Bienvenue sur le site de l'Ambassade d'Algérie à Tachkent ✍ Rue Tafakkur 1er passage N:41 Tachkent 100070 ✍ TEL: 998-71-281-50-54; 281-55-65 ✍ Fax: 998-71-120-61-80 ✍ ambassade@algerie.uz


Haut

Texte intégral du message du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika à l'occasion de la fête de la Victoire. (APS,18/03/2019)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a adressé, lundi, un message au peuple algérien à l'occasion de la fête de la Victoire, célébrée le 19 mars. En voici la traduction APS:

"Mesdames, Messieurs,

Nous célébrons, aujourd'hui, la fête de la Victoire, une appellation digne de cette mémorable journée du 19 mars 1962, date à laquelle nous avions remporté une victoire éclatante face à l'occupant qui n'avait d'autre choix que de se résigner et de reconnaitre notre droit légitime à l'indépendance et à la souveraineté.

Cette victoire fut le couronnement d'une rude résistance de plus d'un siècle, ayant opposé un occupant oppresseur, doté de capacités militaires de renommée mondiale à un peuple désarmé mais fort d'une volonté de fer et d'une foi inébranlable en une victoire certaine.

Le colonisateur qui faisait preuve de barbarie et de cruauté hors pair, n'a pu exterminer notre peuple durant le 19e siècle, tout comme il a échoué dans toutes ses tentatives visant à aliéner notre identité, en dépit du grand nombre de colons qu'il voulait installer en Algérie, de ses politiques d'oppression et ses tentatives d'affamer notre peuple et de répandre l'analphabétisme et l'ignorance parmi ses enfants.

En effet, la barbarie coloniale n'a pu entamer notre détermination à arracher la liberté, même si le prix en a été des massacres à l'instar de ceux de la journée mondiale de la victoire contre le nazisme, un 8 mai 1945, qui ont fait des dizaines, voire des centaines de milliers de Chouhada, hommes, femmes et enfants.

Les massacres de 1945 attisèrent la flamme de la résistance auprès du peuple qui déclenche, un certain 1er novembre 1954, une Guerre couronnée de la victoire, de la liberté et de l'indépendance.

Je saisis cette opportunité, pour m'incliner avec déférence à la mémoire de nos glorieux Chouhada, et je tiens également à adresser mes salutations fraternelles et chaleureuses à mes compagnons d'armes, moudjahidine et moudjahidate, toujours en vie, priant Dieu Tout puissant d'accueillir ceux qui nous ont quittés, en Son vaste paradis, aux côtés de ceux qu'Il a comblés de Ses bienfaits et entourés de Sa grâce éternelle.

Mesdames, Messieurs,

La célébration de tels évènements mémorables, nous offre l'opportunité de méditer les réalisations accomplies jusque-là et de se tourner vers l'avenir qui sied à la grandeur de l'Algérie.

A ce propos, je ne puis que m'enorgueillir de toutes les réalisations accomplies en Algérie depuis l'indépendance grâce à la détermination de son vaillant peuple, autant de réalisations en termes de construction et d'édification, mais aussi s'agissant d'une grande capacité de surmonter les épreuves et tragédies de la part d'un peuple enclin à faire prévaloir la fraternité, la concorde et la réconciliation.

Notre pays s'apprête à changer son régime de gouvernance et à renouveler ses systèmes politique, économique et social à la faveur de la Conférence nationale inclusive qui se tiendra dans un très proche avenir avec la participation de toutes les franges du peuple algérien.

La mission de cette conférence est d'autant plus sensible, que c'est à elle que revient la tâche d'émettre des décisions cruciales, à même d'opérer le bond qualitatif que réclame notre peuple, notamment les jeunes, un bond que cristallisera une révision constitutionnelle globale et profonde, laquelle sera soumise par référendum à l'approbation du peuple.

Une révision constitutionnelle qui préludera à un nouveau processus électoral qui verra l'élection d'un nouveau président.

Mesdames, Messieurs,

La Conférence nationale inclusive aura la mission de délibérer, en toute liberté, de l'avenir socio-économique du pays, un avenir chargé de défis dans ce domaine, d'où l'impératif d'un consensus national sur les objectifs et les solutions à même d'atteindre une croissance économique forte et concurrentielle, une croissance qui garantirait la continuité de notre modèle social basé sur la justice et la solidarité.

Cette voie contribuera, inéluctablement, à faire sortir l'Algérie de sa dépendance aux hydrocarbures et aux fluctuations des cours du pétrole sur les marchés internationaux.

La consolidation de notre pays au double plan économique et social, lui permettra de mieux préserver son unité territoriale et sa sécurité dans un environnement direct en pleine effervescence, et dans un monde menacé par les risques de crises multiformes.

Il est vrai que l'Algérie est forte d'une Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l'Armée de libération nationale (ALN), une armée connue pour son haut niveau de professionnalisme et ses sacrifices exemplaires, mais il n'en demeure pas moins que sa sécurité et sa stabilité en appellent également à un peuple qui soit à la hauteur de ses aspirations socio-économiques et culturelles. Un peuple qui doit prêter main forte à son armée pour préserver l'Algérie contre les dangers extérieurs, et jouir de la quiétude et de la stabilité.

Tel sera l'avenir qui constituera, avec l'aide de Dieu, la meilleure reconnaissance envers nos glorieux chouhada et nos vaillants moudjahidine.

Tel est l'objectif suprême que je me suis engagé à concrétiser avant la fin de mon parcours présidentiel, à vos côtés et à votre service, pour que l'Algérie vive, dans un avenir proche, une transition harmonieuse et assiste à la remise de ses rênes à une nouvelle génération afin de poursuivre notre marche nationale vers davantage de progrès et de bien-être à la faveur de la souveraineté et de la liberté.

Vive l'Algérie, Gloire à nos martyrs".

L'Algérie condamne l'attaque terroriste meurtrière contre une base de l'armée malienne . (APS,17/03/2019)


ALGER- L'Algérie a "condamné avec force" l'attaque terroriste meurtrière ayant ciblé samedi une base de l'armée malienne, assurant de sa "solidarité le Gouvernement et le peuple maliens frères", a indiqué dimanche le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"Nous condamnons avec force l'attaque terroriste meurtrière qui a ciblé, hier, 16 mars 2019, une base de l'armée malienne, dans la région de Mopti au centre du pays", a indiqué le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères.

"Nous présentons nos condoléances aux familles des soldats maliens tombés alors qu'ils accomplissaient leur devoir au service de leur pays", a ajouté M. Benali Cherif.

"Nous assurons de notre solidarité le Gouvernement et le peuple maliens frères. Nous sommes convaincus que ces attaques répétées des groupes terroristes contre le Mali et ses institutions légitimes n'entameront, en aucun cas, la détermination du Gouvernement et du peuple maliens à aller de l'avant dans l'œuvre de réconciliation nationale et de l'édification d'un Etat fort, juste et stable", a conclu le porte-parole du MAE.

L'Algérie condamne avec force l'attaque contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande. (MAE,16/03/2019).


« Nous condamnons avec la plus grande force les attaques terroristes criminelles perpétrées, ce jour, 15 mars 2019, contre deux mosquées dans la ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande lesquelles ont fait de nombreux morts dont des femmes et des enfants, venus accomplir la prière du vendredi.

Nous nous inclinons devant le martyr de ces innocentes victimes et présentons nos sincères condoléances à leurs familles et à leurs proches, tout comme, nous assurons de notre compassion et de notre solidarité les familles des blessés.

Ces actes de terreur perpétrés par des extrémistes fanatiques formatés par des discours chauvinistes, haineux, discriminatoires et racistes, interpellent toutes les consciences sur la nécessité impérieuse d’une action tout-azimut de l’ensemble des acteurs politiques dans toutes les sociétés pour faire face, avec tous les moyens possibles, aux porteurs du discours et de l’idéologie de l’exclusion, de la discrimination et de haine.

Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui reçoit la Ministre malienne des Affaires Etrangères. (APS,17/03/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, a reçu dimanche, la Ministre malienne des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, Kamissa Camara, qui effectue une visite officielle en Algérie dans le cadre des rencontres périodiques de concertation, de dialogue et de bon voisinage qu'entretiennent les deux pays, indiquent les services du Premier Ministre dans un communiqué.

L'audience s'est déroulée en présence du Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères, M. Ramtane Lamamra, ajoute la même source.

La Ministre malienne des Affaires Etrangère et de la Coopération internationale souligne les efforts de l'Algérie dans le parachèvement de l'accord de paix. (MAE,17/03/2019)


Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, a eu, aujourd’hui 17 mars à Alger, des entretiens avec la Ministre malienne des Affaires Etrangère et de la Coopération internationale, Mme Kamissa Camara,

Au terme de cette rencontre, M. Lamamra a indiqué que l'Algérie et le Mali sont liés par « un grand destin partagé, un voisinage qui s'est étendu sur des siècles et une solidarité très active (..) qui n'a jamais fait défaut à nos deux peuples ». Il a souligné, dans ce sillage, la qualité « très particulière » dans la relation entre les dirigeants des deux pays, précisant que les Présidents Abdelaziz Bouteflika et Ibrahim Boubacar Keïta « sont très proches et partagent un engagement pour le panafricanisme et une vision de la relation entre les peuples africains et le destin de nos deux nations ».

M. Lamamra a évoqué les différents mécanismes existants entre les deux pays, à savoir la grande commission mixte co-présidée par les deux Premiers Ministres, un comité frontalier co-présidé par les deux ministres de l'Intérieur et un comité stratégique bilatéral qui constitue « la tour de contrôle » de ces relations, avec « une vison aussi large que possible pour des perspectives non seulement de coopération, mais aussi de contribution à une véritable intégration sous-régionale ».

M. Lamamra a indiqué, par ailleurs, que les Chefs d'Etat et de gouvernement en Afrique attachent l'importance pour que la jeunesse « soit véritablement un acteur clé et privilégié du développement durable », soutenant que « c'est pour la jeunesse que nous travaillons ».

Pour sa part, la Ministre malienne a mis en avant les efforts de l'Algérie en vue de parachever la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu de processus d'Alger. « Nous avons discuté des relations bilatérales et de tous les efforts que l'Algérie a fournis et continue de fournir pour aider le Mali à parachever la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger », a-t-elle déclaré.

La chef de la diplomatie malienne a souligné que les deux pays partagent des relations « historiques, familiales et fraternelles », ajoutant que « nous devons évaluer le présent et également parler de l'avenir ensemble », en évoquant tous les aspects de la coopération entre les deux pays.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika adresse un message à la nation annonçant le report de l'élection présidentielle. (APS,11/03/2019)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a adressé lundi un message à la nation dans lequel il a annoncé le report de l'élection présidentielle du 18 avril 2019, et sa décision de ne pas briguer un 5ème mandat à la magistrature suprême.

Le Président Bouteflika a également annoncé la tenue de l'élection présidentielle dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante ainsi que la formation d'un gouvernement de compétences nationales. En voici le texte intégral du message:

Chères concitoyennes,

Chers concitoyens,

L’Algérie traverse une étape sensible de son Histoire. Ce 8 mars, pour le troisième vendredi consécutif, d’importantes marches populaires ont eu lieu à travers le pays. J’ai suivi ces développements et, comme je vous l’ai déjà annoncé le 3 de ce mois, je comprends les motivations des nombreux compatriotes qui ont choisi ce mode d’expression dont je tiens, une fois de plus, à saluer le caractère pacifique.

