour vaincre cette pandémie et protéger les vies des Algériennes et des Algériens.

La surveillance quotidienne de la capacité de nos infrastructures hospitalières à faire face aux flux liés à la pandémie, fera l’objet d’un suivi sur la base des enquêtes épidémiologiques.

Cette nouvelle étape dans la gestion de la crise sanitaire que connait notre pays, repose d’abord sur la conscience et le sens de responsabilité des citoyens, qui doivent prendre leur responsabilité et faire preuve d’une attitude exemplaire et solidaire et appliquer les mesures préconisée pour sauver les vies humaines.

Pandémie du coronavirus : L’Etat ne ménagera aucun effort pour rendre le vaccin disponible une fois découvert. (APS, 29/06/2020)


BLIDA - L’Etat ne ménagera aucun effort pour rendre le vaccin contre le nouveau coronavirus disponible en cas de sa découverte, a affirmé lundi à partir de Blida le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.

"Aucun pays n’est parvenu, jusqu’à l’heure, à la découverte du vaccin et l’Etat ne ménagera aucun effort pour le rendre disponible au profit du citoyen, en cas de sa découverte", a soutenu le ministre dans une déclaration à la presse, en marge d’une visite d'inspection d’un service dédié aux malades de la Covid-19, au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Franz Fanon.

M. Benbouzid a, en outre, réitéré l’engagement pris par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui avait assuré que "l’Etat se chargera de rendre le vaccin disponible, quelque soit son coût".

Le Ministre a relevé qu'il y a "une concurrence entre de nombreux Etats pour la découverte du vaccin", estimant que "l’opération pourrait prendre entre 18 à 30 mois".

Sur un autre plan, le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a recommandé l’impérative intensification des campagnes de sensibilisation en direction des citoyens. "C'est essentiel", a-t-il dit, soulignant que "rien ne peut se faire sans l’intensification de la sensibilisation et sans l'aide et accompagnement de la société".

Pour Abderrahmane Benbouzid, "il est normal que les Algériens soient inquiets. Car nous avons enregistré des morts, et c’est une source d’inquiétude".

Insistant sur la nécessité de "faire face aux informations erronées", car "certaines parties ont exploité la pandémie", le ministre a souligné que "ce qui nous inquiète, ce sont les informations erronées" ( ... ).

Toute personne ayant un problème utilise la Covid-19 pour exprimer son insatisfaction, au plan social, ou autre.. ", a-t-il déploré.

A ce propos, il a fait part de la diffusion de "nombreuses rumeurs sur des démissions collectives de staffs médicaux, au niveau de l’un des hôpitaux, outre la mise en ligne de vidéos et de photos de malades demandant assistance".

Un fait qui requiert, a dit le ministre, "de faire face, avec tous les moyens, contre ces informations mensongères". Les réseaux sociaux, a-t-il estimé, "ne reflètent pas nécessairement la réalité, car ils sont ouverts à n’importe qui".

Inflation: Un taux annuel de 1,9% à fin mai. (APS, 29/06/2020)


ALGER- Le taux d'inflation moyen annuel en Algérie a atteint 1,9% à fin mai dernier, a-t-on appris lundi auprès de l'Office National des Statistiques (ONS).

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel à mai 2020, qui est le taux d'inflation moyen annuel calculé en tenant compte de 12 mois, allant du mois de juin 2019 à mai 2020 par rapport à la période allant de juin 2018 à mai 2019.

La variation mensuelle des prix à la consommation, qui est l'évolution de l'indice du prix du mois de mai 2020 par rapport à celui du mois d'avril 2020, a connu une hausse de près de 1,0%, a indiqué l'Office.

En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont affiché une hausse de 2,1 %, avec un relèvement de près de 4% des produits agricoles frais.

Cette hausse des produits agricoles frais est due, essentiellement, à l'augmentation des prix de la viande de poulet (+33,7%), la pomme de terre (23,6) et les fruits frais avec +6,2%.

Par ailleurs, l'Office relève, des baisses de prix qui ont caractérisé certains produits, notamment les œufs (-8,8%) et les légumes frais (-0,1%).

Quant aux produits alimentaires industriels, les prix ont connu une hausse modérée de 0,2% durant le mois de mai dernier et par rapport au mois d'avril 2020, selon l'organisme des statistiques. Les prix des produits manufacturés ont augmenté de 0,2%, alors que ceux des services ont accusé une relative stagnation.

Par groupe de biens et de services, les prix des groupes "habillement chaussures" ont enregistré une hausse de 0,8%, ceux de la ""santé hygiène corporelle" ont cru de 0,2%) et ceux de "l'éducation culture loisirs" de 0,1%.

L'ONS relève, par ailleurs, que le reste des biens et services s'est caractérisé par des stagnations. Durant les cinq premiers mois de l'année en cours, les prix à la consommation, ont connu une hausse de 2,13%, malgré une baisse, de 0,5% des biens alimentaires , induite notamment par un recul de près de 1,4 des prix des produits agricoles frais.

Cette variation haussière enregistrée les cinq premiers mois de l'année en cours s'explique par des hausses de +0,3% des produits alimentaires industriels, de +4,9% des biens manufacturés et de +2,9% des services. En 2019, le taux d'inflation en Algérie avait atteint 2%.

Un Mémorandum d'entente pour exporter 20.000 T de rond à béton vers le Mali et le Niger. (APS, 29/06/2020)


ALGER- Un Mémorandum d'entente a été signé lundi entre la Société Algérian Qatari Steel en partenariat avec le groupe Sider, filiale du groupe IMETAL et la Société Tamaga, permettant l'exportation du 20.000 tonnes de rond à béton vers le Mali et le Niger, a indiqué le groupe IMETAL dans un communiqué.

D’une durée d’une année renouvelable, ce Mémorandum a été signé entre Algerian Qatari Steel (AQS) en partenariat avec le groupe Sider, filiale du Groupe IMETAL, et la société Tamaga (SARL), qui est une société de droit algérien, représentée par M. Souakri Azzedine, en sa qualité de co-gérant, pour l'exportation par voie maritime via le port de Djendjen (Jijel) de 20.000 tonnes de rond à béton vers les ports du Sénégal et du Bénin, pour être acheminées par la suite respectivement vers le Mali et le Niger, a précisé la même source.

Cette signature vient en application des orientations du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour redynamiser l'économie nationale en dépit de la pandémie liée au Covid-19, a-t-on ajouté.

"Ce Mémorandum non contraignant a pour objet d'étudier la faisabilité d’établir et de développer une éventuelle coopération économique bilatérale entre les deux parties, en vue de placer des commandes et de commercialiser les produits sidérurgiques", indique le communiqué.

"A travers la politique prônée par le P-dg du groupe Industriel IMETAL, M. Bouslama Tarik, qui tend à encourager l'opération d'exportation des produits sidérurgiques et métallurgiques pour la conquête de nouvelles parts de marché en Afrique, cette opération d'exportation aidera, sans doute à faire augmenter les réserves de change du pays’’, souligne encore la même source.

Communiqué du Conseil des Ministres. (APS, 28/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, Chef suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, a présidé ce dimanche la réunion périodique du Conseil des ministres, sanctionnée par un communiqué, dont voici la traduction APS:

"Le Conseil des Ministres a tenu ce dimanche, 28 juin 2020, sa réunion périodique par visioconférence sous la présidence de Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense nationale.

Le Conseil des Ministres a entamé ses travaux en observant une minute de silence à la mémoire du défunt Moudjahid, Belaîd Abdesslam, ancien Chef du Gouvernement.

Le Président de la République a ensuite souhaité la bienvenue aux nouveaux ministres avant de remercier les ministres sortants pour les efforts consentis dans l'accomplissement de leurs missions au service du pays, et de surcroit dans des conditions difficiles.

Le Conseil a écouté, par la suite, un exposé présenté par le Ministre de l'Energie sur la situation du raccordement des zones industrielles, des périmètres agricoles et autres investissements au réseau d’électricité et de gaz.

Des projets s’inscrivant dans le cadre de programmes inscrits au niveau des wilayas concernées et à fort impact sur le développement économique local.

Selon l’état des lieux, il existe 2726 demandes de raccordement de périmètres agricoles au réseau électrique, la majorité au sud du pays, dont 1010 opérations ont été réalisées et le reste en attente de mise en service, en cours de réalisation, en attente de règlement des coûts par l'opérateur, ou en cours d'examen.

Le programme global de raccordement à l'électricité comprend 50 zones industrielles, sachant que 44 sont gérées par les wilayas et 6 par l'Agence nationale d'intermédiation et de régulation foncière (ANIREF), une situation qui a engendré des contraintes nécessitant un réexamen du mode de gestion actuels de ces espaces.

S'agissant du raccordement à l'électricité et au gaz des investisseurs se trouvant en dehors des zones industrielles, il est enregistré, sur un total de 8818 projets d'investissement, 854 demandes de raccordement à l'électricité et 234 autres au gaz. En tête des entraves relevées en matière de raccordement à l'électricité et au gaz, figurent l'absence de passages pour les réseaux électriques, la non-conformité de la liste des bénéficiaires avec les personnes sur le terrain, la répartition des enveloppes financières avant la réalisation des études, des dysfonctionnements qui appellent à être corrigés très rapidement

. Après débat et approbation, le Président de la République a rappelé les précédentes instructions concernant le parachèvement immédiat des raccordements à l'électricité et au gaz, notamment dans le Sud afin de libérer les énergies gelées dans les secteurs de l'Industrie et de l'Agriculture, la création de postes d'emploi à même de renforcer la production et la résorption du chômage.

Le Président de la République a réitéré son refus des pratiques bureaucratiques qui privent des citoyens producteurs, notamment dans le monde de l'agriculture, du raccordement au réseau électrique pour ensuite leur mettre la pression pour le remboursement des crédits dans les délais.

Il a, à ce propos, donné des instructions pour faciliter les remboursements dans l’attente de l'entrée en production des périmètres agricoles et industriels concernés par le raccordement au gaz et en électricité et ordonné, par la même, l'élargissement des raccordements aux zones d'activités dans les wilayas intérieures au profit des artisans, et notamment dans le Sud, et des nouvelles agglomérations.

Par ailleurs, le Président de la République a tenu à adresser ses félicitations aux travailleurs de la raffinerie de Sidi Rezine à Alger pour leurs efforts en remplacement des spécialistes étrangers dans le projet en cours pour la production d'hydrocarbures en quantités permettant l'exportation prochaine de l'excédent.

Une position qui rappelle l’exploit historique des travailleurs et cadres de la Sonatrach qui ont su substituer les experts étrangers ayant tenté, par leur retrait, de provoquer l'arrêt de l’extraction du pétrole et du gaz et empêcher leur exportation, pour faire pression sur l’Algérie après la nationalisation de ses hydrocarbures en février 1971

. Par la suite, le Ministre des Travaux publics a pris la parole pour présenter un exposé sur le méga projet de construction du port du Centre à El Hamdania, dans la commune de Cherchell comprenant trois lots : le port, les zones logistiques et industrielles ainsi que la pénétrante et la voie ferrée, objets de l'ensemble des opérations de base effectuées depuis le lancement, en novembre 2012, de l'étude d’identification du site.

Réagissant à cet exposé, le Président de la République a rappelé les détails de ce dossier et les pertes occasionnées par son retard de réalisation à l’économie nationale en général, l’objectif stratégique de ce port étant le désenclavement des pays africains sans accès maritimes avec ce que cela implique en termes d’impulsion de la vie économique et de création d’emplois.

Il a, cet effet, instruit le Premier Ministre de prendre de nouveau contact avec le partenaire chinois et d’étudier le projet sur de nouvelles bases transparentes pour le soumettre une seconde fois au Conseil des ministres, dans un délai maximum de trois mois.

Par ailleurs, le Conseil des Ministres a suivi l’intervention du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, qui évoqué l’évolution de la situation sanitaire dans le pays, sous tous ses aspects, à la lumière de la recrudescence de la pandémie à l’échelle mondiale.

Il a expliqué que face à la hausse des cas de Covid-19, le Ministère à adopter, depuis le 10 juin en cours, une nouvelle stratégie basée, dans un premier temps, sur la réduction de la durée d'hospitalisation des patients à cinq (5) jours et la détermination, dans un second cas, des cas nécessitant une plus longue hospitalisation en fonction du degré de gravité et de complexité, en soumettant les cas asymptomatiques à un suivi médical en dehors de l’hôpital.

Les nouvelles dispositions ont permis de rajouter plus de 3.000 lits supplémentaires depuis le début du mois en cours, portant leur nombre total à 13.395 lits, outre l’augmentation des capacités et des moyens de traitement, par la mise à disposition de plus d’équipements de dépistage et de protection.

Le Ministre a fait état, en outre, de l’acquisition en cours de 252.000 tests PCR et deux (2) appareils de dépistage par PCR d’une capacité de 2.000 tests par jour chacun.

Il est également prévu l’importation de 20 millions de masques chirurgicaux pour maintenir le stock national, de 200.000 masques pour les personnels de santé travaillant dans des services COVID, lesquels équipements viendront s’ajouter aux quantités suffisantes de médicaments destinés au traitement des patients atteints de coronavirus, sachant que le stock des médicaments a été plusieurs fois doublé.

Le Ministre a conclu son intervention en proposant l’intensification des campagnes de sensibilisation avec un durcissements des sanctions à l’encontre les contrevenants, affirmant que la lutte contre la pandémie, en l’absence d’un vaccin, laisse toutes les hypothèses ouvertes, y compris l’éventualité d’un reconfinement partiel pour endiguer sa propagation.

Après approbation de l’exposé, le Président de la République a relevé avec amertume les comportements de certains citoyens qui veulent faire accroire aux autres que le Covid-19 n’est qu’un mythe à visées politiques, s’étonnant d’une telle irresponsabilité alors que les morts sont déplorés, chaque jour, par milliers à travers le monde, à commencer par les pays les plus développés.

Aussi, le Président de la République a-t-il ordonné le durcissement des sanctions à l’encontre de tous les contrevenants, individuellement ou collectivement, aux mesures de prévention.

Il a également instruit le Premier Ministre d'étudier les mesures à prendre avec le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus afin de décider des actions à entreprendre dans les prochains jours en vue de briser la chaîne de contamination et de circonscrire les foyers épidémiques.

De plus, le Président de la République a de nouveau demandé au Ministre de la santé de recourir à l’avion mis à la disposition de son département afin de se rendre immédiatement et à tout moment sur place pour vérifier les informations relatives à des insuffisances réelles ou fictives publiées ici et là, en vue de rassurer les citoyens, ou de couper court aux rumeurs et autres fausses informations.

Après avoir chargé le Ministre de la santé de l’établissement de statistiques des contaminations par wilaya et de leur traitement avec davantage de réalisme, le président de la République a souligné que la lutte contre la pandémie est une responsabilité collective (Etat, institutions, société civile et individus) à travers l’ensemble du territoire national car il y va, a-t-il dit, de la préservation de la santé et de l’intégrité du citoyen.

A cet égard, le Président de la République a ordonné le renforcement de la surveillance épidémiologique, du contrôle quotidien du fonctionnement des hôpitaux et du stock de matériels de dépistage.

En outre, il a ordonné le maintien de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes jusqu’à ce que Dieu nous libère de ce fléau.

Avant la levée de la séance, le Président de la République a donné des orientations à la nouvelle composante du Gouvernement, insistant sur la coordination entre leurs secteurs sous la supervision du Premier Ministre, le bannissement des sorties de parade sur le terrain.

L’objectif étant de regagner la confiance des citoyens, perdue du fait des fausses promesses et des pratiques négatives, et de construire l’Algérie nouvelle forte et juste, où le changement radical aura un sens réel et palpable, d’abord, dans le comportement et les actes du responsable à n’importe quel niveau de responsabilité, a-t-il souligné.

Le Président de la République a, également, ordonné la constitution, au niveau des ministères, de cellules d’écoute des citoyens pour ne plus de contenter des rapports administratifs.

Evoquant la portée du dernier remaniement ministériel avec la création d’importants départements en lien direct avec le quotidien du citoyen, le Président Tebboune a donné à chaque Ministre des directives concernant la feuille de route à préparer en prélude de sa présentation en Conseil des ministres ultérieurement, après examen au niveau du Gouvernement.

A ce propos, il a instruit, particulièrement, le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural de préparer le cahier des charges de l’Office de Développement de l’Agriculture industrielle en Terres sahariennes afin de pouvoir engager, dès l’année prochaine, la culture du maïs et les cultures sucrières et oléagineuses en vue d’augmenter les capacités nationales agricoles et garantir la sécurité alimentaire.

Le Ministre des Transports a, par ailleurs, été instruit de revoir le transport, sous toutes ses formes, en optimisant tous les moyens disponibles pour dynamiser le trafic aérien domestique et permettre à l’Algérie de retrouver sa place dans le domaine du transport maritime, à travers l’élargissement de la flotte maritime en vue de la prise en charge du transport des voyageurs et de marchandises, de et vers l’Algérie et économiser ainsi les coûts en devises des prestations des compagnies étrangères. Cette réalisation est vitale pour l’Algérie même si cela passe par l’acquisition de nouveaux navires pour renforcer la flotte nationale du transport maritime.

Le Ministre des mines a été instruit, quant à lui, d’accélérer, par voie de presse, le recrutement d’ingénieurs et d’experts dont seront constituées les équipes en charge de la gestion du département de façon à lui conférer un rôle axial dans le cycle économique, à commencer par le recensement précis de toutes nos richesses minières en perspective d’exploitation en vue d’alléger la dépendance aux hydrocarbures et créer de la richesses et des emplois.

Le Ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables a été instruit de focaliser, dans son programme, sur les opérations de production des énergies renouvelables à même d’être concrétisées sur le terrain et de choisir des wilayas pilotes pour l’élargissement de l’expérience de transition énergétique, à commencer par la généralisation de l’éclairage public à l’énergie solaire dans tout le pays.

Le Président de la République a demandé, en fin, à la Secrétaire d'Etat, auprès du Ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d'élite, de mette à profit son expérience sportive mondiale réussie pour la détection des jeunes talents, dès l’école primaire, en vue de former une nouvelle génération d’élite sportive qui rendra au pays sa gloire d’antan en terme de performance mondiale en athlétisme, d’autant plus que l’Algérie abritera, en 2022, les Jeux méditerranéens "Nous sommes dans une véritable course contre la montre pour reconstruire une économie non rentière qui permettrait d’améliorer les recettes du Trésor, de créer des postes d'emploi pour les jeunes et de réduire l'importation pour préserver les réserves de change", a déclaré le président de la République au terme de son intervention à l'adresse des membres du Gouvernement.

"Le peuple vous jugera sur le terrain à partir de la conformité de votre parole et vos actes, alors soyez un exemple de sincérité de propos, de dévouement et d’abnégation dans le travail, et en cette veille de célébration de la fête de l'indépendance, rappelez-vous toujours que quels que soient vos sacrifices, ils seront toujours moindre de toute goutte de sang pur versée par les Chouhada de la Glorieuse guerre de libération et même du devoir national après l'indépendance".

Covid-19: L'Etat a mis en place les moyens nécessaires de riposte et de prise en charge. (APS, 28/06/2020)


ALGER- Le porte-parole du comité scientifique de suivi de l'évolution du coronavirus, Dr. Djamel Fourar a affirmé dimanche à Alger que l'Etat avait mis en place les moyens nécessaires de riposte et de prise en charge des patients impactés, invitant les citoyens u respect des mesures barrières afin de "briser la chaine de contamination".

En marge du bilan quotidien de l'évolution de la pandémie, M. Fourar a indiqué dans une déclaration à l'APS que "l'Etat a mis en place les moyens nécessaires du point de vue structures ou médicaments, et la prise en charge des malades, en impliquant les autres secteurs, chacun en ce qui le concerne, mais le citoyen est appelé à respecter rigoureusement les mesures de prévention, les gestes barrières et ne guère faire preuve d'indifférence".

Par ailleurs, le responsable a fait savoir que les lits réservés par la tutelle n'avaient pas été tous utilisés, affichant par la même la disposition du Ministère à "offrir, si nécessaire, davantage de structures aussi bien de lits ou d'équipements destinés à la réanimation". Concernant les établissements hospitaliers qui ont connu une surcharge les derniers jours, M. Fourar a affirmé que depuis la libération des cas guéris ou ceux améliorés après 5 jours de traitement, outre la prise en charge de certains cas à domicile, la pression va certainement diminuer au niveau des hôpitaux et un nombre important de lits seront libérés. Pour Dr Fourar, le meilleur moyen à même d’alléger le nombre des cas, est "l’application stricte des mesures préventives, notamment l’obligation de port de la bavette, comme stipulé dans le décret exécutif".

Pour ce qui est du nombre des wilayas enregistrant un plus grand nombre de cas, Dr Fourar citera, en particulier, Batna, Sétif, Blida, Alger, Constantine, Ouargla, Oum el Bouaghi, Bouira, Tébessa et Guelma, des wilayas où l’activité du virus augmente, selon lui, de jour en jour. A ce propos, il assure que le Ministère "a demandé à ces régions d’y renforcer les enquêtes épidémiologiques, en vue d’éviter d’enregistrer de nouveaux foyers et lutter contre le virus".

Dr Fourar a appelé, à l’occasion, toutes ces wilayas, à "mettre en place un plan de communication local en vue de sensibiliser leurs citoyens au respect des gestes barrières pour casser la chaîne de transmission du virus".

Rappelant, enfin, que la hausse du nombre de cas en Algérie, au cours des derniers jours, s’explique, dans une certaine mesure, par une vague mondiale ayant touché tous les continents sans exception, d’autant plus qu’il a été enregistrés 10 millions de cas et 5.000 décès, le même responsable impute cette vague au déconfinement et au non-respect des gestes barrières.

L'industrie pharmaceutique "a réalisé un saut qualitatif" ces dernières années en Algérie. (APS, 24/06/2020)


BOUIRA- L'Industrie pharmaceutique algérienne "a réalisé un saut qualitatif ces dernières années" grâce au soutien de l’Etat qui a interdit l’importation des médicaments dont la production se fait localement et à l’encouragement des investissements privés, a indiqué mardi à Bouira le Président de l’Union Nationale des Opérateurs de la Pharmacie (UNOP), Abdelouahid Kerrar.

Dans une déclaration à l’APS en marge de la visite à Bouira du Ministre délégué auprès du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière chargé de l'Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad, le président de l’UNOP a mis en valeur les progrès réalisés par l’industrie pharmaceutique en Algérie.

"Ce développement est le fruit de deux actions majeures, à savoir, d’une part, la décision de l’Etat d’interdire l’importation des médicaments produits localement et les investissements colossaux engagés dans ce secteur par plusieurs opérateurs", a expliqué M. Kerrar.

Selon le Président de l’UNOP, l'Algérie compte plus de 100 opérateurs et producteurs de médicaments. "Notre pays produit suffisamment aussi tous les médicaments utilisés dans le protocole du traitement contre Covid-19, alors que d’autres pays étrangers n’arrivent toujours pas à le produire", s’est réjoui M. Kerrar.

"Le progrès réalisé par l’industrie pharmaceutique réside dans le fait que l’Algérie produit et couvre plus de 50% de ces besoins en matière de médicaments. Le travail se poursuit pour un taux plus élevé", a indiqué le président de l’UNOP. Par ailleurs, le même responsable a saisi la visite, à Bouira, du Ministre délégué chargé de l'Industrie pharmaceutique pour lui exposer "quelques entraves bureaucratiques" qui, a-t-il dit, "risquent de chambouler le développement de l’industrie pharmaceutique en Algérie".

"Nous sommes très optimistes notamment après la création de ce Ministère délégué consacré à l’Industrie pharmaceutique. Cela permet d’exploiter tout le potentiel de ce secteur grâce au nouveau plan d’action de l’Etat pour booster cette industrie et aplanir toutes les difficultés", a souligné M. Kerrar.

A ce propos, le Ministre délégué s’est engagé à travailler avec les différentes parties en vue de lever tous les obstacles.

"Cela passe par des réformes structurelles que nous allons mettre en place pour développer davantage cette industrie et pour protéger la santé publique", a déclaré M. Benbahamad.

"C’est vrai qu’il existe quelques problématiques bureaucratiques qui sont inadmissibles et qui, non seulement peuvent créer des indisponibilités de médicaments pour les malades, mais favorisent indirectement l’importation.

Nous allons tout faire pour essayer de lever ces obstacles et cela passe aussi par les efforts de certaines administrations qui doivent changer de comportement et qui doivent se mettre au service de leur pays", a insisté le Ministre délégué.

A propos de la rareté de quelques médicaments, l’hôte de Bouira a expliqué que cela était lié à des problèmes structurels. "Nous sommes en train de travailler et de préparer des décrets exécutifs qui nous permettrons d’instaurer une nouvelle organisation et un nouveau plan d’action examiné par le Conseil des ministres, avec l’objectif d’entrer dans une nouvelle ère et éradiquer tous ces problèmes", a expliqué le ministre à la presse.

