Bienvenue sur le site de l'Ambassade d'Algérie à Tachkent ✍ Rue Tafakkur 1er passage N:41 Tachkent 100070 ✍ TEL: 998-71-281-50-54; 281-55-65 ✍ Fax: 998-71-120-61-80 ✍ ambassade@algerie.uz


Haut

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit les Dirigeants de trois Partis politiques.(APS, 05/03/2021)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, jeudi au siège de la Présidence de la République, les Dirigeants du Parti du Renouveau Algérien (PRA), du Rassemblement National Démocratique (RND) et du Parti Talaie El Hourriyet, et ce dans le cadre des concertations qu'il mène avec les Partis politiques, a indiqué la Présidence de la République dans un communiqué.

"Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, jeudi, au siège de la Présidence de la République, M. Kamel Bensalem, Président du PRA, M. Tayeb Zitouni, Secrétaire Général du RND et M. Abdelkader Saadi, Président par intérim du Parti Talaie El Hourriyet, et ce dans le cadre des concertations qu'il mène avec les Dirigeants des Partis politiques", lit-on dans le communiqué.

Réunion du Gouvernement: Lles Secteurs de la Justice et de l'Intérieur en ligne de mire.(APS, 05/03/2021)


ALGER - Les Secteurs de la Justice et de l'Intérieur ont été à l'ordre du jour de la réunion du Gouvernement présidée jeudi par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, indique un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"Le Premier Ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a présidé, ce Jeudi 4 Mars 2021, une réunion du Gouvernement qui s’est déroulée au Palais du Gouvernement.

Conformément à l’ordre du jour, les membres du Gouvernement ont examiné deux (02) avant- projets d’Ordonnances présentés par le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux ainsi que par le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire.

1- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux relative au projet d’Ordonnance portant Loi Organique relative au régime électoral.

2- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire relative au projet d’Ordonnance modifiant et complétant l’Ordonnance n 12-01 du 13/02/2012 déterminant les circonscriptions électorales et le nombre de sièges à pourvoir pour l’élection du Parlement Ces deux (02) projets de textes seront présentés et examinés lors de la prochaine réunion du Conseil des Ministres".

Commerce/Micro-Entreprises: Une Convention pour la promotion de l'exportation.(APS, 05/03/2021)


ALGER - Les Ministères du Commerce et celui des Micro-Entreprises ont signé mercredi à Alger une Convention visant à soutenir et accompagner les jeunes promoteurs dans leurs activités d'exportation.

Paraphée par les Ministres des deux secteurs, respectivement, M. Kamel Rezig et M. Nassim Diafat, cette Convention porte sur des activités relatives à la formation, la participation aux Foires et Salons internationaux et à l'encadrement des Micro-Entreprises souhaitant s'engager dans l'exportation.

A cette occasion, M. Rezig a assuré que son Département ministériel mettra à la disposition des jeunes entrepreneurs "tous les moyens humains et matériels" dont il dispose afin d'atteindre l’objectif de 5 milliards de dollars d’exportation hors hydrocarbures, en exploitant, notamment, les accords internationaux concernant les marchés européens, arabes ou encore africains, afin d'accompagner les Entreprises algériennes dans la commercialisation de leurs produits à l'étranger.

Dans ce cadre, il a également assuré le soutien aux jeunes entrepreneurs par le biais de la Société Algérienne des Foires et des Expositions (SAFEX), la Chambre Algérienne du Commerce et de l’Industrie (CACI) ou encore de l’Agence Nationale de la Promotion du Commerce Extérieur (AlGEX) dans ce domaine.

Le Ministre du Commerce s'est dit "convaincu" du potentiel des jeunes entrepreneurs algériens qui, selon lui, "joueront leur rôle, dans l’économie nationale, pour peu qu'ils trouvent l'assistance nécessaire".

Il a aussi évoqué l'apport important de la cartographie des produits algériens qui incluent 9.000 Entreprises et 25.000 produits locaux et qui sera mise à la disposition des jeunes entrepreneurs.

De son côté, M. Diafat a relevé que de nombreuses Entreprises algériennes exportent leurs produits parfois de façon illégale, ce qui a donné naissance au programme "Ambassadeur" qui est, selon lui, une initiative de plusieurs Départements et qui prend en considération tout ce que peuvent apporter les micro-entreprises en termes de produits de qualité exportables.

M. Diafat a mis en avant le rôle "prépondérant" du Ministère du Commerce dans la réussite de ce programme affirmant que son département sera un "outil de promotion du produit algérien".

Faire de la Route Transsaharienne un corridor de croissance économique.(APS, 05/03/2021)


ALGER- La route transsaharienne est en mesure de constituer un moteur de croissance économique si elle est érigée comme corridor de commerce entre les pays membres du projet de l'infrastructure intra-africaine de 9.900 km, a estimé jeudi à Alger le Président du Conseil National Economique, Social et Environnemental (CNESE), M. Reda Tir.

Intervenant à l'occasion d'une Journée d'étude sur la route transsaharienne organisée par le CNESE et le Comité de liaison de la Route Transsaharienne (CLRT), M. Tir a souligné l'intérêt de concrétiser le projet de la route transsaharienne notamment via la création d'un corridor économique entre les pays membres de ce projet, vecteur, a-t-il dit, d'intégration régionale et de développement commercial intra-africain.

"Pour cette raison, les pays membres de la route transsaharienne sont appelés à lancer un débat pour promouvoir cette route stratégique en un corridor devenant un véritable moteur de croissance économique et de développement en Afrique", a plaidé M. Tir, notant l'opportunité offerte par la mise en œuvre de la zone de libre-échange africaine (Zlecaf) offrant "un nouveau souffle" pour la route transsaharienne.

En présence des Secrétaires Généraux de plusieurs Départements ministériels et de représentants diplomatiques des pays membres du CLRT (Tunisie, Mali, Niger, Tchad et Nigéria), le Président du CNESE a affirmé que l'ouverture vers un nombre encore plus important de pays africains permettra d'augmenter le volume des échanges et attirera davantage d’investissements.

Rappelant que "cette ambition est conforme aux objectifs de l’Union africaine et aux stratégies de soutien des partenaires internationaux de développement", M. Tir a estimé nécessaire pour les pays membres de la route transsaharienne, afin d'atteindre cet objectif, de prendre certaines mesures incluant l'établissement d'un accord stratégique définissant un mécanisme de collaboration et un système de gestion durable.

Il a également cité l'intérêt de créer un forum économique réunissant annuellement les dirigeants d'entreprises et responsables politiques des six pays membres afin d’échanger sur les problématiques d’ordre économique et commercial de la région, proposant aussi la création d’un Conseil d’affaires mixte regroupant les chambres de commerce et d'industrie et des institutions similaires des pays membres dans le but de coordonner la concertation entre les adhérents des actions visant le développement des différents secteurs économiques de la région.

Pour sa part, le Secrétaire Général du CLRT, Mohamed Ayadi, a rappelé qu'en 2009, le comité avait lancé une étude sur les potentialités d'échanges commerciaux entre les pays membres, dont les recommandations "toujours d'actualité" ont porté sur l'instauration d'un système corridor et la création d'une instance commune chargée du soutien et de la promotion des échanges commerciaux entre les pays du CLRT.

"Le projet de la route transsaharienne est physiquement mûr pour la concrétisation des objectifs, à savoir, l’accélération des échanges entre les membres pour une plus grande intégration régionale".

Un taux d'avancement de plus de 90%

M. Ayadi a également souligné le taux d'avancement, de plus de 90%, de la route transsaharienne soit 9.000 km bitumés sur 9900 km de linéaire total. De plus, les six pays membres représentent 27% du PIB du continent et 25% de sa population.

De son côté, l'expert et Professeur Nacer Bourenane, a fait observer que la route transsaharienne est un projet considéré comme l'un des plus structurants du continent que le NEPAD a retenu comme projet phare.

"Ce projet est également essentiel car le continent se dirige dans toutes ses régions vers une approche en termes de corridor. Il y a le corridor de Maputo (Mozambique), celui de Beira (Mozambique) et le plus récent reliant Addis-Abeba (Ethiopie) au port de Monbasa (Kenya) en passant par Nairobi", a énuméré M. Bourenane.

De plus, il a noté au plan mondial, une redistribution des chaines de valeur rendant celles-ci plus "régionalisées et plus proches du consommateur".

En outre, le membre du CNESE, Sofiane Mazari, a fait observer que la route transsaharienne relie six pays répartis dans trois des huit communautés économiques du continent.

Il a indiqué que les résultats attendus d'un corridor transsaharien résident dans l'accroissement des échanges commerciaux par voie terrestre et la réduction des coûts de transport, notant le manque de développement des échanges commerciaux intra-africains au vu du potentiel existant.

"En générant des économies d’échelle, les corridors compétitifs permettent aux pays concernés d’offrir des services de transport de grande capacité qui réduisent les coûts et les délais de transport, minimisant ainsi les coûts commerciaux globaux", a-t-il expliqué.

En outre, M. Mazari a estimé qu'un corridor transsaharien offre une nouvelle perspective au Tchad, au Mali et au Niger leur permettant d’accéder aux ports tunisiens et aux ports algériens d'importante capacité, citant également la mise en service prochaine du port centre de Hamdania (wilaya de Tipaza).

L'Algérie se dirige vers l'autosuffisance en fer à l'horizon 2025.(APS, 05/03/2021)


ALGER - L'Algérie pourra renoncer à l'importation du fer en 2025, grâce au projet de Gara Djebilet (Tindouf), avec la possibilité de s'orienter vers l'exportation, a estimé le Ministre de l'Energie et des Mines, M. Mohamed Arkab.

Dans une interview accordée à la revue "Echaab économie" dans son numéro du mois de mars, M. Arkab a précisé que le projet de Gara Djebilet augmentera la cadence de sa production pour atteindre "12 millions de tonnes de fer/an, à partir de 2025", ce qui permettra à cette mine de couvrir "toute l'activité de transformation du fer en Algérie".

Selon le Ministre, le Trésor public peut économiser près de 2 milliards de dollars/an, une fois l'importation de ce métal totalement arrêtée, avec possibilité "de s'orienter vers l'exportation".

Ce projet peut également générer 3.000 postes d'emploi, dont 1000 permanents, dès son entrée en phase de production. Cette mine dispose d'une réserve de 3,5 milliards de tonnes de fer, a fait savoir M. Arkab.

Evoquant l'exploitation du marbre et du granit, le ministre a indiqué que l'Algérie peut "couvrir 200 % de ses besoins", grâce aux gisements dont elle regorge, sachant que "la plus grande partie de ces gisements n'est pas exploitée".

Il a fait savoir dans ce sens que la valeur ajoutée de l'exploitation de ces deux roches "est considérable" pour les investisseurs et l'économie nationale, à travers la contribution à la réduction de la facture de l'importation.

Concernant les métaux et les terres rares, il a fait état d'un audit des indicateurs sur les volumes des réserves qui font ressortir la présence de ces richesses aux quatre coins du pays, avec une plus grande concentration dans les régions du Sud du pays.

Cet audit devra permettre de définir les sites de ces matières rares, et ce, après la finalisation des études sur terrain et la vérification effective des réserves et de la faisabilité économique pour leur exploitation.

A ce propos, le Ministre a souligné que le secteur des mines "requiert l'exactitude des données", appelant à cesser de communiquer des indicateurs non vérifiés et à recourir aux nouvelles technologies pour "une vision globale du secteur minier", notamment en ce qui concerne les types des métaux, leur profondeur et les surfaces de leur concentration.

Il a salué, par ailleurs, la contribution du Ministère de la Défense nationale qui a mis à la disposition de l'Agence du service géologique de l'Algérie (ASGA), la technique "de levé géophysique aérien" qui permet de procéder à "un scan des surfaces minières".

Judo/GP de Tachkent: Les adversaires des Algériens connus.(APS, 05/03/2021)


ALGER- Les judokas algériens engagés au Grand-Prix de Tachkent en Ouzbékistan, prévu du 5 au 7 mars, connaissent désormais leurs adversaires au premier tour, après le tirage au sort effectué et publié sur le site de la Fédération Internationale de Judo.

Le premier Algérien à entrer en lice sera Fethi Nourine qui devra en découdre avec le Philippin Nakano Keisei en 1/8 de finale (poule B) de la catégorie des -73 kg, à laquelle sont inscrits 49 judokas, répartis en quatre poules de treize concurrents. Pour atteindre la finale de la poule, Nourine doit passer quatre tours, dont le second contre le Moldave Victor Sterpu, exempt du 1er tour.

Chez les dames, Amina Belkadi trouvera sur son chemin, à partir des 8es de finale, la Roumaine Stefania Adelina Dobre, dans la poule B de la catégorie des -63 kg qui comprend 33 engagées. En cas de succès, l'Algérienne rencontrera, en quarts de finale de la poule, Gankhaich Bold de Mongolie, exempte du 1er tour.