Je comprends tout particulièrement le message porté par les jeunes en termes, à la fois, d’angoisse et d’ambition pour leur avenir propre et pour celui du pays. Je comprends aussi le décalage qui a pu être source de préoccupation entre, d’un côté, la tenue de l’élection présidentielle à une date techniquement appropriée en tant que jalon de gouvernance dans la vie institutionnelle et politique et, de l’autre, l’ouverture, sans délai indu, du vaste chantier, politiquement hautement prioritaire, de conception et de conduite de réformes profondes dans les domaines politique, institutionnel, économique et social, avec la participation la plus large possible et la plus représentative de la société algérienne, y compris la juste part devant revenir aux femmes et aux jeunes. Je comprends enfin que le projet rénovateur de notre Etat-nation, dont je vous ai annoncé les principales articulations, gagnerait à bénéficier d’un surcroit de clarifications et être préparé, pour chasser tout doute des esprits, par la réunion des conditions de son appropriation par toutes les couches sociales et les composantes de la Nation algérienne.

En toute fidélité au serment que j’ai fait devant le peuple algérien de protéger et de promouvoir en toutes circonstances les intérêts bien compris de notre Patrie, et après les consultations institutionnelles requises par la Constitution, j’invoque la grâce et le soutien de Dieu Tout-Puissant pour me prévaloir des valeurs supérieures de notre peuple dont nos glorieux martyrs et nos valeureux moudjahidine ont consacré l’immortalité pour présenter à l’adresse de vos cœurs et à vos consciences les décisions suivantes:

Premièrement : Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi, mon état de santé et mon âge ne m’assignant comme ultime devoir envers le peuple algérien que la contribution à l’assise des fondations d’une nouvelle République en tant que cadre du nouveau système algérien que nous appelons de tous nos vœux. Cette nouvelle République et ce nouveau système seront entre les mains des nouvelles générations d’Algériennes et d’Algériens qui seront tout naturellement les principaux acteurs et bénéficiaires de la vie publique et du développement durable dans l’Algérie de demain.

Deuxièmement : Il n’y aura pas d’élection présidentielle le 18 avril prochain. Il s’agit ainsi de satisfaire une demande pressante que vous avez été nombreux à m’adresser dans votre souci de lever tout malentendu quant à l’opportunité et à l’irréversibilité de la transmission générationnelle à laquelle je me suis engagé. Il s’agit aussi de faire prévaloir la noble finalité des dispositifs juridiques qui réside dans une saine régulation de la vie institutionnelle et dans l’harmonie des interactions socio-politiques, sur une observation rigide d’échéances pré-établies. Le report de l’élection présidentielle qui a été réclamé vient donc pour apaiser les appréhensions qui ont été manifestées afin d’ouvrir la voie à la généralisation de la sérénité, de la quiétude et de la sécurité publique, dans l’objectif d’entreprendre ensemble les actions d’importance historique qui permettront de préparer le plus rapidement possible l’avènement d’une nouvelle ère en Algérie.

Troisièmement : Dans la perspective d’une mobilisation accrue des pouvoirs publics et du rehaussement de l’efficacité de l’action de l’Etat dans tous les domaines, j’ai décidé de procéder tout prochainement à des changements importants au sein du Gouvernement. Ces changements constitueront une réponse adéquate aux attentes dont vous m’avez saisi, ainsi qu’une illustration de ma réceptivité à l’exigence de reddition de comptes et d’évaluation rigoureuse dans l’exercice des responsabilités à tous les niveaux et dans tous les secteurs.

Quatrièmement : La Conférence nationale inclusive et indépendante sera une enceinte dotée de tous les pouvoirs nécessaires à la discussion, l’élaboration et l’adoption de tous types de réformes devant constituer le socle du nouveau système que porte le lancement du processus de transformation de notre Etat-nation, que j’estime être ma mission ultime en parachèvement de l’œuvre dont Dieu Tout-Puissant m’a accordé la capacité et pour laquelle le peuple algérien m’a donné l’opportunité.

Cette conférence sera équitablement représentative de la société algérienne comme des sensibilités qui la parcourent. Organisera librement ses travaux, sous la direction d’une instance présidentielle plurielle, avec à sa tête un président qui sera une personnalité nationale indépendante, consensuelle et expérimentée. La conférence doit s’efforcer de compléter son mandat avant la fin de l’année 2019.

Le projet de Constitution qui émanera da la Conférence sera soumis à un référendum populaire. La Conférence nationale indépendante fixera souverainement la date de l’élection présidentielle à laquelle je ne serai en aucun cas candidat.

Cinquièmement : L’élection présidentielle qui aura lieu dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante sera organisée sous l’autorité exclusive d’une commission électorale nationale indépendante dont le mandat, la composition et le mode de fonctionnement seront codifiés dans un texte législatif spécifique qui s’inspirera des expériences et des pratiques les mieux établies à l’échelle internationale. La création d’une commission électorale nationale indépendante est décidée pour répondre à une revendication largement soutenue par les formations politiques algériennes ainsi qu’à une recommandation constante des missions d’observation électorale des Organisations internationales et régionales invitées et reçues par l’Algérie lors des consultations électorales nationales précédentes.

Sixièmement : Dans le but de contribuer de manière optimale à la tenue de l’élection présidentielle dans des conditions incontestables de liberté, de régularité et de transparence, il sera formé un Gouvernement de compétences nationales bénéficiant du soutien des composantes de la Conférence nationale. Ce Gouvernement assumera la supervision des missions de l’administration publique et des services de sécurité et apportera sa pleine collaboration à la commission électorale nationale indépendante. Pour sa part, le Conseil constitutionnel assumera, en toute indépendance, les pouvoirs que lui confèrent la Constitution et la loi en matière d’élections présidentielles.

Septièmement : Je m’engage solennellement devant Dieu le Tout-Puissant et devant le peuple algérien à ne ménager aucun effort pour que les Institutions, structures, démembrements de l’Etat et collectivités locales se mobilisent pour concourir à la pleine réussite de ce plan de travail. Je m’engage également à veiller à ce que toutes les Institutions constitutionnelles de la République poursuivent scrupuleusement l’accomplissement de leurs missions respectives et exercent leurs pouvoirs respectifs au service exclusif du peuple algérien et de la République. Je m’engage enfin, si Dieu m’accorde vie et assistance, à remettre les charges et les prérogatives de Président de la République au successeur que le peuple algérien aura librement élu.

Chères concitoyennes,

Chers concitoyens,

Voici la voie du salut que je vous invite à emprunter ensemble pour prémunir l’Algérie contre des épreuves, des déchirements et des déperditions d’énergies.

Voici la voie d’un sursaut collectif pacifique pour permettre à l’Algérie de réaliser tout son potentiel dans une démocratie épanouie, digne des gloires de l’Histoire de notre Nation.

Voici la voie dans laquelle je vous demande de me suivre et de m’aider.

Gloire éternelle à nos vaillants martyrs.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a procédé à la nomination de M. Noureddine Bedoui au poste de Premier Ministre et M. Ramtane Lamamra au poste de Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères. (APS,11/03/2019)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a reçu, lundi à Alger, MM. Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra.

Lors de cette audience, le Chef de l'Etat a procédé à la nomination de M. Bedoui au poste de Premier Ministre en remplacement de M. Ahmed Ouyahia.

M. Bouteflika a également nommé, à la même occasion, M. Lamamra au poste de Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères.

Le Président Bouteflika a chargé M. Bedoui de former le nouveau gouvernement.

Journée internationale de la femme: Message du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. (APS,07/03/2019)


ALGER - A l’ occasion de la célébration de la Journée internationale de la Femme (08 mars), le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message, dont voici la traduction APS:

"Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux,

Prière et paix sur Son messager, les siens et ses compagnons jusqu’au jour du jugement dernier,

Mesdames,

L'Algérie partage avec le reste du monde, en ce 8 mars, la célébration de la Journée de la Femme. Notre pays qui a consacré cette louable tradition depuis l'indépendance lui confère une signification différente, de par les caractéristiques du passé et du présent de la femme algérienne.

En effet, la célébration dans notre pays de la Journée du 8 mars n'est pas une halte de revendication pour la consécration des droits de la femme, en ce sens que les Braves de l'Algérie ont acquis, depuis des siècles, leurs droits à travers leur participation héroïque à tous les combats du peuple algérien.

Dans le passé lointain, la femme algérienne était à l'avant-garde de la résistance à l'invasion coloniale, à l'image de Lala Fatma N'soumer. Au siècle dernier, elle a été une force active dans les rangs de la Glorieuse Révolution de Novembre, en Moudjahida à la volonté inébranlable, à l'image de Hassiba Ben Bouali, en mères qui n'hésitaient pas à envoyer leurs fils renforcer les bataillons de l'Armée de Libération Nationale (ALN), en Moussabilate, mères de familles assurant la nourriture et l'habillement aux Moudjahidine, ou encore en mères de valeureux Chouhada, dont les youyous étaient un signe d'encouragement à nos Moudjahidine.

C'est là, le glorieux passé à travers lequel les femmes de l'Algérie ont acquis leurs droits, pleins et entiers, dans le cadre des préceptes de notre religion et de notre civilisation après que le drapeau de la République Algérienne Démocratique et Populaire a été hissé haut dans son ciel.

Une fois l'indépendance recouvrée, la femme algérienne est devenue un partenaire actif dans la bataille de la construction et de l'édification, aussi bien dans les usines et les Administrations que dans les écoles et les hôpitaux. Et à mesure que se sont généralisés l'enseignement et la formation aux filles de l'Algérie, leur place grandissait dans le monde du travail et de la créativité pour devenir, aujourd'hui, des entrepreneures à succès, des officiers supérieurs et des magistrates au point où il n'existe, désormais, aucun domaine qu'elle n'ait pas investi.

Ainsi, la célébration, en Algérie, de la Journée internationale de la femme est davantage une occasion d'évaluation qu'une journée revendicative.

L'enseignement s'est, Dieu merci, généralisé pour englober quasiment l'ensemble des fillettes dans le primaire au moment où les collégiennes, les lycéennes et les étudiantes représentent le taux de réussite le plus élevé aux examens ainsi que dans la communauté estudiantine, qui avoisine les deux millions.

L'Algérie peut s'enorgueillir d'avoir ouvert largement le champ politique à ses filles, qui occupent désormais une place de choix dans les Assemblées élues, y compris au Parlement.

Oui, Mesdames et Messieurs, le défi aujourd'hui est de se rapprocher de la parité Hommes Femmes dans l'emploi, après l'égalité des salaires, acquise aux Algériennes depuis l'indépendance.

La Constitution a mis l'Etat devant le défi de la poursuite de la promotion de la femme jusqu'à atteindre les postes de haute responsabilité, lui permettant de participer grandement à la prise de décision.

Mesdames, Messieurs,

J'ai veillé personnellement à ce que le 8 mars soit une journée de célébration partagée avec mes sœurs Algériennes en reconnaissance du fort et inestimable appui qu'elles m'apportent depuis mon accession au pouvoir, dans l'accomplissement de ma mission au service de l'Algérie, ô combien glorieuse est-elle.

La femme algérienne a été, également, un acteur actif lorsque l'Algérie a appelé ses enfants, filles et garçons, à la rescousse durant les années d'enfer de la tragédie nationale.