La coopération sino-algérienne, un modèle international en matière de lutte contre Covid-19. (APS, 24/06/2020)


L’Ambassadeur de la République de Chine en Algérie, Li Lianhe, déclaré mardi à Alger que la coopération « constante et solide » entre la Chine et l’Algérie dans la lutte contre le nouveau Coronavirus (Covid-19) était un modèle et une référence internationale en la matière.

Dans une déclaration à la presse en marge de l’inauguration du premier centre d’innovation entre la société chinoise ZTE et l’Agence Nationale de Promotion et de développement des parcs Technologiques (ANPT), M. Lianhe a rappelé que « l’Algérie avait été, au début de la propagation du Covid-19 en Chine, le premier pays à lui offrir des aides d’urgence consistante en des produits médicaux et de prévention », ajoutant que « la Chine, gouvernement et peuple, n’oubliera jamais cette noble initiative ».

« Et lorsque le virus s’est propagé en Algérie, la Chine est venue, à son tour, à son aide et le gouvernement chinois a fait don de plusieurs lots de produits médicaux pour la lutte contre cette pandémie », a-t-il rappelé.

Soulignant l’envoi par le Gouvernement chinois d’une équipe de médecins et d’experts dans le cadre de la lutte contre la pandémie, le diplomate chinois a évoqué la réunion en visioconférence entre les deux parties, algérienne et chinoise, pour mettre à profit l’expérience de la Chine dans la lutte contre le virus et faire connaitre les techniques chinoises de dépistage et de traitement.

Après avoir mis en avant la réussite du Sommet extraordinaire de solidarité Chine-Afrique contre le nouveau coronavirus, tenu le 17 juin dernier, M. Li Lianhe a salué l’intervention « précieuse et importante » du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

La déclaration commune sanctionnant ce Sommet confirme que la Chine et l’Afrique avaient pris conscience de l’importance du numérique durant la période post Covid-19, a-t-il indiqué ajoutant qu’elles vont œuvrer à l’accélération du développement de l’économie numérique en Afrique et à l’élargissement des échanges et la coopération bilatérale en matière de numérique et de télécommunications informatiques.

Par ailleurs, l’Ambassadeur chinois a affirmé que son pays accordait un très grand intérêt au développement des relations avec l’Algérie étant le pays le plus agissant dans le continent africain, se félicitant de l’avenir radieux du partenariat bilatéral dans le domaine des données, de télécommunications et de numérique.

Depuis le début des relations sino-algériennes dans les années 60, les deux pays sont demeurés engagés aux principes du respect et d’intérêt mutuels ainsi qu’à la coopération gagnant-gagnant dans divers domaines, a-t-il souligné.

Il a rappelé, à ce propos, le partenariat stratégique global existant entre les deux pays depuis 2014 précisant que l’Algérie était le premier pays arabe à avoir une relation d’un tel niveau avec la Chine.

L’Ambassadeur de la Chine a souligné, en conclusion, la signature en 2018 du mémorandum d’entente relatif à l’initiative la Ceinture et la Route qui a permis à cette coopération de passer à une phase plus large et plus profonde.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune procède à un remaniement ministériel. (APS,24/06/2020)


ALGER-Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé mardi soir le décret présidentiel n 163 portant remaniement ministériel.

En vertu de ce Décret, sont nommés Mesdames et Messieurs:

-Abdelaziz Djerad : Premier Ministre.

-Sabri Boukadoum : Ministre des Affaires Etrangères.

-Kamal Beldjoud: Ministre de l'Intérieur, des Collectivités Locales et de l'Aménagement du Territoire.

-Belkacem Zeghmati : Ministre de la Justice, garde des Sceaux.

-Aymen Benabderrahme : Ministre des Finances.

-Abdelmadjid Attar : Ministre de l'Energie.

-Chems Eddine Chitour : Ministre de la Transition Energétique et des Energies Renouvelables.

-Tayeb Zitouni : Ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit.

-Youcef Belmehdi : Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs.

-Mohamed Ouadjaout : Ministre de l'Education Nationale.

-Abdelbaqi Benziane: Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

-Hoyam Benfriha : Ministre de la Formation et de l'Enseignement Professionnels.

-Malika Bendouda : Ministre de la Culture et des Arts.

-Sid Ali Khaldi : Ministre de la Jeunesse et des Sports.

-Mounir Khaled Berrah : Ministre de la Numérisation et des Statistiques.

-Brahim Boumzar : Ministre de la Poste et des Télécommunications.

-Kaoutar Krikou : Ministre de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.

-Ferhat Aït Ali Ibrahim : Ministre de l'Industrie.

-Mohamed Arkab : Ministre des Mines.

-Abdelhamid Hamdane : Ministre de l'Agriculture et du Développement rural.

-Kamel Nasri : Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.

-Kamel Rezig : Ministre du Commerce.

-Ammar Belhimer : Ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement.

-Farouk Chiali : Ministre des Travaux Publics.

-Lazhar Hani : Ministre des Transports.

-Arezki Berraki : Ministre des Ressources en Eau.

-Mohamed Hamidou : Ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du Travail familial.

-Abderrahmane Benbouzid : Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

-Ahmed Chawki Fouad Acheuk Youcef : Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.

-Bessma Azouar : Ministre des Relations avec le Parlement.

-Nassira Benharrats : Ministre de l'Environnement.

-Sid Ahmed Ferroukhi : Ministre de la Pêche et des Productions Halieutiques.

-Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad : Ministre de l'Industrie Pharmaceutique.

-Mohamed Cherif Belmihoub : Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de la Prospective.

-Nassim Diafat : Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé des Micro-Entreprises.

-Yacine El-Mahdi Oualid : Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l'Economie de la Connaissance et des Starts-up.

-Aïssa Bekkai : Ministre Délégué auprès du Ministre du Commerce chargé du Commerce Extérieur.

Hamza Al Sid Cheikh: Ministre Délégué auprès du Ministre de l'Environnement chargé de l'Environnement Saharien.

-Salima Souakri : Secrétaire d'Etat, auprès du Ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du Sport d'Elite.

-Bechri Youcef Sehairi : Secrétaire d'Etat, auprès du Ministre de la Culture, chargé de l'Industrie Cinématographique.

Assemblée Populaire Nationale (APN) : Adoption à l'unanimité du Projet de Loi instituant le 8 mai Journée nationale de la Mémoire. (APS, 24/06/2020)


ALGER- Les membres de l'Assemblée Populaire Nationale (APN) ont adopté, mardi à l'unanimité, le Projet de Loi instituant le 08 mai Journée Nationale de la Mémoire.

Lors d'une plénière présidée par Slimane Chenine, Président de l'APN, en présence de la Ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar et du Ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni, 140 députés présents et 110 autres ont voté par procuration en faveur du Projet de Loi.

Le rapport complémentaire élaboré par la Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés, renfermait 8 amendements des quatre (04) articles proposés du Projet de loi, dont six (06) articles ont été adoptés, tandis que deux propositions ont été incluses parmi les recommandations qui seront soumises aux parties concernées (ministère des Moudjahidine et des Ayants-droits) pour examen.

Il s'agit d'un nouvel article qui stipule: "Sont appelés +martyrs+ les victimes des massacres perpétrés par le colonialisme français, le 8 mai 1945". L'autre article prévoit, en outre, " la criminalisation des actes perpétrés par le colonialisme français inique le 8 mai 1945 contre le peuple algérien".

A ce propos, la Commission spécialisée a justifié ce point par le fait que le remplacement du terme +martyrs+ par +victimes+ "ne relève pas du champs de la présente loi, car cette question est énoncée dans la Loi n 99/07 qui définit le moudjahid et le chahid et fixe la période pour l'octroi du statut de chahid aux adhérents dans les rangs de la Glorieuse Révolution".

A cet effet, le Ministre des Moudjahidine a fait savoir qu'un atelier au niveau de son secteur s'attelait actuellement à l'examen de cette question, soulignant que toutes les propositions et avis y afférents avaient été adressés aux organisations et associations sectorielles concernées pour examen.

Les Algériens s’accordent sur ce sujet. Un travail colossal sera mené pour immortaliser et glorifier l’histoire et la mémoire de l'Algérie et nous sommes entièrement d'accord avec les propositions des députés", a fait valoir M. Zitouni, soulignant que le projet de loi, une fois les travaux des membres dudit atelier achevés, sera soumis après consultation au Gouvernement, au Conseil des ministres puis au Parlement.

Le Ministre a également fait état d’un autre Projet de Loi en préparation à travers cinq (5) propositions se rapportant à des étapes historiques traversées par l'Algérie à l'époque coloniale.

Les amendements retenus concernent la reformulation de l’article premier et le maintien de la formulation de l’article 2 tel que proposée dans le rapport préliminaire alors que les amendements liés à l’article 3 du texte ont été retirés à la demande de leurs auteurs.

Au terme du vote, M. Zitouni a affirmé que le Parlement algérien "vient d’inscrire son nom en lettres d’or en honorant la mémoire des valeureux martyrs, notre histoire, nos aïeux et l’Algérie".

Pour le Président de l'APN, ce projet de loi fait l’unanimité car "ayant trait à la mémoire nationale". Il va sans dire que la Révolution et ses symboles rassemblent les Algériens plus que tout, a-t-il estimé, affirmant que "notre devoir envers les martyrs nous impose de demeurer attachés aux constantes de la Nation de manière à préserver l’unité des Algériens".

Et d’ajouter que "les députés sans exception et indépendamment de leurs appartenances politiques souscrivent à ces demandes", relevant que la revendication réclamant une loi criminalisant le colonialisme "est une demande populaire qui n’émane pas uniquement de parlementaires, d’un gouvernement ou d’administrations régaliennes".

A noter que les membres de l’APN ont, quant à eux, valorisé dimanche ce projet de loi, qualifiant cette décision de "courageuse et d’historique", eu égard à son importance.

Les interventions des députés ont porté sur "la nécessité" d’ancrer les éléments de l'identité nationale et les idéaux du 1er Novembre chez les générations montantes. De même qu’ils ont mis l’accent sur l’impératif d’écrire l'Histoire des différentes périodes coloniales et non seulement celle de la Guerre de libération.

L’adoption du 8 mai comme Journée nationale de la Mémoire est en soi un hommage aux victimes des massacres du 8 mai 1945 perpétrés par la France coloniale à l’encontre d'Algériens innocents et désarmés.

C’est également une commémoration de leur héroïsme qui sera célébrée sur l’ensemble du territoire national par l’organisation d’activités et de manifestations aussi bien nationale qu’auprès de la communauté algérienne établie à l’étranger.

Ces festivités visent aussi à rappeler aux générations montantes "l'héroïsme et les sacrifices de leurs aïeux pour que le peuple algérien puisse jouir de la liberté et de l'indépendance et vivre dans la dignité sur sa terre, uni et fier de son passé auquel il devrait s'inspirer pour bâtir son avenir dans le cadre de la démocratie et la justice sociale".

Le texte rappelle que les massacres du 8 mai 1945, qui ont constitué un "tournant décisif et un point crucial" pour la préparation du déclenchement de la Révolution de libération nationale, un 1er novembre de l'année 1954, demeurent "une image vivante et immortelle gravée dans la mémoire du peuple algérien et une page rayonnante de sa lutte et son action militante dont l'histoire en est témoin et dont le message doit être transmis aux générations montantes".

Attaque contre l'Arabie Saoudite: L'Algérie s'indigne et appelle au dialogue . (APS, 23/06/2020)


ALGER- L'Algérie a exprimé sa forte indignation suite à l'attaque qui a ciblé la capitale du Royaume frère de l'Arabie Saoudite Ryad, appelant à la retenue et faire prévaloir le dialogue pour surmonter tous les conflits, quelle que soit leur nature, a indiqué mardi un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"L'Algérie exprime sa forte indignation suite à l'attaque qui a ciblé la capitale du Royaume frère d'Arabie Saoudite Ryad, réitérant son rejet total de toute agression contre tout pays arabe", précise le communiqué.

"L'Algérie renouvelle sa pleine solidarité avec le Royaume frère d'Arabie Saoudite, appelant à la retenue et à la sagesse et à faire prévaloir le dialogue en tant qu'unique voie pour surmonter les conflits, quelle que soit leur nature", conclut le communiqué.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit le Président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'entente nationale libyen. (APS,20/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, samedi à Alger, le Président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'entente nationale de l'Etat libyen frère, Fayez Al-Sarraj, en visite de travail à Alger à la tête d'une délégation importante, indique un communiqué de la Présidence de la République.

Cette visite s'inscrit dans le cadre "des efforts intenses consentis par l'Algérie visant la reprise du dialogue entre les frères libyens en vue de trouver une solution politique à la crise libyenne, une solution basée sur le respect de la volonté du peuple frère et la garantie de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale, loin de toute intervention militaire étrangère", conclut le communiqué.

Les Députés de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) valorisent le Projet de Loi instituant le 8 mai Journée nationale de la Mémoire. (APS, 21/06/2020)


Les membres de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) ont valorisé dimanche le Projet de Loi instituant le 08 mai 1945, Journée nationale de la Mémoire, qualifiant cette décision de "courageuse et d’historique." Durant la séance de la matinée de la plénière présidée par, M. Slimane Chenine, Président de l’APN, en présence des Ministres des Moudjahidines, Tayeb Zitouni, et des Relations avec le Parlement, Besma Azouar, les interventions des députés ont focalisé sur l’importance que revêt ce projet de loi instituant le 8 mai 1945 Journée nationale de la Mémoire.

Pour Lakhdar Benkhellaf de l’Union Nahda-Adala-Bina, ce projet de loi "est une décision souveraine que nous devons ériger en pierre angulaire pour consolider l’histoire de l’Algérie dans la mémoire des enfants et de la jeunesse montante, à la faveur de mesures à même de nourrir leur patriotisme et leur fierté des hauts faits des aïeux".

Le député RND, Salah Eddine Dekhili a plaidé pour la réservation d’un espace dans les grilles de programmes de tous les médias à la mémoire, pour son inscription dans les différents plans sectoriels à travers la consécration d’un livre d’histoire dans le cadre des prix de fin d’année et pour la création du Prix du Président de la République pour les meilleures œuvres relatives à la Mémoire nationale.

De son côté, M. Hacène Laribi (Union Nahda-Adala-Bina) a estimé que ce projet de loi constituait "un début d’éveil national qui doit être accompagné de mesures plus audacieuses en revendiquant fermement la restitution des crânes de Chouhada et les archives nationales, et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires de Reggane.

Il a appelé, en outre, à l’ouverture de négociations sérieuses avec la partie française pour l’examen de toutes les questions en suspens et pour parvenir à des solutions à la hauteur des sacrifices du peuple algérien.

Pour le député Nazih Berramdane, l'adoption du 8 mai comme Journée nationale de la Mémoire constitue "un pas positif mais insuffisant dans le dossier des crimes de l'occupation française de l'Algérie".

Le député du Front de libération nationale (FLN), Lies Saadi a estimé, quant à lui, que le projet de loi sur la Mémoire nationale "n’est pas suffisant à lui seul et que la France doit reconnaitre ses crimes en Algérie durant la période coloniale et demander pardon".

Dans le même contexte, les interventions des représentants des différentes formations politiques ont mis l'accent sur l'importance de la criminalisation du colonialisme.

Par ailleurs, le député indépendant Abdelghani Douicher a souligné le devoir de préservation de notre legs historique.

Pour sa part, la députée Soumia Khelifi (FLN) a affirmé que la nouvelle Algérie "est encore fidèle au serment des Chouhada et à nos constantes". Le député Farida Ghemra du Mouvement de la société pour la paix (MSP) a estimé que "cette loi intervient en commémoration des victimes des massacres du 8 mai 1945", relevant que "la commémoration de cet anniversaire doit être organisée au niveau des établissements d'éducation et des universités afin de transmettre le message des Chouhada aux générations montantes".

Les interventions des autres membres de l'APN ont porté sur "la nécessité" de l'ancrage des éléments de l'identité nationale et des idéaux du 1er Novembre parmi les générations montantes ainsi que l'écriture de l'Histoire des différentes périodes coloniales et non seulement celle de la Guerre de libération.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune exhorte les pays en développement à défendre les aspirations de leurs peuples . (APS,17/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a exhorté, mercredi, les pays en développement à s'acquitter de leur rôle de défenseur des aspirations et droits fondamentaux de leurs peuples à la lumière des grands changements prévisibles dans l’architecture des relations internationales, conséquemment aux incidences inédites de la pandémie Covid-19.

Intervenant par visioconférence aux travaux du Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre le Covid-19, le Président Tebboune a estimé que la crise du nouveau Coronavirus "n'est pas uniquement sanitaire au regard des défis qu’imposent ses incidences inédites sur tous les plans socio-économiques, et qui augurent de grands changements dans l’architecture des relations internationales".

"Cette situation ne manquera certainement pas d’avoir un grand impact sur le système de gouvernance mondiale, à l’avenir", a affirmé le Président de la République réitérant, à cet égard, l'importance de mettre en place "un système d’action multilatéral permettant aux nations et aux peuples d'exprimer leurs aspirations, de soulever leur préoccupations et de renforcer leur rôle face aux défis naissants".

Il a souligné, dans le même sens, l’impératif d’asseoir "les fondements d'un ordre mondial où les pays en développement auront le rôle qui leur sied, en tant qu'acteur essentiel dans la consolidation de la paix et de la sécurité internationales et en tant que défenseur des aspirations, ambitions et droits fondamentaux de leurs peuples".

Cette équation est à même de permettre la réalisation des objectifs escomptés au service du développement, de la stabilité et d’une vie décente en Afrique et dans le monde", a-t-il ajouté.

Abordant les relations entre l’Afrique et la Chine, le Président Tebboune a souligné que ces relations avaient franchies, au cours des dernières décennies, des étapes riches en solidarité et en coopération, se félicitant de la poursuite de cette solidarité et soutien mutuel avec la propagation de la pandémie Covid-19.

Discours du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune au Sommet Chine-Afrique sur la Covid-19 : "l’Algérie a dépassé la conjoncture difficile grâce à la conjugaison des efforts nationaux". (APS, 17/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé, mercredi à Alger, que l’Algérie avait réagi avec rigueur à la pandémie de la Covid-19 dès le début et avait dépassé la conjoncture difficile grâce à la conjugaison des efforts nationaux et l’esprit d’innovation de sa jeunesse jusqu’à parvenir à l’autosuffisance.

Dans une Allocution au Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la Covid-19, tenu par visioconférence, le Président Tebboune a déclaré que "l’Algérie a réagi avec rigueur à cette pandémie, dès le début".

"Outre une série de décisions prises pour renforcer les mesures préventives, et comme +la crise galvanise les volontés+ mon pays a dépassé la conjoncture difficile grâce à la conjugaison des efforts nationaux et l’esprit d’innovation de notre jeunesse", a-t-il fait savoir précisant que "c’est ainsi que nous sommes parvenus aujourd’hui à l’autosuffisance en moyens de prévention, de production de médicaments et de tests de dépistage".

Rappelant que "l’Algérie a été parmi les premiers pays à avoir exprimé son entière solidarité avec la Chine" face à la conjoncture difficile qu’elle avait eu à traverser, le Président de la République a souligné, en outre, son appel à la communauté internationale pour "une évaluation de la situation engendrée par la pandémie de manière objective loin de toute politisation".

S’agissant des efforts de l’Algérie dans la lutte contre le Coronavirus, le Président Tebboune a évoqué la contribution financière au Fonds de riposte à la Covid-19, mis en place par les pays africains, et la désignation de l’ancien ministre, Abderrahmane Benkhalfa, en qualité d’Envoyé spécial de l’Union africaine (UA) dans le cadre des efforts déployés par cette organisation dans la lutte contre l’épidémie.

"Mon pays, en coordination avec les pays voisins et l’aide de pays amis, a élaboré un plan d’action visant à atténuer l’impact de cette pandémie", a-t-il encore précisé.

Et d’ajouter à ce propos: "il nous incombe de raffermir la coordination pour consolider la coopération dans le cadre de l’Agenda 2063 pour l’Afrique, l’Agenda du développement durable 2030 de l’ONU et les stratégies de développement national de la Chine et des pays africains pour la mise en œuvre des projets d’intérêts communs".

A cette occasion, le Président de la République a soutenu que "l’Algérie plaide fortement pour que les vaccins parviennent aux pays en développement, particulièrement africains, équitablement, efficacement et en temps opportun" saluant "l’engagement du Président chinois, Xi Jinping de déclarer propriété publique mondiale tout vaccin à développer en Chine contre le coronavirus (Covid-19) ".

Dans ce contexte, le Président Tebboune a saisi cette occasion pour lancer un appel aux institutions financières internationales à "desserrer l’étau sur les pays en développement, notamment africains, à travers un ensemble d’initiatives englobant l’allégement du fardeau de leur dette et leur accompagnement dans les politiques nationales post-Covid19".

Plaidant également pour l’affectation de financements à même de permettre à ces pays de réhabiliter les canaux d’approvisionnement et de commercialisation et à relancer leurs économies après la récession de ces derniers mois, M. Tebboune a rappelé que "les pays africains manquent de financement qui est un besoin nécessaire pour aller de l’avant vers la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) et des objectifs de l’Agenda 2063 pour l’Afrique".

L'Algérie condamne avec force les attaques terroristes ayant ciblé le centre du Mali. (APS,16/06/2020)


ALGER- L'Algérie a condamné mardi "avec force" les attaques terroristes sanglantes qui ont ciblé un convoi militaire au niveau de la localité de Bouka Weré dans le centre du Mali, faisant plusieurs morts dans les rangs des soldats maliens, a indiqué le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Chérif dans une déclaration.

"Nous condamnons avec force les attaques terroristes sanglantes qui ont ciblé, dimanche 14 juin 2020, un convoi militaire au niveau de la localité de Bouka Weré dans le centre du Mali, faisant plusieurs morts dans les rangs des soldats maliens", a déclaré M. Benali Cherif.

"Tout en nous inclinant devant les sacrifices que l'armée et les forces de sécurité maliennes ne cessent de concéder pour la défense de leur peuple et de leur pays, nous présentons nos condoléances aux familles endeuillées et assurons de notre solidarité le Gouvernement et le peuple frère du Mali".

Le porte-parole du MAE a souligné que l'Algérie "demeure convaincue que ce pays voisin et son peuple frère sauront transcender toutes les difficultés et faire face à l'ensemble des défis pour asseoir les bases d'un Etat uni, réconcilié, apaisé et prospère".

Sortie progressive du confinement: Des mesures complémentaires engagées par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad. (APS,16/06/2020)


ALGER- Un certain nombre de mesures complémentaires a été engagé par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, au titre de la deuxième phase de la feuille de route de sortie progressive et flexible du confinement et de reprise de certaines activités commerciales, économiques et sociales, mesures contenues dans une instruction adressée aux membres du Gouvernement et aux autorités concernées.

"Après consultation de Monsieur le Président de la République, j'ai décidé d'engager un certain nombre de mesures complémentaires, au titre de la deuxième phase de la feuille de route de sortie progressive et flexible du confinement, et ce, à travers le communiqué de presse du samedi 13 juin 2020", a indiqué M. Djerad dans l'instruction n 02 du 13 juin 2020.

"Ces mesures ont été retenues en se basant sur les évolutions et propositions de levée du confinement du comité scientifique et de l'autorité sanitaire ainsi que les évaluations émanant des commissions de wilaya chargées de coordonner l'action sectorielle de prévention et de lutte contre la pandémie du Covid-19 et en tenant compte également des dispositions prévues par la réglementation en vigueur, notamment le décret exécutif n 20-69 du 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du Coronavirus (Covid-19) et l'ensemble des textes subséquents", précise l'instruction.

"Elles seront mises en vigueur à compter du 14 juin 2020, pour une période de 15 jours, durant laquelle la situation épidémiologique à l'échelle nationale et de chaque wilaya sera suivie et évaluée, parallèlement à l'observation du respect des règles sanitaires et à l'intensification des efforts de prévention et de lutte contre la propagation de l'épidémie", note la même source.

Ainsi, concernant la mesure du confinement partiel à domicile, il a été décidé la levée totale du confinement à domicile pour les dix-neuf (19) wilayas suivantes: Tamanrasset, Tindouf, Illizi, Saida, Ghardaïa, Naâma, El Bayadh, Tiaret, Guelma, Skikda, Jijel, Mostaganem, Tébessa, Tlemcen, Ain Temouchent, El Tarf, Tizi-Ouzou, Ain Defla, et Mila.

Il a été également décidé l'adaptation des horaires de confinement à domicile de 20h00 au lendemain 05h00 du matin pour vingt neuf (29) wilayas. Il s'agit des wilayas de Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela,

M'sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat, et El Oued.

Pour ce qui est du congé exceptionnel rémunéré dans le secteur économique, il a été décidé "la levée de la mesure de mise en congé exceptionnel rémunéré des 50% des effectifs du secteur économique public et privé, pour les entreprises qui peuvent assurer le transport de leur personnel et satisfaire les conditions de protection sanitaire propres à leur activité, tout en maintenant cette mesure au profit des femmes enceintes et celles ayant des enfants à charge âgés de moins de 14 ans".