Pour sa part, Kaouthar Ouallal affrontera la Russe Niurguiana Nikiforova en quarts de finale de la catégorie des -78 kg, pour laquelle se sont engagées 25 judokates réparties en quatre poules. En cas de victoire, Ouallal jouera contre la Polonaise Beata Pacut.

Enfin, dans la catégorie des +78 kg, Sonia Asselah évoluera dans la poule B et défendra ses chances dans le tournoi, à partir des quarts de finale contre Nazgul Maratova (Kazakhstan), avec l'objectif de se qualifier aux demi-finales de la catégorie comprenant 26 athlètes et quatre poules. En cas de passage, Asselah défiera Yelyzaveta Kalanina (Ukraine).

La sélection algérienne a rallié Tachkent à partir de Tunis où elle a effectué un dernier stage de préparation en prévision du tournoi. Les quatre représentants algériens prendront part à cette compétition avec l'objectif d'aller le plus loin possible, ce qui leur permettra de récolter un maximum de points et de conforter ainsi leur classement olympique.

Programme des judokas algériens:

MESSIEURS

-73 kg :

1/8 de finale : Fethi Nourine (Algérie) - Keisei Nakano (Philippines)

DAMES

-63 kg :

1/8 de finale: Amina Belkadi (Algérie) - Stefania Adelina Dobre (Roumanie)

-78 kg :

1/4 de finale: Kaouthar Ouallal (Algérie) - Niurguiana Nikiforova (Russie)

+78 kg :

1/4 de finale : Sonia Asselah (Algérie) - Nazgul Maratova (Kazakhstan).

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit les Présidents de trois Partis politiques.(APS, 04/03/2021)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, mercredi au siège de la Présidence de la République, les Présidents des Partis politiques El Fadjr El Djadid, Front de l'Algérie Nouvelle (FAN) et Voix du Peuple (PVP), dans le cadre des consultations qu'il mène avec les responsables de Partis politiques.

Dans une déclaration à cette occasion, le Président du parti El Fadjr El Djadid, M. Tahar Benbaibeche a indiqué que son entretien avec le Président Tebboune était "fructueux et franc", précisant que l'entrevue a porté en général sur "la situation politique, économique et sociale du pays".

Nous avons abordé, a-t-il ajouté "tous les points suscitant des questionnements de la part des citoyens et des politiques concernant les élections et la loi électorale".

"J'ai exposé en toute franchise notre vision des choses et évoqué la Loi électorale qui a suscité un grand débat parmi les milieux politiques et les obstacles qui entravent l'organisation des élections, comme nous le souhaitons", a-t-il poursuivi.

Soulignant avoir affirmé au Président Tebboune que "la tenue des législatives en même temps que les élections locales était un choix judicieux", M. Benbaibèche a indiqué qu'il a été question également de "plusieurs points, notamment la mobilisation de l'opinion publique nationale pour participer à la mise en oeuvre du programme du Président de la République visant l'édification de l'Algérie nouvelle".

De son côté, le Président du Front de l’Algérie Nouvelle (FAN), M. Djamel Benabdeslam, a qualifié de "positif" son entretien avec le Président de la République, se félicitant de "la franchise" du Président Tebboune et de sa "forte volonté à œuvrer pour des solutions aux problèmes que connait le pays et pour l'édification de l'Algérie nouvelle, telle qu'espérée par notre peuple".

Le Président de la République "nous a écouté attentivement' et "nous avons constaté chez lui une démarche positive et constructive pour servir l'Algérie et son peuple", a ajouté Djamel Benabdeslam.

Le Président du Parti Voix du Peuple (PVP), M. Lamine Osmani, a déclaré pour sa part que "la rencontre d'aujourd'hui a été marquée par la franchise et la sincérité.

"Nous avons transmis les préoccupations de la rue algérienne et il y'a eu écho au volet politique et économique", a-t-il relevé soulignant qu'en tant que Partis politiques et société civile "nous sommes appelés à adhérer à cette démarche pour la consolidation des Institutions de l'Etat".

Il a indiqué que le Président de la République "a été franc", notamment concernant les questions relatives à la liberté d'expression, en signalant que la Constitution "traduit les textes et les intentions mais la volonté seule demeure insuffisante en l'absence de mécanismes d'application sur le terrain".

Réunion du Gouvernement: Examen d'un avant-projet de Loi et de quatre projets de Décrets exécutifs.(APS, 04/03/2021)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a présidé, mercredi à Alger, une réunion du Gouvernement, ayant porté sur l'examen d'un avant-projet de Loi ainsi que quatre projets de Décrets exécutifs, indique un communiqué des services du Premier Ministre, dont voici le texte intégral:

"Le Premier Ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a présidé, ce mercredi 03 mars 2021, une réunion du Gouvernement qui s'est déroulée au Palais du Gouvernement.

Conformément à l'ordre du jour, les membres du Gouvernement ont examiné un (1) avant-projet de Loi ainsi que quatre (4) projets de Décrets exécutifs présentés par les Ministres en charge de la Justice, de l'Enseignement Supérieur, de la Culture, de l'Agriculture ainsi que de la Santé.

En outre, une (1) communication a été présentée par le Ministre de la Poste et des Télécommunications.

1- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux relative à l'avant-projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance n 70-86 du 15/12/1970 portant code de la nationalité algérienne.

Ce texte prévoit la mise en place d'une procédure de déchéance de la nationalité algérienne acquise ou d'origine qui sera applicable à tout algérien qui commet, en dehors du territoire national, des actes portant volontairement de graves préjudices aux intérêts de l'Etat ou qui portent atteinte à l'unité nationale.

La mesure s'appliquerait aussi à celui qui active ou adhère à une organisation terroriste ainsi que celui qui la finance ou qui en fait l'apologie. Ce dispositif concerne également toute personne qui collabore avec un Etat ennemi.

En outre, les dispositions prévues demeurent conformes aux conventions internationales en la matière et garantissent le droit au recours.

2- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique relative au projet de Décret exécutif fixant les conditions d'exercice et de rétribution des activités de recherche scientifique et de développement technologique à temps partiel.

Ce projet de Décret exécutif, qui s'inscrit dans le cadre de la démarche globale visant la contractualisation des activités de recherche, intervient en complément au décret exécutif relatif à l'exercice des activités de recherche par les enseignants-chercheurs et les modalités de leur évaluation et de leur rétribution, pour permettre aux établissements d'enseignement et de formation supérieurs et de recherche d'employer des chercheurs permanents à temps partiel, dans le cadre d'un contrat à durée déterminée.

Il vise également à établir, en matière de recherche, des passerelles entre l'Université et les entreprises de production au moyen de la mutualisation des activités de recherche et de développement technologiques menés au sein des entreprises et des établissements de l'enseignement supérieur.

3- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par la Ministre de la Culture et des Arts relatif au projet de Décret exécutif portant création du Conseil consultatif du patrimoine culturel ainsi que son organisation et fonctionnement.

Ce projet de texte vise à renforcer les mécanismes de protection, de préservation et de valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel à travers l'action du Conseil consultatif du patrimoine culturel qui est composé de compétences et d'experts représentant les différents domaines du patrimoine culturel ainsi que les acteurs actifs de la société civile.

4- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l'Agriculture et du Développement Rural relatif au projet de Décret exécutif définissant les conditions et modalités d'attribution de terres relevant du domaine privé de l'Etat, à mettre en valeur dans le cadre de la concession.

Ce projet de texte a pour objet d'encadrer les opérations d'attribution des terres à mettre en valeur et de mettre en place de nouvelles règles concernant leur concessions et ce, en application des dispositions législatives en vigueur.

5- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière relatif au projet de Décret exécutif fixant les conditions et les modalités d'exploitation, le fonctionnement et l'organisation des activités de santé des établissements privé de santé.

Ce projet de texte fixe les conditions et les modalités de fonctionnement et d'organisation des établissements privés de santé dont l'exploitation est subordonnée aux autorisations de réalisation et d'ouverture délivrées par le ministre chargé de la Santé, sur la base d'un dossier technique et administratif allégé et des délais de traitement réduits.

6- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de la Poste et des Télécommunications sur la généralisation de l'utilisation du paiement électronique.

Dans ce cadre, il a été précisé que les paiements électroniques sont effectués par la carte monétique d'Algérie Poste EDAHABIA ou par carte bancaire (CIB).

Ainsi, la récente évolution du système de paiement en ligne, a connu un taux de croissance très significatif en termes de nombre d'opérations et des montants des transactions.

Quant aux perspectives de développement de ce système de paiement, les efforts seront accentués et orientés essentiellement pour généraliser la mise en œuvre des modes paiement en ligne notamment les loyers et les prestations de transport ainsi que le paiement de certaines charges fiscales et parafiscales.

A la fin de la réunion du Gouvernement et dans le domaine de la lutte contre la bureaucratie, le Premier Ministre a instruit les membres du Gouvernement à l'effet d'accélérer la mise en œuvre des mesures de facilitation qui ont été arrêtées au profit du secteur économique et des citoyens en complément de celles déjà mises en œuvre.

Pour cela, il a insisté sur la synergie qui doit être instaurée au sein des administrations centrales et locales pour matérialiser les facilitations dans les domaines d'activités pour lesquels sont exigés des agréments et autorisations.

Aussi, et pour insuffler une nouvelle dynamique de croissance de la sphère réelle productive, faciliter la réalisation de nouveaux investissements et faire accompagner le processus de diversification des exportations des biens et services, les membres du Gouvernement ont été instruits à l'effet de :

- Mettre en place les plateformes en ligne pour toutes les demandes de prestations ou autorisations pour l'exercice d'une activité socio-économique.

- Déconcentrer tout dépôt de dossiers de demandes d'autorisations au niveau des directions de wilayas au lieu des ministères.

- Accélérer le traitement des demandes d'autorisation en réduisant significativement les délais de réponse qui ne doivent pas dépasser un (1) mois.

- Alléger les procédures par l'unification et la réduction des pièces constitutives des dossiers.

- L'administration doit s'abstenir de demander des pièces non prévues par la réglementation ou la législation en vigueur et de celles produites par elle-même.

- Mettre en place rapidement, au niveau de chaque secteur, une cellule de veille rattachée directement au ministre, pour le suivi et l'évaluation des actions de simplification, en sus du rôle des inspections générales qui sont chargées du suivi de l'application des mesures sur le terrain.

- Mettre en œuvre une concertation permanente avec les partenaires économiques sur les questions liées à la simplification des procédures.

- Initier des actions de communication sur les facilitations concrétisées, en ayant recours sites web des ministères et des collectivités locales ainsi qu'aux réseaux sociaux.

Sur un autre plan et en application des directives de Monsieur le Président de la République, un dispositif de contrôle de la mise en œuvre des décisions du gouvernement a été mis en place, auprès du Premier ministre, à travers la constitution d'une Task Force composée de cadres de l'Inspection Générale des Finances, des inspections générales de ministères et des collectivités locales.

Les comptes rendus des missions effectuées seront soumis à l'appréciation de Monsieur le Président de la République".

Consultations politiques algéro-espagnoles le 02 mars 2021, Visioconférence.(MAE, 02/03/2021)


M. Chakib Rachid Kaid, Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères a coprésidé, ce jour par visioconférence, avec Mme Cristina Gallach Figueras, Secrétaire d’Etat espagnole pour les Affaires Etrangères, l’Amérique Latine et les Caraïbes, la réunion périodique des Consultations Politiques algéro-espagnoles.

Les deux Parties ont eu l’occasion, lors de cette réunion, de passer en revue les relations bilatérales dans leur ensemble, ainsi que les moyens de les promouvoir davantage à la faveur des réformes politiques initiées par Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Président de la République.

M. Kaid et Mme Gallach sont convenus, à cet effet, de programmer la 8ème session de la Réunion algéro-espagnole de Haut Niveau avant la fin de l’année en cours, afin de donner un message politique fort aux acteurs économiques dans les deux pays pour s’engager résolument dans l’approfondissement des relations d’affaires et de partenariat entre les deux pays à la lumière des changements législatifs et réglementaires importants intervenus en Algérie.

Les questions politiques internationales et régionales d’intérêt commun ont été également au menu des discussions entre les deux responsables, notamment la question du Sahara Occidental, la situation en Libye, au Sahel, au Proche-Orient, la coopération euro-méditerranéenne ainsi que les problématiques de la migration irrégulière, la lutte contre le terrorisme, les changements climatiques la coordination et la solidarité internationales et régionales, dans le contexte épidémiologique actuel.

Commerce extérieur: plus de 1200 exportateurs recensés en 2020.(APS, 04/03/2021)


ALGER- Un total de 1219 exportateurs algériens de différents produits ont été recensés en 2020, a indiqué, mardi à Alger, un responsable au ministère du Commerce.