Après l'accalmie, les femmes ont été les plus forts soutiens de la concorde, puis de la Réconciliation nationale pour le sauvetage de leurs enfants et de leur patrie.

L'histoire retiendra la position exemplaire des mères des victimes du terrorisme, qui se sont mobilisées en faveur du rétablissement de la sécurité et de la paix afin qu'aucune autre mère ne pleure son enfant dans cette chère patrie.

En rappelant ces glorieuses pages de la mobilisation de la femme algérienne pour la défense de la patrie, je tiens à souligner que l'Algérie continue à être confrontée à plusieurs menaces, de l'extérieur et autant de défis à l'intérieur.

En effet, autour de nos frontières se jouent des crises et des tragédies induites par le terrorisme dans certains pays de notre voisinage, alors qu'au niveau mondial, notre nation arabe continue à être en bute à des conflits, des dissensions et même des tragédies sanglantes. Et même si Allah, dans sa grande bonté, a voulu que l'Algérie soit à l'abri de toute cette tourmente, nous nous devons d'être prudents et vigilants afin de préserver notre cher pays.

Nombreux sont les haineux à l'étranger à regretter que l'Algérie ait traversé, grâce à vous Algériens et Algériennes, paisiblement et sereinement, la déferlante du printemps arabe. Ces cercles, qui nous envient notre liberté, l'indépendance de notre décision et nos positions justes, n'ont jamais cessé de conspirer contre notre pays.

Loin d'obéir à une logique d'intimidation, mes assertions procèdent d'un sens des responsabilités et d'un souci de fidélité au serment de préserver l'Algérie, ô combien glorieuse est-elle.

Nous nous sommes attelés, à travers nos différentes lois, à l'élargissement des libertés et au raffermissement des droits des citoyens à la liberté d’expression et au droit de rassemblement pacifique, dans le cadre de la loi.

Nous avons enregistré, il y a quelques jours, la sortie de nombre de nos concitoyens et concitoyennes, à travers les différentes régions du pays, afin d'exprimer pacifiquement leurs opinions, et nous nous félicitons de cette maturité de nos concitoyens, y compris de nos jeunes, et du fait que le pluralisme démocratique, pour lequel nous avons tant milité, soit désormais une réalité palpable.

Néanmoins, nous nous devons d'appeler à la vigilance et à la prudence quant à une éventuelle infiltration de cette expression pacifique par une quelconque partie insidieuse, de l'intérieur ou de l'extérieur, qui pourrait, qu'Allah nous en préserve, susciter la Fitna et provoquer le chaos avec tout ce qu'ils peuvent entrainer comme crises et malheurs.

L’Algérie a payé le prix fort pour le recouvrement de son indépendance et sa liberté et notre peuple a payé un lourd et douloureux tribut pour en préserver l'unité et le rétablissement de sa paix et stabilité, après une tragédie nationale sanglante.

C'est pourquoi, je vous exhorte aujourd'hui tous, et en premier lieu les mères, à veiller à la préservation de l'Algérie, en général, et de ses enfants en particulier.

Mesdames, Messieurs,

Nous avons besoin de préserver la stabilité pour se consacrer, peuple et Pouvoir, au parachèvement de l'œuvre de construction et d’édification et pour réaliser davantage de succès et progrès.

Nous sommes face à de nombreux défis économiques, sociaux et politiques afin de permettre à l’Algérie d'accéder à son légitime niveau de prospérité au profit de son peuple et de marquer sa présence économique sur les marchés internationaux, et partant, asseoir davantage sa place dans le concert des nations.

En Algérie, le printemps est la saison des commémorations des haltes de notre combat et de nos victoires, et pour nous, promouvoir la place de la femme fait partie de ce combat, qu'est aujourd’hui la bataille de la construction et de l’édification.

Je vous exhorte, mes chères sœurs, à demeurer aux premiers rangs de ce combat pacifique, le combat de la protection de la patrie et de la préservation de ses enfants, autrement dit, le combat de l’Algérie.

En vous réitérant mes félicitations à l’occasion de la Journée internationale de la femme et mes vœux les meilleurs à vous tous, je vous remercie de votre aimable attention".

Le Président du Conseil de la Nation, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Ministre roumain des Relations avec le parlement. (APS,06/03/2019)


ALGER - Le Président du Conseil de la Nation, M. Abdelkader Bensalah, a reçu mercredi à Alger, le Ministre roumain des Relations avec le parlement, M. Viorel Ilie, avec lequel il a passé en revue les relations bilatérales, notamment les questions liées à la sécurité et à la stabilité dans la région de la Méditerranée, indique un communiqué du Conseil.

La rencontre qui s'est déroulée en présence du Ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda, et de l'Ambassadeur de la Roumanie à Alger, Marcel Alexandru, a permis de passer en revue "les relations bilatérales dans divers domaines et les moyens de les promouvoir, au service des intérêts des deux peuples et pays", ajoute le communiqué.

A cette occasion, M. Bensalah a exprimé "la disponibilité de l'Algérie à donner un nouveau souffle aux relations entre les deux pays et à les promouvoir pour atteindre le niveau de qualité qui les marquait pendant la guerre de libération nationale", notamment au vu de la volonté politique qui anime "les dirigeants et gouvernements des deux pays". Les deux parties ont évoqué "les questions d'intérêt commun, en particulier celles de la sécurité et de la stabilité en Méditerranée".

A cet effet, le Ministre roumain, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union Européenne (UE) a salué "le rôle de l'Algérie dans l'instauration de la paix et de la stabilité dans la région de la Méditerranée".

Au plan parlementaire, les deux parties ont réitéré "leur disponibilité à augmenter le rythme d'échange de délégations et de visites pour accompagner les efforts consentis en matière de diversification des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays".

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit la Ministre espagnole de la Justice. (APS, 06/03/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia, a reçu mercredi à Alger la Ministre espagnole de la Justice, Dolores Delgado Garcia, qui effectue une visite de travail en Algérie à l'invitation de son homologue algérien, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

L'audience s'est déroulée en présence du Ministre de la Justice, Garde des sceaux, M. Tayeb Louh, précise la même source.

L'Algérie et l'Espagne avaient signé auparavant un Mémorandum d'entente dans le domaine judiciaire pour parachever le cadre conventionnel liant les deux pays dans les domaines civil, commercial et pénal ainsi qu'en matière d'extradition des criminels.

Ce Mémorandum permettra d'établir une coopération dans le domaine de la formation de base des magistrats et des personnels du secteur de la Justice et a pour objectif l'échange des connaissances et expertises dans les domaines juridique et judiciaire au mieux des intérêts des deux pays.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel réaffirme l'appel de l'Algérie à faire prévaloir les règlements pacifiques aux crises dans le monde arabe. (APS, 06/03/2019)


LE CAIRE - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel a réaffirmé mercredi au Caire, la position de l'Algérie qui prône le règlement pacifique des crises que connait le monde arabe.

Intervenant lors des travaux de la 151ème session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel, le ministre a indiqué, citant la crise syrienne, que "ce pays, fondateur de la Ligue arabe, doit jouer pleinement son rôle dans la défense des causes justes de sa nation et ses intérêts légitimes", réitérant également "le soutien de l'Algérie au retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, un retour susceptible de contribuer à l'appropriation du règlement de la crise et à la consécration de la réconciliation nationale".

Evoquant la question palestinienne, M. Messahel a rappelé, à ce propos, "le soutien indéfectible de l'Algérie à un règlement juste, durable et globale permettant au peuple palestinien d'exercer son droit légitime à l'établissement d'un Etat indépendant dans le respect des frontières de 1967 avec El Qods pour capitale conformément aux décisions onusiennes et à la légalité internationale".

"Les soubresauts qui secouent le monde arabe sont liés directement à l'image sombre de l'exacerbation de la souffrance du peuple palestinien frère aussi bien que l'absence d'un règlement juste à cette question qui demeure essentielle aux yeux du monde arabe", a-t-il soutenu.

Concernant la Libye, le Ministre des Affaires Etrangères a mis l'accent sur "l'importance d'adopter une approche inclusive qui repose essentiellement sur la non-ingérence dans les affaires internes des libyens, l'appropriation par ces derniers du processus de règlement politique et l'équidistance vis-à-vis de toutes les parties concernées".

"Le règlement politique de la crise est le seul moyen pour mettre fin au conflit dans ce pays voisin et frère à même de préserver l'unité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Libye ainsi que la cohésion de son peuple, à même d'aboutir à la réconciliation nationale", a ajouté M. Messahel.

Après avoir réitéré "le soutien de l'Algérie à l'Envoyé spécial de l'ONU, Ghassan Salamé dans la mise en œuvre de la feuille de route", M. Messahel a salué "les efforts visant une meilleure préparation à la Conférence nationale".

Dans ce cadre, il a qualifié « l'accord du 28 février conclu à Abou Dhabi sous l'égide du représentant on onusien entre le Président du Conseil présidentiel libyen, Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, de "pas important" sur la voie de l'unification des rangs et la résolution de la crise, à même d'encourager toutes les parties libyennes d'aller dans ce sens ».

Concernant la crise du Yémen, le ministre a réitéré "le soutien de l'Algérie au dialogue entre les antagonistes yéménites sous l'égide de l'ONU en vue de parvenir à une solution politique à même de préserver l'unité du Yémen, sa souveraineté, sa stabilité et son tissu social", exprimant "sa satisfaction des résultats encourageants issus de la dernière réunion de Stockholm entre les antagonistes yéménites".

A ce propos, il a appelé à "faire prévaloir le dialogue et à mettre l'intérêt suprême du Yémen au-dessus de toute autre considération afin de rétablir la paix et la stabilité dans ce pays frère".

S'agissant de la lutte contre le terrorisme, le chef de la diplomatie algérienne a réaffirmé "la ferme condamnation de l'Algérie des actes terroristes visant la déstabilisation de la sécurité des pays arabes ainsi que sa solidarité avec les autres pays qui font face au terrorisme abjecte, d'où la nécessité de la coopération et de la coordination communes pour le combattre, outre des efforts sérieux, à tous les niveaux, pour faire face aux grands dangers qui guettent le monde arabe et leurs graves répercussions sur la région".

Dans une lettre à la nation : les 6 engagements du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. (APS,03/03/2019)


Voici le message de M. Abdelaziz Bouteflika, pour l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle du 18 avril prochain.

Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Il y a quelques jours et en réponse aux sollicitations des citoyens, de la classe politique et de la société civile, dans un esprit d’accomplissement d’un devoir ultime au service de notre pays et de notre peuple, j’ai annoncé ma candidature à l’élection présidentielle du mois d’avril prochain.

Des millions de citoyens ont bien voulu m’apporter leur soutien, en contribuant activement à la campagne de collecte des signatures et en m’octroyant leur parrainage.

Servir mon pays est le plus grand honneur qui m’ait été fait tout au long de ma vie.

Je tiens, tout d’abord, à saluer, à cette occasion, le civisme qui a caractérisé les récentes marches populaires. Je salue également le comportement professionnel exemplaire des différents corps de sécurité. Je salue aussi l’attitude de tous nos concitoyens qui ont réservé l’expression de leur opinion pour le jour du scrutin à travers les urnes. Je tiens enfin à saluer l’Armée Nationale Populaire pour sa mobilisation en toutes circonstances dans l’accomplissement de ses missions constitutionnelles.