Quant au congé exceptionnel rémunéré dans les institutions et administrations publiques, il a été décidé "la levée de la mesure de mise en congé exceptionnel rémunéré des 50 % des effectifs des institutions et administrations publiques, tout en maintenant cette mesure au profit des femmes enceintes et celles ayant des enfants à charge âgés de moins de 14 ans".

Les Administrations doivent également veiller à "l'apurement des reliquats de congé de leurs effectifs et à l'ouverture de la période des départs en congé au titre de l'année en cours".

Il a été décidé, en outre, la reprise, à travers l’ensemble des wilayas du pays, des activités de transport urbain et interurbain de voyageurs par bus et par Tramway, sous réserve du respect des règles de prévention suivantes:

- interdire strictement l'accès des voyageurs sans le port du masque de protection,

- la désinfection régulière des sièges,

- prévoir l'ouverture des fenêtres et autres dispositifs d'aération naturelle,

- limiter le nombre de voyageurs à 50% des capacités du moyen de transport,

- prévoir un produit désinfectant à bord,

- soumettre quotidiennement le moyen de transport à une opération de nettoyage et de désinfection,

- organiser les impératifs de la distanciation physique au niveau des gares et stations,

- prévoir l’accès et la descente au moyen de transport par des portes différentes. Pour ceux n'ayant qu'une seule porte, gérer le flux de manière à éviter le croisement des clients.

Les mesures portent, aussi, sur la reprise, à travers l'ensemble des wilayas du pays du transport urbain par taxis individuel, sous réserve du respect des règles de prévention suivantes:

- l'obligation du port de masque de protection pour le chauffeur et pour le client,

- prévoir l'ouverture des fenêtres durant le trajet,

- prévoir un produit désinfectant à bord,

- limitation du nombre de clients à deux au maximum,

- les clients doivent se placer sur la banquette arrière du taxi,

- soumettre le taxi à une opération régulière de nettoyage et de désinfection,

- le nettoyage systématique des accoudoirs, des poignées de porte et des reposes tête avec un produit désinfectant.

Il a été décidé, d'autre part, la reprise, à travers l'ensemble des wilayas du pays, des activités de commerce et de service suivantes:

- les salons de coiffure femme,

- la vente d'effets vestimentaires et de chaussures,

- les auto-écoles,

- la location de véhicules.

La particularité de l'activité des salons de coiffures nécessite "d'organiser cette activité par voie de rendez-vous, de respecter strictement l'obligation du port du masque y compris par le client, la limitation de l'accès au local à deux clients au maximum ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés".

Concernant les espaces de vente de chaussures et d'effets vestimentaires, l'instruction du Premier ministre stipule que "toutes les mesures sanitaires doivent être observées, notamment: la mise à disposition des gels hydro alcoolique, l'interdiction de l'essayage pour les effets vestimentaires et l'utilisation de sacs en plastiques à usage unique pour l'essayage de chaussures".

Par ailleurs, il a été décidé la reprise, à travers les dix-neuf (19) wilayas concernées par la levée totale du confinement à domicile, des activités suivantes:

- les débits de boisson en terrasse et/ou à emporter,

- les restaurants et pizzeria en terrasse et/ou à emporter.

La reprise des activités commerciales et de service demeure soumise au dispositif préventif d'accompagnement, devant être mis en place par les différents opérateurs et commerçants concernés, comprenant notamment:

- l'obligation du port du masque,

- l'affichage des mesures barrières et de prévention sur les lieux,

- l'organisation des accès et des files d'attente à l'extérieur et à l'intérieur des locaux de façon à respecter l'espacement et la distanciation physique, tout en limitant le nombre de personnes présentes en un même lieu,

- la mise en place à l'intérieur des locaux, d'un sens unique de circulation, de marquage lisible au sol et de barrières, pour éviter les croisements des clients,

- l'installation de paillasses de désinfection aux entrées,

- la mise à la disposition des usagers et des clients de solution hydro-alcoolique,

- le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux,

- la désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques,

- prévoir des bacs dédiés à recueillir les masques, gants, mouchoirs ou autres effets usagés.

"Il importe de rappeler que tous les clients doivent se doter d'un masque de protection et que les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation. La reprise de ces activités demeure tributaire de la capacité des commerçants, des opérateurs et des usagers et de leur détermination à respecter et faire respecter toutes les consignes sanitaires", souligne l'instruction du Premier ministre.

Les membres du Gouvernement ainsi que les walis sont instruits à l'effet de "s'impliquer fortement dans la mise en œuvre de ces mesures auxquelles ils doivent réunir toutes les conditions pour garantir la réussite de cette feuille de route de sortie progressive du confinement".

Outre les mesures de prévention sus-indiquées, "les walis sont chargés après concertation avec les secteurs concernés, d'établir des régimes spécifiques afin d'encadrer la reprise de certaines activités de commerce et de service jugées à haut risque sanitaire et de veiller au strict respect de ces règles".

"A ce titre, je tiens à vous rappeler que le pays traverse une étape cruciale de la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19) et entame le passage à cette seconde phase de sortie du confinement avec des mesures progressives, qui nécessitent la mobilisation de l'ensemble des efforts afin d'atteindre l'objectif général de la stratégie mise en place, à savoir freiner la progression du Covid-19 et éviter ainsi le dépassement de la capacité de notre système de santé", relève encore l'instruction.

"Il s'agit des nouveaux défis à relever, afin d'éviter un rebond qui mettrait de nouveau en péril la santé des citoyens qui demeure la première préoccupation des pouvoirs publics, car la situation sanitaire dans certaines wilayas commande prudence, vigilance et suivi quotidien des indicateurs d'évaluation de la situation sanitaire et reste largement dépendante du degré de respect des consignes sanitaires qui accompagnent l'application des mesures de dé-confinement", a-t-il précisé.

"C'est pourquoi et en accompagnement à toutes les mesures de prévention mises en œuvre, notre système de veille et de surveillance sanitaire a été renforcé par la mise en place de la cellule opérationnelle chargée d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques pour laquelle j'ai demandé le renforcement en moyens humains et logistiques nécessaires", a-t-il ajouté.

Le Premier Ministre a réitéré, enfin, ses "appels à l'esprit de responsabilité individuelle et collective de tous pour le maintien d'une vigilance accrue et la mobilisation nationale pour garantir la réussite de ce plan de sortie du confinement et dépasser cette crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales", affirmant attacher "la plus haute importance à l'application rigoureuse de la présente instruction".

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit l'ancien Président de la République, le moudjahid Liamine Zeroual. (APS,15/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu lundi l'ancien Président, le moudjahid Liamine Zeroual, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

"Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu l'insigne honneur de recevoir en audience l'ancien Président, le moudjahid Liamine Zeroual qui a tenu à rendre une visite amicale au Président de la République eu égard aux liens solides et de longue date existant entre eux , emprunts d'amitié et de respect mutuel", lit-on dans le communiqué.

L’ancien Président de la République, le moudjahid Liamine Zeroual :

L'ancien Président Liamine Zeroual a affirmé, lundi, avoir perçu chez le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, "une forte et solide volonté d'édifier un nouvel Etat, rêve des valeureux Chouhada".

Dans une déclaration à la presse à l'issue de l’audience que lui a accordée le Président de la République, M. Zeroual a indiqué que "c’est en toute logique que je rends visite au Président Tebboune car j'ai perçu chez lui, depuis sa campagne électorale à ce jour, une forte et solide volonté d'édifier un nouvel Etat".

"Cet Etat, rêvé par les valeureux Chouhada, a été revendiqué par des millions d'Algériennes et d'Algériens lors de leur révolution pacifique, ô combien singulière", a précisé l'ancien Président Zeroual.

"En tant que citoyen, je m’enorgueillis chaque jour d’appartenir à ce grand peuple", a-t-il conclu.

Covid-19: Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune ordonne le durcissement du contrôle sanitaire à travers le territoire national. (APS,15/06/2020)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a ordonné lors de la réunion périodique par visioconférence du Conseil des Ministres qu'il a présidé dimanche, le durcissement du contrôle sanitaire à travers le territoire national, suite à un exposé présenté par le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid sur l’évolution de la situation sanitaire nationale liées au Covid-19, ainsi que sur les dispositions prises pour la juguler.

Le Président Tebboune a également instruit le ministre concerné de se déplacer, si nécessaire, pour prévenir tout besoin que pourrait provoquer un "manque inadmissible" dans un hôpital ou autre en équipements médicaux, qui sont disponibles en quantités suffisantes au niveau de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), pour répondre à toutes les demandes.

Le Président de la République a ordonné aussi le durcissement du contrôle dans certains hôpitaux qui seraient, selon des médias, en surcharge et où des cas de patients non pris en charge seraient enregistrés.

A ce propos, le Président Tebboune a donné des instructions pour la mise à la disposition du ministère d'un avion spécial pour être sur les lieux à tout moment et s’assurer de la véracité des informations relayées ici et là.

La veille de la réunion du Conseil des Ministres, le président de la République avait présidé une réunion du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, en présence du Premier Ministre, Abdelaziz Djerad.

La réunion a été consacrée à l'évaluation de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 dans le pays, et l'examen de l'approche scientifique à adopter pour un déconfinement progressif suivant la situation dans chaque wilaya.

L'examen d'une éventuelle réouverture de l'espace aérien et des frontières terrestres et maritimes a été reporté à début juillet.

A l'issue de la réunion, le Président Tebboune a installé les professeurs Kamel Senhadji à la tête de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, Smail Mesbah au poste de vice-président de l'Agence et Elias Zerhouni, Conseiller spécial à l'Agence nationale de sécurité sanitaire composée de personnalités scientifiques et d'experts hautement qualifiés.

Cette Agence fera office de conseiller scientifique du Président de la République en matière de sécurité sanitaire et de réforme du système sanitaire national. Ses missions consistent principalement en la mise en place d'une stratégie nationale de sécurité sanitaire, de concert avec les structures concernées, et le contrôle de sa mise en œuvre, outre la coordination des programmes nationaux de prévention et de lutte contre les risques sanitaires.

A cette occasion, le Président Tebboune a donné des instructions à l'effet de promouvoir le secteur de la santé à la hauteur des attentes des citoyens à un système développé garantissant des soins de qualité conformes aux standards internationaux.

Les décisions relatives au confinement répondent à des considérations scientifiques

Vendredi, lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux, le Président de la République avait affirmé que toutes les décisions qui concernent le confinement répondent à des considérations scientifiques et non politiques ou administratives, soulignant que le

Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus était le seul habilité à prendre de telles décisions, soulignant que le déconfinement total ou partiel était une décision du ressort dudit Comité.

"L’Algérie a lutté, de manière scientifique, contre cette pandémie depuis le début de sa propagation", et "nous serons à la disposition du Comité scientifique qui jouit d’un haut sens de responsabilité", a poursuivi le Président de la République, précisant: "Tant que nous avons encore des décès et que la propagation de la pandémie demeure maitrisée, nous ne procéderons pas à un déconfinement total".

Le déconfinement total ou partiel vise "la préservation de la santé du citoyen", a souligné le Président Tebboune, rappelant que l'Algérie était parmi les premiers pays à avoir pris des mesures "préventives exemplaires", dont "la mise en quarantaine des étudiants algériens rentrés de Wuhan (Chine), l'équipement des aéroports en moyens de dépistage et de protection, puis la fermeture des universités, des aéroports, des établissements scolaires, des crèches et garderies, des mosquées et des stades", ainsi que "la fermeture des frontières terrestres de concert avec les pays voisins".

Il a été, également, été procédé à des tests même sur les cadavres des victimes de la Covid-19 afin de "prendre les mesures préventives qui s'imposent", en soumettant les sujets contacts des victimes à tests de dépistage, a-t-il ajouté, appelant les citoyens à "l'impératif respect des règles de prévention afin de juguler la pandémie, dont le port de masque et les tests de dépistage".

Le Président de la République avait mis en avant la nécessité de promouvoir "la culture préventive" chez les citoyens, affirmant que "tous les chiffres du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus sont précis et fournis de manière scientifique".

Levée totale du confinement à domicile pour 19 wilayas

Samedi, Le Gouvernement a décidé la levée totale du confinement à domicile pour 19 wilayas et l'aménagement des horaires de cette mesure, prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, pour le reste des wilayas.

Les mesures retenues, mises en vigueur à compter du 14 juin 2020, restent tributaires de l’évolution de la situation épidémiologique à l’échelle nationale et de chaque wilaya ainsi que du respect des règles sanitaires de prévention et de lutte contre la propagation de l’épidémie. Ce dispositif mis en place sera évalué après 15 jours du début de son application.

La levée totale du confinement à domicile concerne Tamanrasset, Tindouf, Illizi, Saida, Ghardaïa, Naama, El Bayadh, Tiaret, Guelma, Skikda, Jijel, Mostaganem, Tebessa, Tlemcen, Ain Temouchent, El Tarf, TiziOuzou, Ain Defla, Mila.

L’adaptation des horaires de confinement à domicile de 20h00 au lendemain 05h00 du matin pour vingt neuf (29) wilayas. Il s’agit des wilayas de Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat, El Oued.

Il a été également décidé la reprise à travers l’ensemble des wilayas du pays, des activités de transport urbain de voyageurs par bus, par Tramway et par taxi individuel, sous réserve du respect des règles de prévention.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune : L’Algérie possède d’importantes potentialités pour l’édification d’une industrie de la pêche. (APS,15/06/2020)


ALGER-Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que l'Algérie possédait d’importantes potentialités permettant l'édification d'une industrie de la pêche, à condition de lever les obstacles bureaucratiques et sortir des méthodes classiques suivis actuellement dans cette filière.

Lors du conseil des Ministres, le Président Tebboune a indiqué que "le secteur de la pêche pourra véritablement contribuer à la diversification des sources de revenu nationales en garantissant l'autosuffisance en matière de pêche et de s'orienter vers l'exportation, d'autant que l'Algérie possède une importante façade maritime, qui la qualifie à l'édification d'une industrie de la pêche en sortant des méthodes classiques suivis actuellement pour augmenter la consommation de protéines par habitant, réduire l'importation des poissons voire même des viandes rouges, ce qui profitera au trésor public’’.

Le Président a, à ce propos, appelé à s'affranchir des pratiques bureaucratiques qui limitent l'ambition du secteur, à la nécessité pour les pêcheurs de s'organiser en coopératives avec la contribution de la société civile et à l'exploitation de la haute mer par le recours à une flotte nationale dirigée par des cadres algériens formés par des pays leaders dans le domaine.

Il a, dans ce cadre, rappelé que la satisfaction des besoins du citoyen dans tous les domaines était au cœur du programme du Gouvernement, d'où l'idée de créer un ministère dédié spécialement à la pêche et aux produits halieutiques, étant un département tout autant important que celui de l'agriculture auquel il était rattaché auparavant.

Il a également appelé à développer la formation professionnelle de la main d'œuvre de façon à préserver sa continuité et son transfert intergénérationnel.

M. Tebboune, a, d’autre part, donné des instructions pour la réalisation, selon le besoin, de bassins secs pour la maintenance et pour la réduction de l'importation des pièces de rechange.

Enfin, il a chargé le ministère concerné d'élaborer un programme d'action annuel dans le cadre du plan quinquennal proposé.

Ce plan sera vulgarisé à travers les médias pour permettre à l'opinion publique d’être informée des efforts consentis dans ce secteur et dans l'ensemble des départements ministériels en général.

Selon le communiqué du Conseil des Ministres, le Ministre de la Pêche et des Productions halieutiques a présenté le plan d’action de son secteur et les perspectives de son développement pour la période 2020-2024, partant d’une stratégie qui s’appuie essentiellement sur une transformation progressive et durable, consacrant la rupture avec le passé en matière de structure organisationnelle et institutionnelle et de méthode de gestion du secteur, et contribuant au renforcement de la sécurité alimentaire nationale.

Porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes

La nouvelle approche repose sur la remobilisation des moyens existants intra et extra sectoriel, en associant les partenaires publics et privés, sur la recherche des modes de diffusion et d’amplification des actions à partir des pôles d’excellence des filières des productions halieutiques, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, et enfin sur l’amélioration de la formation pour répondre aux besoins du secteur.

Ce programme permettra de porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes, de créer 30.000 nouveaux emplois, de mettre au point un système productif halieutique construit avec des moyens et intrants produits localement et de lancer un vaste programme de développement de l’aquaculture marine et continentale, précise la même source.

Il s’agit également de renforcer la formation qualifiante, de faciliter l’accès des investisseurs au foncier, d’assurer un environnement économique débureaucratisé à travers la mise en place d’écosystèmes entrepreneurials permettant un accompagnement total pour la création de micro-entreprises et de PME et la prise en charge sociale des marins, ainsi que le développement d’une capacité nationale de pêche au grand large.

L'Algérie est décidée à lever le défi de réduire le déséquilibre de la balance commerciale des produits agricoles et alimentaires de base dans les perspectives pour l'année 2024 à travers notamment, le développement durable des secteurs de l'agriculture et de la pêche maritime, ainsi que de rationaliser l'importation de produits alimentaires subventionnés.

Selon les données du Ministère de l’Agriculture et développement rural présentées en 2019, la production halieutique de l’Algérie avait augmenté en 2018 à 120.000 tonnes, contre 102.000 tonnes en 2016 .

La production aquacole a quant à elle, passée de 1.700 tonnes en 2016 à 5.200 tonnes En matière d’investissement, le secteur de la pêche et de l'aquaculture avait enregistré un total de 140 projets d'investissement dont 70 en cours de réalisation.

Communiqué de la réunion du Conseil des Ministres. (APS, 15/06/2020)


ALGER- Le Conseil des Ministres a tenu dimanche par visioconférence, sa réunion périodique, présidée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale. En voici la traduction :

"Le Conseil des Ministres a tenu ce dimanche 14 juin 2020, par visioconférence, sa réunion périodique, présidée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale.

Le Conseil des Ministres a entamé ses travaux par un exposé donné par le Premier Ministre sur l’action gouvernementale durant les deux dernières semaines.

Le Conseil a, par la suite, débattu et approuvé les exposés successifs, dont le premier a été celui du Ministre de la Pêche et des Productions halieutiques qui a présenté le plan d’action de son secteur et les perspectives de son développement pour la période 2020-2024, partant d’une stratégie qui s’appuie essentiellement sur une transformation progressive et durable, consacrant la rupture avec le passé en matière de structure organisationnelle et institutionnelle et de méthode de gestion du secteur, et contribuant au renforcement de la sécurité alimentaire nationale.

La nouvelle approche repose sur la remobilisation des moyens existants intra et extra sectoriel, en associant les partenaires publics et privés, sur la recherche des modes de diffusion et d’amplification des actions à partir des pôles d’excellence des filières des productions halieutiques, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, et enfin sur l’amélioration de la formation pour répondre aux besoins du secteur.

Ce programme permettra de porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes, de créer 30.000 nouveaux emplois, de mettre au point un système productif halieutique construit avec des moyens et intrants produits localement et de lancer un vaste programme de développement de l’aquaculture marine et continentale.

Il s’agit également de renforcer la formation qualifiante, de faciliter l’accès des investisseurs au foncier, d’assurer un environnement économique débureaucratisé à travers la mise en place d’écosystèmes entrepreneurials permettant un accompagnement total pour la création de micro-entreprises et de PME et la prise en charge sociale des marins, ainsi que le développement d’une capacité nationale de pêche au grand large.

Intervenant au terme de cet exposé, le Président a rappelé que la satisfaction des besoins du citoyen dans tous les domaines était au cœur du programme du Gouvernement, d'où l'idée de créer un Ministère dédié spécialement à la pêche et aux produits halieutiques, étant un département tout autant important que celui de l'agriculture auquel il était rattaché auparavant.

Ainsi, le secteur de la pêche pourra véritablement contribuer à la diversification des sources de revenu nationales en garantissant l'autosuffisance en matière de pêche et de s'orienter vers l'exportation, d'autant que l'Algérie possède une importante façade maritime, qui la qualifie à l'édification d'une industrie de la pêche en sortant des méthodes classiques suivis actuellement pour augmenter la consommation de protéines par habitant , réduire l'importation des poissons voire même des viandes rouges, ce qui profitera au trésor public.

A ce propos, le Président a appelé à s'affranchir des pratiques bureaucratiques qui limitent l'ambition du secteur, à la nécessité pour les pêcheurs de s'organiser en coopératives avec la contribution de la société civile et à l'exploitation de la haute mer par le recours à une flotte nationale dirigée par des cadres algériens formés par des pays leaders dans le domaine. De même qu'il a appelé à développer la formation professionnelle de la main d'œuvre de façon à préserver sa continuité et son transfert intergénérationnel.

Dans le même cadre, le Président a donné des instructions pour la réalisation, selon le besoin, de bassins secs pour la maintenance et pour la réduction de l'importation des pièces de rechange, avant de charger le Ministère concerné d'élaborer un programme d'action annuel dans le cadre du plan quinquennal proposé.

Ce plan sera vulgarisé à travers les médias pour permettre à l'opinion publique d’être informée des efforts consentis dans ce secteur et dans l'ensemble des départements ministériels en général.

De son côté le Ministre des Finances a présenté un exposé sur la maitrise des importations de services et la problématique des ports secs dans lequel il a évoqué les raisons de l’augmentation rapide de la facture des services, proposant une batterie de mesures pour la maitrise des importations de services.

L'exposé a également porté sur le traitement de la problématique des ports secs en proposant une révision globale du système en vigueur.

Intervenant à cet égard, le Président de la République a ordonné de développer notre flotte maritime pour être en mesure, d'ici la fin de l’année en cours, de prendre en charge totalement le transport des marchandises, ce qui permettra de réaliser des économies en devises, d’éviter la surfacturation et de consolider l’économie nationale.

En matière de maintenance, le Président a ordonné que la priorité absolue dans l’octroi des contrats de maintenance soit accordée aux enfants de la patrie, d’autant plus que certains contrats signés avec des parties étrangères pour de longues durées sans prévoir de transfert technologique alors que le niveau des diplômés de nos universités s’est amélioré.

De même qu’il a mis l’accent sur l’importance d’intégrer l’intelligence nationale dans ce secteur et de réduire graduellement la dépendance vis-à-vis des prestations étrangères.

Même si certains bureaux d’études locaux n'atteignent pas le niveau international, il faudrait les soutenir et les encourager à diversifier leurs spécialités et à s’organiser en coopératives, a-t-il ajouté.

Evoquant la question des ports secs, le Président de la République a pointé du doigt les risques que représentent certaines, dans leur état actuel, pour la sécurité et la souveraineté nationales ainsi que pour le Trésor public.

A cet effet, il enjoint au Gouvernement de procéder à la fermeture immédiate des ports secs non autorisés, et de faire obligation à ceux autorisés de se doter de scanners pour faciliter le contrôle par les douanes.

Le Président a également chargé le Gouvernement de réorganiser ce secteur et de l’annexer aux ports nationaux en vue de garantir le service de maintenance après-vente, la sécurité et la souveraineté nationale, et de mettre un terme au gaspillage de la devise.

Par la suite, le Ministre de l’Industrie et des Mines a présenté un exposé sur l’importation des intrants et des équipements industriels, laquelle a enregistré une augmentation record durant ces dernières années, sans un quelconque impact positif sur la croissance du Produit national brut.

Les importations du pays en produits industrialisés, destinés à l’investissement et à la consommation ont atteint, selon l’exposé, douze (12) milliards USD, avec une exonération permanentes et injustifiée de taxes douanières, d’où l’impératif de réformes structurelles urgentes, dont l’annulation de l’exonération de certaines taxes pour corriger les dysfonctionnements, et réaliser, ainsi, une économie de quatre (4) milliards de USD de montants transférés, en plus de 250 milliards de DA au titre des droits du Trésor public.

Afin de réduire la facture d’importation des carburants, du fer et de l’acier, et des matières plastiques, le ministère s’attelle à examiner les moyens d’élaborer une base de données des matières brutes et produits semi-industrialisés sur le marché international, d’accélérer la relance de l’activité minière, et de dégager des espaces prêts pour l’exploitation et l’exploration, à travers notamment des projets conjoints avec financements étrangers.

Il a été décidé, en outre, de se passer des bureaux d’études étrangers lorsque l’expérience locale peut répondre aux besoins, de renforcer la coordination avec les secteurs concernés par le dossier du fret maritime de et vers l’Algérie, et d’évacuer les opérateurs étrangers des ports secs algériens.

Ces mesures permettront de réduire la facture d’importation à hauteur de six (6) milliards USD.

Commentant cet exposé, M. Tebboune a souligné la nécessité d'accélérer la mise en œuvre du plan industriel proposé dans le cadre d'un développement national équilibré, afin que le citoyen puisse ressentir sur le terrain un véritable début de changement en adéquation avec ses ambitions et aspirations.