Les exportations hors hydrocarbures ont atteint en 2020 plus de 2,26 milliards de dollars, contre 2,58 milliards en 2019, soit une baisse de 312 millions de dollars (12,59%), selon un bilan présenté par le sous-directeur chargé du suivi et de la promotion des exportations au Ministère, Abdellatif El Houari, lors d'une journée d'études sur la promotion des exportations.

Ainsi, les exportations hors hydrocarbures représentent 9,48% du volume global des exportations algériennes, estimées à 24 milliards de dollars contre 34,8 milliards de dollars en 2019 (-33,57%).

Dans son intervention lors de cette rencontre organisée par le Ministère, M. El Houari a expliqué cette baisse des exportations hors hydrocarbures par le gel de l'exportation de certains produits stratégiques, en raison de la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, à partir du mois de mars.

Evoquant la nature des exportations, le directeur a indiqué que les engrains minéraux et chimiques étaient à la tête des produits algériens les plus vendus à l'étranger avec un montant de 733,97 millions USD en 2020 contre 728,48 millions USD en 2019 soit une hausse de 0,75%.

Il a également fait état de 303 millions USD générés par l'exportation du sucre en 2020 contre 260 millions USD en 2019 (+16,80%), alors que les exportations du ciment ont atteint 81,8 USD en 2020 soit une augmentation de 34,87% par rapport à 2019 (60,60 millions USD).

De leur côté les exportations en matière de dates ont atteint l'année passée 73,03 millions USD contre 63,78 millions USD en 2019 (+14,49%).

Les produits algériens ont été exportés vers des pays européens, africains, asiatiques, américains et sud-américains, précise M. Houari.

Les jeunes de la diaspora ne sont plus tenus de rentrer au pays pour créer leurs Micro-Entreprises.(APS, 04/03/2021)


ALGER - Le Ministère délégué auprès du Premier Ministre chargé de la Micro-Entreprises a annoncé mardi l'exemption des jeunes établis à l'étranger désirant créer des Micro-Entreprises dans le cadre de l'Agence Nationale d'Appui et de Développement de l'Entrepreneuriat (ANADE) de l'obligation de rentrer au pays pour procéder aux démarches administratives préliminaires liées à la création des Micro-Entreprises au niveau des agences des Wilayas.

Pour ce faire, les citoyens intéressés peuvent mandater un tiers par une procuration établie par les centres diplomatiques et consulaires algériens à l'étranger, accompagnée d'une copie de la carte consulaire valide et une copie du passeport algérien valide du mandataire, a indiqué un communiqué duMinistère.

Cette mesure demeure valable tout au long de l'opération de constitution du dossier et de réunion des conditions prévues par la loi, a précisé la même source.

Une fois toutes les conditions sont satisfaites et le dossier de création d'une micro-entreprise est constitué, la personne concernée sera invitée à se présenter devant une commission de sélection, d'adoption et de financement des projets d'investissement de l'ANADE pour examiner son dossier, a ajouté la même source soulignant qu'en cas d'empêchement justifié de se présenter devant ladite commission la personne concernée peut recourir à la technique de visioconférence.

En cas d'adoption du projet par la Commission, le bénéficiaire ou la personne concernée devra regagner le pays dans les délais fixés par la commission afin d'entamer les démarches pour la mise en œuvre du projet.

Concernant la session de formation relative aux mécanismes de création des micro entreprises, qui figurent parmi les étapes exigées, elle sera remplacée par une session sur les mécanismes de gestion des Micro-Entreprises, et ce, après validation du projet.

Il s'agit par cette nouvelle mesure d'associer les membres de la diaspora dans les efforts de développement du secteur des Micro-Entreprises et de l'entrepreneuriat en Algérie, et les encourager à réaliser leurs projets et à créer leurs Micro-Entreprises en Algérie.

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad inaugure l’accélérateur de startups "Algeria Venture" : Un des supports du nouveau modèle économique.(APS, 03/03/2021)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a procédé mardi à l’inauguration officielle de l’accélérateur de startups "Algeria Venture" basé au niveau du Parc des Grands Vents de Ouled Fayet (Dounia Parc) à Alger.

En présence de plusieurs membres du Gouvernement, de représentants d’Institutions financières, de Sonatrach, d’opérateurs économiques publics et privés et de startups, M. Djerad a inauguré l'Etablissement de promotion et de gestion des structures d'appui aux startups "Algeria Venture", après avoir visité une exposition de startups activant dans différents domaines, organisée à cette occasion.

En marge de cette cérémonie d'inauguration, une Convention de coopération sera signée entre le Ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et le Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie de la Connaissance et des Startups, Yacine Oualid.

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad: La numérisation doit constituer la base du développement économique.(APS, 03/03/2021)


ALGER - La numérisation doit constituer la base du développement économique du pays, notamment dans le secteur logistique où elle doit contribuer à réduire les coûts et améliorer la compétitivité des produits nationaux, a indiqué mardi à Alger le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad.

Lors d’une visite d’une exposition de startups en marge de l’inauguration de l’accélérateur de startups "Algeria Venture", le Premier Ministre a souligné la nécessité de développer la numérisation notamment dans le secteur économique, relevant le retard marqué dans la numérisation du secteur logistique.

"La numérisation est indispensable pour moderniser notre économie (...) il faut travailler sur cet aspect pour permettre à nos produits d’être concurrentiels", a-t-il estimé, rappelant que l’Etat a entrepris plusieurs actions de numérisation des administrations, notamment celles douanières et fiscales.

De plus, M. Djerad a indiqué que la numérisation doit permettre de changer les pratiques, notamment en ce qui concerne la relation entre le citoyen et le responsable, plaidant pour "une révolution" du numérique et de la modernisation de l’administration au niveau des communes et des villes à travers l’ensemble du territoire national.

Par ailleurs, le Premier Ministre a noté l’intérêt de rapprocher les universités et les laboratoires de recherche avec la sphère des porteurs de projets pour développer leurs solutions innovantes.

De plus, il a jugé "déraisonnable" que la majeur partie des services et de technologies pouvant être réalisés par les capacités locales soient importés en devises.

A noter que lors de sa visite, le Premier ministre a pu s’enquérir des enjeux et problématiques de plusieurs porteurs de projets et de startups activant notamment dans la récolte d’informations en temps réel, les services administratifs à distance, la logistique à bas coût ainsi que la purification de l’air et le dessalement d’eau de mer.

L'accélérateur peut accueillir jusqu'à 30 startups

Par ailleurs, lors de la présentation de l'accélérateur baptisé "Etablissement de promotion et de gestion des structures d'appui aux start-ups", Algeria Venture, le directeur général de cette nouvelle structure, Sid Ali Zerrouki, a fait savoir que l'accélérateur peut accueillir jusqu'à 30 startups disposant d'un espace aux normes internationales.

Il a rappelé que cette nouvelle structure intervient en complément de la labellisation de startups et de la création d'un fonds d'investissement dédié à ces entreprises innovantes.

L'établissement inauguré ce mardi propose aux startups, labélisées par le ministère de tutelle, un accès à un accompagnement via des experts, du coaching et des workshops ponctuels à thème.

Accueillis pendant une période allant de six mois à un an, les startups bénéficient au sein de "Algeria Venture" de plusieurs espaces spécifiques, d'open-space, d'une salle de conférence et de six "meet-room".

Selon M. Zerrouki, le programme des pouvoirs publics prévoit le déploiement du même type de structure au niveau des wilayas d'Oran, Tlemcen, Constantine, Sétif, Ghardaia et Ouargla.

Création d'une Fédération d'industriels spécialisée en énergies renouvelables et transition énergétique.(APS, 03/03/2021)


ALGER - Le Président de la Confédération des Industriels et Producteurs Algériens (CIPA), M. Abdelwahab Ziani, a annoncé, mardi, la création d'une nouvelle Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique.

S'exprimant lors d'un point de presse, M. Ziani a indiqué que la création de cette nouvelle Fédération par la CIPA, visait à "adhérer aux efforts de l'Etat dans cette démarche nationale, en vue d'une transition souple vers les énergies renouvelables".

Après avoir salué la teneur du Plan d'action du Gouvernement, en ce qui concerne le programme de production de 4 000 mégawatts à l'horizon 2024 et de 15 000 mégawatts à l'horizon 2035, conformément aux orientations du Président de la République qui a fait des énergies renouvelables une priorité, le Président de la CIPA a estimé que "le pays a besoin de toutes les forces vives et initiatives, à l'effet de relancer ce programme".

Pour ce qui est de la Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique, M. Ziani a fait savoir qu'à la tête de cette nouvelle Fédération, a été désigné M. Belkacem Haouche, choisi pour ses expertises et expériences sur le terrain en matière des énergies renouvelables au niveau international.

Dans son allocution, M. Haouche a indiqué que "l'Algérie est tenue de se lancer rapidement dans les grands projets en matière des industries des énergies renouvelables, en ouvrant les portes de l'investissement aux grandes compagnies et sociétés étrangères détenant la technologie de pointe dans le domaine des énergies renouvelables".

L'Algérie "doit être présente dans la bataille du marché régional des énergies renouvelables, faute de quoi elle en paiera le prix fort à l'horizon 2030, année où seules les énergies zéro carbone pourront être importées sur le marché européen", a-t-il prévenu.

La nouvelle Fédération aura pour missions d'ouvrir le débat sur la transition énergétique par l'organisation d'ateliers nationaux sur ce thème en y associant les citoyens à travers une stratégie nationale d'information visant à les sensibiliser à l'importance de la transition énergétique et de l'efficacité énergétique.

Des rencontres et des Conférences seront animées par des experts et des spécialistes dans le domaine de la transition énergétique pour favoriser l'échange d'expériences et d'expertise, a-t-il dit.

La fédération lancera, par ailleurs, des recherches et des formations dans le domaine des énergies renouvelables pour permettre aux différents acteurs de prendre connaissance des dernières nouveautés dans ce domaine.

Vaccin anti Covid-19: Réception de centaines de milliers de doses en mars.(APS, 03/03/2021)


BLIDA - Le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abderrahmane Benbouzid a annoncé, mardi à partir de Blida, la réception attendue durant mars courant, de centaines de milliers de doses de vaccin contre la Covid-19.

"L’Algérie s’apprête à la réception de nouveaux arrivages de vaccin anti Covid-19, estimés à des centaines de milliers de doses, durant mars courant", a indiqué M. Benbouzid dans une déclaration à l’APS, en marge d’une visite d’inspection dans nombre de services hospitaliers du CHU Franz Fanon de Blida.

Soulignant que ces nouveaux arrivages de vaccin contre le nouveau coronavirus, s’ajouteront aux 300.000 doses déjà réceptionnées à ce jour. "Soit 50.000 doses du vaccin russe Spoutnik V, 50.000 doses du vaccin anglo-suédois Astra Zeneka, et enfin 200.000 doses du vaccin chinois Sinopharm, réceptionnées le 24 février écoulé", a -t-il précisé.

M. Benbouzid a affirmé, par ailleurs, la généralisation de la campagne de vaccination, qui avait concerné dans sa première étape les 20 wilayas du pays, ayant enregistré le plus grand nombre de cas de contamination, à l’instar de Blida, Alger, Constantine et Tizi-Ouzou, "à 28 autres wilayas, portant ainsi le nombre de wilayas concernées par cette 2eme étape de la campagne de vaccination à 48", a-t-il informé.

"La campagne de vaccination se déroule dans de bonne conditions organisationnelles", a ajouté le ministre, signalant que la distribution du nouvel arrivage du vaccin chinois réceptionné fin février "interviendra bientôt".

Il a, à ce titre, lancé un appel aux citoyens désireux de se faire vacciner, en vue de "s’inscrire via la plateforme numérique mise à disposition par le ministère de tutelle".

Le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a, par ailleurs, mis en garde contre les conséquences de la "négligence du respect des mesures préventives, dont la distanciation physique et le port du masque protecteur que beaucoup de citoyens ont abandonnés", a-t-il déploré, assurant que le "virus est toujours actif, en dépit de la stabilisation de la situation sanitaire".

S’exprimant à propos des deux cas du variant britannique de la Covid-19 découverts en Algérie, M. Benbouzid a déclaré que la "dangerosité de ce variant comparativement à l’original, n’a pas encore été confirmée, mais il est sûr que sa propagation est nettement plus rapide", observant, en outre, que "le virus covid-19 est mutant par sa nature".

Le Ministre a affirmé que l’"unique moyen d’éradiquer ce virus, dans tout ses variants, et de sortir de cette crise sanitaire et de se faire vacciner", signalant la "mise au point d’un calendrier pour la campagne de vaccination qui se poursuivra tout au long de cette année".