Je suis à l’écoute de toutes les opinions qui s’expriment dans notre société.

Je fais le serment que je ne laisserai aucune force, politique ou économique, détourner le destin et les richesses de notre nation au profit d’intérêts personnels ou de groupes occultes.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

L’Algérie a besoin de poursuivre sa marche vers la démocratie, le progrès et la prospérité sans rompre les processus d’accumulation de ses acquis. Pour ce faire, elle a besoin d’un sursaut de toutes les forces politiques, économiques et sociales et de toutes les catégories de la population, en vue de se donner une nouvelle ambition.

J’ai écouté et entendu le cri du cœur des manifestants et en particulier des milliers de jeunes qui m’ont interpellé sur l’avenir de notre patrie. Ces jeunes dont beaucoup ont l’âge porteur de dignité et de générosité que j’avais au moment où j’ai rejoint les rangs de la glorieuse Armée de libération nationale, ont exprimé une inquiétude compréhensible face aux incertitudes qui les animent. J’ai le devoir et la volonté d’apaiser les cœurs et les esprits de mes compatriotes. Je le fais aujourd’hui en tant que Moudjahid fidèle à la mémoire de nos valeureux martyrs et au serment de tous les compagnons de notre épopée libératrice qui sont encore en vie. Je le fais également en tant que Président de la République pleinement respectueux de la volonté populaire qui m’a accordé l’insigne privilège de me porter à la magistrature suprême. Je le fais enfin en qualité de candidat à la prochaine élection présidentielle, avec conviction. Je suis déterminé, si Dieu le Tout Puissant m’en donne la possibilité, et si le peuple algérien me renouvelle sa confiance, à assumer la responsabilité historique de la concrétisation de leur exigence fondamentale, c'est-à-dire le changement du système. Dans cet esprit, je prends solennellement devant Dieu, et devant le peuple algérien, les engagements suivants :

Premièrement : La tenue, juste après l’élection présidentielle, d’une conférence nationale inclusive et indépendante pour débattre, élaborer et adopter des réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales, devant constituer le socle du nouveau système rénovateur de l’Etat national algérien en harmonie avec les aspirations de notre peuple.

Deuxièmement : L’élaboration et l’adoption par référendum populaire d’une nouvelle constitution qui consacrera la naissance de la Nouvelle République et du nouveau système algériens.

Troisièmement : La mise en œuvre rapide de politiques publiques garantissant une redistribution des richesses nationales plus juste et plus équitable et l’élimination de la marginalisation et de l’exclusion sociales, y compris le phénomène de la Harga, ainsi qu’une mobilisation nationale effective contre toutes les formes de corruption.

Quatrièmement : La prise de mesures concrètes pour faire de tous nos jeunes des acteurs et des bénéficiaires prioritaires dans la vie publique à tous les niveaux et dans toutes les sphères du développement économique et social.

Cinquièmement : La révision de la loi électorale avec notamment la création d’un mécanisme indépendant d’organisation des élections qui aura la responsabilité exclusive de l’organisation des élections.

Sixièmement : L’organisation d’une élection présidentielle anticipée conformément au calendrier arrêté par la conférence nationale indépendante. Je m’engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence. La date de cette élection présidentielle anticipée sera fixée par la conférence nationale.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Les engagements que je viens de prendre devant vous nous mèneront naturellement à une transmission générationnelle dans une Algérie réconciliée avec elle-même.

Je vous invite instamment à écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire en faisant de l’échéance électorale du 18 avril prochain l’acte de naissance d’une nouvelle république algérienne à laquelle le peuple algérien aspire.

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit le Ministre nigérien des Affaires Etrangères. (APS, 27/02/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia, a reçu mercredi, le Ministre nigérien des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens de l'extérieur, M. Kalla Ankourao, qui effectue une visite de travail à Alger, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

L'audience s'est déroulée en présence du Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, ajoute la même source.

Le Ministre nigérien a eu mardi un entretien avec M. Messahel sur le renforcement des relations de coopération, d'amitié et de bon voisinage entre les deux pays.

Les deux parties ont procédé également à une évaluation de l’état des relations bilatérales, ainsi qu'à l’examen et à la recherche de nouvelles opportunités de partenariat entre les deux pays.

Les deux Ministres ont échangé aussi leurs points de vue sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment les défis auxquels est confrontée la région.

Algérie-Niger: Nécessaire coordination pour faire face aux défis (Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel). (APS, 27/02/2019)


ALGER - Le Ministre nigérien des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens de l'extérieur, M. Kalla Ankourao s'est dit, mardi à Alger, "totalement satisfait" de son entretien avec son homologue algérien, M. Abdelkader Messahel, relevant une "convergence de vues" sur toutes les questions examinées.

"Nous sommes totalement satisfaits de ces entretiens", a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une rencontre avec le chef de la diplomatie algérienne.

Selon le Ministre nigérien des Affaires étrangères, la rencontre a été l'occasion de faire "une évaluation de l’état des relations bilatérales" entre l'Algérie et le Niger, relevant que ces relations de longue date "ne souffrent d'aucune zone d'ombre" et qu'elles sont "renforcées chaque jour davantage" dans l'intérêt des deux pays.

Il a souligné, à ce titre, la nécessité d'élargir les domaines de coopération, plaidant pour la promotion des échanges commerciaux qui participeront, a-t-il dit, "au développement des régions de part et d'autre des frontières".

Il a mis l'accent, en outre, sur l'importance de dégager de nouvelles perspectives pour donner une nouvelle impulsion à la coopération économique, se félicitant de l'achèvement prochain de la route transsaharienne qui reliera Alger à Lagos (Nigeria) en passant par Niamey.

La visite officielle qu'effectue le ministre nigérien en Algérie, à l'invitation de son homologue algérien, M. Abdelkader Messahel, a été également l'occasion d'échanger les vues sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment les défis auxquels est confrontée la région, a affirmé le Ministre nigérien qui a cité, à ce propos, la coopération sur le plan sécuritaire, la lutte contre le terrorisme et le phénomène de la migration clandestine.

"Nous avons constaté une convergence de vues sur tous les sujets que nous avons abordé", a-t-il soutenu, assurant que l'Algérie et le Niger ont "des approches communes" pour lutter contre le terrorisme et restent "engagés" dans ce combat.

Le Ministre nigérien Kalla Ankourao a rappelé, dans ce contexte, que l'Algérie et le Niger se retrouvent régulièrement lors des réunions des pays voisins de la Libye, des pays du Sahel et dans le cadre de l'Union africaine (UA) pour échanger les vues sur tous les problèmes de la région sahélo-saharienne et principalement sur les problèmes d'ordre sécuritaire.

D'autres réunions entre les deux pays pourraient être programmées prochainement, selon le ministre nigérien qui a affirmé que les consultations se poursuivront pour fixer la date de la tenue de la deuxième session de la haute commission mixte présidée par les Premiers ministres des deux pays.

Le ministre Nigérien des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens de l'extérieur, Kalla Ankourao est arrivé mardi à Alger pour une visite officielle de deux jours.

Cette visite s'inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération, d'amitié et de bon voisinage entre l'Algérie et le Niger.

Salon de l'agriculture de Paris: Des opérateurs algériens explorent le marché extérieur. (APS, 27/02/2019)


PARIS - La trentaine d'opérateurs économiques algériens du secteur de l'agroalimentaire, présents au Salon international de l'agriculture de Paris, ne manquent pas d'exprimer leur volonté d'accéder aux différents marchés internationaux exhibant à l'occasion de produits de haute qualité.

"Ce salon est une occasion pour nos opérateurs économiques pour montrer la diversité et la qualité de nos produits, se mettre en liaison avec des opérateurs du marché international et s'informer des innovations dans les secteurs agricole et agroalimentaire", a expliqué à l'APS le chef de la délégation algérienne et Secrétaire Général du Ministère du Commerce, Cherif Omari, soutenant que les autorités du pays veulent "assurer la qualité de la représentation" de l'Algérie dans ce genre de salon professionnel.

Il est vrai que la participation de l'Algérie à ce salon, qui attire chaque année près de 700.000 visiteurs français et internationaux, professionnels et grand public, pour découvrir la richesse du monde agricole, était timide dans les précédentes éditions (2017 et 2018), après

25 ans d'absence, en dépit des efforts de Makhlouf Chalal, membre de la communauté algérienne organisateur de salons et de foires, qui tentait tant bien que mal à faire venir des opérateurs algériens.

Mais cette année, le stand Algérie est bien agencé avec un espace de 350 m2 et la participation des opérateurs est bien étoffée par la présence des responsables de l'Algex (Agence nationale de promotion du commerce extérieur), de la Safex (Société algérienne des foires et expositions), qui prend en charge la participation des opérateurs à hauteur de 80%, et de Chambre nationale de l'agriculture (CNA).

Mercredi, les visiteurs, qui se sont déplacés au salon dans une journée parisienne ensoleillée, ont découvert les produits algériens qui tirent leur force qualitative du soleil et du climat du plus grand pays d'Afrique situé à deux heures de vol du continent européen.

De la belle tomate, des variétés de pommes de terre, du poivron, piment, olives, figues, en passant par les dattes, les raisins, la mandarine et l'orange, les visiteurs ont pu constater que ces produits déclasseront aisément ceux qui sont vendus aux marchés européens.

"L'Algérie dispose de produits de contre-saison qui peuvent facilement pénétrer les marchés internationaux", se vante le SG du ministère du Commerce.

Reste, cependant, tout le travail en appoint et en soutien à ces produits, comme la labellisation, la certification et la logistique. Pour cela, a expliqué Cherif Omari, la dynamique est installée et un certain nombre d'opérations "sont menées dans ce sens", comme la mise sur pied d'un réseau de laboratoires (une cinquantaine) pour les équiper pour devenir des laboratoires de certification.

La feuille de route pour la mise en place d'une chaîne d'exportations, approuvée par le gouvernement, prévoit également l'ouverture du fret aérien (cargo) au secteur privé, a-t-il ajouté.

Des produits engorgés de soleil à la conquête des marchés européens

Les responsables de la CNA ont saisi cette opportunité pour entamer des discussions avec les responsables de Rungis afin d'examiner avec eux les possibilités d'écoulement des produits algériens en France et dans d'autres pays européens.

Comme des pourparlers ont été engagés avec l'Union nationale de l'apiculture française et la Fédération nationale du réseau du développement apicole (ADA-France).

Le miel algérien, rappelle-t-on, est connu par la richesse de ses variétés en raison de la diversité de la flore.

Par ailleurs, le pavillon Algérie a organisé mercredi après-midi une journée spéciale qui a été inaugurée par l'ambassadeur d'Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, qui était accompagné de la députée Fadila Khattabi, présidente du groupe d'amitié France-Algérie, et du député Didier Martin, vice-président du groupe et membre de la commission des affaires économiques à l'Assemblée française.

Fadila Khattabi, qui s'est dite "très heureuse" de visiter le pavillon Algérie, a souligné à la presse que "nous constatons que l'Algérie est décidée de faire valoir ses produits". "Ce sont de très bons produits gorgés de soleil, des produits de qualité. J'ai un très beau regard, un regard positif, d'autant plus qu'il y en France une attente", a-t-elle ajouté, appelant à un travail "intelligent" entre la France et l'Algérie.