Il a en outre ordonné de prendre un certain nombre de mesures, dont le recours à des compétences qualifiées en matière de gestion, tout en évitant les intermédiaires dans l'importation des matières brutes, et le parachèvement dans les plus brefs délais de l'élaboration des cahiers de charges pour l'importation de tous les véhicules neufs, tous types confondus, et leur publication successive.

A ce titre, le président de la République a exigé que l'importation de ces véhicules soit en provenance du pays d'origine, avec lequel l'Algérie partage des intérêts communs clairs et que l'importateur soit spécialisé en la matière et apporte toutes les garanties de protection de l'économie nationale des pratiques négatives du passé.

Le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural a, quant à lui, présenté un exposé relatif à l’organisation juridique de l’Office de Développement de l’Agriculture industrielle en Terres sahariennes, conformément aux décisions du Conseil des ministres du 03 mai 2020.

Il a, dans ce cadre, mis en exergue le rôle stratégique de l’Office qui aura pour mission de développer et promouvoir les cultures industrielles stratégiques sur les terres sahariennes, notamment les céréales dont le maïs, et les industries sucrière et oléagineuse.

Cette démarche intervient en exécution des engagements de Monsieur le Président de la République de réduire la facture d’importation, et de rendre disponible les matières premières brutes nécessaires à la production des denrées de large consommation, à travers l’exploitation des potentialités qu’offre l’agriculture saharienne, pour augmenter les capacités agricoles du pays et assurer la sécurité alimentaire.

L’Office, dont le siège sera établi au sud du pays, aura à simplifier les procédures et accompagner les investisseurs et porteurs de projets structurants et intégrés.

Il se chargera également d’accompagner les porteurs de grands projets d’investissements agricoles qui permettent de développer les cultures industrielles stratégiques, destinées à remplacer les matières premières importées massivement par les opérateurs économiques.

Au terme de cet exposé, le président de la République a rappelé la nécessité de garder en vue l’objectif économique national de la création de cet Office, à savoir s’affranchir le plus tôt possible de l’importation des cultures sucrières, des oléagineuses et du maïs pour économiser la devise, insistant sur l’impératif de déterminer les droits et obligations des parties opérant avec l’Office de Développement de l’Agriculture industrielle en Terres sahariennes, suivant un cahier des charges précis.

Par la suite, le ministre du Commerce a donné un exposé sur la situation des importations des produits agricoles et es mesures prises par son Département pour protéger la production agricole nationale.

Il a ainsi passé en revue la structure des importations agricoles, notamment les viandes, les fruits et légumes, le lait, le blé, l’orge et le maïs.

Le Ministre a, dans ce cadre, énuméré les mesures proposées pour protéger la production agricole, comme celle d’élargir la liste des produits soumis au Droit Additionnel Provisoire de Sauvegarde (DAPS), de soumettre l’activité d’importation au principe de spécialisation et de souscription au cahier des charges, de numériser le commerce extérieur et le fichier national des industries agricoles, et enfin de bien analyser la structure des importations pour définir la nomenclature des produits dont l’importation peut être réduite avec un renforcement de la lutte contre la surfacturation, et la mise en place d'une stratégie nationale d'exportation.

Intervenant au terme de cet exposé, le Président a ordonné l’interdiction totale de l’importation des produits agricoles pendant la saison de cueillette, et ce, afin de protéger la production nationale, ainsi que le durcissement du contrôle sur les fruits importés en vue d’éviter la surfacturation et s’assurer de la qualité pour la préservation de la santé du citoyen.

Le Président a, en outre, insisté sur davantage de réduction de la facture d’importation sans toutefois créer de pénurie sur le marché et ordonné un recensement exhaustive des cheptels en recourant à l’imagerie aérienne, afin de créer une base de données qui nous permettra de maîtriser ces cheptels et d’assurer, ainsi, l’approvisionnement du marché en quantités indispensables de viandes.

Pour sa part, le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a présenté un exposé sur l’évolution de la situation sanitaire nationale liées au Covid-19, ainsi que sur les dispositions prises par la juguler.

Grâce à ces dispositions, des indicateurs positifs ont pu être enregistrés, comme la baisse du niveau d’occupation des lits réservés aux malades du Covid-19 en réanimation, la baisse sensible et constante du nombre de décès, et l’augmentation des cas de rétablissement qui se situent à hauteur de 98,02%.

Toutefois, le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie a recommandé la poursuite de l’application stricte des gestes barrières afin de contenir les cas isolés, a souligné le ministre.

Dans son intervention, le Président de la République a enjoint le Ministre concerné de durcir le contrôle sanitaire à travers le territoire national et de se déplacer, si nécessaire, en vue de s’enquérir de la situation sur place dans le but de pallier les besoins qui pourraient être provoqués par un manque inadmissible d’un hôpital donné, en équipements médicaux disponibles, en quantités suffisantes au niveau de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), afin de faire face à toutes les demandes.

Le Président a également ordonné le durcissement du contrôle dans certains hôpitaux qui seraient, selon les médias, en surcharge et où des cas de patients non pris en charge seraient enregistrés.

A ce propos, le Président a instruit de mettre un avion à la disposition du Ministère en vue de son déplacement, à tout moment sur les lieux, afin de s’assurer des informations relayées ici et là.

Avant la levée de la séance et l’approbation de décisions individuelles relatives à la nomination dans des postes supérieurs, le Président de la République a donné des instructions pour davantage de coordination dans l’action du Gouvernement et le contact direct avec les citoyens, car les bonnes intentions, a-t-il souligné, ne suffisent pas pour maintenir la confiance du citoyen, si elles ne sont pas concrètes sur le terrain.

Réaffirmant sa position de refus de l’endettement extérieur par souci de préserver la dignité et la souveraineté nationale, le Président a exhorté le Gouvernement à plus de persévérance et de rigueur dans la gestion, à réduire les importations pour préserver les réserves de change et de tirer profit de la récession économique par laquelle passent certains pays développées pour acquérir des usines d'occasion en bon état, à des prix accessibles et rentables dans l’immédiat.

A noter que l’examen du dossier de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a été reporté jusqu’à l’étude du dossier de la prochaine rentrée universitaire.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune préside une réunion du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus. (APS, 14/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, samedi matin, une réunion du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, indique un communiqué de la Présidence de la République.

La réunion a été "consacrée à l'évaluation de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 dans le pays, et l'examen de l'approche scientifique à adopter pour un déconfinement progressif suivant la situation dans chaque wilaya. L'examen d'une éventuelle réouverture de l'espace aérien et des frontières terrestres et maritimes a été reporté à début juillet".

A cette occasion, les membres du Comité ont exprimé leur étonnement quant aux "déclarations de la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, dans lesquelles elle a manipulé les données quotidiennes du comité scientifique concernant les cas de contamination en Algérie", précise le communiqué.

Le Comité scientifique a "démenti en bloc les conclusions de la Directrice régionale", qualifiant sa position de "dépassement de ses prérogatives, qui pourrait être mû par des considérations sélectives, rejetées dans le fond et en la forme".

A l'issue de la réunion, le Président de la République a installé les professeurs Kamel Senhadji à la tête de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, Smail Mesbah au poste de vice-président de l'Agence et Elias Zerhouni, Conseiller spécial à l'Agence nationale de sécurité sanitaire "composée de personnalités scientifiques et d'experts hautement qualifiés".

L'Agence fait office de conseiller scientifique du Président de la République en matière de sécurité sanitaire et de réforme du système sanitaire national. Ses missions consistent principalement en la mise en place d'une stratégie nationale de sécurité sanitaire, de concert avec les structures concernées, et le contrôle de sa mise en oeuvre, outre la coordination des programmes nationaux de prévention et de lutte contre les risques sanitaires".

Le Président Tebboune a donné des instructions à l'effet de "promouvoir le secteur de la santé à la hauteur des attentes des citoyens à un système développé garantissant des soins de qualité conformes aux standards internationaux".

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit le Président de la Chambre libyenne des députés. (APS,14/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, samedi après-midi, le Président de la Chambre libyenne des députés, Salah Aissa Akila, en visite de travail à Alger à la tête d'une importante délégation, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Dans le cadre des efforts consentis par l'Algérie visant à trouver un règlement politique à la crise libyenne, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, aujourd'hui après-midi, M. Salah Aissa Akila, président de la Chambre libyenne des députés qui effectue une visite de travail dans notre pays, à la tête d'une importante délégation".

Lors de l'audience, le Président de la République a réaffirmé "la position inaliénable de l'Algérie en faveur d'un dialogue entre les frères libyens en vue de parvenir à un règlement politique, seul et unique moyen garantissant la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Etat libyen, loin de toute intervention militaire étrangère".

De son côté, le Président de la Chambre libyenne des députés s'est félicité "du rôle pivot de l'Algérie dans la recherche du règlement escompté à la crise de son pays", ajoute la même source.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune accorde une entrevue à des responsables de certains médias nationaux. (APS, 12/06/2020)


Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a accordé, jeudi, une entrevue, à des responsables de certains médias nationaux, lors de laquelle il a répondu à des questions relatives aux questions internes et à la situation régionale, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Cette rencontre périodique avec la presse nationale sera retransmise demain vendredi à 21hh00 sur les chaînes de télévision et de la Radio nationale", précise la même source.

L'Algérie condamne avec force l'attaque terroriste dans le Nord-est du Nigéria. (APS,11/06/2020)


ALGER - L'Algérie a condamné jeudi avec force l'attaque terroriste qui a ciblé mardi les habitants du village de Felo dans l'Etat de Borno (Nord-est du Nigéria), faisant plusieurs victimes, a indiqué le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Chérif dans une déclaration.

"Nous condamnons avec force l'attaque terroriste qui a ciblé, mardi 09 juin 2020, les habitants du village de Felo dans l'Etat de Borno, au nord-est du Nigéria, faisant plusieurs victimes parmi les civils innocents", a affirmé M. Benali Chérif.

"Nous présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes et réitérons notre solidarité avec le Gouvernement et peuple frère du Nigéria", a-t-il ajouté.

Covid-19: Les couloirs de désinfection interdits à cause de leur dangerosité sur la santé. (APS,11/06/2020)


ALGER - Les couloirs de désinfection installés au niveau d'établissements hospitaliers et autres, comme mesure de lutte contre la propagation du coronavirus, ont été interdits à cause de leur "dangerosité sur la santé", a affirmé jeudi à Alger le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar.

"La décision d'interdire les couloirs de désinfection au niveau des établissements hospitaliers et autres s'explique par leur dangerosité, pouvant entrainer, avec les produits utilisés, des complications pleuro-pulmonaires et même cutanées au niveau des muqueuses", a précisé Dr Fourrar à l'APS en marge du point de presse quotidien consacré à l'évolution de la pandémie du Covid-19.

Il a rappelé, à cet effet, que les couloirs de désinfection "qui ont été mis en place dans certains établissements hospitaliers ou autres sans autorisation ou avis préalable du comité scientifique", signalant que le Comité national de lutte et de prévention des infections nosocomiales "nous a adressé un courrier relatif à la dangerosité de ces couloirs de désinfection".

Sur la base de ce courrier, a-t-il ajouté, "nous avons soumis une observation au comité scientifique qui a également, sur la base de documents de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pris une décision d'interdire ces couloirs de désinfection".

"Une note a été adressée le 7 juin dernier, dans ce sens, aux Directeurs de la Santé des différentes wilayas afin de retirer et d'interdire l'utilisation de ces couloirs", a fait savoir Dr Fourar.

Lutte contre le coronavirus : L'Algérie fait don de 90 tonnes d'aide humanitaire au Mali. (APS,11/06/2020)


ALGER- Une aide humanitaire, composée essentiellement de 90 tonnes de denrées alimentaires et de produits de protection contre le coronavirus, sera acheminée vendredi d'Algérie vers Bamako (Mali), annonce, jeudi dans un communiqué, le Croissant rouge algérien (CRA).

"Un don, en faveur du peuple malien, composé de 90 tonnes de denrées alimentaires et de produits de protection contre la propagation de la Covid-19 ainsi que d'appareils de respiration artificielle, sera acheminée vers Bamako (Mali) vendredi, grâce à un pont aérien mis en place par l'Armée Nationale Populaire (ANP)", précise le CRA.

"Fidèle à ses principes de solidarité et de bon voisinage, le peuple algérien poursuit son élan de solidarité humanitaire avec les populations des pays limitrophes", souligne-t-il.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité. (APS, 10/06/2020)


ALGER - Le Président de la République, chef suprême des forces armées, Ministre de la défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, a présidé mercredi une réunion du Haut Conseil de Sécurité, consacrée à l'examen de nombre de questions relative à la situation générale du pays, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, chef suprême des forces armées, Ministre de la défense nationale, a présidé mercredi le 10 juin 2020, une réunion du Haut Conseil de Sécurité, consacrée à l'examen de nombre de questions relative à la situation générale du pays", précise le Communiqué.

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad met en avant le rôle de la Cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques. (APS,10/06/2020)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad a mis en avant, mercredi à Alger, l'importance de la Cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques, au regard de son rôle dans la consolidation, l'évaluation et le développement de stratégies de lutte contre la propagation d'épidémies en Algérie.

"La Cellule opérationnelle d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques contribuera à l’avenir à consolider, évaluer et développer des stratégies de lutte contre la propagation d'épidémies dans notre pays", a indiqué M. Djerad dans son allocution à l’occasion de l’installation du Pr. Mohamed Belhocine à la tête de cette Cellule.

La mise en place de cette cellule "participe de la stratégie adoptée par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation de la Covid-19, dans cette étape sensible de sortie progressive et organisée du confinement", a-t-il ajouté, précisant que "la feuille de route adoptée par le Gouvernement pour sortir progressivement et prudemment du confinement, est axée essentiellement sur la nécessité d'accompagner les étapes du déconfinement et la reprise progressive des activités économiques, commerciales et sociales, ainsi que sur le renforcement du système de recherche et d'investigation des épidémies, fer de lance de notre bataille contre la Covid-19".

Pour la Premier Ministre, les missions dévolues à la Cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques consistent en "le renforcement des moyens et mécanismes des équipes d'enquêtes épidémiologiques et la garantie d'une riposte rapide des équipes d'investigation et d'enquêtes épidémiologiques, tout en s'assurant que les enquêtes épidémiologiques soient minutieusement menées pour chaque cas et sujets contacts, dans chaque région, même si le nombre d'infections augmente, car il est absolument nécessaire d'enrayer la propagation de la pandémie, de collecter et mettre à jour les informations épidémiologiques obtenues grâce aux enquêtes épidémiologiques et de les exploiter en temps réel à travers la création d'un système informatisé garantissant l'accès quotidien aux données, ce qui permet de mettre à jour quotidiennement la carte épidémiologique au niveau national".

La Cellule est, également, chargée d'"organiser le diagnostic et les tests des cas suspects et des sujets contacts, élargir l'enquête épidémiologique pour inclure tous les sujets en contact avec les cas confirmés, multiplier les efforts de suivi des chaînes de transmission du virus et élargir la recherche sur les personnes infectées en menant des enquêtes approfondies et proactives et organiser un dispositif bien ficelé pour soumettre tous les sujets contacts avec les cas confirmés à l'isolement", a poursuivi le Premier Ministre.

Plus explicite, M. Djerad a indiqué que la cellule opérationnelle dont l'organisation sera confiée à "la cellule centrale qui siège à l’Institut national de santé publique (INSP)- et à quatre centres régionaux, en sus des services d’épidémiologie et de médecine préventive (SEMEP), bénéficiera du soutien absolu des services centraux et locaux du ministère de la Santé qui assureront aux équipes d’investigation épidémiologique les moyens humains et logistiques nécessaires à l'exercice de leur mission".

L'occasion était pour le Premier Ministre d'inviter le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à "saisir cette occasion pour adapter et mettre à jour les protocoles et méthodes d'enquêtes épidémiologiques à la lumière des caractéristiques de la pandémie de la Covid-19, de manière à permettre la collecte rapide et systématique de données selon un format facile à analyser et à exploiter, pour mieux appréhender la propagation, la gravité, la progression et l'impact de la maladie et adopter les orientations, les recommandations et les contre-mesures".

"Le renforcement des opérations d’enquête et d’investigation contribuera certainement à réduire le nombre de cas de contamination, à travers l'identification des sources de contamination et la prise de mesures anticipées en se basant sur les résultats de l’enquête", a-t-il ajouté précisant qu'il sera question de garantir des ressources financières supplémentaires que l’Etat se chargera de garantir à partir d’un budget spécial consacré à cet effet pour l’acquisition des quantités nécessaires de tests et l’élargissement du réseau national des laboratoires d’analyses à toutes le wilayas".

S'exprimant sur l'installation de M. Belhocine, également membre du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, à la tête de la Cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques, conformément aux instructions du Président de la République, M. Djerad a affirmé être convaincu que "la grande expérience acquise par le professeur Mohamed Belhocine dans le domaine des enquêtes épidémiologiques et la lutte contre les épidémies à travers les nombreuses responsabilités qu'il a eu à assumer dans le pays et au sein d'instances internationales spécialisées, permettra à cette Cellule d'atteindre les objectifs fixés".

Enfin, M. Djerad a tenu à saluer les efforts consentis pour endiguer cette pandémie, réaffirmant "le soutien des autorités publiques à tous les travailleurs du secteur de la Santé et aux cadres de l’Etat mobilisés pour gérer la crise sanitaire que connait le pays".

Le Ministre saoudien de l’Energie, le Prince Abdulaziz Ben Salmane : L'Algérie a un rôle pivot dans la stabilité du marché pétrolier au sein de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole et ses alliés (OPEP+) .(APS,10/06/2020)


ALGER- Le Ministre saoudien de l’Energie, le Prince Abdulaziz Ben Salmane a mis en avant le rôle de l’Algérie qualifié de "pivot" dans le rapprochement des vues entre les pays de l’Opep et ses alliés afin de parvenir à des accords susceptibles de contribuer à la stabilité du marché pétrolier.

Invité par la télévision algérienne mardi soir, le Ministre saoudien a mis en avant le rôle exceptionnel" de l’Algérie non seulement quant au volume de production pétrolière, mais de par son poids politique et sa capacité à rapprocher les vues des membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole et ses alliés (Opep +).

Soulignant que l'Algérie "est en mesure de prendre attache avec tout le monde", notamment durant cette conjoncture exceptionnelle, cherchant toujours des solutions consensuelles à long terme, le prince saoudien a précisé que "le rôle prépondérant de l’Algérie de mener à bien les efforts de l’Opep ne se limite pas à sa présidence de l’Organisation, mais est reconnu depuis de longues années déjà", citant comme preuve "la présence de l’Algérie au sein de tous les comités de l’Opep".

Les efforts de l’Algérie visant à faire réussir le rôle de l’Opep dans la stabilité du marché pétrolier émane également de sa conviction que cette réussite est au mieux de tous les pays membres et non membres de l’Organisation.

De son côté, le Ministre algérien de l’Energie, Mohamed Arkab, président en exercice de la conférence de l’Opep a admis que l’Arabie Saoudite avait elle aussi un rôle "pionnier" dans toutes les positions et les résultats auxquels nous sommes parvenus dans le cadre de la collaboration de l’Opep+.

Evoquant la poursuite des efforts et de la coordination entre toutes les parties, il a déclaré "nous poursuivrons cette coordination, vu que l’étape est difficile et exige davantage de coordination. Les résultats demeurent insuffisants c’est pourquoi nous intensifieront les efforts pour une sortie de crise".

Concernant le renforcement du partenariat bilatéral entre les deux pays dans le domaine de l’énergie et leur promotion au niveau des relations politiques, le ministre saoudien a fait savoir que M. Arkab et des cadres du Ministère de l’Energie ont été conviés à effectuer une visite en Arabie Saoudite pour discuter des voies de coopération dans tous les domaines.

Il a également salué "le haut niveau des compétences algériennes dans le domaine de l’énergie" tant au niveau de la Société nationale des hydrocarbures qu’au niveau des différentes sociétés mondiales, rappelant les liens de fraternité qui lient l’Algérie à son pays.

Pour sa part, M. Arkab a rappelé la visite effectuée par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune en Arabie Saoudite qui a permis de discuter de la relance de la coopération dans divers domaines, dont l’énergie.

Le partenariat entre l'Arabie Saoudite et l’Algérie émane des relations "excellentes" établies entre les deux pays, a-t-il ajouté, soulignant la nécessité d’intensifier les contacts pour relancer les voies de coopération dans le domaine de l’énergie, particulièrement dans le cadre de la nouvelle loi sur les hydrocarbures entrée en vigueur fin 2019.

Cette loi repose sur des normes mondiales dans le traitement avec les partenaires, sur la base du principe gagnant-gagnant, indique l’intervenant, ajoutant que ce cadre législatif encourage les sociétés saoudiennes à participer aux grands projets dans le cadre de la transition énergétique et l’utilisation des énergies nouvelles.

Dans ce cadre, il a salué les compétences saoudiennes dans le domaine de l’efficacité énergétique et les industries manufacturières.

De son côté, M. Arkab a convié le Ministre saoudien du pétrole à visiter l’Algérie pour s’enquérir de près des opportunités d’investissement dans le domaine de l’Energie.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit l’Ambassadeur d'Allemagne en Algérie. (APS, 09/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu mardi à Alger l'ambassadrice de la République fédérale d'Allemagne en Algérie, Mme Ulrike Maria Knotz, l’Ambassadeur a indiqué la Présidence de la République dans un communiqué.

" Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu mardi 9 juin 2020, son excellence l’Ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne en Algérie, Mme Ulrike Maria Knotz", lit-on dans le communiqué.

Les deux parties ont examiné lors de cette audience les relations bilatérales et la situation dans la région, notamment les développements survenant en Libye, a ajouté la même source.

Covid-19 : Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune met en place une cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques. (APS, 09/06/2020)


Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a décidé la mise en place, avec effet immédiat, d'une cellule opérationnelle chargée exclusivement d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques autour de cas confirmés ou hautement suspects de Covid-19, indique mardi un communiqué de la Présidence de la République.

"Dans le cadre des mesures prises par les pouvoirs publics pour faire face aux risques de propagation du Covid-19, le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, a décidé la mise en place, avec effet immédiat, d'une cellule opérationnelle chargée exclusivement d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques autour de cas confirmés ou hautement suspects de Covid-19", précise la même source.

Le Président de la République "a décidé de confier la responsabilité de cette cellule au professeur Mohamed Belhocine, membre du Comité scientifique chargé de suivi de la pandémie Covid-19, qui devra travailler en étroite collaboration avec toutes les autorités concernées, à travers le territoire national, en particulier les structures relevant du Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière", ajoute le communiqué.

Concertations sur la lutte contre la Covid-19 : Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune dépêche une importante délégation ministérielle à Nouakchott. (APS,09/06/2020)


ALGER- Le Ministre Conseiller à la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Belaïd Mohand Oussaïd a indiqué mardi à Alger que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait dépêché "il y'a quelques heures" une importante délégation ministérielle à Nouakchott (Mauritanie) pour échanger les informations entre les deux pays en matière de lutte contre la Covid-19.

S'exprimant lors d’une conférence de presse animée au siège de la Présidence de la République, M. Oussaïd a indiqué que le Président Tebboune "a dépêché, il y'a quelques heures, une importante délégation ministérielle à Nouakchott conduite par le ministre des Affaires étrangères pour échanger les informations avec les frères mauritaniens en matière de lutte contre la pandémie", estimant que cette délégation était "la première du genre depuis la suspension du trafic aérien en mars dernier".

Cette visite traduit l'intérêt particulier accordé par les Présidents des deux pays à entretenir le contact au mieux des intérêts des peuples de la région, a-t-il ajouté.

Le Ministre Conseiller à la communication, Porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Mohand Oussaïd: Les portes de la Présidence de la République ouvertes pour un dialogue "sérieux et responsable". (APS, 09/06/2020)


ALGER - Le Ministre Conseiller à la communication, Porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Mohand Oussaïd Belaïd, a affirmé, mardi à Alger, que les portes de la Présidence de la République étaient "ouvertes" à tous ceux qui souhaitent un dialogue "sérieux et responsable", moyen le plus efficace pour le règlement de tous les problèmes.

S'exprimant lors d'une Conférence de presse, M. Belaïd a assuré que les "portes de la Présidence de la République sont ouvertes à tous ceux qui souhaitent un dialogue sérieux et responsable", rappelant que c’est là une démarche "clairement prônée par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune dès son premier discours appelant à tourner la page des discordes et de la division".

"Nous sommes tous, où que nous soyons et quelles que soient nos obédiences culturelles et politiques, tenus et nous n'avons d'autre choix que de mettre la main dans la main et d’unir nos forces pour réaliser le rêve de nos prédécesseurs, de notre jeunesse et des futures générations de l'Algérie à l'édification d'une nouvelle République", avait déclaré le Président de la République, a ajouté M. Belaïd.