Production du Sputnik V en Algérie: Le Projet est à sa phase finale.(APS, 03/03/2021)


ALGER - Les discussions avec le partenaire russe pour la production du vaccin anti-Covid-19 "Sputnik V" sont "très avancées", les deux parties étant sur le point de finaliser le projet, a fait savoir mardi le Directeur de la Régulation au Ministère de l'Industrie pharmaceutique, M. Bachir Alouache.

S'exprimant sur les ondes de la radio chaine 1, M. Alouache a indiqué que le Ministère de l'Industrie pharmaceutique avait pris, "en application des instructions du Président de la République lors de son dernier discours et du Conseil des Ministres", toutes les mesures nécessaires et mobilisé tous les moyens matériels et humains en vue de faciliter l'entrée en service du Projet de production du vaccin russe Sputnik V.

Il a précisé, dans ce cadre, que les discussions avec le Fonds russe d'investissements directs (RDIF) étaient "très avancées", en ce sens que les deux parties s'attèlent à l'examen des conditions pour l'entrée en service du Projet de production du vaccin Sputnik V en Algérie.

Assurant que l'Algérie était en mesure de produire ce vaccin au vu de son expérience en la matière et au nombre de laboratoires qu'elle possède, des laboratoires produisant, a-t-il rappelé, des produits biothérapeutiques qui utilisent des technologies similaires aux technologies de production du vaccin, le même intervenant a indiqué la nouveauté pour ces laboratoires réside dans les technologies utilisées dans la production du vaccin anti-Covid.

Il a relevé, en outre, la possibilité d'entamer des négociations avec le partenaire chinois pour la production d'un de ses vaccins anti-Covid.

Concernant les modes de production, M. Alouache a fait état de 4 étapes de production du vaccin. La première étape, qui concerne les cellules vitales, plus difficile, car exigeant une technologie de pointe, soulignant que le partenaire russe s'est engagé à la transférer en Algérie.

Le Projet sera implanté à Constantine, sa concrétisation pourrait survenir en deux mois

Selon le même responsable, l'Algérie s'emploie à réaliser localement les différentes étapes de production, le Groupe "Saidal" devant se charger de la première phase de production avant d'impliquer les laboratoires privés à l'opération par la suite, précisant que le ministère vise à atteindre une étape d'exportation aux pays voisins à un stade ultérieur.

Concernant la quantité programmée, M. Alouache a expliqué que l'objectif principal était de satisfaire les besoins du marché national, ajoutant que la consécration effective de la production du vaccin "Sputnik" pourrait avoir lieu "dans deux mois", et ce, après l'importation des matières premières et des équipements nécessaires.

Quant au site de production, le même responsable a fait savoir qu'il sera au niveau d'une unité relevant du groupe Saidal à Constantine.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait ordonné, lors du conseil des Ministres qu'il a présidé dimanche dernier, la poursuite des contacts avec le partenaire russe pour le lancement du Projet de production du vaccin Sputnik V en Algérie, dans les plus brefs délais.

Par ailleurs, il a donné des instructions pour l'accélération des "procédures de soutien à l'investissement dans l'industrie pharmaceutique afin de réaliser les objectifs tracés de réduire les importations pharmaceutiques d'au moins 400 millions USD d'ici fin 2021, et de s'orienter vers l'exportation".

A ce propos, M. Alouache a rappelé que la nomenclature nationale des médicaments compte 3.600 médicaments dont 2.200 médicaments fabriqués localement, soulignant que l'Algérie envisage de produire des médicaments à valeur ajoutée qui coûtent au Trésor public des sommes colossales, à l'instar des médicaments du diabète, des maladies du sang et du cancer en vue de réduire la facture des importations.

La réduction de la facture des importations se réalise également à travers le soutien de la production nationale pour que l'importation devienne complémentaire à la production nationale, a-t-il ajouté.

Environ 29 médicaments représentent 50 % du budget de la Pharmacie centrale des hôpitaux (médicaments pour les maladies de diabète, du sang et du cancer), a-t-il détaillé précisant que l'insuline représente 20% de la facture des importations et que Saidal s'attèle à lancer le projet de production de la 2e génération de ce médicament au cours des mois prochains.

Le Ministère de l'Industrie pharmaceutique compte 50 unités relevant d'investisseurs privés dont 29 unités qui entreront prochainement dans la phase de production.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune accorde une entrevue à des responsables de médias nationaux.(APS, 01/03/2021)


Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a accordé, dans le cadre de ses rencontres périodiques régulières avec la presse nationale, une entrevue à des responsables de médias nationaux, lors de laquelle il a abordé nombre de questions nationales et régionales.

Le changement profond du Gouvernement interviendra après les prochaines élections législatives

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé lundi que le changement profond du Gouvernement interviendra après les prochaines élections législatives.

"Je n'ai pas voulu opérer un changement total du Gouvernement par respect au peuple. Nous sommes à l'approche d'élections législatives qui seront organisées dans les deux ou trois mois prochains", a indiqué le Président Tebboune lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux diffusée lundi.

Le changement du Gouvernement interviendra immédiatement après les élections "en fonction de l'issue de ces échéances", a-t-il ajouté.

Evoquant le dernier remaniement ministériel partiel, le Président de la République a rappelé qu'il a ciblé certains secteurs, à l'instar de l'Energie et de l'Industrie, des secteurs, a-t-il dit, qui n'ont pas donné de résultats sur le terrain, notamment en ce qui a trait à la vie quotidienne des citoyens.

Relevant des aspects positifs et négatifs pour ce qui est de l'action du Gouvernement, le Président Tebboune a cité cinq ou six ministres qui ont "fait couler beaucoup d'encre, dans des affaires de m£urs même".

Les membres du premier Gouvernement ont été choisis "en satisfaction des revendications du Hirak béni et authentique qui appelait à un changement institutionnel", a assuré le chef de l'Etat.

Il dira sur ce point, "j'ai essayé autant que faire se peut de nommer de nouvelles têtes et j'ai honoré cet engagement en désignant de jeunes Ministres et cinq Ministres issus du Hirak, dont le travail de certains commence à donner ses fruits sur le terrain". "Les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé lundi que les revendications du Hirak populaire authentique "ont été satisfaites" pour la plupart.

Le Président Tebboune a déclaré : "Au deuxième anniversaire du Hirak populaire, le peuple est sorti pour commémorer cette occasion, une partie est sortie toutefois pour d'autres raisons qui ne sont pas toutes en phase avec les revendications du Hirak authentique".

Il a rappelé, dans ce cadre, que les revendications du Hirak authentique ont été satisfaites pour la plupart telles que l'annulation du 5e mandat, le changement du Gouvernement et la dissolution du Parlement.

Interrogé sur une revendication portée par la majorité des démocraties dans le monde et appelant à une gouvernance "civile" et à laisser la politique aux politiciens, le Président de la République a indiqué que ce slogan "n'a pas changé depuis 15 ans, soit depuis que cette catégorie a commencé à suivre des stages dans des pays africains et européens où on leur enseigne comment renverser le système de l'intérieur en utilisant le slogan « Etat civil et non militaire+ et autres ».

"Le régime algérien est bien défini aujourd'hui. Le peuple algérien est sorti dans les rues et nous avons réalisé ses revendications. Le peuple a choisi les élections et préféré un changement institutionnel", a fait savoir le Président Tebboune qui a assuré que "quelles que soient les revendications, pour moi ceux qui se sont dirigés vers les urnes lors de la présidentielle pour sauver la République sont 10 millions".

Et d'ajouter :"Le nombre des habitants des zones d'ombre et enclavées s'élève à 8,5 millions d'habitants qui constituent un véritable appui au président de la République", soulignant qu'il honorera les 54 engagements pris envers le peuple algérien lors de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019".

Le Président Tebboune n'écarte pas l'organisation des élections législatives et locales à la même date

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a indiqué que les élections législatives et locales pourraient être organisées à la même date, estimant qu'il s'agit d'une "revendication légitime" de la classe politique.

"Il n'est pas écarté d'organiser les élections législatives et locales à la même date. Cela représente une revendication légitime de la classe politique", a affirmé le Président de la République lors d'une entrevue accordée lundi soir à des responsables de médias nationaux.

Et d'ajouter: "les élections législatives émanent d'un programme politique clair. A cet effet, nous avons accordé toutes les facilitations et les garanties permettant aux jeunes de participer à ces échéances", assurant que la Loi électoral amendé devra "permettre l'émergence de compétences, mais aussi la lutte contre l'argent sale qui prolifère encore au sein de la société".

Dans le même sens, il a estimé que l'organisation des élections législatives figurait parmi les engagements pris dans son programme politique contenant 54 points, relevant qu'il est impossible "d'arrêter le flux du changement, car les peuples progressent et les sociétés changent".

Le Chef de l'Etat a mis en avant, par la même occasion, l'impératif changement des mentalités pour qu'on puisse construire "une nouvelle société et une Algérie nouvelle".

Affirmant que les prochaines élections "ne ressembleront en rien à celles du passé", le Président Tebboune a estimé que le taux de participation "n'aura aucun impact sur les résultats de ces élections étant donné que de telles échéances ne réalisent pas de forts taux de participation à travers le monde".

Le Président Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20 % la production nationale de blé

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a souligné la nécessité de développer la surface agricole irriguée pour permettre l'augmentation de la production nationale de blé de 20 %, en vue d'abandonner l'importation de ce produit.

S'exprimant lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux diffusée lundi soir, le Président Tebboune a affirmé que le pays disposait de capacités nationales en matière de moyens d'irrigation qui permettent d'augmenter de 20 % la production nationale de blé, ayant atteint, selon lui, les 67 millions de quintaux par an.

A ce propos, le Président de la République a insisté sur la discipline et le respect des instructions émises en matière d'irrigation d'appoint, précisant que "les quantités de blé importées par le pays ne représentent que 20 % des besoins nationaux pour une facture globale d'environ de 1,3 milliard de dollars".

M. Tebboune a expliqué également que le rendement moyen national de la production de blé est estimé actuellement à 18 quintaux par hectare tandis que dans le Sud du pays, cette moyenne est de 60 quintaux par hectare.

"Dans certaines régions du Nord qui ont adopté la méthode d'irrigation ponctuelle, la production a atteint les 35 voire 40 quintaux par hectare", a ajouté M. Tebboune assurant que tous les équipements d'irrigation sont fabriqués localement. Il a cité dans ce sens les sociétés nationales fabriquant des équipements de canalisations, les pompes hydrauliques, les câbles électriques et les machines agricoles.

En matière de ressources hydriques, le Président de la République a évoqué, en outre, la disponibilité au niveau national de 74 barrages et de plusieurs retenues collinaires.

Toujours dans le domaine agricole, M. Tebboune a souligné que c'est la première fois depuis l'indépendance que les revenus du secteur dépassent ceux des hydrocarbures, s'élevant à plus de 25 milliards de dollars, ce qui a permis, a-t-il mentionné, de ne pas importer de légumes et de fruits.

Covid-19: Le confinement partiel à domicile prorogé dans 19 Wilayas.(APS, 01/03/2021)


ALGER - Le Gouvernement a décidé, sur instruction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de proroger de quinze (15) jours le confinement partiel à domicile de 22 heures à 05 heures le lendemain dans dix-neuf (19) wilayas du pays à compter de mardi 2 mars, dans le cadre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (Covid-19), indique lundi un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"En application des instructions de Monsieur le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus (COVID-19) et l'autorité sanitaire, le Premier Ministre Monsieur Abdelaziz Djerad a décidé des mesures à mettre en œuvre au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (COVID-19).

S’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus (COVID-19) et soutenue par la démarche basée sur la prudence, la progressivité et la flexibilité, ces mesures visent la reconduction du dispositif actuel de protection et de prévention au regard de l’évolution de la situation épidémiologique et en prenant en compte la mise en place des nouvelles wilayas.

Ces mesures se déclinent comme suit :

1. En matière de confinement partiel à domicile :

La mesure de confinement partiel à domicile est prorogée, pendant une durée de quinze (15) jours, comme suit :

- La mesure de confinement partiel à domicile de vingt-deux heures (22) jusqu’au lendemain à cinq (5) heures du matin est applicable dans les dix-neuf (19) Wilayas suivantes : Batna, Biskra, Blida, Bouira, Tebessa, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sidi Bel Abbes, Constantine, Mostaganem, M’sila, Oran, Boumerdes, El Tarf, Tissemsilt, Ain Temouchent et Relizane.

- Ne sont pas concernées par la mesure de confinement à domicile les trente neuf (39) Wilayas suivantes : Adrar, Chlef, Laghouat, Oum El Bouaghi, Bejaia, Béchar, Tamenghasset, Tiaret, Djelfa, Sétif, Saïda, Skikda, Annaba, Guelma, Médéa, Mascara, Ouargla, El Bayadh, Illizi, Bordj Bou Arréridj, Tindouf, El Oued, Khenchela, Souk Ahras, Tipaza, Mila, Ain Defla, Naâma, Ghardaia, Timimoun, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, Beni Abbés, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El Meghaeir et El Meniaâ.