Pour sa part, l'Ambassadeur d'Algérie a affirmé que l'Algérie "démontre toutes les potentialités de sa richesse et nous pouvons, dans le cadre du partenariat algéro-français, travailler davantage afin de faire découvrir nos produits qui sont bio, naturels et qui peuvent ajouter de la richesse à la belle coopération qui existe entre les deux pays".

Depuis un demi-siècle, le Salon international de l’agriculture de Paris rassemble chaque année tous les acteurs du monde agricole. Il est l'événement agricole de référence, non seulement en France mais aussi à l’étranger.

Le salon est organisé autour des univers : l'élevage et ses filières, les produits des régions de France, d'Outre-Mer et du monde, les cultures et filières végétales, le jardin et les potagers, les services et métiers de l'agriculture.

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit le Ministre tunisien de l'Intérieur. (APS, 26/02/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia, a reçu mardi à Alger, le Ministre tunisien de l'Intérieur, M. Hichem Fourati, qui effectue une visite de travail en Algérie à l'invitation de son homologue algérien, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

L'audience s'est déroulée en présence du Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, précise la même source.

Pour rappel, MM. Fourati et Bedoui ont eu lundi un entretien au cours duquel ils ont évoqué la coordination opérationnelle dans le domaine sécuritaire entre les deux pays.

A cette occasion, l'accent a été mis sur la nécessité d'œuvrer ensemble pour le développement et la sécurisation des régions frontalières dans le cadre des orientations données en ce sens par les chefs d'Etat des deux pays.

M. Abdelkader Messahel, Ministre des Affaires Etrangères: l'Algérie, pourvoyeur d'idées dans la paix de la région et du monde. (APS, 26/02/2019)


ALGER - L'Algérie est un pays pourvoyeur d'idées au niveau du système des Nations Unies par les fondements de sa diplomatie dans le cadre de la paix et la stabilité de la région et du monde, a indiqué, mardi à Alger, le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel.

"Il y a un besoin d'Algérie (...) Elle est un modèle à suivre en matière de lutte contre le terrorisme, elle est une référence dans le partage de son expérience et de sa politique. Beaucoup de délégations étrangères viennent s'intéresser au miracle de la stabilité de l'Algérie compte tenu de sa position géographique", s'est félicité M. Messahel lors de son passage au Forum de la radio algérienne (Chaine III).

En effet, malgré la position géographique de l'Algérie -entourée de conflits - comme c'est le cas au Mali et en Libye, le pays, rappelle M. Messahel a réussi à préserver sa sécurité et sa stabilité soulignant que "la stabilité de la région dépend de la stabilité de l'Algérie".

"Tout le monde est gagnant au retour de la stabilité et à la préservation de l'unité et la souveraineté de la Libye. C'est un grand pays qui a de grands moyens (...) il faut écarter le spectre le l'ingérence", a-t-il insisté.

Interrogé sur la doctrine de la diplomatie algérienne de la non-ingérence, la médiation, l'équidistance, et l'appropriation, M. Messahel a souligné que ce sont les fondements de base de la diplomatie algérienne.

"Nous partageons notre expérience en matière de lutte contre le terrorisme parce que nous l'avons vécu, parce que nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'alternative à des solutions politiques et ne nous voulons pas que d'autres peuples vivent notre tragédie", a soutenu M. Messahel.

Evoquant la politique de l'Algérie dans l'instauration de la stabilité où elle devient aujourd'hui un modèle à suivre et une référence, M. Messahel a assuré qu'à l'international, il y a un besoin d'Algérie dans le partage de son expérience et de sa politique, comme il a été fait au Mali à travers l'élaboration de l'Accord de paix d'Alger en 2015.

"C'est un Accord qui a tracé les grandes lignes d'un retour à la paix et à la stabilité et qui préserve l'unité du Mali, même si sa mise en œuvre tarde à se mettre en place en raison de difficultés majeures", a-t-il renchéri.

Selon le chef de la diplomatie algérienne, l'effort international c'est d'accompagner les Maliens dans la mise en œuvre des politiques qu'ils ont décidé eux-mêmes.

"L'avenir du Mali est entre les mains des Maliens. C'est aux Maliens eux-mêmes de défendre leur pays, d'assurer sa sécurité. Notre devoir à nous en tant que pays voisin, c'est d'accompagner ce pays dans la mise en œuvre de sa politique, à travers le soutien financier, logistique, civil".

A la question du retour des combattants étrangers, M. Messahel a indiqué qu'il n'y avait pas de plus "redoutable" compte tenu de ce qu'ils ont fait durant les combats, soulignant le danger qu'ils peuvent représenter par leur infiltration avec les migrants clandestins.

Union du Maghreb Arabe (UMA) : l'Algérie continuera à appeler à une intégration économique régionale. (APS, 26/02/2019)


ALGER- L'Algérie continuera à appeler à une intégration économique régionale dans le cadre de la réactivation de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), a déclaré mardi le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, soulignant qu'il n'y a pas d'alternative à l'intégration économique.

Gelées depuis le début des années 2000, les activités de l'UMA ont repris à l'initiative du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à travers l'organisation des réunions au niveau des Ministères et des commissions spécialisées, a rappelé M. Messahel invité à l'émission de la radio algérienne (Chaine III) consacrée aux réalisations de la Diplomatie algérienne entre acquis et défis à venir.

"La construction maghrébine a été un choix stratégique de l'Algérie. Elle a énormément fait pour la construction maghrébine", a indiqué M. Messahel,rappelant que "toutes nos réunions ont été tenues au niveau des ministères et des commissions spécialisées.

"Nous l'avons fait et nous continuons à penser que nous n'avons pas d'autres alternatives que l'intégration régionale", a souligné M. Messahel en réponse à une question sur la reconstruction et la réactivation de L'UMA.

M. Messahel a, lors de cette émission, rappelé la proposition faite par l'Algérie pour réactiver l'UMA à travers la création d'une commission économique africaine semblable à toutes les autres commissions régionales en Afrique.

"J'avais appelé au mois de novembre dernier à une réunion de l'instance de l'UMA. Tous les pays membres ont répondu, reste complémentation d'un pays voisin", a-t-il indiqué, disant vouloir saisir l'occasion de la prochaine session de la Commission ministérielle maghrébine chargée de la sécurité alimentaire qui se tiendra jeudi à Tunis, "pour faire en sorte de trouver un moment pour se réunir même si c'est dans un cadre informel pour réactiver l'UMA".

Dans ce sens, le chef de la diplomatie algérienne a évoqué les éventuelles propositions d'une politique maghrébine commune basée sur les mêmes besoins et problèmes à savoir: le problème halieutique, l'agriculture, l'industrie, etc... Affirmant que l'Algérie ne cessera pas de défendre cette idée, l’intégration économique).

"On aurait proposé une politique maghrébine commune avec les mêmes besoins, en termes d'infrastructures agriculture, industrie. Nous faisons en sorte de rendre irréversible l'intégration maghrébine économique", a-t-il souligné.

Evoquant par ailleurs le rôle de la Ligue arabe en tant qu'organisation panarabe sur la scène internationale et la volonté de l'Algérie de voir cette institution faire des réformes, M. Messahel a indiqué que "la Ligue arabe doit faire sa mue, qu'elle fasse des réformes profondes", regrettant "son inactivité et stagnation" depuis sa création en 1940.

"Aujourd'hui le monde a changé, l'environnement arabe a beaucoup changé, il y a eu beaucoup d'évolutions pour lesquelles la Ligue arabe doit s'adapter", a-t-il souligné.

Citant les conflits dans des pays arabes tels que la Syrie, l'Irak ou la Libye, le chef de la diplomatie algérienne a conclu en disant: "La Ligue arabe n'est pas présente dans la résolution des conflits, elle est très éloignée dans la recherche de solutions et elle n'a aucun exercice dans la stabilité des pays arabes".

Présentation de la politique générale du gouvernement devant l’Assemblée Populaire Nationale (APN). (APS, 25/02/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia, a entamé lundi la présentation de la Déclaration de politique générale devant les députés de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), lors d'une séance plénière présidée par le Président de l'Assemblée, Mouad Bouchareb, en présence de membres du gouvernement.

Cette présentation sera suivie d'un débat général qui se poursuivra jusqu'à mercredi, alors que les réponses de M. Ouyahia aux questions et préoccupations des députés sont prévues jeudi après-midi.

La Déclaration de politique générale comprend six chapitres relatifs au bilan du gouvernement dans les différents secteurs et une conclusion axée sur "les vertus de la continuité". Elle comprend une évaluation du bilan du gouvernement qui "reflète de nombreuses avancées dans la mise en œuvre du programme du président de la République".

La Déclaration est accompagnée d'annexes résumant les résultats du quinquennat 2014-2018, mais aussi de la période allant de 1999 à 2018.

L’Algérie a traversé la crise pétrolière en préservant l’indépendance de sa décision économique

L’Algérie a traversé le choc pétrolier avec ses propres ressources financières en préservant son indépendance de décision économique, a affirmé en outre le Premier Ministre qui a présenté le bilan du plan d’action du gouvernement durant les deux dernières années. Durant cette période, «le pays a poursuivi les réformes pour l’amélioration de l’environnement financier et de l’investissement», a-t-il rappelé. Citant les progrès enregistrés dans le domaine économique, il a relevé que l’agriculture a connu un taux de croissance proche de 9%.

Quant à l’industrie, il a soutenu que ce secteur arrive à satisfaire la demande nationale dans plusieurs filières et même à accroître ses exportations hors hydrocarbures. En dressant le bilan de l’action de son gouvernement depuis septembre 2017, M. Ouyahia a également estimé que la croissance économique a été «robuste», se rapprochant de 4% en 2018 hors des hydrocarbures. Evoquant le secteur des hydrocarbures, il a soutenu qu’il est en «phase de mise à niveau» et qu’il dispose d’un «avenir prometteur» grâce à sa future législation révisée, à l’exploration des ressources non conventionnelles et au développement de la pétrochimie. Le Premier Ministre a, en outre, indiqué que les transferts sociaux représentent plus de 1.500 milliards DA/an, alors que le taux de chômage s’est stabilisé à 11%, malgré l’importance des nouvelles demandes d’emploi.

Abordant la communauté nationale à l’étranger, il a rappelé qu’elle bénéficie de mesures nouvelles décidées par le Président de la République il y a une année. Ainsi, concernant la diaspora algérienne, il a indiqué que 21.000 dossiers ont déjà été traités pour l’accès au logement promotionnel, alors que plus de 900 dossiers ont été finalisés pour le bénéfice de microcrédits en faveur des jeunes.

En outre, des dizaines de projets d’investissements des expatriés algériens sont traités par l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), a fait valoir M. Ouyahia qui a fait savoir que l’ouverture d’une banque algérienne en France sera concrétisée en 2019. Par ailleurs, le Premier ministre a estimé que les réalisations physiques des vingt dernières années sont le fruit d’une «véritable entreprise de reconstruction nationale d’un pays mis à genou par une grave crise économique, mais aussi terriblement frappé par une tragédie nationale sanglante». Rappelant qu’en 1999, l’Algérie croulait sous un endettement extérieur de plus de 30 milliards de dollars, il a indiqué que c’est la continuité qui a permis de rembourser par anticipation plus de 25 milliards de dollars de cette dette, de mettre un terme au recours à l’endettement extérieur, de mener une gestion prudente des réserves de changes et de constituer une importante épargne du Trésor. «Ce sont ces différentes mesures qui ont permis à notre pays de faire face au récent choc pétrolier», a-t-il insisté.