Il a précisé, dans ce sens, que l’appel au dialogue "tient toujours car seul le dialogue responsable, sincère et motivé uniquement par l'intérêt national est le moyen le plus efficace pour le règlement de tous les problèmes, aussi complexes soient-ils".

Par ailleurs, le Porte-parole officiel de la Présidence de la République a fait état d’une possible prorogation, pour une durée raisonnable, de la campagne de débat et d’explication autour de l'avant-projet de révision constitutionnelle afin que la Constitution escomptée soit le fruit d’un consensus national le plus large possible.

Il a estimé, à ce propos, que le débat autour de cette mouture, en dépit des mesures de prévention de la Covid-19 limitant la liberté de circulation et de réunion, "confirme le besoin impérieux du pays à une Constitution consensuelle qui jette les fondements d’une nouvelle ère "trans-mandats présidentiels" et "non une Constitution sur mesure pour des personnes ou des partis".

Soulignant que cet objectif requiert d’élargir la base du débat à toutes les franges de la société, il a précisé qu’il s’agit là d’une réponse à la demande de plusieurs partis politiques, associations civiles et personnalités nationales.

Après avoir affirmé que toutes les propositions étaient "les bienvenues", M. Belaïd a indiqué que le Président de la République "est le garant de leur prise en considération par la Commission en charge de recueillir les propositions sur la révision de la Constitution dans le cadre de la consolidation des dénominateurs communs unissant la nation en toutes circonstances, et que le dernier mot revient au peuple".

Revenant sur des aspects de la religion soulevés lors de certains débats et sur des plateaux de télévision concernant la mouture de la Constitution, le Porte-parole officiel de la Présidence de la République a estimé que "c’est là, une provocation flagrante" pour les sentiments des citoyennes et citoyens.

"Le peuple algérien est un peuple musulman depuis la nuit des temps et il le restera", a soutenu M. Belaïd, pour qui "l’objectif de ces porte-voix de la discorde et de la fitna est de détourner l’attention de l’édification d’une démocratie réelle, mais c’est des manouvres vaines", a-t-il assuré.

Le Président de la République n'a aucune intention de créer un Parti ou un mouvement politique

S’agissant des informations relayées sur la création de nouveaux Partis politiques adoptant le programme électoral du Président de la République, M. Belaïd a répondu que le Président Tebboune "a déjà affirmé qu'il ne compte aucunement créer un parti ou un mouvement politique, aussi bien lors de sa campagne électorale que lors de la conférence de presse tenue au lendemain de la proclamation des résultats de la Présidentielle" du 12 décembre 2019.

"Cette décision est toujours de rigueur, autrement dit tout ce qui est relayé à ce propos est dénué de tout fondement. Il s'agit de pratiques révolues et les parties qui les colportent doivent cesser d'imputer à l'institution de la Présidence de la République des intentions malveillantes", a averti M. Belaïd.

Affirmant, dans ce sens, que la confiance perdue du citoyen en les institutions de l'Etat, à cause des fausses promesses du passé, ne se rétablisse que par le travail de terrain, car le citoyen veut du palpable, il a ajouté que l'Etat a fait le choix d’un discours concret à l’adresse de ses citoyens. Plusieurs mesures concrètes ont été réalisées ces cinq derniers mois, a-t-il souligné.

Sur un autre registre, M. Belaïd a indiqué que l’intérêt dont fait l’objet la Mémoire nationale n’était pas nouveau et qu’il n’était aucunement motivé par une quelconque considération conjoncturelle. C’est un devoir national qui ne saurait faire l’objet de marchandage, a-t-il assuré.

A une question sur la teneur de la communication téléphonique entre la Président Tebboune et son homologue français, à la demande de ce dernier, le Porte-parole officiel de la Présidence de la République amis en avant "le respect et la considération que voue le président de la République au président Emmanuel Macron, qui a de bonnes intentions dans ses rapports à l’Algérie".

Déplorant, cependant, "l’existence en France de lobbies d’intérêts et de lobbies d’idéologies qui portent une rancœur culturelle vis-à-vis de l’Algérie", il a expliqué que ces derniers "n’avaient toujours pas digéré l’indépendance de l’Algérie et à chaque fois qu’un pas dans l’amélioration des relations bilatérales se profilait à l’horizon, c’est le branle-bas de combat pour mettre en échec toute démarche constructive entre les deux pays".

Estimant que ces lobbies "sont plus préjudiciables à l’intérêt de la France qu’à celui de l’Algérie", M. Belaïd a affirmé que "l’Algérie saura toujours leur faire face et aucune de leurs visées ne saurait se réaliser dans notre pays".

"Les relations entre les présidents des deux pays sont bonnes et seront mises à profit pour donner un nouvel élan aux relations bilatérales", a soutenu le Porte-parole officiel de la Présidence de la République.

En réponse à une question sur la neutralisation du terroriste Abdelmalek Droukdel, chef de l’organisation dite AQMI (Al Qaida au Maghreb islamique), le Porte-parole officiel de la Présidence de la République a réitéré que l’Algérie "considère toujours que le terrorisme ne la concerne pas elle seule, et que de par son caractère transfrontalier, sa lutte relève d’une responsabilité internationale".

Concernant la dernière initiative lancée par l’Egypte pour un cessez-le-feu en Libye, le Porte-parole de la Présidence de la République a réaffirmé que l’Algérie "accueille favorablement toute initiative, quelle qu'en soit l'origine, visant à mettre un terme à l’effusion du sang des frères libyens", faisant état de coordination et de concertation "quasi quotidienne" entre le chef de la diplomatie algérienne et ses homologues de la région au sujet des développements du dossier libyen.

"Nous nous tenons à équidistance de toutes les parties, car nous souhaitons un rôle de médiateur pour réunir les protagonistes sans parti pris pour l’un ou l’autre, et sans attentes quelconques du développement de la situation militaire sur le terrain", a-t-il tenu à rappeler à ce propos.

Et d’ajouter que : "l’Algérie suit de près tous les développements en Libye, comme l’a souligné, à maintes fois, le Président Tebboune à la presse nationale et internationale. L’Algérie œuvre inlassablement à permettre au peuple libyen frère d’en finir avec cette crise, dans laquelle se sont immiscées des forces étrangères mues uniquement par des intérêts propres dans la région", avait affirmé le Président de la république soulignant que "ce qui prime pour l’Algérie, c’est uniquement l’intérêt du peuple libyen et rien d’autre".

Le déconfinement, une décision scientifique relevant des spécialistes

Répondant à une question sur la date de la levée du confinement sanitaire, M. Belaïd a expliqué qu’il s’agit là d’une décision scientifique relevant de médecins spécialistes, affirmant, dans ce cadre, que l’Etat a veillé dès le début à "ne pas s’aventurer avec la vie des citoyens".

Une politique qui n’empêche pas, a-t-il ajouté, de rechercher dans le même temps des compromis entre la relance de la vie économique et la lutte contre la pandémie.

Par ailleurs, il a fait savoir que la valeur des dons numéraires versés dans les comptes dédiés à la lutte contre la Covid-19 ont atteint, jusqu'à lundi, 3,86 mds DA, plus d'un (01) million d'Euros et près d'un (01) million de dollars, et 7.700 livres sterling.

Et de souligner que "pour éviter les mésinterprétations et dans le souci d'agir dans la transparence, une commission présidée par le Premier ministre et constituée de membres représentant la société civile et la CRA sera chargée de l'élaboration d'une étude visant à arrêter les critères de distribution de ces dons aux citoyens touchés par cette pandémie".

La prime de solidarité s’élevant à 10.000 Da avait était distribuée en intégralité à ses ayant-droits au nombre de 322.000 familles, a-t-il ajouté, faisant état d’instructions données aux walis pour reconduire cette prime en deuxième phase durant le mois de juin et avant le début semaine prochaine.

Dans le même cadre, il a indiqué que l’Algérie avait rapatrié entre 12.000 et 13.000 ressortissants algériens bloqués à l’étranger depuis la fermeture de l’espace aérien à cause de la pandémie de la Covid-19, précisant que l'opération de rapatriement se poursuit et que deux (2) vols étaient prévus ce week-end pour ramener les Algériens bloqués en Turquie.

Par ailleurs, le Porte-parole officiel de la Présidence de la République a affirmé que le dossier des zones d'ombre était l'objet d'un suivi quotidien sur le terrain au plus haut niveau de l’Etat et que le devenir des responsables locaux était lié à celui de ces régions qui "sont l'une des priorités du Président de la République.

Covid-19: L’Algérie a rapatrié à ce jour près de 13.000 Algériens bloqués à l'étranger. (APS, 09/06/2020)


ALGER - Le Ministre Conseiller à la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Mohand Oussaïd Belaïd a indiqué mardi que l'Algérie avait rapatrié près de 13.000 ressortissants algériens bloqués à l’étranger depuis la fermeture de l’espace aérien à cause de la pandémie de la Covid-19.

Lors d'une Conférence de presse au siège de la Présidence de la République, le Ministre Conseiller a mis en avant "l’attachement de l’Etat à préserver la santé de ces citoyens et à les rapatrier dans les meilleurs délais et conditions", précisant qu’entre 12.000 et 13.000 Algériens avaient été rapatriés à ce jour.

"L'opération de rapatriement se poursuit", a-t-il ajouté, précisant que deux (2) vols étaient prévus ce week-end pour ramener les Algériens bloqués en Turquie.

M. Belaïd a tenu à rappeler que les rapatriés étaient directement placés en quarantaine pendant deux (2) semaines.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit l’Ambassadeur des Etats-Unis à Alger. (APS, 09/06/2020)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu lundi après-midi l’Ambassadeur des Etats-Unis à Alger, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu, lundi après midi, l’Ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, John P. Desrocher", précise le communiqué.

Lors de cette audience, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales ainsi que la situation en Libye et dans la région", conclut la même source.

Journée nationale de l’artiste: Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad présente ses vœux aux artistes. (APS,08/06/2020)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a présenté ses voeux aux artistes algériens à l'occasion de la célébration de leur Journée nationale qui coïncide avec le 8 juin de chaque année. Je me joins à vous pour célébrer votre Journée nationale, qui est aussi la journée de tout homme épris de liberté et imprégné des valeurs humaines", a tweeté M. Djerad sur le compte du Premier Ministère.

Plusieurs activités et manifestations culturelles et artistiques virtuelles ont été programmées par le Ministère à travers les Directions et maisons de la Culture au niveau national.

Crise libyenne : Le Ministre des Affaires Etrangères, M, Sabri Boukadoum s’entretient par téléphone avec ses homologues libyen, tunisien, égyptien et saoudien. (APS, 08/06/2020)


ALGER - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, s’est entretenu par téléphone, avec ses homologues de la Libye, la République tunisienne, la République arabe d’Egypte et le Royaume d’Arabie saoudite, indique, lundi, un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"Les entretiens ont porté sur les voies et moyens de renforcement des relations bilatérales avec ces pays frères, ainsi que les développements de la situation au niveau régional notamment les derniers développements en Libye", précise le communiqué.

M. Boukadoum a réaffirmé la position inaliénable de l’Algérie en faveur d’un règlement politique par le dialogue entre les différentes parties libyennes afin de parvenir à une solution politique inclusive qui garantit l’unité, la stabilité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Libye, conformément à la légitimité internationale et dans le cadre du respect de la volonté du peuple libyen frère loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.

Algérie- Emirats Arabes Unis: L’état de la coopération et de partenariat énergétique évoqué à Alger. (APS, 08/06/2020)


ALGER - Le Ministre de l’Energie, M. Mohamed Arkab s’est entretenu, lundi, avec l'Ambassadeur des Emirats Arabes Unis à Alger, Yousef Saif Khamis Sabaa Al Ali, avec lequel il a évoqué l’état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans les domaines de l'énergie, a indiqué un communiqué du Ministère.

Les entretiens qui se sont déroulés par visioconférence ont porté sur l’examen de l’état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans les domaines de l’énergie et les perspectives de leur développement, a précisé la même source.

Les deux parties ont relevé aussi les "importantes" opportunités de partenariat et d’investissements entre les deux pays dans les domaines notamment de la pétrochimie et les énergies renouvelables, a ajouté le communiqué.

A cet effet, M. Arkab a invité les entreprises émiraties à investir davantage en Algérie et de participer aux ambitieux projets que le secteur s’apprête à lancer prochainement notamment dans les énergies renouvelables.

Le Ministre de l’Energie a remercié, à cette occasion, les Emirats Arabes unis pour les réductions volontaires de leur production pétrolière afin de contribuer à la stabilité et l’équilibre du marché pétrolier.

Pour sa part, l’Ambassadeur émirati qui s’est dit satisfait des relations de coopération entre les deux pays, a exprimé le vif intérêt des investisseurs émiratis à travailler en Algérie et à investir dans des projets mutuellement bénéfiques, a conclu le communiqué.

Covid-19 : Le Ministère de la Santé remet des masques de protection à des Associations de personnes vulnérables. (APS, 08/06/2020)


Un lot de masques de protection contre le coronavirus (Covid-19) a été remis lundi à Alger par le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à des Associations de personnes vulnérables et de malades chroniques, dans le cadre de la lutte contre la propagation de l'épidémie de la Covid-19.

Il s'agit d'un don de masques de protection offert par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), qui est sous tutelle du ministère de la Santé, à des associations activant dans le secteur de la Santé, lesquelles les distribueront, à leur tour, aux malades chroniques et aux cancéreux notamment, à travers les différentes structures hospitalières au niveau national.

"Sur les 15 millions de masques reçus par la PCH sous formes de dons, celle-ci en a déjà distribué près de sept millions", a indiqué, dans une déclaration à la presse, la directrice générale de la PCH, Fatima Ouakti précisant que "la PCH continuera de distribuer ces masques en fonction des arrivages et des dons qu'elle reçoit".

De son côté, le Coordinateur du réseau des Associations des malades chroniques et des personnes vulnérables, Abdelhamid Boualag, également président de l'Association "Sos hépatites", a tenu à remercier le ministère de la Santé pour cette action de solidarité, ce qui permettra, a-t-il dit, de "prendre en charge correctement cette catégorie de malades, dont l'immunité est très faible".

Il a précisé que les réseaux qu'il préside comprend 13 associations, lesquelles sont chargées de faire parvenir ces masques aux malades chroniques, à même de les prémunir contre la Covid-19.

L'Algérie entame la première phase du déconfinement partiel. (APS, 07/06/2020)


La première phase du déconfinement a débuté ce dimanche. C’est une première étape progressive et flexible qui se déroule dans le cadre des horaires de confinement partiel.

25 activités commerciales sont concernées par cette reprise partielle décidée par les autorités, en fonction de l’impact socioéconomique et du risque de transmission du Covid-19.

La reprise des activités économiques, commerciales et de service sera conditionnée par le strict respect sur les lieux de travail et/ou de regroupement, des mesures strictes de prévention sanitaire. Aussi, les protocoles sanitaires de prévention dédiés à chaque activité, devront être scrupuleusement respectés et appliqués par l’ensemble des opérateurs, commerçants, clients et usagers.

Le plan de reprise progressive des activités économiques, commerciales et de services sera dans un premier temps déployé en deux phases :

- La première phase a débuté ce dimanche 07 juin 2020.

- La seconde phase prendra effet à partir du 14 juin 2020.

La reprise de l'activité commerciale et de service concernera une première catégorie, cela va des agences immobilières, de voyages, les commerces de produits cosmétiques, de l'artisanat, du tissu d'ameublement passant par les activités de cordonniers, de dépannage, ainsi que les lavages de véhicules, des pâtisseries et des confiseries, les Fastfoods et marchands de glaces d'une manière limité à la vente à emporter, les douches publiques, salon de coiffure pour hommes avec un accès limitée pour les clients.

Pour ce faire, le Gouvernement ne cesse d'appeler à la prudence et à l’esprit de responsabilité individuelle et collective, qui reste les meilleurs remparts pour dépasser cette crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales.

A l'entame de cette opération de déconfinement, qui sera progressive, flexible et adaptée à la situation épidémiologique nationale et locale, qui sera menée en étroite collaboration avec l'autorité sanitaire et le comité scientifique. Il est nécessaire d’indiquer que la conduite de celle-ci pose plus de contraintes que ne l’a été le confinement.

Le Gouvernement rappelle que les mesures de sortie du confinement ne doivent en aucune manière signifier un retour à la vie normale, mais bien au contraire, il incite à la prudence et à la vigilance car la menace de l’épidémie demeure omniprésente.

Dans cette série de reportages, Mohammed Saïm, Walid Dahmane, Mohamed Haouchine, Zakaria Ben et Abdelhamid Zekiri nous décrivent le déroulement du premier jour du déconfinement à Blida, la ville des roses considérée comme l'épicentre de la pandémie en Algérie, à Alger, Tizi-Ouzou, Saïda et Biskra.

La lutte contre le coronavirus évoquée par le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, M. Abderrahmane Benbouzid et le Représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en Algérie, Bla François Nguessan. (APS,07/06/2020)


La lutte contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) en Algérie et la coopération Sud-Sud dans le domaine de la santé ont été au centre de l’audience accordée, samedi à Alger, par le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, au Représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en Algérie, Bla François Nguessan, indique un communiqué du Ministère.

Lors de cette rencontre, M. Nguessan, qui a « présenté un rapport sur les actions de collaborations menées conjointement par le Ministère de la Santé et le bureau de l’OMS en Algérie, a félicité le leadership du Ministre de la Santé et les mesures prises par le Gouvernement algérien qui ont conduit à la maitrise de la situation, au vu des résultats épidémiologiques », obtenus dans la lutte contre la pandémie Covid-19, précise le communiqué.

Pour sa part, M. Benbouzid a « présenté la situation épidémiologique de l’épidémie Covid-19 en Algérie.

Il est revenu sur les acquis et l’expérience de l’Algérie dans la gestion de cette épidémie », ajoute la même source.

Le Ministre de la Santé et Président du Comité scientifique de suivi et d’évaluation de l’épidémie Covid-19 a, également, « mis en avant le travail et les contributions scientifiques des membres du Comité, particulièrement, le suivi et la prise en charge thérapeutiques des malades et les mesures de déconfinement », souligne le communiqué.

La coopération Sud-Sud a également été abordée lors de cette rencontre.

À ce titre, M. Nguessan « a proposé que l’OMS soutienne la coordination avec les pays de la région et explore les voies et les moyens pour développer cette coopération à la lumière de l’expertise de l’Algérie », soulignant à ce propos, que l’« Algérie fait partie des pays leaders dans le domaine de la santé notamment l’industrie et la production pharmaceutiques ».

De son côté, M. Benbouzid a « rassuré le Représentant de l’OMS en indiquant que la coopération entre l’Algérie et les pays de notre continent est au centre de nos préoccupations », ajoutant que « le développement de cette coopération et le renforcement des échanges d’expertises font l’objet d’une grande attention », conclut le communiqué.

L’Autorité de Régulation de l’Audiovisuel (ARAV) se félicite du rôle des médias dans la sensibilisation des citoyens. (APS, 07/06/2020)


ALGER - L’Autorité de Régulation de l’Audiovisuel (ARAV) s’est félicitée dimanche du rôle des différents médias audiovisuels en matière de sensibilisation des citoyens afin de garantir le bon déroulement des mesures de confinement, dicté par la pandémie de Covid-19, relevant toutefois "quelques infractions et dépassements" commis par "certaines chaînes de télévision".

Soucieuse du bon déroulement des mesures de confinement à travers le soutien des efforts de sensibilisation que déploient les divers médias audiovisuels, l’ARAV "se félicite du rôle de ces médias en la matière", relevant cependant "quelques infractions et dépassements commis par certaines chaînes de télévision", précise l’Autorité dans un communiqué.

A ce propos, l’ARAV a cité le cas de "la chaîne privée Bahia TV qui a organisée lors de la deuxième soirée de l’Aïd El-fitr, une cérémonie sans autorisation à la salle de fêtes de l’hôtel ‘Le Zénith d’Oran’", estimant que de cette manière la chaîne "a enfreint la mesure de la distanciation sociale en négligeant dans sa couverture la conjoncture exceptionnelle que traverse le pays du fait du Covid-19, ce qui a suscité un grand mécontentement populaire".

Suite à cet évènement, l'ARAV a convoqué la directrice de cette chaîne à son siège, où un avertissement oral lui a été adressé ainsi qu'un rappel du nécessaire strict respect des mesures de confinement sanitaire et des recommandations émises par l'autorité à cet effet.

L'Autorité a également indiqué qu'elle avait "renoncé à une sanction financière qu'elle comptait imposer à la chaîne, après que la directrice de cette dernière ait proposé de présenter un chèque en faveur du Fonds national de solidarité contre le Covid-19, estimée à un million de dinars, un montant supérieur à la valeur de la sanction qui aurait été imposée par l'ARAV".

La responsable de la chaîne "s'est engagée à résilier le contrat du producteur de ladite émission qui n'a pas respecté les termes de ce contrat, ainsi que son strict respect de la loi et de l'éthique du métier".

A cette occasion, l'ARAV a réaffirmé la nécessité de fournir à l'opinion publique des informations correctes et des garanties nécessaires lors de la couverture et du traitement des circonstances sanitaires et leurs répercussions à tous les niveaux, en sus de sa disposition d'accompagner l'activité audiovisuelle en vue de se mettre au diapason du développement juridique et technologique.

Les principaux clients de l'Algérie durant le 1er trimestre 2020 . (APS, 07/06/2020)

ALGER- Voici la liste des principaux clients de l'Algérie durant le premier trimestre 2020 et le montant des exportations algériennes vers chaque pays, avec une comparaison par rapport aux mêmes mois de 2019.

Source: Direction des Etudes et de la Prospectives des Douanes (DEPD).

Pays   Valeur   Evolution

(Millions de dollars)

-Italie   1.175   -33,04%

- France   1.005   -31,22%

- Turquie   705   +20,52%

- Espagne   627   -52,83%

- Chine   471   +21,14%

-Pays-Bas   351   -14,55%

-USA   322   -58,86%

-Malte   283   +188.161,49%

-Belgique   271   +18,73%

-Inde   268   -32,82%

-G.Brétagne   235   -57,40%

-Tunisie   220   -30,49%

-Brésil   197   -39,52%

-Singapour   193   +1.007,52%

-Australie   191   +3,78%.

Reste du monde (92 pays) 1.097,06 -21,59%

TOTAL 7.617,09

Crise libyenne: l’Algérie prend acte de la dernière initiative politique pour trouver une solution. (APS, 07/06/2020)


ALGER - L’Algérie a pris acte de la dernière initiative politique en faveur d’un cessez-le-feu immédiat et d’une solution politique à la crise libyenne, a indiqué dimanche un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

Le communiqué rappelle la position de l’Algérie "qui se tient à équidistance des frères libyens ainsi que les efforts consentis à différents niveaux pour parvenir à un règlement politique, à commencer par un cessez-le-feu et le retour des belligérants libyens à la table du dialogue, pour aboutir à une solution politique inclusive, conformément à la légalité internationale et aux décisions du Conseil de sécurité onusien, et ce dans le respect de la volonté du peuple libyen frère".

L'Algérie a réitéré "son attachement au rôle axial des pays voisins afin de rapprocher les vues entre les frères libyens, à la faveur d’un dialogue inclusif en tant qu’unique voie pour rétablir la paix en Libye et garantir son unité et son intégrité territoriale".

De ce fait, l’Algérie "appelle les différents acteurs régionaux et internationaux à coordonner leurs efforts pour trouver un règlement politique durable à la crise dans ce pays frère", conclut le communiqué.

Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement à partir du 14 juin élaborée par le Gouvernement. (APS, 04/06/2020)


Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement, imposé par l'épidémie du Coronavirus, a été élaborée par le Gouvernement en tenant compte de l'évolution de la situation épidémiologique à l’échelle nationale et de chaque wilaya, indique jeudi un communiqué des services du Premier Ministre.

"Conformément aux instructions de Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, le Premier Ministre Abdelaziz Djerad, a arrêté la feuille de route de sortie du confinement qui est à la fois, progressive et flexible et dans laquelle la priorisation des activités a été arrêtée en fonction de leur impact socio-économique et du risque de transmission du Covid-19", précise la même source.

"Cette feuille de route, élaborée sur la base des recommandations émises par l’autorité sanitaire, prévoit outre l’élaboration de guides de règles sanitaires à observer pour chaque secteur et/ou activité, la mise en place d’un dispositif renforcé de surveillance sanitaire, basé sur une stratégie de détection précoce et appuyée par un dépistage ciblé", ajoute le communiqué.

Ce plan de sortie progressive du confinement, qui sera entamée à partir du 14 juin, sous la forme de levée ou d’aménagement du confinement sanitaire partiel en vigueur, "tiendra compte de l'évolution de la situation épidémiologique à l’échelle nationale et de chaque wilaya à travers des indicateurs pertinents", explique la même source.

La reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin La reprise des activités économiques, commerciales et de services sera entamée à partir de dimanche 7 juin 2020 et scindée en deux phases, d'après le plan de déconfinement établi par le Gouvernement, ont indiqué jeudi les services du Premier ministère dans un communiqué.