Ces mesures de confinement sont applicables, à partir du mardi 2 mars 2021.

Les Walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination.

2- S’agissant des regroupements et rassemblements publics :

La prorogation de la mesure d'interdiction, à travers le territoire national, de tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements tels que les regroupements au niveau des cimetières.

Les Walis veilleront au respect de cette interdiction et de l’application des sanctions réglementaires à l’encontre des contrevenants ainsi que les propriétaires des lieux accueillant ces regroupements.

Enfin, le Gouvernement réitère ses appels de prudence en direction des citoyens notamment devant le risque actuel de circulation de nouveaux variants du COVID-19 à travers le monde et en appelle à la responsabilité individuelle et collective de tous pour poursuivre, avec autant de détermination, la mobilisation et la discipline qui ont permis, jusque là, d’aboutir à la stabilisation de la situation épidémiologique dans notre pays.

En effet, au moment où l’Algérie œuvre, sans relâche, à surmonter cette difficile épreuve et où elle a réussi à réduire considérablement la propagation de l’épidémie du Coronavirus (COVID-19), nous devons tous continuer à agir de sorte à éviter de faire annihiler ces efforts et à sauvegarder ce qui a été réalisé à ce jour, grâce justement à la discipline et aux sacrifices consentis par nos citoyens.

Il s’agira d’éviter, en toute responsabilité, les situations d’attroupement et de contacts physiques qui favorisent la propagation de cette épidémie et à continuer à observer scrupuleusement les mesures barrières préconisées, telles que la distanciation physique, le port du masque obligatoire et le lavage fréquent des mains.

Il s’agira, enfin, de faire éviter les rudes épreuves qu’ont endurées nos personnels médical et paramédical en particulier, et tous les Algériens en général dans les moments difficiles de rebond de l’épidémie, avec toutes les conséquences négatives sur le plan économique et social".

Le Complexe sidérurgique "Tosyali" : Exportation de 27.000 t de rond à béton vers les Etats Unis d’Amérique.(APS, 01/03/2021)


ORAN - Le Complexe sidérurgique "Tosyali" de Bethioua (Oran) a exporté 27.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis, a-t-on appris lundi auprès de la cellule de communication du Complexe.

L'opération qui a eu lieu dimanche est la troisième de différents produits du complexe au titre de l'année en cours. Elle a porté sur l'exportation de 18.000 tonnes à partir du port de Mostaganem et de 9.000 tonnes depuis le port d'Oran, a-t-on indiqué, rappelant qu'au début de l'année en cours, 7 000 tonnes de rond à béton ont été exportées vers la Grande-Bretagne et 7 000 tonnes de fils de fer vers la Mauritanie.

Le Complexe sidérurgique de Bethioua a programmé, pour le premier trimestre 2021, une opération d'exportation d’environ 100 000 produits sidérurgiques divers dont 4000 tonnes de rond à béton vers le Sénégal et le Bénin et 82 000 tonnes du même produit vers la Grande Bretagne et les USA, a-t-on fait savoir.

Pour rappel, le complexe "Tosyali" avait exporté l’année dernière, 140.000 tonnes de différents produits dont l’acier, les tubes d'acier en spirale de gros volume, les fils métalliques et autres produits vers l’Angola, le Sénegal, la Grande Bretagne, le Canada, les USA, la Roumanie et l'Italie.

Communiqué du Conseil des Ministres.(APS, 28/02/2021)


ALGER - Le Conseil des Ministres a tenu, dimanche, sa réunion périodique, sous la présidence du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale, indique un communiqué de la Présidence de la République, dont voici le texte intégral:

"Le Conseil des Ministres a tenu, dimanche 28 février 2021, sa réunion périodique, sous la présidence du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale".

L'ordre du jour de la réunion a porté, outre l'exposé du Premier Ministre sur l'activité gouvernementale, sur l'examen de plusieurs exposés sectoriels, dont le premier a été celui présenté par le Ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales sur le fonctionnement de la Commission d'aide à la définition des sites, la promotion de l'investissement et la régulation du foncier, en sus d'un état des lieux sur le foncier industriel.

Le Conseil des Ministres a suivi, après, les exposés du Ministre du Commerce sur l'approvisionnement du marché et le phénomène d'instabilité des prix, du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière sur la situation sanitaire et le programme de vaccination anti-COVID-19 puis du Ministre de l'Industrie pharmaceutique sur la production du vaccin localement.

En fin le Ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques a présenté un exposé sur le recensement des mesures de simplification des dispositifs liées aux activités économiques soumises à autorisation.

Prenant la parole, le Président de la République a commencé par souhaiter la bienvenue aux nouveaux Ministres ainsi que la réussite dans leurs nouvelles fonctions exhortant les ministres reconduits, dans leurs postes, à davantage d'efficacité, car étant au service du peuple et non le contraire.

Ainsi, le Président Tebboune a ordonné la mise en place d'un mécanisme de contrôle de la mise en œuvre sur le terrain des décisions du Gouvernement dans tous les domaines en concrétisation des solutions aux préoccupations des citoyens.

Il a mis l'accent, par ailleurs, sur l'impératif de faire le distinguo entre l'extension urbanistique des villes et les zones d'ombre dans les régions pauvres et les villages.

A l'issue de l'endossement des exposés, le Président de la République a donné les orientations suivantes :

Premièrement: Promotion de l'investissement et régulation du foncier industriel:

Le Président Tebboune a ordonné:

- La récupération de toutes les assiettes industrielles, des milliers, attribuées mais non exploitées à ce jour.

- L'Association des représentants des investisseurs et du patronat dans l'accompagnement et la promotion de l'investissement, en tant que partenaires dans le développement et acteur principal pour la relance de l'économie nationale.

- L'assainissement des accumulations négatives caractérisant, par le passé, la politique du ministère de l'Industrie, en adéquation avec les textes juridiques et la nouvelle orientation de la politique industrielle.

- Le placement des zones d'activités sous la tutelle et à disposition des présidents des Assemblées populaires communales (APC) pour définir les besoins de chaque région en termes d'activités et l'ouverture de la voie devant les start-up.

Deuxièmement: Commerce:

Le Président de la République a chargé le Ministre du Commerce de :

- La recherche d'une solution immédiate pour engager le transfert de propriété de l'usine de Jijel de production de l'huile de table suite aux jugements définitifs rendus contre les anciens propriétaires, et à accélérer sa remise en production.

- L'activation effective des dispositions de la loi sur la Concurrence interdisant le monopole et la pénurie.

- La révision des mécanismes de subvention du fourrage et aliments de batails en vue de l'orientation rationnelle vers la consolidation de la production nationale et la réduction de la facture des importations, de manière à garantir la stabilité des prix des viandes sur le marché national. Il a insisté, dans ce sens, sur la lutte contre la spéculation.

- L'Association des éleveurs dans l'augmentation de la production de viandes et la réduction de la facture de l'importation avec engagement de l'Etat à la subvention du fourrage et à leur encouragement.

Troisièmement: Santé:

Le Président de la République a ordonné:

- Le maintien des mesures préventives prises, en particulier la fermeture des frontières et de l'espace aérien au vu de la conjoncture sanitaire mondiale marquée par la propagation de variants du nouveau Coronavirus.

- L'élargissement et le renforcement des enquêtes épidémiologiques, notamment en ce qui concerne les cas de contamination par le variant (britannique) dans le but d'une plus grande prévention.

- La poursuite du programme de vaccination anti-Covid 19 en tenant compte des recommandations des experts et spécialistes en matière de choix de vaccins et de leur efficacité contre les variants du nouveau Coronavirus et en optimisant l'utilisation des quantités disponibles.

Quatrièmement: Industrie pharmaceutique:

Le Président de la République a ordonné :

- La poursuite des contacts avec le partenaire russe pour faire aboutir le projet de production du vaccin Spoutnik V en Algérie, dans les plus brefs délais.

- L'accélération des procédures de soutien à l'investissement dans l'industrie pharmaceutique afin de réaliser les objectifs tracés de réduire les importations pharmaceutiques d'au moins 400 millions USD d'ici fin 2021, et de s'orienter vers l'exportation.

Cinquièmement: Pêche et produits halieutiques:

Le Président de la République a insisté sur :

- La lutte contre la bureaucratie, en tant que fatalité, à travers un travail de terrain pour éliminer les obstacles entravant l'investissement dans divers domaines, libérer les initiatives et regagner la confiance en les dispositifs de l'Etat, chargés de l'accompagnement des porteurs de projets.

- La mise en place de parcs maritime en vue d'augmenter les produits halieutiques avec précision et explications des causes réelles de la flambée des prix.

- La création de projets juvéniles créateurs d'emploi, l'encouragement des expériences réussies et la réhabilitation de la pêche en la rendant accessible à tout un chacun, contrairement à la situation actuelle.

Sixièmement: Tourisme:

Le Président a instruit :

- L'Association, en tant qu'acteurs réels, des syndicats de patronat en vu de l'allègement des procédures relatives à l'investissement, voire leur consultation même dans la distribution du foncier.

- La libération de l'initiative pour encourager l'investissement dans le secteur et ne pas les hypothéquer en mettant les investisseurs à la merci de l'Administration et des présidents des APC, surtout quand il s'agit d'investissements privés avec autofinancement et foncier particulier.

-La préservation du foncier agricole lors de l'octroi de permis aux investisseurs dans le cadre des projets d'expansion touristique.

La protection des gestionnaires par des textes de loi encourageant la libération de l'initiative devant les investisseurs, et le bannissement de la bureaucratie administrative.

Septièmement: Culture et Arts

Le Président de la République a ordonné l'élaboration d'un texte de Loi en vertu duquel le Ministère de l'Intérieur et celui de la Culture établissent des critères en matière d'invitation d'artistes étrangers en Algérie, en vue de sauvegarder la référence culture nationale et les ressources financières du pays.

Huitièmement : Travaux publics

Le Président de la République a fixé un délai de deux mois, au maximum, pour la prise de toutes les dispositions nécessaires au lancement effectif des travaux de réalisation du port stratégique d'El Hamdania à Cherchell.

Il a ordonné en outre :

La facilitation du trafic routier de et vers Alger à travers la révision des plan de circulation et le renforcement du réseau des rocades et échangeurs.

La mise en place un dispositif de veille pour éviter les pertes financières dues à la longue durée d'accostage des navires au niveau de nos ports.

Avant la levée de la séance, le Conseil des Ministres a approuvé des décisions individuelles portant désignations et fins de fonctions dans des postes supérieurs de l'Etat.

Huile d'olive: Un producteur algérien de Djelfa lauréat d'un concours international à Dubai.(APS, 28/02/2021)


Un producteur algérien d'huile d'olive de Ain Ouessara (wilaya de Djelfa) vient de remporter le premier Prix du concours consacré à l'huile d'olive "extra vierge", de récolte précoce, du concours international de Dubai Olive Oil Competition "DOOC".

L'oléiculteur, Hakim Alileche, a remporté le premier prix, parmi plus de 360 participants à ce concours, venant des différents pays, notamment d'Espagne, de Grèce, d'Italie et de Tunisie, qui sont les premiers producteurs au monde de l'huile d'olive.

Les huiles ont été analysées par un premier jury composé d'experts basés à Dubai.

Une autre analyse a été effectuée par un jury composé d'experts internationaux (italiens, japonais, français et brésiliens).

Les lauréats se voient offrir la possibilité de commercialiser leur produit sur les sites internet des organisateurs du concours mais aussi sur un réseau de boutiques de luxe à travers le monde.

Dans une déclaration à l'APS, ce producteur, originaire de Tizi Ouzou et dont les vergers sont situés dans la région de Benhar à Ain Ouessara, a précisé qu'il tenait son exploitation exclusivement en culture biologique. D'ailleurs, il a soumis son produit à la certification auprès d'un organisme mondial basé en Allemagne.

L'oléiculteur de Ain Oussara possède un verger de 40 hectares comptant 15.000 oliviers dont 9.000 sont en production avec une irrigation en réseau goute à goute.

En 2020, le verger a produit 20.000 litres pour une année que l'agriculteur considère comme "difficile" en terme de rendement.

M. Alileche a expliqué que pour l'obtention de son huile, les olives sont triturées le jour-même de la cueillette au sein du verger grâce à un moulin acquis de Toscane en Italie.

La cueillette s'effectue à la main, nécessitant une main d'œuvre saisonnière d'une soixantaine de personnes "même si la main d'œuvre se fait rare".