Revenant au recul du prix du pétrole, le Premier ministre a rappelé que la chute des cours du brut en 1986 avait coûté à l’Algérie l’arrêt du processus de développement, un endettement extérieur étouffant et un ajustement structurel «douloureux». Mais pour le choc pétrolier de 2014, qui a acculé des pays pétroliers à la récession et poussé d’autres à contracter des programmes d’ajustement financier, le Premier ministre a tenu à préciser que l’Algérie, elle a pu traverser cette tourmente «avec ses propres ressources financières préservant son indépendance de décision économique».

Défis et enjeux

Plus encore, a-t-il poursuivi, le processus de développement n’a pas été bloqué, même s’il a connu un ralentissement, avant d’être relancé «grâce à des mesures financières internes prises souverainement».

M. Ouyahia a abordé la maturation du développement économique lequel, a-t-il observé, «est souvent décrié partant de lectures immédiates». Cependant, a-t-il noté, l’analyse plus attentive de ce développement économique «ne pourrait manquer de confirmer l’apparition graduelle de ses fruits». Citant, dans ce sens, l’exemple du domaine agricole, il a souligné que l’important programme de soutien public à l’investissement, aux productions stratégiques et à l’irrigation, donne déjà des résultats «probants». A ce propos, il a relevé que le pays réduit de plus en plus sa dépendance en matière de viande et de lait et qu’il relèvera ce défi dans quelques années. Pour le reste de la production agricole, il a observé que l’Algérie dépasse de plus en plus le seuil de l’autosuffisance et dégage des capacités supplémentaires destinées à une exportation croissante.

Dans le domaine de l’entreprise, les importants avantages incitatifs concédés au niveau fiscal et parafiscal ainsi que les crédits bonifiés, sont à l’origine des dizaines de milliers d’investissements, notamment nationaux de tailles diverses, selon le Premier ministre, ajoutant que les partenaires étrangers «font aussi de plus en plus confiance à la stabilité politique et aussi juridique du pays», se traduisant par la multiplication des grands projets mixtes. En outre, en énumérant les défis et enjeux auxquels l’Algérie est confrontée, il a cité, au plan interne, «l’importante progression» réalisée dans le domaine du développement, notamment humain, les «ambitions légitimes» des jeunes générations, les «exigences intégrales» d’un Etat de droit et de démocratie pluraliste, ainsi que la nécessité de développer davantage une économie diversifiée et compétitive, fournissant à l’Etat les ressources nécessaires pour la pérennité de la politique nationale de justice sociale et de solidarité nationale.

Au plan externe, le Premier ministre a mentionné l’instabilité, les foyers de tension, de terrorisme et de crime transnational qui persistent dans le voisinage immédiat, ainsi que les incertitudes qui pèsent sur l’économie mondiale en général et les facteurs de bouleversement qui s’accumulent sur le marché international des hydrocarbures.

Salon international du tourisme "SIAHA 2019" : 17 millions de voyageurs dont 3,9 millions d’étrangers sont entrés au pays en 2018. (APS, 25/02/2019)


ORAN- Près de 17 millions de voyageurs dont 3,9 millions d’étrangers sont entrés au pays en 2018, a-t-on appris dimanche à Oran du commissaire Zouaoui Rabah, chef du service de communication à la direction de sécurité publique de la DGSN, lors du salon international du tourisme "SIAHA 2019".

Environ un million d’étrangers (953.000) sont entrés au pays dans un cadre exclusivement touristique, de même que 4,1 millions de ressortissants algériens, a fait savoir Zouaoui Rabah, rappelant les facilitations accordées par la Police des frontières aux touristes étrangers et aux citoyens algériens durant la saison estivale, ce qui explique la participation de la DGSN à la 10e édition du Salon International du tourisme, des voyages et des transports "SIAHA 2019".

"Nous avons une mission d’accompagnement, de contrôle et d’escorte vis-à-vis des touristes étrangers durant leur séjour en Algérie", a-t-il déclaré, signalant 9.224 missions d’escorte par la DGSN en 2018 et l’accompagnement de 30.500 délégations touristiques durant la même année.

La sûreté nationale a pour mission de protéger et de sécuriser les infrastructures touristiques et toutes les autres structures ayant un lien avec le tourisme comme les hôtels touristiques, les salles de conférences et autres, ainsi que la protection de l’environnement, le patrimoine culturel et archéologique, a indiqué le même responsable, ajoutant que la DGSN vise au salon "SIAHA 2019" à mettre en exergue ses missions en relation avec la tourisme, en plus de sensibiliser sur la sécurité routière.

La DGSN, à travers ses deux services de la voie publique et de la police des frontières, met en exergue au salon les équipements et moyens mis en place en matière d’escorte des touristes et de transport, à travers une exposition de quads, de motos à deux et trois roues et autres équipements utilisés durant la saison estivale au niveau des plages et autres sites de vacances et de tourisme.

De son côté, la Gendarmerie nationale, par la voix de Mme Loucif, chargée de la communication des services de la gendarmerie de la wilaya d’Oran a mis en exergue les nombreuses campagnes de sensibilisation et de prévention contre les accidents de la route, ainsi que la protection de l’environnement et la préservation des sites historiques et archéologiques, en plus des plans de sécurité mis en place durant la saison estivale.

Plus de 30 opérateurs algériens au Salon international de l'agriculture de Paris. (APS, 24/02/2019)


ALGER- Une délégation de plus de 30 opérateurs économiques conduite par le Secrétaire Général du Ministère du Commerce, Chérif Omari prend part au Salon international de l'agriculture de Paris, organisé du 23 février en cours au 3 mars, a indiqué, samedi, un communiqué du ministère du Commerce.

Une superficie de 350 m2 a été réservée aux sociétés algériennes pour exposer leurs produits lors de ce Salon qui permettra aux opérateurs algériens d'organiser des rencontres avec leurs homologues de France et des autres pays d'Europe en vue d'examiner les voies de partenariat et de commercialisation, lit-on dans le communiqué.

Cette manifestation permettra au producteur algérien "d'accéder aux différents marchés internationaux, particulièrement les marchés européens", indique-t-on de même source.

La participation de l'Algérie à ce salon s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle dynamique adoptée par le gouvernement pour promouvoir les exportations hors hydrocarbures, à travers une participation efficiente aux différentes manifestations économiques organisées à l'étranger, a ajouté le communiqué.

Le Ministère du Commerce a salué, dans son communiqué, "la participation réussie" de l'Algérie au Salon international de l'agroalimentaire "Gulfood 2019" tenu du 17 au 21 février à Dubaï (Emirats Arabes Unis) qui a été couronnée par la signature de six (06) accords d'exportation dans une première étape, avant la signature dans les prochains jours de plusieurs autres accords.

Double anniversaire du 24 février : Message du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. (APS, 24/02/2019)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a adressé dimanche, à l'occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures, un message dont voici la traduction APS :

"Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux,

Prière et paix sur Son messager, les siens et ses compagnons jusqu’au jour du jugement dernier,

Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d'abord féliciter les organisateurs de cette célébration pour le choix de la ville d'Adrar, capitale de Touat, un choix fort en symbolique et signification.

Alors que nous avons commémoré, il y a quelque jours, la Journée nationale de nos valeureux Chouhada, nous nous retrouvons aujourd'hui sur les lieux du brasier qui a ravagé des centaines d'enfants de notre peuple, martyrs et victimes des essais nucléaires menés par le colonialisme abject. Des essais dont les effets demeurent encore source de souffrance des enfants de la wilaya d'Adrar dont je salue la population.

A partir de cette wilaya, chère à nos cœurs, et en cette saison de commémorations historiques, nous nous inclinons, également, à la mémoire de nos glorieux Chouhada, tombés au champ de l'héroïque bataille de Timimoune et rendons hommage aux Moudjahidine de cette région que j'ai eu l'honneur de côtoyer durant la Guerre de libération, à l'époque de l'ouverture du front du Sud, qui partait d'ici aux territoires de la République du Mali, frère.

Sur les terres de l'aimée Adrar, j'adresse les salutations de l'Islam aux Zaouïas de cette pieuse région, qui à l'instar de toutes celles des autres contrées de l'Algérie, ont été des citadelles pour l'Islam orthodoxe, l'enseignement des préceptes du saint Coran et la préservation de l'unité de notre vaillant peuple.

Tout au long de notre riche histoire, Adrar n'a cessé d'être un centre reconnu d'où se lançaient les prêcheurs de notre religion sacrée vers les régions les plus reculées du continent africain pour y propager le message d'Allah et la Sunna de notre prophète (QSSSL).

Mesdames, Messieurs,

Votre honorable assistance se retrouve aujourd'hui à Adrar à l'occasion du 63e anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et du 48e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, deux évènements liés de par leur origine et leur finalité.

En effet, les braves travailleurs de l'Algérie avaient décidé, sous la conduite du Chahid Aissat Idir, de créer l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) afin d'encadrer et de mobiliser nos travailleurs en renfort aux rangs de la Glorieuse révolution de Novembre.

Ainsi, des dizaines de milliers de nos travailleurs ont fait partie des Chouhada et Moudjahidine de notre Glorieuse révolution. De même qu'ils ont été un facteur déterminant dans l'autonomie de décision de notre Révolution en étant derrière son financement, aussi bien à l'intérieur qu'en exil, pourvoyant l'Armée de Libération nationale (ALN) de fonds pour l'achat d'armes et le Front de Libération nationale (FLN) pour la prise en charge des familles des Chouhada et des enfants des réfugiés algériens en dehors des frontières de notre pays.

Telle est la noble organisation de l'UGTA, qui n'a de cesse été au rendez-vous chaque fois que l'Algérie fait appel à ses enfants pour la protéger contre une menace, et qui n'a pas manqué, encore une fois, d'être à l'avant garde du sursaut populaire qui a contribué à la sauvegarde de l'Algérie lorsqu'elle a été prise dans les tourments de la tragédie nationale.

Recueillons-nous, donc, à la mémoire du Chahid Abdelhak Benhamouda et de tous les martyrs du devoir national parmi nos travailleurs et travailleuses dans tous les corps, morts pour que l'Algérie continue à vivre, pour que les écoles demeurent ouvertes, les usines en activité et les hôpitaux à prodiguer les soins jusqu'à l'avènement du triomphe grâce aux lumières de la Concorde et la force de la Réconciliation.

Telle est également l'UGTA, qui a dirigé, des décennies durant, la grande bataille de l'édification en l'Algérie à travers la construction des routes, y compris dans le désert, la réalisation des barrages, des usines et de toutes les infrastructures de vie. La bataille qui a permis à l'Algérie du XXIe siècle de se rapprocher du niveau de développement des pays développés alors qu'elle était, un demi-siècle auparavant, un champ de désolation et de pauvreté extrême sous le joug du colonialisme barbare.

L'UGTA a joué un rôle décisif dans la nationalisation des hydrocarbures de notre pays le 24 février 1971.

En effet, les compagnies pétrolières étrangères ont pensé qu'il serait impossible pour les enfants de notre pays de gérer nos champs et nos complexes pétroliers et gaziers, mais la courageuse décision politique sous-tendue par la forte volonté de nos travailleurs et cadres ont permis à l'Algérie d'imposer sa souveraineté sur ses ressources hydrocarbures et de maintenir en activité ce secteur, qui est devenu et qui demeure la locomotive de l'économie nationale.