"La reprise des activités économiques, commerciales et de services sera conditionnée par le strict respect sur les lieux de travail et/ou de regroupement, des mesures strictes de prévention sanitaire", a précisé la même source, ajoutant que "les protocoles sanitaires de prévention dédiés à chaque activité, devront être scrupuleusement respectés et appliqués par l’ensemble des opérateurs, commerçants, clients et usagers".

Ainsi, le plan de reprise progressive des activités économiques, commerciales et de services sera dans un premier temps déployé en deux phases avec la première phase qui débutera le dimanche 7 juin 2020, tandis que la seconde sera prendra effet à partir du 14 juin 2020, selon la même source.

La première phase concerne la reprise des activités de plusieurs secteurs, dont le BTPH compris les activités de sous-traitance et les bureaux d’études (architecture, urbanisme, génie civil ), avec l’organisation des transports du personnel, à la charge des entreprises, qui sera autorisé à circuler sur l’ensemble du territoire national de 05h00 du matin jusqu’à 19h00 dans le respect des consignes sanitaires et de sécurité édictées en la matière.

La relance des travaux sur les chantiers est subordonnée au respect par les employeurs de la disponibilité des équipements de protection individuelles des travailleurs (masques, gants, casques), à la planification des travaux de façon à respecter la distanciation physique et lorsque c’est le cas, à l’organisation des conditions de leur hébergement et de leur restauration rapide, qui doit tenir compte des consignes de distanciation physique, d’hygiène et de désinfection régulière des locaux et des lieux, précise le document.

L’utilisation des moyens de transport des travailleurs, d’engins et de véhicules de chantier, doit répondre aux exigences des protocoles sanitaires particulièrement le nettoyage régulier et la désinfection quotidienne, a-t-on souligné.

Quant à la reprise de l’activité commerciale et de services, elle concernera une première catégorie, à savoir : les artisans céramistes, les plombiers, les menuisiers, les peintres, les agences de voyage, les agences immobilières, la vente de produits d’artisanat, les activités de cordonnier et de tailleur, ainsi que l’activité de maintenance et de réparation.

Elle concerne également le commerce d’articles ménagers et de décoration, le commerce d’articles de sport, le commerce de jeux et de jouets, les pâtisseries et confiseries, la vente à emporter de glaces et de boissons, les fast-foods (uniquement la vente à emporter), le commerce de literies et tissus d’ameublement, le commerce des appareils électroménagers, la vente des produits cosmétiques et d’hygiène, le commerce de fleurs, les pépiniéristes et les herboristes, les studios photographiques, ainsi que les activités de tirages de plans et de photocopie.

Les douches à l’exception des hammams, la maintenance, le dépannage et le lavage de véhicules, les galeries d’art, le commerce des instruments de musique, les antiquaires et brocantes, les librairies et papeteries, les salons de coiffures pour hommes, ainsi que les marchés à bestiaux y sont aussi concernés.

A cet effet, un dispositif préventif d’accompagnement particulier aux activités autorisées, devra être mis en place par les différents opérateurs et commerçants concernés, comprenant notamment l’obligation du port du masque, l’affichage des mesures barrières et de prévention sur les lieux, l’organisation des accès et des files d’attentes à l’extérieur et à l’intérieur des locaux de façon à respecter l’espacement et la distance physique, tout en limitant nombre de personnes présentes en un même lieu.

La mise en place à l’intérieur des locaux, d’un sens unique de circulation, de marquage lisible au sol et de barrières, pour éviter les croisements des clients, l’installation de paillasses de désinfection aux entrées, la mise à la disposition des usagers et des clients de solution hydro-alcoolique, le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux, la désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques et prévoir des bacs dédiés à recueillir les masques, gants, mouchoirs ou matériel médical usagé, doivent également être observés.

Le port d’un masque de protection obligatoire pour tous les clients

Le document a également précisé que "tous les clients doivent se doter d’un masque de protection et que les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation".

Toutefois, souligne le texte, la particularité de l’activité des salons de coiffures hommes nécessite d’organiser cette activité par voie de rendez-vous, de respecter strictement l’obligation du port du masque par le coiffeur et le client, la limitation de l’accès au local à deux clients au maximum, ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés.

Concernant les marchés à bestiaux hebdomadaires, les marchés de fruits et légumes, ainsi que les souks et grands espaces de vente de proximité, ils feront l’objet d’une attention particulière, où toutes les mesures sanitaires édictées doivent être appliquées rigoureusement par les responsables du marché, notamment le port du masque obligatoire, la distanciation physique, la désinfection des lieux et la mise à disposition des gels hydro alcoolique.

Le contrôle et l’organisation des accès, par l’usage d’appareil, l’installation de couloirs et de paillasses de désinfection aux entrées et la matérialisation des circuits de circulation des usagers par le moyen de traçage et de panneaux d’indication, sont également exigés.

Le contrôle de l’application de ces mesures par les commerçants sera assuré par les autorités habilitées, a-t-on précisé.

Ce dispositif d’accompagnement sera adossé à l’arsenal juridique national de prévention en matière d’hygiène et de sécurité et de médecine du travail, notamment la loi cadre n 88-07 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail.

Dans ce cadre, les organismes de prévention notamment ceux sous tutelle du ministère du travail, à l’exemple de l’Institut national de prévention des risques professionnels et l’Organisme de prévention des risques professionnels dans les activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique, seront mis à contribution en relation avec les organismes employeurs à l’effet d’intégrer les mesures sanitaires à observer au titre de la prévention et de la lutte contre le COVID-19, dans les règlements intérieurs des entreprises.

En sus des services d’inspection du travail, les comités inter-entreprises d’hygiène et de sécurité, ainsi que les services d’hygiène et de sécurité des entreprises et les structures en charge de la sureté interne des entreprises (SIE) seront totalement impliquées dans ce dispositif de prévention et exerceront à ce titre, toutes leurs attributions de contrôle.

Les partenaires sociaux, qui seront également fortement impliqués dans cette démarche.

La commission de wilaya chargée de coordonner l'action sectorielle de prévention et de lutte contre la pandémie du Coronavirus Covid-19, en relation avec les services de santé, les services vétérinaires, les collectivités territoriales et les services de sécurité, veilleront chacun, en ce qui le concerne, à l’application de l’ensemble des mesures de prévention, selon le communiqué.

Le non-respect de ces mesures donnera lieu "à la fermeture immédiate du commerce ou de l’activité concerné et à l’application rigoureuse des sanctions prévues par la législation et la réglementation en vigueur".

Par ailleurs, le plan de reprise progressive et graduelle à partir du 14 juin 2020 des activités commerciales et économiques dans sa deuxième phase, concernera d’autres activités qui seront identifiées et arrêtées par les pouvoirs publics en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et du comportement des usagers.

Il s’agit notamment de certaines activités de transport par taxi, ainsi que la restauration et les débits de boissons, dont l’organisation sera précisée en temps opportun, selon la même source.

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad salue les efforts et sacrifices du corps médical face à la pandémie de Covid-19. (APS, 04/06/2020)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a salué jeudi à Alger les efforts du corps médical en première ligne de la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19, soulignant que l’hommage du Président de la République à trois professionnels de santé auxquels il a décerné à titre posthume la médaille de l'ordre du mérite au rang de "Achir" participait de la reconnaissance de leurs sacrifices qui "resteront gravés dans la mémoire du peuple algérien".

Dans une allocution lors de la cérémonie de remise, à titre posthume, au nom du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de la médaille de l'ordre du mérite au rang de "Achir" à trois professionnels de santé victimes du Covid-19, à savoir r. Si Ahmed El-Mahdi, Dr Boudissa Wafa et l’ambulancier Talhi Djamel, M. Djerad a précisé qu’"en reconnaissance des efforts consentis à tous les niveaux et à dans tout le pays, le Président de la République a décidé de rendre hommage aux professionnels de santé, médecins, paramédicaux et travailleurs du secteur appartenant à l’armée blanche qui a consenti d’énormes sacrifices en première ligne face à l’épidémie".

Cet hommage est rendu à travers "trois enfants de l’Algérie, dont le souvenir restera gravé dans la mémoire du peuple algérien comme un modèle absolu de sacrifice", a ajouté le Premier Ministre lors de la cérémonie qui s’est déroulée en présence des Conseillers à la Présidence de la République, Abdelhafidh Allahoum et Aïssa Belakhdar, de membres du Gouvernement, des familles des défunts et de représentants de la société civile.

Le Premier Ministre a tenu à rendre hommage au Professeur Si Ahmed El Mahdi qui "a été dès le début de la propagation de la pandémie, en première ligne aux côtés de ses confrères, avant de nous quitter. Avec sa disparition, nous perdons un grand homme aux compétences reconnues connu pour son professionnalisme et son humanisme, ainsi que le médecin Wafa Boudissa, décédée enceinte dans une conjoncture difficile qui a affecté les Algériens, elle qui accomplissait sa noble mission pour que son sacrifice reste en mémoire".

De même qu’il s’est recueilli à la mémoire du défunt "héro" Talhi Djamel, décédé après avoir contracté le Cocid-19, alors qu’il transportait les malades à l’hôpital de Boufarik "avec bravoure et dévouement".

Le Premier Ministre s’est recueilli également à la mémoire de toutes les victimes de cette pandémie parmi les citoyens, les membres de la société civile et de tous les corps qui étaient en première ligne pour enrayer cette pandémie.

A cette occasion, M. Djerad a appelé le peuple algérien à "tirer les enseignements des sacrifices consentis par le corps médical, prendre conscience de la gravité de la pandémie et faire preuve de solidarité avec l’ensemble du corps médical pour préserver la santé et la vie des Algériens, et ce en respectant les gestes barrière.

=Aicha Barki, un modèle à suivre dans l’action associative au service de la société=

Après avoir remis la médaille de l'ordre de mérite au rang de "Achir" à titre posthume à Aicha Barki, Présidente de l'Association "Iqra", le Premier Ministre a salué "les actions accomplies par la défunte, des années durant, en matière d’alphabétisation", soulignant que toute action nationale qu’elle a menée "est un modèle à suivre au service de la société, toutes catégories confondues".

Les réalisations accomplies par son association lui ont permis d’être un modèle à méditer en matière d’action associative, a-t-il ajouté.

"En assurant l’encadrement de plus de 4.400 classes pédagogiques d’alphabétisation réparties sur 1.341 communes avec pas moins de 4.000 encadreurs, cette association a montré la place de choix que devraient occuper toute organisation sérieuse de la société civile, de par son rôle de partenaire effectif des autorités publiques, notamment le Ministère de l’Education nationale et l’Office national d'Alphabétisation et d'Enseignement des adultes (ONAEA)",dans "la mise en place de la stratégie nationale de lutte contre l’illettrisme".

Ces contributions ont permis à l’Algérie de faire baisser le taux d’analphabétisme à 8,71%, contre 85% au lendemain de l’indépendance, a expliqué M. Djerad, estimant que le nouveau taux était "classé comme le meilleur dans la région".

Se félicitant du rôle de l’Association dans la représentation de l’Algérie et le partage de son expérience à l’échelle arabe, mais aussi au niveau international, ce qui lui a valu plusieurs distinctions et prix internationaux, le Premier ministre a indiqué que la bataille de l’enseignement et pour l’alphabétisation, "est l'une des principales batailles menées après l'indépendance, afin de pallier aux séquelles du colonialisme destructeur qui tentait d'aliéner l’identité nationale et de jeter le peuple dans les bourbiers de la pauvreté, de l’ignorance et du sous-développement".

Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position. (APS, 04/06/2020)


ALGER- L'annonce par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine, neuf jours après les avoir suspendus, conforte la position de l'Algérie qui a décidé de ne pas renoncer à l'utilisation de cette molécule dans le traitement contre le nouveau coronavirus (Covid-19).

Fin avril, l'Organisation a lancé des essais cliniques portant notamment sur l'hydroxychloroquine, baptisés "Solidarité", dans le but de trouver un traitement efficace contre le Covid-19.

Le 25 mai, l'autorité sanitaire mondiale avait annoncé la suspension des essais portant sur l'hydroxychloroquine suite à la publication d'une étude dans la revue médicale "The Lancet" jugeant "inefficace" voire "néfaste" le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Mais alors que la revue The Lancet a pris ses distances mardi soir avec l'étude, en reconnaissant dans un avertissement formel que "d'importantes questions" planaient à son sujet, l'OMS a publié ses conclusions plus tôt que prévu.

"Nous sommes maintenant assez confiants quant au fait de ne pas avoir constaté de différences dans la mortalité", a déclaré mercredi Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l'OMS, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l'organisation à Genève.

Après analyse des "données disponibles sur la mortalité", les membres du Comité de sécurité et de suivi ont estimé "qu'il n'y a aucune raison demodifier le protocole" des essais cliniques, a insisté le Directeur Général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle.

Le Groupe exécutif de l'essai Solidarité, qui représente les pays participants, "a reçu cette recommandation et approuvé la poursuite de toutes les dimensions des essais, y compris sur l'hydroxychloroquine", a-t-il dit.

"Le Groupe exécutif communiquera avec les principaux chercheurs en charge de l'essai au sujet de la reprise de dimension hydroxychloroquine de l'essai", a-t-il détaillé.

Pour l'Algérie, l'hydroxychloroquine a prouvé son efficacité

Depuis fin mars dernier, des milliers d'Algériens contaminés ont reçu un traitement à base d'hydroxychloroquine, selon le docteur Djamel Fourar, Porte-parole du comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie.

Mercredi, le Docteur Fourar a précisé que le nombre de patients ayant bénéficié du protocole de traitement en vigueur (basé sur l'hydroxychloroquine) s'élève à 18 681, comprenant 8 305 cas confirmés, selon les tests virologiques (PCR) et 10 376 cas suspects selon des indications de l'imagerie et du scanner

Lors du dernier Conseil des Ministres, le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid, a affirmé que le protocole de traitement adopté depuis le 23 mars dernier et basé sur l'utilisation de cet anti-paludique, "a prouvé son efficacité avec le rétablissement de 98,2% des patients atteints sur un total de plus de 16.000 cas traités".

Dans son exposé présenté lors de ce Conseil des Ministres, M. Benbouzid a fait état d'une "stabilité de la situation sanitaire dans le pays ayant permis une reprise des activités sanitaires au niveau des hôpitaux, y compris les interventions chirurgicales non urgentes et l'enregistrement d'indicateurs positifs à la faveur de l'activation et du renforcement des mesures sanitaires".

Le Ministre de la Santé a défendu, dès mars dernier, le choix fait par le comité scientifique d'utiliser la chloroquine pour traiter le coronavirus, estimant que l'Algérie n'a "pas d'autres choix".

"Nous ne sommes pas dans l'erreur", avait-il déclaré à la presse en marge d'une visioconférence avec un expert du Ministère chinois de la santé. M. Benbouzid a soutenu que l'approche thérapeutique adoptée par l'Algérie a été "validée par le comité scientifique" installé par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

"Le choix de cet antipaludique pour soigner les malades atteints du Covid-19 s'est fait au regard des expériences menées dans d'autres pays qui ont un système de santé de qualité", a-t-il expliqué, citant, à ce titre, le cas de la Chine qui "semble avoir réussi à contenir l'épidémie".

Evoquant le débat actuel autour de la chloroquine, le ministre a affirmé que les scientifiques restent encore partagés sur le réel potentiel de cette molécule.

Allocution du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune devant les cadres et personnels de l’Armée Nationale Populaire (ANP). (APS, 03/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, a prononcé, mardi lors de sa visite au siège du Ministère de la Défense nationale, une allocution devant les cadres et personnels de l’Armée Nationale Populaire (ANP). En voici la traduction APS:

"Au nom d’Allah, Clément et Miséricordieux,

Louanges à Allah,

Que les prières et la paix d'Allah soient sur Son messager,

Monsieur le Général-major, Chef d’Etat-major de l’ANP par intérim,

Monsieur le général de corps d’armée,

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Défense nationale,

Messieurs les Commandants des Forces,

Monsieur le Commandant de la Première Région militaire,

Messieurs les Chefs de Département,

Messieurs les Directeurs Centraux, Commandants des Régions et responsables dans toutes les Régions militaires, qui nous suivent par visioconférence, Il m’est très agréable de vous rencontrer aujourd'hui pour la deuxième fois, en quelques mois seulement depuis mon élection à la magistrature suprême du pays et je souhaite voir se perpétuer cette louable tradition entre le Chef suprême des Forces armées et les cadres de l'Armée Nationale Populaire (ANP), digne héritière de l'Armée de Libération Nationale (ALN).

J’ai suivi avec fierté et respect les manœuvres militaires exécutées par les différentes unités et j’ai pu percevoir, à travers les principaux indicateurs opérationnels, les résultats du plan tracé pour moderniser les capacités de nos Forces armées et hisser leur niveau de professionnalisme dans un monde où les notions de sécurité et de guerre ont évolué au même titre que les missions de défense, de sécurité et de développement.

Aussi, je vous félicite pour le niveau élevé de disponibilité opérationnelle permanente et de maîtrise des types d’armes les plus modernes. C’est là, pour moi un motif d’une plus grande assurance quant à la capacité de notre vaillante Armée à s'acquitter de ses missions constitutionnelles de préservation de l'indépendance nationale et de défense de la souveraineté nationale, de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays.

Cela étant, je vous exhorte à la persévérance en adéquation avec les mutations régionales et les défis sécuritaires dans le cadre du respect des engagements de notre pays, de son rôle axial dans la région et de son attachement à la consolidation de la paix et de la sécurité dans le Monde.

Je demeure convaincu que la promotion des industries militaires, en tant que choix stratégique, est tout aussi importante pour la protection de la souveraineté, des constantes et valeurs de la Nation et le renforcement de la cohésion de ses enfants que l’édification d’une économie nationale forte et diversifiée.

Vous avez démontré, vous les vaillants, que votre place est toujours au côté du peuple. Vous l’avez prouvé, plus récemment encore une fois, en vous positionnant du côté du Hirak béni pour l’édification d’une nouvelle République, dont nous nous attelons à jeter les fondements sous la bannière de la Déclaration du 1e novembre 1954. Et vous le prouvez, de nouveau aujourd'hui, par votre vigilance à veiller sur les frontières et à la sécurité du pays ainsi que par votre constante disponibilité à mettre en place tous les moyens nécessaires afin de répondre, le cas échéant, aux besoins du secteur de la Santé publique dans la bataille contre la propagation de la pandémie Covid-19.

Il n’est donc pas étonnant que cette position nationale constante de l’ANP, digne héritière de l’ALN, dérange les ennemis de l’Algérie parmi les haineux, les envieux et ceux qui se cachent derrière des lobbies, toujours prisonniers d’un passé à jamais révolu. Des lobbies notoires par leur appartenance, connus par leurs ramifications et instruments auxquels nous saurons faire face.

Il n’est pas étonnant, non plus, qu’ils s’acharnent dans leur campagne hystérique pour attenter à votre moral, car incapables de retenir les leçons du passé pour comprendre que ces campagnes désespérées contre la digne héritière de l’ALN, quelles que soient leurs férocités leurs artifices ne feront que raffermir l’adhésion de notre peuple autour de son Armée et rendre plus fusionnel leur lien indéfectible.

C'est là, la signification profonde du slogan «Djeich Chaab khawa khawa» (Armée-peuple, frères-frères) scandé par des millions de voix à travers l’ensemble du territoire national, des semaines durant, à la face du Monde, permettant ainsi de sauver le pays du sort incertain auquel il était voué et de le conduire vers une ère d'espoir et de confiance retrouvée en soi.

En conclusion, je tiens à rendre un hommage appuyé aux braves éléments de l’ANP stationnés aussi bien aux frontières face aux organisations terroristes que dans les plaines et les montagnes face à tous ceux qui seraient tentés de nuire à la stabilité de la patrie.

Tous prêts au sacrifice suprême pour être réellement par, leur exemplaire éthique militaire, leur solide volonté et leur inébranlable détermination, les dignes successeurs de leurs meilleurs prédécesseurs.

Vive l’Algérie, libre, souveraine et altière,

Gloire et éternité à nos valeureux Chouhada.

Réunion du Gouvernement: Examen de Projets de Décrets exécutifs. (APS, 03/06/2020)


ALGER - Des Projets de Décrets exécutifs relatifs à plusieurs secteurs ont été examinés mercredi lors d'une réunion du Gouvernement présidée en visioconférence par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

Lors de cette réunion, il a été procédé à l’examen d’un projet de décret exécutif relatif au secteur de l’Agriculture et du développement rural, à l’examen d’un projet de décret exécutif relatif au secteur des Travaux publics et des transports ainsi qu'à la présentation d’une communication de la ministre de la Solidarité nationale et de la famille et de la condition féminine sur les perspectives de relance et le développement des activités sectorielles, précisent les mêmes services.

A cette occasion, le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a présente une communication relative à la situation sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (Covid-19), avant que le gouvernement n'entende un exposé du ministre de l’Agriculture et du développement rural relatif à la présentation du projet de décret exécutif fixant les règles applicables aux coopératives agricoles.

La réunion du Gouvernement a entamé ses travaux par l’examen du projet de décret exécutif modifiant et complétant le décret exécutif n 96-459 du 18 décembre 1996 fixant les règles applicables aux coopératives agricoles.

Ce texte présenté par le Ministre chargé de l’agriculture, a pour objectif d’apporter les solutions et corrections adéquates aux contraintes, défaillances et lacunes constatées par les agricultures dans leur organisation en coopératives.

L’actualisation de l’encadrement réglementaire de ce mode de gestion en commun, pilier du développement agricole et de la sécurité alimentaire, trouve tout son sens et son importance dans les perspectives qu’il offre, notamment, aux petits agricultures, en termes d'efficacité de gestion des ressources et de facilité d’accès au marché, à la formation, aux technologies, aux innovations ainsi qu’aux services de vulgarisation.

Ce projet de décret a été renvoyé pour une deuxième lecture à l’effet de revoir les différentes procédures d’agrément qui se caractérisent par des lourdeurs bureaucratiques qu’il y’a lieu d’alléger et de simplifier, ajoute le communiqué des services du Premier Ministre.

Le Gouvernement a, par la suite, entendu un exposé du Ministre des Travaux publics et des Transports relatif à la présentation du projet de décret exécutif fixant les missions de l’Agence nationale de l’aviation civile.

Conformément aux directives du Président de la République relatives à la mise en place de l’Agence nationale de l’aviation civile, lors du conseil des Ministres du 3 mai dernier, le gouvernement a examiné et adopté un projet de décret exécutif fixant les missions, l’organisation et le fonctionnement de cette agence.

Celle-ci aura pour mission principale d’assurer l’exercice des missions de l’Etat en matière de régulation, de contrôle et de supervision de toutes les activités de l’aviation civile. L’adoption de ce projet de décret permettra la mise en place effective de cette agence qui s’inscrit dans le cadre de l’application des recommandations de l’organisation internationale de l’aviation civile (OACI), qui appelle les pays membres à se doter d’un organisme autonome pour la gestion de la sûreté et de la sécurité de l’aviation civile, l’amélioration de la qualité des prestations offertes en matière de transport aérien ainsi qu’une meilleure prise en charge des droits des voyageurs.

Lors de cette réunion du Gouvernement, a été aussi présentée une communication de la Ministre de la Solidarité nationale et de la famille et de la condition féminine sur les perspectives de relance et le développement des activités sectorielles en vue leur examen par le Conseil des Ministres.

Il a été rappelé à cette occasion, les principes fondateurs de la politique nationale de solidarité, à savoir : le principe de solidarité de la communauté nationale envers les catégories les plus vulnérables de la société, le renforcement des acquis sociaux à travers des mécanismes transparents d’aide, ainsi que l’actualisation permanente et le renforcement des outils juridiques dédiés à la protection sociale de cette frange de la population.

Le Gouvernement a également entendu la communication du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière sur l’évolution de la situation sanitaire au niveau national liée au Covid-19 ainsi que sur les dispositions prises par les pouvoirs publics pour faire face à cette situation.

A la suite de la présentation de cette communication, le Premier ministre a tenu à rappeler les directives du Président de la République indiquant que la feuille de route de sortie du confinement, qui sera progressive et flexible, devra être impérativement élaborée sur la base des recommandations émises par l’autorité sanitaire et en concertation avec les partenaires sociaux, en rappelant que la santé des citoyens demeure la préoccupation prioritaire des pouvoirs publics.

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad : Le déconfinement sera "progressive et flexible". (APS, 03/06/2020)


ALGER -La feuille de route de sortie du confinement, imposé par la pandémie du coronavirus (Covid-19), sera "progressive et flexible" et devra être "impérativement" élaborée sur la base des recommandations émises par l'autorité sanitaire et en concertation avec les partenaires sociaux, a affirmé mercredi le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad.