"La trituration le jour-même permet aux olives de ne pas s'oxyder. Les taux de peroxyde est d'environ 3 % alors que l'organisme international d'oléiculture pour l'huile extra vierge le limite à un maximum de 20 %. Cette distinction permet de montrer une fois de plus que le produit algérien n'a rien à envier aux produits d'autres pays méditerranéens producteurs d'huile d'olive", estime M. Alileche.

Cependant, l'oléiculteur regrette la persistance de lourdeurs bureaucratiques concernant plusieurs volets de son activité agricole.

De plus, la problématique d'acquisition de bouteilles en verre pour l'huile d'olive demeure, dit-il, problématique "dans la mesure où les producteurs de bouteilles en verre sont rares en Algérie, nous obligeant parfois à nous tourner vers leur importation de Tunisie".

Concernant son ambition d'exporter, le producteur affirme avoir reçu l'intérêt de clients en France, en Russie, du Sultanat d'Oman mais aussi du Canada, du Japon, et des Etats-Unis pour la saison prochaine.

La récolte des olives pour la production d'huile "extra vierge" de récolte précoce s'effectue au mois d'octobre.

"A travers notre production, nous visons un marché de luxe. Au niveau du marché premium, le litre peut être cédé à 120 euros. Nous concernant, nous commercialisons notre huile à des distributeurs pour 7 à 8 euros/litre qui le cède à plus de 20 euros/litre en Europe", souligne-t-il.

45e anniversaire de la proclamation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD): L'Algérie réaffirme son soutien "indéfectible et inconditionnel" au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.(APS, 28/02/2021)


L'Algérie a réaffirmé, samedi, son soutien "indéfectible et inconditionnel" au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, fustigeant "la transgression de la légalité internationale, les marchés douteux, la permission de l'effusion du sang des Sahraouis et la spoliation de leurs terres et richesses".

Intervenant à l'occasion des festivités du 45e anniversaire de la proclamation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), le Vce-Président du Conseil de la Nation, Ghazi Djabri a déclaré que "l'Algérie réaffirme son soutien indéfectible et inconditionnel à la lutte légitime du peuple sahraoui à l'exercice de son droit à un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU".

"L'Algérie, peuple, Gouvernement et armée réitère son engagement au côté du peuple sahraoui et son soutien à son droit au parachèvement de sa souveraineté sur l'ensemble de son territoire", a soutenu M. Djabri qui a conduit une délégation de membres du Conseil de la Nation participant à cette célébration.

Affirmant que la RASD est devenue "un symbole de résistance" et "un slogan universel de la force de la légalité, grâce aux sacrifices de ses martyrs et la résistance de son peuple" il a salué les Sahraouis pour leur rejet de l'humiliation de la force d'occupation, "qui s'obstine avec arrogance à aller à contrecourant de l'histoire".

"A travers l'histoire et la lutte du peuple sahraoui, l'Algérie se remémore son histoire et sa résistance face à l'occupation française", a-t-il ajouté souhaitant que le même aboutissement à la souffrance du peuple sahraoui.

"Votre parcours de lutte sera sanctionné par la victoire à travers la concrétisation de votre droit à l'autodétermination, à l'image de la Glorieuse Révolution de novembre", a-t-il déclaré dans ce sens.

Rappelant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination "en tant que droit inaliénable et imprescriptible", il a mis en avant la solidarité internationale à l'égard de la juste cause sahraouie et du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination sous l'égide de l'ONU.

Le sénateur s'est félicité des réalisations du peuple sahraoui, sous le commandement du Front Polisario, son seul et unique représentant légitime, et ce, en dépit des entraves et des violations auxquelles il fait face.

Pour le Vice-Président du Conseil de la Nation, la crédibilité de la communauté internationale est en jeu car tant qu'il y aura des colonies, les stratégies régionales ou onusiennes en faveur de la paix seront incomplètes.

Dénonçant la transgression de la légalité internationale, les transactions douteuses, l'acharnement contre les faibles et la persécution permission de l'effusion du sang des Sahraouis et la spoliation de leurs terres et richesses, M. Djabri a appelé à faire prévaloir la légalité internationale pour protéger les Sahraouis et leur permettre d'exercer leur droit à l'autodétermination.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit son homologue sahraoui.(APS, 25/02/2021)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu jeudi à Alger, le Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), M. Brahim Ghali.

L'audience s'est déroulée au siège de la Présidence de la République.

Le Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), M. Brahim Ghali appelle depuis Alger à l'intervention des Organisations des droits de l'Homme pour protéger les Sahraouis.(APS, 25/02/2021)


ALGER - Le Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), M. Brahim Ghali a appelé, jeudi, les Organisations internationales de défense des droits de l'Homme à intervenir pour protéger les citoyens sahraouis sans défense contre les violations des forces d'occupation marocaines, dénonçant les sévices infligés au peuple sahraoui.

Dans une déclaration à la presse au terme de l'audience que lui a accordée le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le Président sahraoui a dénoncé les violations infligées par les forces d'occupation marocaines au peuple sahraoui sans défense, affirmant "nous dénonçons ces pratiques et appelons les organisations internationales de défense des droits de l'Homme à accéder au territoire assiégé pour protéger les citoyens sahraouis sans défense".

M. Ghali a affirmé avoir évoqué avec le Président Tebboune "la situation prévalant sur les plans régional, africain et international, notamment après la récente agression marocaine menée en violation de l'accord de cessez-le-feu, signé entre le Front Polisario et le Royaume marocain sous l'égide de l'ONU pour l'organisation d'un Référendum sur l'autodétermination du peuple sahraoui".

Soulignant que le "peuple sahraoui a été contraint, suite à cette agression, à reprendre la lutte armée afin d'obtenir son droit à la liberté, à l'indépendance et à l'autodétermination", le Président Ghali a indiqué que le peuple sahraoui avait donné "suffisamment de temps à la communauté internationale, près de 30 ans, pour la mise en œuvre du plan de règlement pour l'organisation d'un Référendum sur l'autodétermination".

Pour le Président sahraoui, cet objectif n'a pas pu être atteint en raison des "entraves dressées continuellement par le Maroc devant l'effort onusien en faveur de la décolonisation de la dernière colonie en Afrique, du silence de la communauté internationale concernant les obstacles du Maroc et les violations des droits de l'Homme contre les citoyens sahraouis sans défense dans les territoires occupés.

M. Ghali a évoqué "les femmes sahraouies malmenées quotidiennement dans les rues, car elles ont osé revendiquer l'application de la légalité internationale et permettre à leur peuple d'accéder à l'autodétermination et à l'indépendance".

Concernant l'audience qui lui a été accordée par le Président Tebboune, M. Ghali a fait savoir que "le Président de la République lui a réservé un accueil fraternel, deux jours avant les célébrations du 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD)", relevant avoir "félicité le Président Tebboune pour son rétablissement et pour le retour de l'Algérie sur les plans, régional et international", avant de qualifier cette rencontre de "fructueuse et fraternelle".

L'Algérie "condamne fermement" les violences postélectorales au Niger.(APS, 25/02/2021)


ALGER - L'Algérie "suit de près" la situation au Niger et "condamne fermement" les actes de violences survenus dans ce pays au lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle, indique jeudi un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"L’Algérie suit de près la situation qui prévaut dans la République sœur du Niger, marquée par certaines scènes de violences intervenues au lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle proclamée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)", indique le communiqué.

"Elle condamne fermement ces actes de violences et en appelle à l’apaisement, au calme et à la raison. Elle encourage tous les acteurs politiques à respecter les résultats du processus électoral et à recourir aux voies légales et au dialogue pour exprimer leurs doléances", poursuit le Ministère.

"L’Algérie exprime son attachement à la préservation de la stabilité de ce pays frère et réitère sa disponibilité à œuvrer, avec les autorités nigériennes au renforcement des puissants liens de fraternité et de coopération et à la promotion de la stabilité et de la prospérité dans la région", conclut le communiqué.

Le candidat du Parti pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya), Mohamed Bazoum, a emporté la présidentielle au Niger avec (55,75%) des voix face à son adversaire Mahamane Ousmane (44,25%), avait annoncé mardi la CENI.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum : Des mesures pour promouvoir la diplomatie économique.(APS, 25/02/2021)


ALGER- Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a fait état, jeudi à Alger, d'une série de mesures visant à contribuer concrètement à la promotion de la diplomatie économique, dont notamment la mise en place d'un réseau interactif des chargés d'affaires économiques et commerciales auprès de nos missions diplomatiques et consulaires à travers le monde.

"Ces mesures, susceptibles de renforcer la diplomatie économique, s'inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale sur le Plan de relance pour une nouvelle économie, présidée en août dernier par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui avait souligné alors "l'impératif d'œuvrer à l'édification d'une économie nationale diversifiée à même de renforcer notre sécurité alimentaire et immuniser notre Nation contre la dépendance excessive au secteur des hydrocarbures", a précisé M. Boukadoum lors d'une rencontre sur la promotion de la diplomatie économique au Ministère des Affaires Etrangères.

Il a indiqué, dans ce sens, que la réalisation de cet objectif implique "l'adaptation du dispositif diplomatique pour lui permettre de contribuer concrètement à l'aboutissement du Plan de relance économique tracé", annonçant "la mise en application d'une série de propositions issues du groupe de travail, mis sur pied en octobre 2020".

Ces propositions portent sur "la création d'un réseau interactif pour les chargés d'affaires économiques et commerciales auprès de nos missions diplomatiques et consulaires à travers le monde, l'ouverture d'un bureau d'information au niveau du Ministère des Affaires Etrangères pour l'accueil des opérateurs et exportateurs algériens et le renforcement de la Direction de promotion et de soutien des échanges économiques, en tant que structure centrale et axiale de la diplomatie économique".

En outre, le Ministre cité la création d'un portail de la diplomatie économique sur le site électronique du ministère et le lancement d'un programme de formation sur la diplomatie économique au profit des diplomates concernés par le mouvement annuel, ajoutant que cette formation doit s'étendre, à l'avenir, à l'ensemble des diplomates.

"Les Chefs des représentations diplomatiques et consulaires ont été appelés à intensifier les efforts et à élaborer des rapports périodiques sur les dispositifs en place dans les pays d'accréditation en vue de promouvoir les produits nationaux et attirer les investissements étrangers", a souligné le chef de la diplomatie précisant que l'objectif étant de "permettre à l'administration centrale de suivre et évaluer leur performance dans ce domaine".

A cette occasion, M. Boukadoum a affirmé que ces mesures visent essentiellement à "œuvrer de concert et en coordination avec les organes et instances de l'Etat chargées de tous les volets (financier, commercial, transport, logistique, législation et autres) afin de contribuer à la réalisation des objectifs tracés par le président de la République". Il s'agit, également, de rester à l'écoute et au service des opérateurs économiques en matière d'information, de soutien et d'accompagnement a-t-il poursuivi.

Après avoir relevé que l'appareil diplomatique était l'un des maillons de la chaine des intervenants, M. Boukadoum a fait observer que cette chaine commence par l'agriculteur, l'artisan, le producteur et l'industriel en passant par les instances législatives, les ministères de tutelle, les organes d'appui, les banques, les organisations patronales, les services de logistique, les douanes et autres.

Partant, a-t-il estimé "cette mission, collective, exige la coordination, l'efficacité et l'engagement de résultat de tout un chacun pour gagner la bataille de l'édification d'une économie forte, diversifiée et intégrée dans l'économie mondiale".

Et d'ajouter: "une telle démarche ne saurait aboutir sans la finalisation des mesures inhérentes, en particulier le développement du réseau bancaire, à travers l'ouverture d'agences en Europe et en Afrique, l'augmentation des offres de fret aérien et maritime et de transport terrestre pour la région sahélo-saharienne et l'Afrique de l'ouest, ainsi que l'ouverture de nouveaux points frontaliers avec nos voisins pour développer le commerce bilatéral".

M. Boukadoum a évoqué, à ce propos, l'organisation de foires et salons du produit national dans les Etats de la région et de journées d'information en Europe, en Asie et en Amérique sur les potentialités du marché algérien et les opportunités d'investissement, outre l'envoi de missions commerciales dans les marchés ciblés en vue d'accroitre le volume des exportations hors hydrocarbures et renforcer nos recettes en devises.

Pour ce faire, le Chef de la diplomatie algérienne a appelé tout un chacun à contribuer à cet effort collectif pour stimuler la croissance économique et construire une économie nationale forte fondée sur l'exploitation optimale des nombreux atouts de l'Algérie.

Ont pris part à cette rencontre plusieurs membres du Gouvernement ainsi que du Président du Conseil National Economique, Social et Environnemental (CNESE), Reda Tir, du Gouverneur de la Banque d'Algérie et des représentants d'Organes nationaux, d'Entreprises et d'Organisations patronales.