Mesdames, Messieurs,

Lors des deux dernières décennies, l'Algérie a su combiner la richesse des hydrocarbures et la décision politique indépendante et conjuguer les bras et la volonté de ses loyaux fils.

Une fois le pays sorti des affres de la tragédie nationale et de la restructuration économique et sociale, nous nous sommes lancés dans le processus de construction et d'édification qui, peu à peu, a permis à l'Algérie de se libérer du fardeau de la dette extérieure, d'éloigner le spectre du chômage qui a failli asphyxier nos jeunes, et d'enrayer considérablement les manifestations de la misère et de la pauvreté grâce à la réalisation, à travers les quatre coins du pays, de milliers d'écoles, de centaines d'hôpitaux, de dizaines d'universités et de millions de logements.

Cette entreprise n'aurait pu être menée sans l'indépendance de notre décision politique et économique, qui nous a permis de surmonter les difficultés financières, ces dernières années. En outre, elle a été possible grâce à la paix sociale et à la mobilisation des travailleurs sous la bannière de l'Union nationale des travailleurs algériens (UGTA).

Mesdames, Messieurs,

En célébrant, aujourd'hui, cette épopée nationale et les réalisations qui l'ont accompagné, nous demeurons conscients de tous les défis qui restent à relever.

Au volet sécuritaire, l'instabilité et les fléaux du terrorisme et du crime transfrontalier marquent notre voisinage immédiat et s'imposent à notre vaillante Armée nationale populaire (ANP), que nous saluons encore une fois. Cependant notre armée a besoin d'un peuple conscient, mobilisé et vaillant pour être un précieux appui et un solide bouclier afin de préserver la stabilité de notre pays.

Il est vrai que nous jouissons d'un progrès social et économique, mais nous demeurons, profondément, conscients de la nécessité de plus d'efficacité économique pour garantir la pérennité de notre choix sacré, celui de la justice sociale et de la solidarité nationale.

L'Algérie dispose du potentiel et des capacités lui permettant de gagner cette bataille, celle de l'édification et du développement et nous pouvons, à ce propos, méditer l’exemple de la wilaya d’Adrar.

En effet, le sous-sol de cette région confirme, année après année, l'immense potentiel qui nous reste, comme dans les champs gaziers de Reggan et de Timimoune, et les capacités découvertes ou à découvrir.

Dans cette wilaya, toujours, l'industrie est devenue une réalité palpable grâce à la cimenterie implantée au sud de cette ville, et qui exporte désormais vers nos voisins sud.

Innombrables sont également les possibilités de diversification de l'économie nationale en richesses minières, potentialités agricoles et compétences scientifiques qui n'attendent qu'une meilleure exploitation, avec davantage d'efficacité et de qualité, pour être source de revenus supplémentaires pour le pays.

Mesdames, Messieurs,

Cet exposé succinct sur les différentes étapes de l'histoire contemporaine de l'Algérie en matière de lutte et d'édification se veut une manifeste illustration de mon message, le message des vertus de la continuité.

La continuité qui fait que chaque génération apporte sa pierre à l'édifice des réalisations. Une continuité garantissant la persévérance dans la bonne voie et permettant de remédier aux erreurs marginales. Une continuité qui permet à l'Algérie de passer à la vitesse supérieure dans la course au progrès et à la prospérité.

Telle est la leçon que nous devons tous tirer de la célébration de ces deux mémorables dates, et telle est le moyen de témoigner notre fidélité à nos glorieux Chouhada, de veiller sur nos générations montantes et préserver notre Algérie bien aimée.

Gloire à nos valeureux Chouhada."

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit une délégation du Congrès américain : Dialogue et concertation. (APS, 24/02/2019)


Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia, a reçu, hier à Alger, une délégation du Congrès américain, conduite par le Président du Comité des forces armées du Sénat des Etats-Unis, James Inhofe, indique un communiqué des services du Premier Ministre. Le Président du Comité des forces armées du Sénat américain effectue une visite de travail en Algérie et dans la région, dans le cadre des rencontres régulières de dialogue et de concertation.

Présidentielle: Le corps électoral compte plus de 24 millions d’inscrits. (APS, 24/02/2019)


ALGER- Le corps électoral en Algérie compte plus de 24 millions d’inscrits, a indiqué dimanche à Alger le Directeur Général des libertés publiques et des Affaires juridiques au Ministère de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Abdelmalek Sedini.

"L'Algérie compte un corps électoral de plus de 24 millions d’inscrits, soit 100.000 nouveaux inscrits sur le fichier électoral national, suite à la l'opération de révision des listes qui s'est déroulée du 23 janvier au 6 février 2019", a précisé M. Sedini qui s'exprimait sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio nationale, ajoutant qu'"une légère baisse" a été enregistrée chez la communauté algérienne établie à l’étranger, en raison des opérations d’assainissement, passant de 925.000 à 914.000 électeurs inscrits.

S'exprimant sur la carte électorale actuelle, issue de la révision du fichier électoral d’octobre 2018, il a indiqué qu'il y a plus de 13.144 centres de vote, dont 676 nouveaux et 60.839 bureaux de vote, dont 5.049 nouveaux, précisant qu'après la dernière la révision exceptionnelle du fichier électoral, il y aura certainement des changements.

Au sujet de la numérisation de la carte électorale, M. Sedini a fait savoir que "l'opération est en cours", annonçant que juste après les présidentielle du 18 avril 2019, il y aura le développement d’un système d’information intégré et connecté avec le système d’état civil et les différentes données pour aboutir une carte électorale numérisée et une gestion automatisée du fichier électoral.

En prévision du rendez-vous électoral du 18 avril prochain, M. Sedini a indiqué que les préparatifs sont en cours au niveau des collectivités locales avec la mobilisation de quelque 560.000 agents chargés d’assurer l’encadrement de l’opération électorale de même que la mobilisation plus de 4.700 des salles et infrastructures réquisitionnées à travers le territoire national pour les besoins de la campagne électorale qui débutera le 24 mars 2019.

Interrogé sur le nombre de prétendants à la candidature à la présidentielle, M. Sedini a fait savoir qu'ils sont 189 à avoir retiré les formulaires de souscription, estimant qu'il est prématuré de parler de candidatures tant qu'elles ne sont validées par le Conseil constitutionnel.

Selon M. Sedini des observateurs internationaux seront présents en Algérie à l'occasion de l'élection présidentielle, précisant que plusieurs Organisations internationales ont été sollicitées à cet effet.

L'Union des Radios et Télévisions Arabes (ASBU) honore le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. (APS, 21/02/2019)


ALGER - L'Union des Radios et Télévisions Arabes (ASBU) a décerné, jeudi à Alger, le Bouclier de l'ASBU au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika en reconnaissance de "son soutien honorable au Monde Arabe et son souci de renforcer les relations arabes, outre son parrainage des organisations spécialisées, notamment dans le secteur audiovisuel".

Le Ministre de la Communication, Djamel Kaouane a reçu, au nom du Président de la République, cette distinction de la part du Directeur Général de l'ASBU Abderrehim Suleiman, en marge de la réunion périodique annuelle commune entre les coordonnateurs radio et télévision, les ingénieurs en télécommunication et les techniciens des stations terrestres des télévisions et radios arabes.

A Cette occasion, Abderrehim Suleiman a salué les efforts du Président de la République et son "soutien généreux et honorable et le parrainage de l'ASBU et du Centre d'échange d'informations et de programmes, ainsi que les acquis importants réalisés par l'Algérie sous sa sage conduite et ses efforts dans le renforcement de la solidarité entre pays arabes".

Il s'est félicité, dans ce sens, de l'initiative de l'Algérie qui s'est chargée de "la réalisation du siège devant abriter le Centre arabe et africain d'échange d'informations et de programmes et la mobilisation des fonds nécessaires pour ce faire".

Le DG de l'ASBU a qualifié, à ce titre, le bilan d'action de l'ASBU en matière d'échange d'informations de "positif et honorable", soulignant qu'"il est procédé actuellement à l'échange de 13.000 matière d'informations chaque année et 10 heures d'échanges radiophoniques journaliers, outre la réception annuelle de plus de 30.000 informations en provenance d'Europe, d'Asie et d'autres pays méditerranéens".

Estimant que le Centre Arabe et Africain d'échange d'informations et de programmes permettra l'échange d'expériences et d'expertises entre les pays arabes et africains, le DG de l'Union Africaine de Radiodiffusion (UAR), Grégoire N'Djaka a rendu hommage au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika pour son parrainage de ce projet qui contribuera à "la diffusion d'informations sur l'Afrique et l'élimination des stéréotypes qui présentent ce continent comme étant une région de guerre, de famine et de misère".

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit le Ministre cubain du commerce extérieur. (APS, 21/02/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia a reçu, jeudi à Alger, le Ministre cubain du commerce extérieur et de l'investissement étranger, Rodrigo Malmierca Diaz, qui effectue une visite de travail en Algérie, indiquent les Services du Premier Ministre dans un communiqué.

L'audience s'est déroulée en présence du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui.

La visite du Ministre cubain en Algérie s'inscrit dans le cadre de la tenue de la 22ème session de la Commission mixte algéro-cubaine, qu’il co-préside avec le ministre de la Santé.

M. Abdelkader Messahel, Ministre des Affaires Etrangères à La Haye : l'Algérie, un gage de stabilité et de sécurité régionales. (APS, 21/02/2019)


LA HAYE -Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, a animé jeudi à La Haye (Pays-Bas) une conférence sur l'approche algérienne en matière de déradicalisation et de lutte contre le terrorisme et son impact sur la sécurité régionale, durant laquelle il a souligné que l'Algérie "est un gage de stabilité et de sécurité régionales".

M. Messahel, qui effectue une visite de travail aux Pays Bas, a lors de cette conférence, animée à l'Institut néerlandais des relations internationales "Clingendael Institute", devant un panel d’experts, indiqué que "l'Algérie ne ménage aucun effort pour contribuer autant que faire se peut à l’avènement de la paix, la sécurité et la stabilité dans sa région qui connaît, depuis quelques années déjà, un haut niveau d’instabilité, d’insécurité et une grande volatilité, notamment en Libye et dans la bande sahélo-saharienne", ajoutant que ces efforts restent "basés sur des principes clairs, de non-ingérence, d’équidistance et d'appropriation par les acteurs eux-mêmes des processus de règlement".

Le Ministre a passé en revue les différentes menaces et défis qui connaît la région sahélo-saharienne et l’Afrique du Nord, ainsi que leurs répercussions sur la stabilité de l’ensemble de la région. Dans ce cadre, il a cité notamment le terrorisme, la radicalisation, le crime organisé ainsi que l’immigration clandestine massive.

Il a, dans ce contexte, exposé les efforts de l’Algérie "pour faire face à ces défis, sur le plan national, avec la mobilisation des forces de l’Armée Nationale Populaire et des forces de sécurité, ainsi que sur le plan régional en apportant son concours aux pays de la région, dans la limite de ses moyens, notamment à travers la formation de troupes spécialisées, l’équipement et le partage de renseignements et d’expériences".