M. Abdelaziz Djerad, qui a présidé, une réunion en visioconférence du Gouvernement, a rappelé les directives du Président de la République relatives à ce dossier, indiquant que "la feuille de route de sortie du confinement, qui sera progressive et flexible, devra être impérativement élaborée sur la base des recommandations émises par l’autorité sanitaire et en concertation avec les partenaires sociaux".

Il a réaffirmé, à cette occasion, que "la santé des citoyens demeure la préoccupation prioritaire des pouvoirs publics".

Lors de la réunion du Conseil des Ministres, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune s'est dit satisfait quant à l'amélioration progressive relevée en matière de lutte contre la propagation de la pandémie de Coronavirus, mettant l'accent sur l'impératif respect des mesures préventives, notamment le port des masques de protection et le respect de la distanciation physique.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune préside une séance de travail au siège du Ministère de la Défense Nationale (MDN). (APS, 02/06/2020)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale, a présidé mardi une séance de travail au siège du Ministère de la Défense Nationale (MDN), indique un communiqué de la Présidence de la République.

Outre le Général-Major Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire (ANP) par intérim, la séance de travail s'est déroulée en présence du Secrétaire Général du MDN, du Commandant de la 1ère Région militaire et des Commandants des Forces terrestres, aériennes et maritimes, de la Garde républicaine, de la Gendarmerie nationale et des Forces de défense aérienne du territoire ainsi que des chefs des départements et des directeurs centraux du MDN.Les Commandants et responsables des régions militaires ont également suivi, par visioconférence, cette séance, conclut le communiqué.

Conseil de la Nation: Adoption à l'unanimité du texte de Loi de Finances Complémentaire 2020. (APS, 02/06/2020)


ALGER- Le Conseil de la Nation a adopté mardi, à l'unanimité, le texte de Loi de Finances Complémentaire (LFC 2020), lors d'une séance plénière présidée par le Président du Conseil par intérim, Salah Goudjil, en présence du Ministre des Finances, Abderrahmane Raouya et des membres du Gouvernement.

La LFC 2020 prévoit la baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 mds DA (mds DA) contre 7.823,1 mds DA dans la Loi de finances (LF) initiale.

Les recettes budgétaires devraient elles aussi baisser à 5.395,8 mds DA contre 6.289,7 mds DA dans la LF initiale Le déficit budgétaire devrait atteindre 1.976,9 mds DA (-10,4% du PIB) contre 1.533,4 mds DA dans la LF initiale (-7,2% du PIB).

Compte tenu de la chute drastique des cours du pétrole ces derniers mois, le prix de référence du baril de pétrole a été revu à la baisse de 50 à 30 dollars et le prix de marché est passé de 60 à 35 dollars dans la LFC 2020.

Le projet de LFC avait été adopté dimanche par l'APN.

La Commission des Finances et du budget de l'APN avait approuvé plusieurs amendements au PLFC 2020, notamment la révision des montants du droit de timbre sur les véhicules neufs et la prolongation de la réduction de la TVA à 9 % pour les activités touristiques jusqu’à fin 2021.

Le Comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement". (APS, 02/06/2020)


ALGER- Le Ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, M. Amar Belhimer a affirmé mardi à Alger que le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, était le seul habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement sanitaire.

"Composé des meilleurs médecins et spécialistes, le Comité est le seul habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement sanitaire", a indiqué M. Belhimer dans un entretien accordé au quotidien arabophone "El Khabar", soulignant dans le même cadre que le déconfinement était tributaire "du respect par les citoyens des mesures de confinement et du respect des mesures préventives, dont le port du masque de protection, devenu obligatoire depuis le premier jour de l’Aïd El Fitr, en application de la décision du Conseil des ministres tenu le 20 mai dernier".

Rappelant que l'obligation du port du masque intervient en application des ordres du Président de la République et dans un souci de préservation de la santé et de la sécurité des citoyens dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie de nouveau coronavirus, le Ministre de la Communication a souligné que les contrevenants encourent des peines sévères.

Le Gouvernement a mis à la disposition tous les moyens avec des prix raisonnables, a ajouté le ministre, relevant les initiatives des citoyens qui ont contribué avec plusieurs moyens de protection fabriqués localement, ce qui montre a-t-il dit "l’esprit de solidarité habituel qui anime les algériens".

Les moyens mis en place par l'Etat algérien au profit de ces citoyens dans le cadre de la lutte contre l’épidémie "peut être étudié en tant que stratégie de riposte à cette pandémie ou à d’autres", a estimé M. Belhimer, soulignant que les institutions de l’Etat "se sont mobilisées dès le début sur les plans financier, sanitaire et des services".

La prise en charge de l'Etat "s’est poursuivie sans interruption aux niveaux intérieur et extérieur", toutes les conditions nécessaires au rapatriement à titre gracieux des Algériens ayant été réunies et la prise en charge sanitaire ayant été assurée en continue, a fait valoir le ministre.

Il a, dans ce contexte, rappelé que sur décision du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, "plusieurs mesures anticipatives" ont été prises à travers le déblocage d’un budget initial de 3,7 milliards de DA pour la prise en charge des dépenses urgentes et l’allocation d’un montant de 100 millions de dollars pour l'acquisition d’équipements de protection, de produits pharmaceutiques et de dispositifs médicaux.

De plus, le Gouvernement a accompagné depuis le début "les personnes impactées par cette pandémie, en particulier celles à faible et moyen revenus journaliers", a ajouté le ministre, rappelant à ce titre la décision de mise en congé exceptionnel rémunéré de 50% des effectifs.

Qui plus est, l’allocation exceptionnelle de 10.000 DA en faveur des familles nécessiteuses a bénéficié jusqu'au 27 mai à 321.955 personnes en plus des aides du ministère de la Solidarité nationale au profit des retraités et des personnes âgées, a-t-il poursuivi, relevant que la dernière réunion du Conseil des ministres avait décidé de reconduire ce soutien jusqu'au mois de juin en cours.

"Ce Gouvernement est celui de tous les Algériens, aussi bien ceux qui le soutiennent que ceux qui s’y opposent", a-t-il soutenu. A cette occasion, il a salué la mobilisation de tous ceux qui ont joué "un rôle national de solidarité" pour faire face à cette pandémie, à l’instar des services de santé, des agents de la sûreté nationale, de la protection civile et de l’information national, soulignant "le rôle éminent" de l’Armée nationale populaire (ANP) dans le transfert du matériel médical.

Pour ce qui de la levée du confinement dans quatre wilayas (Saïda,Tindouf, Illizi et Tamanrasset), le ministre a précisé que cela s’explique par le fait de passer d’une étape à risques à une étape à moindres risques qui est celle la coexistence où l’on affronte la situation de manière plus sereine, loin de toutes tensions et de panique, réaffirmant que l’Etat a adopté, dès le début de la pandémie, une transparence absolue et une honnêteté totale pour ce qui est des chiffres avancés", cela étant un élément constant des fondements de la nouvelle Algérie.

"Des solutions seront apportées à certaines défaillances pour les éviter dans les prochains jours", a-t-il assuré. Concernant l’autorisation du ministère de la Justice à reprendre l’action judiciaire, M. Belhimer a fait savoir que le ministre de la Justice "se réfèrera aux requêtes des détenus qui attendent de comparaitre devant la justice", précisant que "certaines décisions sont soumises au pouvoir discrétionnaire au cas par cas, suivant la nature des urgences et des dossiers à l’effet de respecter la confidentialité et l’indépendance des procédures judiciaires. Cette mesure "sera soumise aux dispositions sanitaires et préventives durant le déroulement du procès", a-t-il ajouté.

Concernant la Loi de Finances Complémentaire (LFC) 2020, le Ministre a indiqué que les nouvelles mesures relatives aux prix du carburant s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de transition énergétique des produits pétroliers en énergies renouvelables amis de l’environnement.

Covid-19: L'Italie exprime sa "profonde gratitude" à l'Algérie pour sa solidarité et ses aides. (APS, 02/06/2020)

ALGER -L'Ambassadeur d'Italie en Algérie, Pasquale Ferrara, a exprimé mardi sa "profonde gratitude" à l'Algérie qui est restée "aux côtés de l'Italie" durant la pandémie du Coronavirus, soulignant que les deux pays sont "unis par un passé très riche" et liés par des relations bilatérales "amicales et loyales".

Dans un message publié à l'occasion de la fête nationale de son pays, célébrée le 2 juin de chaque année, M. Ferrera a exprimé la "profonde gratitude" de l'Italie au "généreux peuple algérien, qui est resté aux côté de l'Italie durant la période délicate de la pandémie du Coronavirus", rappelant à ce titre que l'Italie "figure parmi les premiers pays au monde ayant subi les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19".

Ferrera a également exprimé sa "profonde gratitude aux dizaines de citoyens algériens qui se sont rendus à l'Ambassade durant la crise sanitaire pour offrir dans la discrétion et sans le clamer des produits de première nécessité à envoyer en Italie", citant aussi les aides du Croissant rouge algérien (CRA) et d'autres organismes.

"Nous ne pourrons jamais oublier cet élan d'amitié et de dignité", a-t-il indiqué, citant à ce titre et en dialecte napolitain le proverbe qui dit que "c'est dans le besoin que l'on reconnaît ses vrais amis".

"C'est un lien de vraie proximité et non pas seulement de simple voisinage. Nous partageons une histoire commune de siècles d'échanges, d’intersections, souvent de souffrances, mais aussi de grands moments de renaissance", a-t-il encore souligné, qualifiant les deux pays qui sont "unis par un passé très riche" de "portes d'entrée vers l'Europe et l'Afrique".

Le diplomate a relevé que l'Algérie et l'Italie "sont liées par des relations bilatérales amicales, loyales, paritaires", rappelant à ce titre les récentes visites à Alger du Président du Conseil des Ministres, Giuseppe Conte, du Ministre des Affaires Etrangères, Luigi Di Maio et du Sous-Secrétaire, Manlio Di Stefano et Celle à Rome du Ministre algérien des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum.

Dans ce sillage, il a annoncé la tenue prochaine du Sommet bilatéral et du Dialogue stratégique sur les questions politiques et de sécurité, ajoutant que l'ambassade d'Italie en Algérie est disposée à organiser dès que possible, un Forum économique de haut niveau et à relancer le Club d'Affaires algéro-italien.

S'exprimant sur la situation en Libye, le diplomate italien a souligné que l'Algérie et son pays "continueront à soutenir des solutions politiques inclusives, partagées, durables", affirmant que "la paix n'est pas une option parmi tant d'autres, mais une obligation et un devoir pour tous".

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune ordonne la promotion des secteurs de l'industrie, du commerce et de l'agriculture. (APS, 01/06/2020)


Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a instruit, dimanche lors de la réunion du Conseil des Ministres, le Gouvernement de promouvoir les secteurs de l'industrie, du commerce et de l'agriculture, notamment dans le contexte de la pandémie Covid-19.

Intervenant à l'issue de l'exposé présenté par le Ministre de l'Industrie et des Mines sur les phases de parachèvement du plan de relance de l’industrie nationale durant et après la crise du Coronavirus, le Président Tebboune a mis l’accent sur l'impératif de révolutionner le secteur industriel afin d'"en finir avec les pratiques immorales connues", rappelant que "l’objectif de la relance économique est de réduire la facture des importations et de répondre aux besoins du marché national", indique le communiqué du Conseil des ministres.

Le Président Tebboune a instruit le Ministre de l’Industrie d’élaborer un projet de loi cadre d’orientation industrielle, insistant sur le recensement des richesses minières nationales en collaboration avec des compétences nationales et étrangère Dans le même ordre d'idées, il a signalé "l’urgence d’assainir le foncier industriel à travers la création d’agences appropriées pour la gestion du foncier dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture et de l’urbanisme".

Par ailleurs, il a ordonné l’interdiction de toute importation de véhicules polluants.

Dans ce sens, le Président Tebboune a enjoint au ministre de l’Industrie d’élaborer "un programme urgent à exécution immédiate pour la poursuite de la production et l’adaptation aux lois antérieures en attendant la promulgation de nouvelles ".

De même qu'il a instruit le Ministre de l’Industrie et des Mines et celui de l’Intérieur et des Collectivités locales d’accorder "davantage d’intérêt aux zones d’activités communales afin d’encourager la création des emplois".

D’autre part, le Président Tebboune a chargé le ministre de l’Industrie et celui du Commerce d’élaborer, en coordination avec la Chambre algérienne du Commerce et de l’Industrie (CACI) et les chambres régionales sous l’égide du Premier ministre, d’une étude urgente sur la situation des artisans et des petits commerçants impactés par la pandémie Covid-19 avec proposition de mécanismes d’aide".

Par ailleurs, le Président de la République a ordonné la prolongation de l’allocation de 10.000 DA au profit des personnes impactées recensées jusqu'à la levée du confinement sanitaire.

Il donné, à ce propos, des instructions pour maintenir la liste ouverte afin de permettre à des retardataires de s'y inscrire.

Le Conseil des Ministres a examiné et approuvé l'exposé présenté par le Ministre délégué auprès du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, chargé de l’Industrie pharmaceutique, sur la situation de la production pharmaceutique et le plan proposé aux fins de son développement afin de contribuer à la diversification économique et de s’orienter vers l’exportation.

Le plan d’action a pour objectif de "booster l’industrie pharmaceutique afin de générer de la richesse, garantir les médicaments à tous les citoyens et citoyennes.

La production nationale de médicaments couvre 51% des besoins du marché estimés à quelque quatre (04) milliards de dollars et près de 2.200 produits pharmaceutiques sont fabriqués localement", précise le communiqué.

Dans son intervention, le Président de la République a rappelé que l’objectif de la création d’un Ministère chargé de l’Industrie pharmaceutique est de couvrir, autant que possible, les besoins nationaux en médicaments et de s’orienter vers l’exportation, notamment en direction du marché africain, appelant à ouvrir la voie au partenariat pour la production des médicaments avec certains pays pionniers en la matière.

Aussi a-t-il ordonné le soutien de l’entreprise publique Saïdal pour qu’elle retrouve sa place dans la production pharmaceutique de manière à réduire la facture des importations.

A cet effet, il a chargé le Ministre de la Communication de faire connaître les efforts consentis dans le domaine de la production des médicaments et du matériel médical en Algérie.

Sur un autre registre, les Ministres concernés ont été instruit, sous la supervision du Premier Ministre, de procéder à travers les walis à "un recensement détaillé" des agriculteurs en attente d'un raccordement au réseau électrique ainsi que des usines clé en main qui attendent ce raccordement depuis plus d'une année, dans l'objectif de libérer les potentialités agricoles et industrielles.

A ce propos, il a ordonné que le raccordement soit effectué avant fin juin, affirmant que l'intérêt accordé à ces dossiers n'est pas moins important que celui réservé aux zones d'ombre.

Le Conseil des Ministres a décidé de reporter au prochain Conseil la présentation des exposés du ministère de la Micro entreprise, des startups et de l'économie de la connaissance et des ministères délégués placés sous sa tutelle, outre le ministère de l'Agriculture et du développement rural".

Le Ministre Conseiller à la communication, Porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Belaïd Mohand Oussaïd : Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé. (APS, 01/06/2020)


Le Ministre Conseiller à la communication, Porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Belaïd Mohand Oussaïd a affirmé, lundi que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune est le Président de tous les Algériens et "n’a de lien organique avec aucun Parti politique agréé".

En réponse à une question d’Algérie presse service (APS) sur la relation du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec le parti du Front de libération Nationale (FLN), Belaïd Mohand Oussaïd a précisé que "le Président de la République est le Président de tous les Algériens et par conséquent, il n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé".

Il a rappelé, à ce propos, que "le Président de la République a gelé sa qualité de membre au Comité central du parti du FLN et, comme chacun le sait, il ne s'est pas porté candidat au nom de ce parti à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019".

Le Porte-parole de la Présidence de la République a indiqué également que "Abdelaziz Djerad avait démissionné du parti du FLN plusieurs années avant sa désignation en qualité de Premier Ministre". (Porte-parole officiel de la Présidence de la République).

Journée internationale de l’enfance : Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié. (APS, 01/06/2020)


ALGER- Le Haut-Commissariat à l'Amazighité (HCA) a mis à la disposition du grand public le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance célébrée le 1er juin de chaque année, indique lundi un communiqué de cette instance.

L'objectif de cette publication est de "sensibiliser l'opinion publique à la cause de la protection de l'enfance et de leurs droits", souligne le HCA, précisant que "cet effort de traduction vers tamazight de la loi 12-15 du 15 /7/2015 est réalisé par deux universitaires consultants du HCA, en l'occurrence MM. Mokrane Chikhi et Nabil Mehdioui".

"Il est édité par l'Organe national de protection et de promotion de l'enfance (ONPPE) en collaboration avec le HCA et désormais disponible en support imprimé et en numérique. (Téléchargeable en Pdf sur le site du HCA /Rubrique bibliothèque numérique) : ww.hcamazighite.dz", ajoute la même source.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum : La diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l’Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat. (APS, 01/06/2020)


ALGER- Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum a réitéré, lundi, les principes sous tendant la diplomatie algérienne, à savoir le respect de la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale des Etats et la non-ingérence dans leurs affaires internes ainsi que le respect des règles de bon voisinage, soulignant l’intérêt particulier qu’elle accorde à l’Afrique, surtout à la région du Sahel et à son environnement immédiat.

Intervenant lors d’une rencontre de concertation à l’Assemblée Populaire Nationale (APN), M. Boukadoum a évoqué les positions de l’Algérie et l’action de sa diplomatie concernant nombre de questions d’actualité, dont la question du Sahara Occidental, la situation en Libye et la question palestinienne, affirmant que la diplomatie algérienne œuvre sur plusieurs axes à la matérialisation de ces grandes orientations, tout en accordant un intérêt particulier à l’Afrique, particulièrement au Sahel et à son environnement immédiat (Maroc, Méditerranée, Sahara Occidental, Europe et Monde arabe).

Dans ce sens, il a réitéré le soutien de l’Algérie au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et son appel à accélérer la désignation d’un nouveau Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara Occidental.

"L’Algérie poursuit ses efforts pour sensibiliser la Communauté internationale, particulièrement le Conseil de sécurité, à l’importance du traitement de cette question qui n’a que trop duré, avec le sérieux et la responsabilité nécessaires, à la lumière des décisions de la légalité internationale et de la doctrine de l’ONU en matière de décolonisation", a-t-il dit.

Concernant la Libye, le chef de la diplomatie algérienne a déclaré qu’ "en dépit des graves développements sur le terrain dans ce pays, l’Algérie, forte de la grande confiance que lui témoignent les parties libyennes" poursuit ses efforts pour atténuer les tensions et convaincre les différentes parties concernées de l’importance de reprendre le processus de règlement politique.

L’Algérie intensifiera ses contacts et ses efforts avec l'amélioration de la situation sanitaire mondiale pour encourager les Libyens à revenir à la table des négociations, a affirmé M. Boukadoum, précisant que l’Algérie suivait avec intérêt les différentes initiatives libyennes en faveur de la relance du processus politique.

Sur la question palestinienne, le ministre des AE a indiqué que l'Algérie continuait d'affirmer son soutien au droit inaliénable du peuple palestinien à l’établissement de son Etat indépendant avec El-Qods comme capitale, à travers l’application des résolutions de la légalité internationale et le rejet de la politique du fait accompli.

Par ailleurs, la diplomatie algérienne attache "un intérêt particulier à la promotion de la dynamique de coopération, de partenariat et d'intégration au sein de tous les espaces auxquels elle apparient", a fait valoir M. Boukadoum.

A ce titre, elle "s’emploie à promouvoir l'intégration africaine en encourageant la coopération économique et les échanges commerciaux interafricains de même qu’elle s’attelle à renforcer la coopération dans les cadres maghrébin, arabe et islamique, tout en poursuivant sa coopération au sein des différents cadres méditerranéens", a encore rappelé le Ministre.

Et d’ajouter que la diplomatie algérienne "prône une politique équilibrée et pragmatique dans ses relations avec les différents partenaires dans le cadre d’une approche gagnant-gagnant fondée sur le respect mutuel, la réciprocité et l’équilibre des intérêts. Le but étant de maximiser les opportunités de partenariat économique, de drainer les investissements étrangers, de promouvoir les exportations algériennes et de valoriser la destination Algérie en collaboration avec les différents secteurs concernés", a-t-il précisé.

Sur un autre registre, M. Boukadoum a souligné que les corps diplomatique et consulaire accordaient un intérêt particulier à la communauté et aux compétences algériennes établies à l'étranger.

La Commission des affaires etrangères, de la coopération et de l'émigration à l'APN a organisé une rencontre avec le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et le Secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale et des Compétences à l'Etranger, M. Rachid Bladehane afin d'examiner les questions actuelles, en présence de la Ministre des Relations avec le Parlement, Mme. Bessma Azouar.

La rencontre a débuté par la récitation de Sourate Al Fatiha à la mémoire des Chouhada de la Révolution de libération et des victimes de la pandémie du Covid-19.

Dans son allocution d'ouverture, le Président de la Commission, M. Abdelkader Abdellaoui s’est félicité de cette rencontre, première du genre au sein de l'APN et de son mandat et de la création par le Président de la République, d'un Secrétariat d'Etat chargé des affaires de la communauté algérienne et des compétences nationales.

Estimant que cette rencontre "ne manquera certainement pas de susciter les interventions des parlementaires sur les questions cruciales de l’heure", il a affirmé que "c’est là un pas important dans la concrétisation des contours de l’Algérie nouvelle et de la relation qui doit exister entre les pouvoirs législatif et exécutif".

Un portail électronique pour l’inscription de 25.000 experts algériens à l’étranger. (APS, 01/06/2020)


ALGER- Le Secrétaire d'Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l'étranger, M. Rachid Bladehane, a annoncé, lundi à Alger, la création d’un portail électronique pour l’inscription de plus de 25.000 experts algériens à l’étranger et ce en vue de leur intégration à «l’effort national visant le développement du pays ».

Lors d’un exposé présenté devant les membres de la Commission des Affaires Etrangères, de la coopération et de l'émigration à l’Assemblée Populaire Nationale (APN), présidée par Abdelkader Abdellaoui, Président de la Commission, en présence du Ministre des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum, M. Bladehane a dit avoir présenté au Gouvernement le programme d’action de son département ministériel chargé des affaires de la communauté algérienne établie à l’étranger et œuvrer à l'intégrer à «l’effort national visant le développement du pays», faisant état de «plus de 25.000 experts algériens établis à l’étranger spécialisés dans plusieurs domaines, notamment la médecine et les technologies modernes ».

«Il a été décidé la création d’un portail électronique pour l’inscription de ces compétences pour tenter de créer un espace de communication entre cette catégorie et les établissements nationaux, dont universitaires », a-t-il poursuivi, insistant sur la possibilité pour les compétences algériennes de participer aux différents projets proposés par les établissements nationaux.

Il a affirmé, dans ce sens, que «des contacts ont été établis, deux jours auparavant, avec des experts algériens établis aux Etats unis, au Canada et en France », soulignant « la poursuite de l'établissement de contacts avec d’autres experts afin de leur permettre de servir leur pays ».

M. Bladehane a précisé, en outre, que « ces experts ont exprimé leur disponibilité à contribuer à l’effort national visant le développement du pays ».

Concernant l’affaire des Algériens bloqués à l’étranger, le même responsable a fait savoir qu’il s’agit d’Algériens «qui ont voyagé à l’étranger pour différents motifs, avant d'être confrontés à cette situation difficile», affirmant que le Gouvernement «a consenti un effort important afin de les prendre en charge ».

Il s'agit là de certains membres de la communauté algérienne à l’étranger qui ont exprimé la volonté de retourner au pays, mais le nombre important d’Algériens désireux de regagner le pays pose problème, a-t-il précisé.

Evoquant le Secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale établie à l'étranger, M. Bladehane a souligné que « sa création reflète l’intérêt affiché par l’Etat à cette communauté constituant un appui au processus national pour l’orientation de l’Algérie vers ce nouveau mode de synergie et d'interaction entre la communauté algérienne à l’étranger et le Gouvernement », ajoutant que cet intérêt «découle de la profonde conviction du président de la République de l'importante intégration de cette communauté à l’effort national visant le développement du pays ».

Le taux d'inflation moyen annuel stable à 1,8% en avril 2020. (APS, 01/06/2020)


ALGER - Le taux d'inflation annuel en Algérie a atteint 1,8% durant le mois d'avril dernier, soit le même taux qui a été enregistré durant les deux derniers mois (février - mars 2020), a-t-on appris dimanche auprès de l'Office National des Statistiques (ONS).

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel à avril 2020, est le taux d'inflation moyen annuel calculé en tenant compte de 12 mois, allant du mois mai 2019 à avril 2020 par rapport à la période allant de mai 2018 à avril 2019.

La variation mensuelle des prix à la consommation, qui est l'évolution de l'indice du prix du mois d'avril 2020 par rapport à celui du mois mars dernier, a connu une hausse de 0,3%, a indiqué l'Office.

En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont affiché une hausse de 0,5%.