Un Bureau d'Information et de Promotion des Investissements et des Exportations (BIPIE) inauguré.(APS, 25/02/2021)


ALGER - Le Bureau d'Information et de Promotion des Investissements et des Exportations (BIPIE) a été inauguré, jeudi à Alger, par le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, dans le but d'accueillir et de soutenir les opérateurs économiques algériens engagés dans des opérations d'exportation ou de partenariats étrangers.

Il s'agit d'un espace, au niveau du Ministère des Affaires Etrangères (MAE), dédié aux opérateurs économiques nationaux, y compris au sein de la communauté algérienne établie à l'étranger, souhaitant réaliser des opérations d'exportation ou nouer des partenariats avec des opérateurs étrangers.

L'objectif du Bureau qui dépend de la Direction de la promotion et du soutien aux échanges économiques du Ministère, est de recevoir ces opérateurs pour les informer, les accompagner et leur faire bénéficier du réseau des chargés des affaires économiques et commerciales de l'ensemble des missions diplomatiques algériennes dans le monde.

"Cette démarche vise à adapter la diplomatie du pays de sorte à atteindre les objectifs de réussite de la relance économique tout en créant un réseau collaboratif impliquant les diplomates algériens à travers le monde", a souligné M. Boukadoum lors de la cérémonie d'inauguration qui s'est déroulée en présence de plusieurs membres du Gouvernement, de représentants d'Institutions financières et de diplomates étrangers.

De plus, le MAE compte lancer un portail électronique consacré à la diplomatie économique sur son site web, permettant aux opérateurs économiques nationaux d'acquérir des informations dans le cadre de leurs activités d'export.

Algérie: Le Taux d'inflation annuel à 2,6 % à fin janvier.(APS, 25/02/2021)


ALGER - Le taux d'inflation moyen annuel en Algérie a atteint 2,6% à fin janvier dernier, a appris l'APS jeudi auprès de l'Office National des Statistiques (ONS).

Le taux d'inflation moyen annuel de janvier 2021 représente l'évolution de l'indice des prix à la consommation sur la période allant de février 2020 à janvier 2021 par rapport à celle allant de février 2019 à janvier 2020.

Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, qui est l'évolution de l'indice du prix du mois de janvier 2021 par rapport à celui du mois de décembre 2020, elle est de +0,6%, selon l'Office.

En termes d'évolution et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont affiché une augmentation 1,0%, une variation induite, aussi bien par l'évolution des produits agricoles frais que, par celle des produits alimentaires industriels.

Les produits agricole frais ont connu ainsi un relèvement du prix de 1,3%. Ce relèvement s'explique principalement par une hausse des prix des viandes rouges (+0,9%), des légumes (+6,7%) et du poissons (+8,5%).

Les prix des produits alimentaires industriels ont connu également une hausse de 0,8%, traduisant un relèvement des prix de certains produits, notamment, les laits, fromages et dérivés (+0,5%), les huiles et graisses (+4,4%) et les sucres et produits sucrés (+2,3%).

Les prix des produits manufacturés ont augmenté de +0,3% et les services (+0,1%).

Par type de biens et de services, les prix des groupes "habillement chaussures" ont enregistré une hausse de 0,6%, ceux du groupe "divers" également (+0,6%), le reste des groupes s'est caractérisé, soit par des variations modérés, soit par des stagnations. Durant toute l'année 2020, le taux d'inflation a atteint 2,4 % contre 2% l'année d'avant.

Célébration du double anniversaire du 24 février : Message du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.(APS, 24/02/2021)


ALGER- A l'occasion du 65e anniversaire de création de l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et du 50e anniversaire de nationalisation des hydrocarbures, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé mercredi un message, lu en son nom par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, lors d'une visite de travail à Hassi R'mel (W. Laghouat), dont voici la traduction APS.

"Au nom d'Allah, Clément et Miséricordieux,

Que le Salut et la Paix soient sur notre Prophète et Guide,

Mesdames, Messieurs,

Le peuple algérien célèbre, aujourd'hui, (24 février) le 65e anniversaire de création de l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et le 50e anniversaire de nationalisation des hydrocarbures, deux autres dates mémorables et inspirantes de la Glorieuse histoire de notre pays.

En cette occasion renouvelée, nous nous remémorons, avec la fierté et honneur, ces deux évènements nationaux pour méditer le sens du sacrifice et de la loyauté et réaffirmer l'attachement aux principes et idéaux de liberté et de dignité.

Cette célébration, nous offre l'opportunité de revivre, le 24 février de chaque année, un moment de reconnaissance et de gratitude à ceux qui ont sacrifié leur vie pour la concrétisation de l'aspiration des Algériennes et des Algériens à la liberté et à l'émancipation en vue d'édifier un Etat national, indépendant et souverain.

Dans cette ambiance de célébration du double anniversaire de la création de l'UGTA, le 24 février 1956 et de la nationalisation des hydrocarbures, à la même date de l'année 1971, mais aussi de méditation des valeurs de sacrifice, de gloire et de victoire, nous ne pouvons perdre de vue notre devoir national d'attachement et de préservation du serment de nos chouhada.

Chères sœurs, Chers frères,

Nous pouvons nous enorgueillir des dates mémorables de notre histoire riche en gloires, une histoire de laquelle nous puisons la volonté, la détermination, le sacrifice et l'abnégation des compagnons d'Aissat Idir et de la génération des travailleurs et syndicalistes, fondateurs de l'une des citadelles et écoles de l'engagement national, durant la Glorieuse guerre de libération pour l'édification de la République moderne. Une République forte par sa démocratie, par la défense de la voix de la justice et du droit et par l'action en faveur de la consécration d'une véritable justice sociale.

Ralliant l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) au moment où le peuple algérien livrait une guerre sanglante contre hégémonie de la colonisation abjecte, ces travailleurs et syndicalistes, hommes et femmes, ont jeté les bases d'un militantisme syndicaliste, transmis de génération à génération, au service de la défense de l'Algérie.

Une position immuable dans les moments les plus difficiles qu'a eus à traverser notre pays et pour laquelle ont payé le prix fort de nombreux cadres et dirigeants, martyrs du devoir national, dont le chahid Abdelhak Benhamouda, à la mémoire desquels nous nous inclinons, avec piété et recueillement, et dont nous saluons, avec hommage et respect, le dévouement et l'abnégation au service de la patrie.

En cette conjoncture particulière de difficultés économiques et de propagation de la pandémie Covid-19, avec leurs retombées sur la situation sociale de larges pans de travailleurs, l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), forte et solide de sa longue tradition de lutte et de militantisme, est appelée à adhérer aux efforts de consolidation et d'immunisation du front social contre les tentatives d'instrumentalisation insidieuse.

Nous sommes résolus à accélérer le traitement des incidences sociales et à œuvrer pour la prise en charge graduelle de nos sœurs et frères, travailleurs, impactés, en veillant constamment au suivi de la mise en œuvre des programmes tracés et des décisions prises à cet effet par les autorités publiques.

Chères sœurs, Chers frères,

En cette occasion, nous nous remémorons, avec solennité et déférence, le rétablissement de la souveraineté nationale sur nos richesses et la détermination des fils de l'Algérie, ingénieurs et techniciens, à relever les défis et à gagner le pari, au lendemain de la déclaration historique de la nationalisation des hydrocarbures le 24 février 1971.

Nous nous enorgueillissons toujours de la détermination et de la ténacité de ces loyaux nationalistes qui ont permis au secteur de l'énergie de maintenir sa production, et aux successeurs desquels, compétences, cadres, travailleurs et travailleuses des hydrocarbures, incombe aujourd'hui la charge de relever les grands défis de l'heure.

Des défis que représentent l'élargissement et le développement de la prospection et l'exploration, le respect des engagements à l'égard des marchés étrangers et l'adaptation aux mutations vers la transition énergétique, l'une de nos priorités majeurs pour consolider la sécurité énergétique de par les capacités avérées pour notre pays en matière d'énergies non conventionnelles, nouvelles et renouvelables.

Je reste convaincu que les perspectives sont prometteuses dans ce domaine, partant du capital expérience et expertise en la matière et la mobilisation des cadres et des travailleuses et travailleurs du secteur pour concrétiser la stratégie visant à renouveler nos réserves pétrolières et gazières et à développer les projets de l'industrie manufacturière.

A ce propos, il convient de souligner les réalisations accomplies en termes de valorisation et de qualification de la ressource humaine, facteur clé pour le développement du secteur des hydrocarbures dans le cadre de notre orientation engagée à réaliser les progrès inéluctables à travers l'élargissement des investissements aux secteurs vitaux, tels l'Agriculture et le Tourisme en vue d'une sortie effective d'une dépendance, qui n'a que trop duré, à la rentre pétrolière et gazière.

En conclusion, je renouvelle mon affirmation l'année dernière, à la même occasion, de réitération de mon engagement, avec vous, à hâter l'édification d'une nouvelle République, forte sans corruption, ni haine".

Mes félicitations aux travailleuses et travailleurs à travers l'ensemble du territoire national, en nourrissant, avec vous tous, l'aspiration à une Algérie, souveraine et forte, capable grâce à la volonté de ses loyaux et honorables patriotes, hommes et femmes, de surmonter les difficultés de cette période sensible dans la vie de la Nation.

Cette volonté nationale saura triompher, les attentes de notre peuple, vaillant, seront concrétisées et l'Algérie aura la place qui lui sied dans le concert des Nations émergentes".

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad: L'Algérie a fait de la politique énergétique "une priorité majeure".(APS, 24/02/2021)


Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a affirmé mercredi depuis Hassi R'mel (Laghouat) que les énergies renouvelables deviendront les principaux moteurs du développement économique aux côtés des secteurs des mines, de l'agriculture saharienne, de l'industrie pharmaceutique, des startup et des micro-entreprises.

"Cinquante ans après la nationalisation des hydrocarbures, l'Algérie a fait le choix de s'orienter définitivement vers le développement des énergies renouvelables, à travers l'adoption d'une base industrielle adéquate.

Elle dispose pour se faire de toutes les ressources naturelles et des moyens humains lui permettant de devenir, dans les toutes prochaines années, un leader dans le domaine des énergies, solaire et éolienne", a indiqué M. Djerad dans son allocution, à l'occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et du 65ème anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

Le Premier Ministre a réitéré l'engagement du Gouvernement à "jeter les bases de la transition énergétique adaptée à ses spécificités nationales en recourant à toutes les capacités lui permettant de concrétiser sur terrain les objectifs tracés sans pour autant négliger les mécanismes d'évaluation précise et de suivi permanent".

L'augmentation des capacités de production dans les domaines énergétiques va ouvrir au pays de "nouvelles perspectives" à travers l'élargissement effectif des activités pétrochimiques locales dont les produits finis ont des débouchés réels sur le marché international, devenu trop incertain pour les ressources énergétiques primaires à l’état brut, a poursuivi M.Djerad.

Selon le Premier ministre, le Gouvernement a adopté, dans le cadre de son programme d'action et le plan de relance économique, plusieurs mesures visant à promouvoir les activités industrielles liées au secteur de l'énergie au niveau des entreprises et des petites et moyennes industries permettant la création de postes d'emploi et de richesses locales.

La transition énergétique est perçue par l'Etat algérien comme un processus vital exigeant plusieurs transitions et mutations à l'instar de la transition numérique et industrielle et leur système et technologies, a-t-il assuré.

Le Premier Ministre a mis l'accent sur l'impératif pour Sonatrach de s'acquitter de son rôle en tant qu'acteur principal dans le processus de la transition énergétique en incorporant les énergies renouvelables dans sa vision stratégique et les plans de mise en œuvre y afférent.

1352 projets de raccordement aux réseaux d'électricité au profit des zones d'ombre

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a fait état, mercredi à Hassi R'Mel (Laghouat), de 1.352 projets de raccordement aux réseaux d'électricité au profit des zones d'ombre.

"L'Etat a placé le raccordement à l'électricité et au gaz ainsi que la généralisation des systèmes d'énergie solaire au cœur de ses priorités dans le cadre du programme de développement des zones d'ombre décidé par le Président de la République", a déclaré M.Djerad dans son allocution, à l'occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et du 65ème anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

1.352 projets de raccordement aux réseaux d'électricité, 992 projets de raccordement aux réseaux de gaz et 693 projets d'éclairage public ont été réalisés, a détaillé M.Djerad.

Ces projets ont permis de raccorder 33.124 ménages aux réseaux d'électricité et 48.252 ménages aux réseaux de gaz, a précisé le ministre.

Conversion au GPLc de 34% du parc automobile des administrations et des établissements publics

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a fait état mercredi depuis Hassi R'mel (Laghouat), de la conversion, en 2020, au Gaz de pétrole liquéfié carburant (GPLc) de 34% du parc automobile -essence- des Administrations et Etablissements publics.