M. Messahel a également mis un accent sur le "lien étroit" entre les impératifs de sécurité et le développement en exposant, dans le même temps, les efforts de l’Algérie pour la modernisation du pays et le développement socio-économique.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel souligne la nécessité d'une "approche globale" pour assurer la paix et la stabilité régionales. (APS, 21/02/2019)


LA HAYE - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, a animé jeudi, une conférence à l'Institut néerlandais des relations internationales, Clingendael Institute, à La Haye, une conférence sur "l'approche algérienne en matière de déradicalisation et de lutte contre le terrorisme et son impact sur la sécurité régionale", dans le cadre de sa visite de travail au Pays-Bas.

Dans son intervention devant un panel d'experts, M. Messahel a mis en exergue "l'importance d'une approche holistique pour assurer et préserver la paix et la stabilité dans la région". Dans ce cadre, il a indiqué qu'"une telle approche doit focaliser non seulement sur les aspects sécuritaires mais aussi sur les aspects de Gouvernance, du développement socio-économique, ainsi que la lutte contre toutes les formes de marginalisation ou de stigmatisation".

C'est dans cet esprit qu'il a fait un exposé sur les efforts de l'Algérie dans ce sens, en rappelant "les cinq piliers sur lesquels reposent la politique algérienne en la matière, à savoir, le respect et la promotion des droits de l'Homme, l'attachement aux vertus du dialogue pour la résolution des divergences et le règlement des crises et conflits, le recours aux politiques de concorde civile et de réconciliation nationale conduites par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, la conviction que la démocratie constitue l'antidote au discours extrémiste et sectaire ainsi que la mise en œuvre d'une politique de dé-radicalisation axée sur la promotion du référent religieux national, la protection des composantes de l'identité nationale -Islam, arabité et amazighité- de toute exploitation, la lutte contre le discours extrémiste et sectaire, et la lutte permanente et structurelle contre les facteurs de marginalisation, d'exclusion ou de stigmatisation politiques, économiques, culturelles, sociales ou encore contre l'injustice et les inégalités sociales".

S'appuyant sur le nombre "très insignifiant des Combattants terroristes d'origine algérienne dans les rangs des groupes terroristes", M. Messahel a indiqué que "malgré ce succès de l'approche algérienne, il y a lieu de rester vigilant en raison du fait que la bête immonde du terrorisme a la capacité de se régénérer rapidement".

Signature à Dubaï de contrats d'exportation de produits algériens vers 6 pays arabes. (APS, 21/02/2019)


DUBAI - Cinq (5) contrats d'exportation de produits agricoles et agroalimentaires ont été signés, mercredi à Dubaï (Emirats Arabes Unies) avec des agents de la grande distribution activant dans six (6) pays arabes.

La cérémonie de signature de ces contrats s'est déroulée en présence du Ministre du Commerce, Saïd Djellab et des représentants d'organismes de commerce extérieur des pays devant réceptionner, début avril prochain, les premières cargaisons de produits algériens.

Cette cérémonie a également vu la présence des 34 exposants algériens participant au Salon international de l'agroalimentaire de Dubaï "Gulfood 2019", qui s'est déroulé à Dubaï du 17 au 21 février, en sus d'un nombre de responsables émiratis et des représentants d'organismes algériens de commerce extérieur. Ces contrats portent sur l'exportation de produits, tels que la pomme de terre, la datte, l'orange, l'ail, l'œuf et les jus, vers la Libye, la Jordanie, l'Irak, la Palestine, le Qatar et les EAU.

Les contrats ont été signés entre l'entreprise algérienne SNC GOLDEN DRINK AMRA ET GIE et des représentants des entreprises Dar Ennama de Libye, l'entreprise Jordan Exporters Association de Jordanie, tandis que deux autres contrats ont été signés avec des représentants exclusifs de la grande distribution en Palestine et en Irak.

Signé entre le Groupe Agro-logistique (AGROLOG) et l'entreprise Lulu Group International qui détient des filiales de commercialisation dans un grand nombre de pays dans le monde arabe, en Afrique, ainsi qu'en Asie, le 5eme contrat porte sur l'exportation de quatre (4) produits, à savoir la pomme de terre, les dattes, les oranges et l'ail vers les EAU et le Qatar. Il s'agit de produits ayant connu une surproduction au cours de la saison agricole 2017/2018.

S'exprimant au terme de la cérémonie de signature, le Directeur Général de "Golden Drink", Salim Amra a indiqué que ce pas ne constituait qu’une "première étape", ajoutant que l’entreprise avait eu, au cours du salon "Gulf Food", des négociations avec un grand nombre d’opérateurs commerciaux du Moyen Orient et de l’Asie, des négociations, a-t-il dit, devant être couronnées par d’autres contrats d’exportation au cours de la prochaine période.

Pour sa part, le Directeur Général du groupe algérien "AGROLOG", Zefizef Djahid Abdelwaheb a précisé que le contrat conclu avec le Groupe international émirati "Lulu" était le fruit d’un grand effort entrepris par AGROLOG avec le soutien des entreprises et organismes du commerce extérieur, à l’instar de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX).

De son côté, M. Djellab s'est félicité de la signature de ces contrats qui viennent, a-t-il dit, renforcer la dynamique que connait l’activité de l’exportation hors hydrocarbures qui a réalisé un chiffre de 2,8 milliards USD en 2018, se disant optimiste pour 2019 qui sera, selon lui, l’année des exportations.

Il a réitéré également l’attachement de son ministère à l'accompagnement de tous les opérateurs économiques dans leurs efforts visant l'accès à un plus grand nombre de marchés extérieurs, et ce dans le cadre des instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui a, à maintes reprises, souligné la nécessité de diversifier les sources de revenu et de s’affranchir graduellement de la dépendance aux ressources pétrolières.

Evaluant la participation algérienne à cette manifestation économique mondiale, le ministre l’a qualifié de "positive", ajoutant qu’elle avait été couronnée par la signature de contrats d’exportation et l’entrée des opérateurs algériens en large négociation avec les grandes entreprises émiraties désireuses d’accéder au marché africain d’investissement et d’exporter ensemble à partir de l’Algérie.

Au terme de la cérémonie, plusieurs entreprises algériennes ayant pris part à ce salon ont été honorées en reconnaissance de leurs grands efforts déployés en vue de booster la dynamique de l’exportation et de diversifier l’économie nationale.

Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia reçoit l'envoyé spécial du Président mauritanien. (APS, 19/02/2019)


ALGER- Le Premier Ministre, M. Ahmed Ouyahia a reçu mardi à Alger le Ministre mauritanien de la Culture, de l'Artisanat et des Relations avec le Parlement, porte-parole officiel du gouvernement, à l'occasion de la visite de travail qu'il effectue à Alger en sa qualité d'envoyé spécial du Président mauritanien, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

L'audience s'est déroulée en présence du Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel.

L'envoyé spécial du Président mauritanien s'était entretenu auparavant avec M. Messahel sur les relations bilatérales marquées par une "dynamique accrue" à la faveur de la concertation régulière entre les responsables dans les deux pays et "les échanges qui connaissent une courbe ascendante", traduisant, ainsi, la volonté mutuelle du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika et de son frère Mohamed Ould Abdelaziz, Président de la République islamique de Mauritanie, de conférer aux relations algéro-mauritaniennes "un caractère d’excellence".

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel reçoit le Ministre cubain du Commerce extérieur, de l’Investissement étranger et du Partenariat. (MAE, 19/02/2019)


ALGER - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, a reçu mardi à Alger, le Ministre cubain du Commerce extérieur, de l’Investissement étranger et du Partenariat, Rodriguo Malmierca Diaz, avec lequel il a évoqué les perspectives du renforcement des relations algéro-cubaines, indique un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"A l’occasion de cet entretien, M. Messahel et le Ministre Malmierca Diaz ont fait un tour d’horizon sur les relations d’ensemble entre l’Algérie et Cuba, ainsi que sur les perspectives de renforcement de la coopération bilatérale dans de nombreux domaines", précise la même source.

"L’accent a été, notamment, mis sur la nécessité de mettre à profit les assises de la Commission mixte algéro-cubaine, prévues du 19 au 21 février 2019, pour dynamiser davantage les modules de coopération en cours et, surtout, de prospecter d’autres perspectives qui s’offrent aux deux pays dans les domaines de l’investissement et du partenariat", est-il ajouté.

Le Ministre cubain effectue une visite de travail en Algérie, dans le cadre de la tenue de la 22ème Session de la Commission mixte algéro-cubaine, qu’il co-préside avec le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui.

Salon "Gulfood 2019": le Groupe Dubaï Ports World (DP World) intéressé par le marché algérien. (APS, 20/02/2019)


DUBAI - Le Président Directeur Général (PDG) du Groupe Dubaï Ports World (DP World), Sultan Ahmed Bin Sulayem, a affirmé mercredi à Dubaï que le groupe était intéressé par le marché algérien, particulièrement les projets de plate-formes logistiques que l'Algérie compte lancer dans le Grand Sud en vue de faciliter ses exportations vers l'Afrique.

M. Bin Sulayem a déclaré lors d'une rencontre avec le Ministre du Commerce, Said Djellab au siège du Groupe à Dubaï, que le groupe DP World activant en Algérie depuis des années (ports d'Alger et de Jijel) s'intéresse à élargir ses investissements dans le domaine de création des ports secs en fonction du plan de l'Algérie qui compte réaliser ces plates-formes logistiques en vue d'encourager les exportations vers les pays africains, exprimant à cette occasion, sa disponibilité à examiner les propositions avec la partie algérienne.

"Nous souhaitons élargir nos activités en Algérie à travers l'investissement dans les plateformes logistiques et nous ne nous contentons pas uniquement de la gestion des ports (...), d'autant que la grande dynamique que connait l'économie algérienne nécessite accompagnement par des infrastructures permettant le développement des échanges commerciaux", a déclaré le même responsable.

Et d'ajouter "nous disposons de bases logistiques dans plusieurs pays africains tels que Dakar (Sénégal), Bamako (Mali) et Kigali (Rwanda), des pays aux marchés desquels l'Algérie compte accéder, alors nous pensons coopérer avec l'Algérie pour relier les plateformes logistiques avec ces pays à l'effet d'accélérer le flux de marchandise et économiser efforts et argent".

Qualifiant le climat d'affaires en Algérie de "motivant" et les investissements de "prometteurs" à partir de l'expérience du groupe DP World en Algérie, M. Bin Sulayem a appelé les opérateurs de son pays à venir investir davantage en Algérie, pays qui "offre des opportunités qu'on trouve rarement dans plusieurs pays de par le monde".

Pour sa part, le Ministre du Commerce, Said Djellab, a indiqué que sa rencontre avec le PDG du Groupe DP World avait permis d'examiner plusieurs points, en tête desquels figure les possibilités de coopération avec ce groupe leader dans le monde en matière de plate-formes logistiques et de gestion des ports, vu que le programme du gouvernement vise le renforcement de ces infrastructures notamment dans le Grand Sud.

Le Ministre a indiqué qu'il a noté l'intérêt qu'accorde le premier responsable de ce groupe à davantage de coopération avec l'Algérie, mettant en avant que le groupe est conscient de l'utilité et de la rentabilité des projets des plateformes logistiques dans le Sud de l'Algérie.

Il a souligné, par ailleurs, que les Emirats Arabes Unis est un partenaire qualitatif et exceptionnel, ajoutant qu'il s'agit d'augmenter plus le volume de partenariat et de promouvoir la coopération au niveau des relations politiques et diplomatiques privilégiées entre les deux pays.


AMBASSADE D'ALGERIE 2017