Les produits agricoles frais ont également augmenté de 0,6%. Cette variation haussière est induite par l'augmentation de certains produits, notamment, les fruits (+9,0%), les légumes (+4,1%), et un degré moindre de la viande de poulet (+0,7%)

Par ailleurs, l'Office relève que d'autres produits de consommation ont observés des baisses, notamment la pomme de terre (-14,5%), les œufs (-4,96%) et les poissons frais (-3,05%).

Quant aux produits alimentaires industriels, les prix ont connu une hausse de + 0,5% durant le mois d'avril dernier et par rapport au mois de mars 2020, selon l'Office. Cette variation et due, essentiellement, à une hausse des prix des produits relevant des pains et céréales avec +1,0%.

Les prix des produits manufacturés ont accusé une croissance modérée de +0,1%, alors que ceux des services ont connu une stagnation.

Par groupe de biens et de services, les prix des groupes "des meubles et articles d'ameublement" ont enregistré une hausse de 0,5%, ceux de "l'éducation, culture et loisirs" et ceux du groupes divers (+0,2%) pour chaque groupe.

L'ONS relève, par ailleurs, que le reste des biens et services s'est caractérisés par des stagnations.

Durant les quatre premiers mois 2020, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 2,07% par rapport à la même période de 2019, malgré une baisse des prix des biens alimentaires.

En effet, les prix des biens alimentaires ont reculé de -0,87%. Ce recul s'explique, globalement, par une baisse de -1,99% des produits agricoles frais.

Durant les quatre premiers mois de l'année en cours, plusieurs produits alimentaires ont connu des baisses. Il s'agit, notamment, de la viande de poulet (-21,54%), la pomme de terre (-4,53%) et les légumes frais (-3,71%).

Par ailleurs, d'autres produits alimentaires ont enregistré des augmentations, notamment les œufs (+14,51%), les poissons frais (+7,86%), et la viande de bœufs (+1,50%).

Quant aux produits alimentaires industriels, ils ont augmenté de 0,21%, les biens manufactures (+4,94%) et enfin les services (+3,40%).

En 2019, le taux d'inflation en Algérie avait atteint 2%.

Communiqué du Conseil des Ministres. (APS, 31/05/2020)


ALGER-Le Conseil des Ministres a tenu dimanche sa réunion périodique par visioconférence, présidée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Mnistre de la Défense nationale.

En voici la traduction APS du texte intégral:

"Le Conseil des Ministres a tenu dimanche 31 mai 2020 sa réunion périodique par visioconférence, présidée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale.

Le Conseil des Ministres a entamé ses travaux par l’audition de l’exposé du Premier Ministre sur l’action gouvernementale au cours des dernières semaines. Il a ensuite examiné et approuvé l’exposé présenté par le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit sur l’avant-projet de loi portant institution de la Journée nationale de la mémoire le 8 mai, en application de la décision du Président de la République à l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire des massacres du 8 mai 1945.

Dans son intervention subséquente, le Président de la République s’est incliné à la mémoire des martyrs de la glorieuses Guerre de libération nationale et de la Résistance populaire depuis l’occupation coloniale de notre pays, soulignant que l’intérêt accordé à la mémoire nationale sous tous ses aspects n’était pas motivé par des considérations conjoncturelles mais qu'il s'agissait d'un devoir national sacré ne tolérant aucun marchandage et qui restera en tête des préoccupations de l’Etat afin d’immuniser la personnalité nationale, par fidélité aux martyrs de la glorieuse Révolution de Novembre et aux moudjahidine.

Les Algériens sont en droit d’avoir une Journée nationale de la mémoire, a dit le Président, soutenant que notre histoire et notre fierté nationale ne sauraient faire l'objet d'aucun marchandage.

Soulignant que l’amour de la patrie, l'attachement à la Déclaration du 1er Novembre et la vénération des martyrs constituent le dénominateur commun entre les Algériens, il a appelé à hisser le drapeau national au fronton de toutes les maison lors des occasions historiques.

Ainsi, le Président a instruit le Ministre de la Communication à l'effet d'accélérer les procédures nécessaires au lancement d'une chaîne de télévision de haut niveau et de renommée internationale, consacrée à la mémoire nationale.

Il a salué à cette occasion tous les pays frères et amis qui ont apporté aide et assistance à la glorieuse révolution armée, citant, notamment en Europe l'Allemagne fédérale et les citoyens français qui se sont soulevés contre la politique coloniale de leurs Gouvernements et sont morts pour cette cause ou ont été torturés par les tortionnaires du colonisateur.

A ce titre, M. Tebboune a instruit le Ministre des Moudjahidines et des Ayants-droit d'accorder davantage d'intérêt à tous ceux qui ont aidé l'Algérie dans sa révolution armée et de rétablir des liens directs avec eux.

Le Ministre de l’Industrie et des mines a présenté un exposé sur les phases de parachèvement du plan de relance de l’industrie nationale sur des bases solides durant la crise du Covid-19 et après le déconfinement.

Un exposé axé sur la révision des textes juridiques et réglementaires régissant le secteur de l’industrie et l’investissement de façon à ouvrir la voie à un véritable investissement devant être régi par des textes transparents et efficaces incitatifs pour les acteurs nationaux et étrangers. Une démarche qui favorise la création d’une valeur ajoutée pérenne à la faveur d'une exploitation rationnelle des ressources du pays.

Le dossier du secteur public marchand constitue aussi la cheville ouvrière de la stratégie du Gouvernement, l'assainissement et la relance du secteur public dans les plus brefs délais ayant pour objectif de réaliser la complémentarité avec le secteur privé caractérisé par la souplesse des lois et une liquidité financière. Le système législatif régissant le secteur privé national et étranger sera consolidé pour ériger celui-ci en socle de l’économie nationale, tout en mettant l'accent sur l’impératif de se concentrer sur la compatibilité des partenariats et investissements étrangers actuellement existants avec l’intérêt économique du pays.

Intervenant à ce propos, le Président de la République a rappelé que l’objectif de la relance économique était de réduire la facture des importations et de répondre aux besoins du marché national.

Mettant l’accent sur la nécessité de révolutionner le secteur industriel afin d’en finir avec les pratiques immorales connues, le Président Tebboune a instruit le ministre de l’Industrie d’élaborer un projet de loi cadre pour l’orientation industrielle, insistant sur le recensement des richesses minières nationales en collaboration avec des compétences nationales et étrangères.

Le Président de la République a souligné l’urgence d'accélérer l'assainissement du foncier industriel à travers la création d’agences appropriées pour la gestion du foncier dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture et de l’urbanisme, interdisant par la même l’importation de véhicules polluants.

Il a, en outre, enjoint au Ministre de l’Industrie d’élaborer un programme urgent à exécution immédiate pour poursuivre la production et s’adapter avec les lois en cours en attendant la promulgation de nouvelles lois.

Aussi, a-t-il instruit le Ministre de l’Industrie et des Mines et celui de l’Intérieur et des Collectivités locales d’accorder davantage d’intérêt aux zones d’activités communales afin de promouvoir la création des postes d’emploi.

Il a chargé également le ministre de l’Industrie et celui du Commerce d’élaborer en urgence, en coordination avec la Chambre algérienne du Commerce et de l’Industrie (CACI) et les chambres régionales sous l’égide du Premier ministre, une étude sur la situation des artisans et des petits commerçants impactés par la pandémie Covid-19 en proposant des mécanismes d’aide.

Le Président de la République a également ordonné la prolongation de la mesure portant remise de l'allocation de 10.000 DA au profit des personnes impactées recensées, et ce jusqu'à la levée du confinement sanitaire, donnant, à cet égard, des instructions pour maintenir la liste ouverte afin de permettre aux retardataires de s'y inscrire.

De son côté, le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a présenté un exposé qui a fait état d'une stabilité de la situation sanitaire dans le pays ayant permis une reprises les activités sanitaires au niveau des hôpitaux, y compris les interventions chirurgicales non urgentes et l'enregistrement d'indicateurs positifs à la faveur de l'activation et du renforcement des mesures sanitaires, dont le protocole de traitement adopté depuis le 23 mars dernier, lequel a prouvé son efficacité avec le rétablissement de 98,2% des patients atteints sur un total de plus de 16.000 cas traités.

Le Ministre a également précisé que l'augmentation du nombre de laboratoires de diagnostic virologique, passé de 1 à 26 laboratoires accrédités, la disponibilité des kits de dépistage en quantité suffisante ainsi que l'intensification des enquêtes épidémiologiques ciblées avaient contribué à la détection de davantage de cas d'infections au cours du dernier mois, soulignant que le stock actuel en moyens de protection, de prévention et de traitement reste suffisant.

Il a en outre salué la contribution de l'Armée Nationale Populaire (ANP) à la lutte contre la pandémie à travers la mobilisation de tous ses moyens afin de répondre aux besoins du secteur de la santé.

Dans son intervention, le Président de la République s'est dit satisfait quant à l'amélioration progressive relevée en matière de lutte contre la propagation de la pandémie de Coronavirus, mettant l'accent sur l'impératif respect des mesures préventives, notamment le port des masques de protection et le respect de la distanciation physique.

Louant les sacrifices des personnels de la santé, tous corps confondus, le président de la République a fait part de son admiration personnelle pour eux et la reconnaissance de la nation pour leurs sacrifices, soulignant qu'ils représentent le symbole du sacrifice et que l'Algérie en est fière et ne les oubliera jamais.

Le Président de la République a en outre appelé les citoyens à la nécessité de persévérer dans le respect des mesures de prévention en vue de soutenir les résultats obtenus, exhortant les walis des wilayas où le déconfinement total a été décidé de suivre de près la situation et de veiller au respect de ces mesures, notamment l'interdiction des rassemblements, des fêtes et de mariages.

Par la suite, le Conseil des Ministres a pris les décisions suivantes :

La levée progressive du confinement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics suivant un plan étudié par le Premier Ministère en collaboration avec le Ministère de la Santé et le Comité scientifique.Examen avec les partenaires sociaux de la formule idoine pour la levée progressive du confinement pour certains métiers et activités commerciales à moindres risques de propagation du coronavirus outre les activités ayant un impact direct sur la vie du citoyen après un long arrêt.

Examen des possibilités d’aide aux petits commerçants impacté, y compris leur éventuelle exonération partielle des impôts.A ce sujet, le Conseil des Ministres a examiné et approuvé un exposé présenté par le ministre délégué auprès du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière chargé de l’Industrie pharmaceutique sur la situation actuelle de la production pharmaceutique et le plan proposé aux fins de son développement afin de contribuer à la diversification économique et s’orienter vers l’exportation, ce qui permettra au citoyen de s’approvisionner en médicaments grâce à la facilitation et à l’élargissement de la couverture de la protection sociale et de l’intensification du réseau régional de distribution.

Le plan d’action a pour objectif de booster l’industrie pharmaceutique pour qu’elle soit génératrice de richesse, garantisse les soins à tous les citoyens et citoyennes, d'autant que la production nationale en médicaments couvre 51% des besoins du marché estimé à quelque quatre (04) milliards de dollars et que près de 2.200 produits pharmaceutiques sont fabriqués localement.

Dans son intervention, le Président de la République a rappelé que l’objectif de la création d’un ministère chargé de l’Industrie pharmaceutique consiste à couvrir, autant que possible, les besoins nationaux en médicaments et s’orienter vers l’exportation destinée notamment au marché africain, appelant à ouvrir les portes du partenariat pour la production des médicaments avec certains pays pionniers dans ce domaine. Aussi a-t-il ordonné, d’appuyer l’entreprise publique Saïdal pour qu’elle retrouve sa place dans la production pharmaceutique de manière à réduire la facture des importations.

Il a demandé au Ministre de la Communication de faire connaitre les efforts consentis dans le domaine de la production des médicaments et du matériel médical en Algérie. Le Conseil a adopté, ensuite, cinq (05) projets de décrets présidentiels présentés par le Ministre des Affaires Etrangères portant ratification des conventions avec : La République de Bosnie-Herzégovine : il s'agit de trois Conventions signées en Algérie le 20 septembre 2011 portant sur la coopération judiciaire dans les domaines pénal, civil, commercial et en terme d'extradition des criminels.

Avec le royaume des Pays-Bas : il s'agit d'une Convention et d'un protocole signés en Algérie le 09 mai 2018 qui concernent la non double imposition sur le revenu et le capital ainsi que l'interdiction de l'évasion fiscale.La dernière Convention dont le projet de décret a été soumis pour ratification était l'accord cadre portant création de l'Alliance solaire internationale (ASI) signé à New Delhi (Inde) le 07 mars 2018.Avant la fin de la réunion, le Conseil a approuvé nombre de décisions individuelles.

Le Président de la République a instruit les Ministres concernés, sous la supervision du Premier Ministre de procéder à un recensement détaillé, à travers les walis, des agriculteurs en attente d'un branchement au réseau électrique ainsi que des usines clé en main qui attendent le raccordement à électricité depuis plus d'une année, dans l'objectif de libérer les potentialités agricoles et industrielles.Il a ordonné également le raccordement immédiat avant fin juin, affirmant que l'intérêt accordé à ces dossiers n'est pas moins important que celui voué aux zones d'ombre.

Le Président de la République a décidé, à cette occasion, de décerner la médaille de l'ordre du mérite national au rang de "Achir" à titre posthume à la défunte Aicha Barki, Présidente de l'Association "Iqra" d'alphabétisation en reconnaissance à son apport important dans la bataille menée contre l'analphabétisme notamment chez les femmes dans les régions rurales et dans les villes intérieures. Il a également ordonné de conférer à l'association "Iqra" le statut de "association d’utilité publique".

Dans ce contexte, le Président Tebboune a ordonné l'élaboration d'une liste nominative des associations éligibles à ce statut, en reconnaissance à leurs contributions pour la société au niveau national, particulièrement celles ayant joué un rôle important durant la crise sanitaire en terme de collecte et de distribution des dons en faveur des citoyens lésés, renforçant ainsi les valeurs de solidarité entre les enfants du peuple et aidant l'Etat à lutter contre la Covid-19.

Avant la levée de la séance, le Conseil des Ministres a décidé de reporter, pour complément d'étude, la présentation au prochain conseil des exposés du Ministère de la Micro entreprise, des startups et de l'économie de la connaissance et des ministères délégués placés sous sa tutelle, outre le Ministère de l'Agriculture et du développement rural".

Le projet de Loi de Finances Complémentaire 2020 adopté par l'Assemblée Populaire Nationale (APN) . (APS, 31/05/2020)


ALGER- Les députés de l'Assemblée Populaire Nationale (APN) ont adopté, dimanche à la majorité, le projet de Loi de Finances Complémentaire (PLFC 2020) lors d'une séance plénière présidée par Slimane Chenine, Président de l'APN en présence de membres du Gouvernement.

Les députés de l'Alliance MSP et ceux de l'Alliance Nahda-Adala-Bina ont voté contre le PLFC alors que les autres formations politiques ayant participé à la séance de vote ont approuvé le texte.

Le PLFC 2020 prévoit la baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 mds DA (mds DA) contre 7.823,1 mds DA dans la Loi de finances (LF) initiale.

Les recettes budgétaires devraient elles aussi baisser à 5.395,8 mds DA contre 6.289,7 mds DA dans la LF initialeLe déficit budgétaire devrait atteindre 1.976,9 mds DA (-10,4% du PIB) contre 1.533,4 mds DA dans la LF initiale (-7,2% du PIB).

Compte tenu de la chute drastique des cours du pétrole ces derniers mois, le prix de référence du baril de pétrole a été revu à la baisse de 50 à 30 dollars et le prix de marché est passé de 60 à 35 dollars dans le PLFC 2020.

Le texte de Loi de Finances Complémentaire 2020 par les chiffres. (APS, 31/05/2020)


ALGER- Le texte de Loi de Finances Complémentaire pour l’année 2020 (PLFC 2020), adopté dimanche par l'Assemblée populaire nationale (APN), propose un nouveau cadrage macro-économique et budgétaire en tenant compte du contexte national et international caractérisé par une crise sanitaire sans précédent et une baisse drastique des prix du baril de pétrole.

Voici les modifications apportées par le texte de LFC 2020 au plan des principaux agrégats et indicateurs macroéconomiques et financiers :

-Le prix fiscal du baril de pétrole passerait de 50 à 30 dollars tandis que le prix du marché passerait de 60 à 35 dollars.

-Dans le projet de lFC2020, les recettes budgétaires diminueraient à 5395,5 milliards de dinars (mds DA) contre 6289,7 mds DA dans la Loi de finances initiale 2020. La fiscalité pétrolière budgétisée dans le PLFC 2020 s’élèverait à 1394,7 mds DA alors que les ressources ordinaires se situeraient à 4001,1 mds DA. (Ces recettes peuvent cependant connaitre de légères modifications en raison des amendements introduits par l'APN sur le PLF notamment en termes de réduction de la taxe sur les véhicules neufs et la reconduction de la réduction de la TVA au profit des activités touristiques).

-Les dépenses budgétaires se situeraient à 7372,7 mds DA, contre 7823,1 Mrds DA votées dans la Loi de finances initiale. Ces dépenses se ventilent en 4752,4 mds DA en dépenses de fonctionnement et en 2620,3 mds DA en dépenses d'équipement.

-Les dépenses de fonctionnement (hors masse salariale et hors transferts sociaux) baisseraient de 141 Mrds DA (environ -3%) soit -150 mds DA de baisse de dépenses courantes et + 9 mds DA pour couvrir l’impact de la revalorisation du SNMG.

-Les dépenses d’équipement baisseraient de 309 mds DA (-10,5%) en passant de 2929,7 mds DA à 2620,3 mds DA.

-Un déficit budgétaire de 1976,9 mds DA, soit -10,4% par rapport au PIB, contre -1533,4 mds DA prévu dans la Loi de finances initiale pour 2020 (-7,2% du PIB).

-Les importations de marchandise-FOB (hors services non facteurs) baisseraient, en valeur courante, de 4,7 milliards de dollars pour atteindre 33,5 milliards de dollars, alors les importations de services baisseraient, en valeur courante, de 2,3 milliards de dollars.

-Les exportations d’hydrocarbures devraient atteindre 17,7 milliards de dollars à la fin de l’année 2020 contre 35,2 milliards prévues dans la LF 2020.

- Le solde de la balance des paiements prévu pour l’année 2020 s’établirait à -18,8 milliards de dollars contre -8,5 milliards prévu dans la Loi de finances initiale pour 2020.

- Le solde du Trésor devrait atteindre -2954,9 mds DA, représentant -15,5% du PIB dans le PLFC pour 2020, contre -2435,6 mds DA prévu dans la LF initiale pour 2020 (–11,4% du PIB).

-La croissance économique prévue dans le PLFC, serait négative, elle s’établirait à -2,63% contre 1,80% prévue dans la loi de finances initiale.

-- La croissance économique hors hydrocarbures se situerait à -0,91% contre 1,78% dans la loi de finances initiale.

Les principales mesures législatives proposées dans le PLFC2020 :

-Augmentation de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) ou assimilés de 3 dinars/litre pour les trois catégories d’essence et de 5 dinars/litre pour le gasoil.

- Augmentation de la valeur de la taxe (timbre) appliquée aux transactions de véhicules neufs.

- Remplacement de l’impôt sur le patrimoine par l’impôt sur la fortune, avec élargissement du champ des personnes auxquels il sera imposé et l’augmentation de sa valeur selon un barème progressif. Le taux actuel fixé à 0,1% sur tout patrimoine dont la valeur dépassait 100 millions de DA sera remplacé par un barème progressif avec un taux de 0,15 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 100 et 150 millions de DA, de 0,25 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 150 et 250 millions de DA, de 0,35 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 250 et 350 millions de DA et de 0,5 % si la valeur du patrimoine variée entre 350 et 450 millions de DA.

- Reconduction, jusqu’à 2025, de l’abattement de 50% en matière d’IRG et d’IBS, au profit des revenus réalisés dans les régions du Sud, et ce à compter du 1er juin prochain.

- Réorganisation et reformulation du régime de l’Impôt forfaitaire unique (IFU), en annulant le régime de la déclaration contrôlée pour les métiers non commerciaux, à l’instar des avocats.

- Exonération totale de l’IRG pour les revenus n’excédant pas 30.000 DA par mois applicable à compter du 1er juin prochain.

- Révision du seuil du SNMG passant de 18.000 DA à 20.000 DA au bénéfice des bas revenus. Cette mesure prend effet à compter du 01 juin prochain.

- Suppression de la règle de répartition du capital social 49/51%, à l'exclusion des activités d’achat et revente de produits et celles revêtant un caractère stratégique.

- Annulation du droit de préemption de l’Etat, sur toutes les cessions d’actions ou de parts sociales réalisées par ou au profit d’étrangers, prévu dans le LFC 2010 et la loi 16-09 relatifs à la promotion de l’investissement.

-Annulation des dispositions obligeant le financement des investissements étrangers par recours aux financements locaux.

- Instauration d’un nouveau régime préférentiel visant à relancer les industries mécanique, électronique et électrique, à travers des exonérations fiscales et l'exemption des droits de douane, mais en écartant les collections destinées à l’industrie de l'assemblage et montage automobiles (CKD).

- Exonérations des droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée, pour une période de deux (02) ans renouvelable, pour les composants et matières premières importés ou acquis localement par les sous-traitants.

-Autorisation des concessionnaires automobile à importer des véhicules neufs mais avec un nouveau barème des droits de douanes et augmentation des taxes sur les véhicules neufs.

-Introduction de nouvelles incitations au profit des startups.

- Transfert de la propriété des locaux réalisés, à titre gracieux, dans le cadre de l’Agence national de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) vers le patrimoine privé des communes en vue de leur exploitation et la garantie de leur attractivité économique.

-Introduction des mesures d’aide exceptionnelles destinées aux secteurs économiques face à la pandémie de Covid-19 et prolongation des délais des déclarations fiscales et douanières pour les entreprises.

- Révision à la baisse du montant minimum en devises soumis à la déclaration douanière de 5.000 euros à 1.000 euros.

Le Secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale et des Compétences à l'Etranger, M. Rachid Bladehane participe à une visio-conférence avec des compétences nationales à l'étranger. (APS, 31/05/2020)


ALGER- Le Secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale et des Compétences à l'Etranger, M. Rachid Bladehane, a participé à une visio-conférence organisée par l'Institut national de Commerce et de Gestion (INCG) de Sétif, à laquelle ont pris part des universitaires et des compétences nationales établies notamment aux Etats-Unis, Canada et en France, indique dimanche un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

Cette rencontre a permis au Secrétaire d'Etat "de mettre en exergue la nouvelle politique des autorités algériennes en direction de notre communauté à l’étranger, axée sur la mise en place de passerelles de dialogue, l'instauration des relations de confiance, comme elle a donné lieu à des échanges sur les préoccupations de notre élite à l'étranger et les moyens de sa mobilisation dans l'effort du développement de notre pays", souligne la même source.

M. Bladehane a expliqué, à l'occasion, "la stratégie et le Plan d’action du Gouvernement mis en place pour prendre en charge ces aspects, ainsi que les objectifs de la plateforme-web interactive de mise en relation d’affaires et d’échanges entre les compétences nationales et les acteurs nationaux concernés, en cours d'élaboration", ajoute-t-on.

Les intervenants ont eu à exprimer, de leur côté, leur "disponibilité" à contribuer au développement national et "soulevé quelques préoccupations concernant notamment, l'autonomie de l'université, la création de pôles d'excellence et l'éradication de la bureaucratie, pour lesquelles M. le Secrétaire d'Etat a promis d'en référer aux hautes autorités algériennes, aux fins d'apporter les solutions appropriées", conclut le communiqué.

L'Algérie présidera le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine (CPS) durant le mois de juin 2020. (APS, 31/05/2020)


ALGER- L’Algérie présidera, à Addis-Abeba, durant le mois de juin 2020, le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine (CPS), l’organe central de l’Organisation panafricaine en charge des questions de paix et de sécurité au niveau du continent africain, a annoncé dimanche le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) dans un communiqué.

"L’Algérie, fidèle à ses traditions panafricaines, œuvrera à faire avancer l’agenda de paix et de Sécurité en Afrique, particulièrement en cette période critique imposée par la pandémie de la Covid-19. Ainsi, elle veillera à examiner avec ses pairs africains membres du CPS les mesures idoines à même de renforcer l’action de l’UA et la résilience continentale dans ce cadre", a indiqué le MAE. Outre l’examen et le suivi des foyers de crise à travers le continent, a ajouté le communiqué, "le Conseil de paix et de Sécurité œuvrera, sous présidence algérienne, à inscrire ses activités en droite ligne avec la feuille de route de l’UA pour faire taire les Armes en Afrique, le thème de l’Union Africaine pour l’année en cours".

L’Algérie a été élue en février 2019, à la majorité écrasante, pour un mandat de trois (03) ans au sein du CPS dont elle a déjà assuré la présidence en novembre dernier, a conclu le communiqué.