"Déterminée à élargir l'utilisation du GPLc, l'Algérie avance à un rythme accéléré vers la réalisation de l'autosuffisance en carburant, en témoigne le non recours à son importation depuis juillet 2020", a déclaré M. Djerad, lors d'une visite effectuée à Hassi R'Mel dans le cadre de la célébration du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA).

Evoquant les réalisations de l'Algérie dans le domaine de l'énergie, le Premier ministre a rappelé la mise en service de la raffinerie de Sidi R'zine augmentant, ainsi, sa capacité de production à 3,7 millions tonnes/an, en dépit des difficultés induites par la pandémie covid-19.

Il a également mis en avant la rationalisation par la Sonatrach et la Sonalgaz de leurs budgets relatifs à l'investissement et à l'exploitation à raison de 7,5 mds USD.

M. Djerad a mis l'accent, en outre, sur la contribution de l'Algérie, en sa qualité de présidente de l'OPEP en 2020, à la coordination des efforts dans l'objectif de parvenir à un accord historique sur la réduction de la production de 9,7 millions/jour.

Covid-19: Le Ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière salue l'élan de solidarité de la communauté algérienne à l'étranger.(APS, 24/02/2021)


ALGER - Le Ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, M. Abderrahmane Benbouzid, a salué mercredi à Alger l'élan de solidarité des membres de la communauté algérienne à l'étranger qui ont fait don de matériels et d'équipements médicaux au profit des malades atteints de Covid-19.

Recevant les membres de l'Association des oulémas musulmans algériens, qui a été l'intermédiaire des associations "Algériens solidaires" et "Secours islamique France" qui ont fait don, au ministère de la Santé, de 5.200 valises contenant des respirateurs artificiels, M. Benbouzid a loué "l'adhésion de la société civile en Algérie et au sein de la communauté nationale à l'étranger aux efforts des autorités dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19".

La société civile est un "partenaire essentiel" du secteur de la santé, a affirmé M. Benbouzid, soulignant que ce partenariat qui n'est pas nouveau "est d'autant plus important dans le contexte de l'épidémie de Covid-19".

Cette crise a nécessité la conjugaison des efforts de tous pour la surmonter, a-t-il dit, précisant que les résultats obtenus à ce jour dans le cadre de la lutte contre cette épidémie "participent de l'élan de solidarité et du civisme ayant prévalu dès son apparition et des sacrifices consentis par les équipes scientifiques et médicales".

De son côté, le président de l'Association des Oulémas musulmans algériens, M. Abderrezak Guessoum, a estimé que "cet élan des membres de la communauté nationale établis à l'étranger est un exemple vivant de l'esprit de solidarité et d'entraide entre les Algériens où qu'ils soient".

Les Associations "Algériens solidaires" et "Secours islamique France" ont su gagner la confiance des bienfaiteurs algériens établis à l'étranger qui n'ont pas hésité à faire ces dons, a-t-il ajouté.

M. Guessoum a fait part de l'intensification des contacts avec la communauté nationale établie dans d'autres pays pour acquérir des équipements similaires en vue d'améliorer la prise en charge des patients au niveau des établissements hospitaliers à travers le pays.

De son côté, le représentant de l'Association "Algériens solidaires", Hassan Harouni a souligné que la diaspora algérienne "fait partie intégrante des enfants de notre pays", rappelant le don constitué de 1500 respirateurs offert par cette association en mars 2020.

Le représentant de l'Association "Secours islamique de France", Khaled Bouchama a qualifié, pour sa part, cette initiative de "réussie" après celle destinée au profit du Centre pour personnes handicapée de Boumerdes en collaboration avec les Scouts musulmans algériens (SMA).

Le Président du Comité de secours de l'Association des Oulémas musulmans algériens, Amar Talbi a salué les facilitations accordées par les services des Douanes, la Société nationale de transport maritime des marchandises et le consulat d'Algérie à Marseille pour acheminer ce don à 300 hôpitaux.

Double anniversaire de la création de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures.(APS, 24/02/2021)


ALGER - La Création de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), le 24 février 1956, et la nationalisation des hydrocarbures 15 ans après, ont été des décisions historiques ayant démontré la capacité de mobilisation des travailleurs algériens et constitué une source d'inspiration pour le vaste mouvement qui allait distinguer les pays producteurs du Tiers Monde dans l’amorce de leur souveraineté sur leurs ressources naturelles, a indiqué mardi le Ministre de l'Energie et des Mines, M. Mohamed Arkab.

"L'Algérie célèbre, aujourd’hui, deux événements majeurs qui ont marqué l’histoire contemporaine de notre pays. Le premier est lié à la naissance de l’UGTA, le 24 Février 1956, ce qui a donné à la classe ouvrière un outil pour la défense des droits des travailleurs et une occasion d’adhésion à la cause de l'indépendance nationale et à la lutte engagée sous la direction du Front de Libération Nationale", a souligné, à l'APS, le ministre, installé lundi dans ses fonctions, suite au rattachement du département des Mines à celui de l’Energie, dans le cadre du dernier remaniement ministériel.

Le second évènement, poursuit M. Arkab, est "celui de la nationalisation des hydrocarbures qui a permis la récupération de nos richesses naturelles et leur utilisation pour le développement socio-économique du pays".

Pour lui, la coïncidence de dates de ces deux événements ne devait rien au hasard.

C'est délibérément que les autorités de l’époque, soutient-il, avaient choisi le 24 février pour annoncer l'acte de récupération par la nation du pouvoir de décision, entier et autonome, sur ses richesses nationales.

La nationalisation des hydrocarbures a ainsi enclenché, poursuit M. Arkab, un processus de développement économique et social d'envergure ce qui a été "une démonstration des capacités de mobilisation des travailleurs et des cadres algériens pour la prise en charge des installations pétrolières abandonnées par les compagnies étrangères".

"Si l'on devait méditer sincèrement et objectivement l'héroïsme des travailleuses et travailleurs algériens, il suffit de rappeler leur résistance et leur combat durant les années de braise et de la tragédie nationale, pour que l'Algérie demeure debout et que son économie prospère au milieu de la destruction et du terrorisme", a-t-il encore soutenu.

Au plan international, les nationalisations historiques décidées le 24 février 1971 ont eu "un retentissement extraordinaire", rappelle le ministre, en soulignant le caractère exemplaire de ces nationalisations qui "ont participé au vaste mouvement qui allait distinguer les pays producteurs du Tiers Monde dans l’amorce d’une nouvelle libération et d’une volonté partagée d’un libre exercice de leur souveraineté sur leurs ressources naturelles du sol et sous-sol".

Cependant, des défis économique et énergétique "nous interpellent aujourd'hui et nécessitent des réponses en vue de mettre notre pays sur le chemin d’une Algérie nouvelle au service des générations futures", a-t-il observé.

De plus, la situation des marchés pétroliers, lourdement impactés par la pandémie du COVID19, a "rétréci les revenus du pays de presque un tiers (1/3), mis à rude épreuve ses capacités d’action, accentué ses vulnérabilités en termes de disponibilité en devises et retardé la mise en œuvre de la politique de relance", a-t-il souligné.

Pour faire face à ces défis, le programme élaboré par le secteur de l’Energie et des Mines, qui s’inscrit pleinement dans celui du Président de la République, ambitionne, affirme M. Arkab, d’accélérer le développement socio-économique en mobilisant toutes les ressources, pour l'émergence de nouveaux secteurs d'activité, notamment à travers les petites et moyennes entreprises et les start-up.

"Le secteur de l’Energie et des Mines continuera à jouer un rôle pivot dans la stratégie de relance et bénéficiera d’une attention particulière afin de consolider et relancer ses capacités pour promouvoir la production de l’énergie dont a besoin notre pays avec un recours de plus en plus important aux énergies nouvelles et renouvelables, afin de préserver les ressources épuisables", a-t-il dit.

Dans ce contexte, le parachèvement du cadre légal de l’investissement, aussi bien dans le secteur des hydrocarbures que dans le secteur des énergies renouvelables, devra être, poursuit le ministre, "une priorité" afin d’assurer la visibilité requise pour encourager les investissements nécessaires et garantir la sécurité énergétique du pays à long et très long terme.

L’Energie devra être ainsi un "facteur catalyseur pour la relance de la dynamique économique, au niveau local et national, en priorisant le raccordement à l’énergie pour les zones d’ombre, les exploitations agricoles, les PME / PMI, et les zones d’activité, créatrices d’emplois et de richesses", promet le premier responsable de secteur.

Les hydrocarbures en Algérie par les chiffres

L'Algérie, qui célèbre aujourd’hui le 50ème anniversaire de la nationalisation de ses hydrocarbures, est classée 16ème producteur de pétrole, 10ème producteur de gaz naturel et 7ème exportateur de GN dans le monde.

Voici les chiffres clés des Hydrocarbures en Algérie:

- Le volume des réserves prouvées en hydrocarbures, tout produit confondu (Pétrole, Gaz, Condensat et GPL), est estimé à plus de 4300 Millions de Tonne Equivalent Pétrole (MTEP) (soit plus de 12 milliards de barils) dont 55% en Gaz naturel.

- En 2020:

- La production primaire d'hydrocarbures a été de 176 Mtep. La production commerciale d’hydrocarbures primaires a été de 142 millions Tep. La production des produits raffinés a été de 28 millions de tonnes et celle des complexes GNL de 24 millions m3 GNL.

- Le volume global des exportations d'hydrocarbures a été de 82,2 millions en tonnes équivalent pétrole (TEP) dont 937.000 barils/jour de pétrole et 40 milliards m3 de gaz.

- Les recettes globales des exportations d'hydrocarbures ont atteint 20,2 milliards dollars dont 13,2 milliards USD d'exportations pétrolières et 7 milliard USD d'exportations gazières. Ces recettes représentent 98% des recettes des exportations du pays.

- La fiscalité pétrolière a atteint 1.853 mds de DA - Vue la chute des prix du pétrole, la fiscalité pétrolière représente actuellement un peu plus du tiers des recettes budgétaires, contre plus de 50% durant les années précédentes.

- La consommation nationale d’énergie (Gaz et Produits pétroliers) a été de 59 millions de TEP

- La consommation nationale de gaz naturel a été de 44 milliards de m3

- L'Algérie possède 177 gisements d'hydrocarbures en exploitation et 77 gisements en phase de développement.

Les plus importants gisements sont :

- Le Champ de Hassi Messaoud: découvert en 1956

- Le Champ de Hassi R’mel: découvert en 1956 et mis en production en 1961

- Le Champ d’Edjeleh: découvert en 1956, puis mis en exploitation quelques années plus tard

- Le Gisement de Krechba (In Salah): découvert en 1957

- Rhourde Nouss: (premier forage réalisé en 1961)

- Le Champ de Haoud Berkaoui: découvert en 1965

- Le Champ d’Ourhoud: foré en juillet 1994

- Le Champ de Hassi Berkine Sud: découvert en janvier 1995, mis en exploitation en 1998.

- En 2020, les investissements dans les hydrocarbures ont atteint 7,3 milliards USD.

- L'Algérie possède 6 raffineries de pétrole et de condensat. 29,1 millions de tonnes ont été traitées en 2020 (+7,4%).

22 Février, Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie : Renforcer la démocratie et les libertés.(APS, 23/02/2021)


Les Algériens ont célébré ce lundi le deuxième anniversaire du mouvement populaire Hirak. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs wilayas du pays pour célébrer le 22 février.

Dans la capitale, à la place symbole du Hirak "la grande poste", où les manifestants ont scandé des slogans contenant les principales revendications du Hirak, à savoir "une Algérie meilleure et démocratique".

La manifestation s’est déroulée dans une ambiance sans incident, les forces de sécurité se sont déployées pour garantir le bon déroulement des manifestations dans des conditions normales.

À l’ouest du pays, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblé dans la place Larbi Ben mhidi au centre-ville d’Oran habituel itinéraire du Hirak. Plusieurs pancartes et slogans ont été brandis lors de la manifestation qui s’est dirigée vers le lycée Lotfi.

Dans la wilaya de Bouira, plusieurs citoyens ont manifesté au centre-ville. La marche a démarré à partir du square de l’ancienne ville jusqu’à la nouvelle ville. Les marcheurs ont exprimé quelques revendications dans une marche qui s’est déroulée pacifiquement sans aucun incident.

A Sétif, en présence de très nombreux étudiants et représentants du Mouvement associatif et société civile de différentes régions de cette wilaya, une grande manifestation s’est organisée pour célébrer le deuxième anniversaire du Hirak. Une foule nombreuse des jeunes et moins jeunes de différents organismes qui se sont donné rendez-vous dans la commune Ain Abbessa, en présence du wali Kamel Abla en compagnie des autorités civiles et militaires pour célébré les acquis du Hirak.

L’ambiance de fraternité a régné Abbessa pour célébré l’évènement ancré d’espoir et les valeurs du Premier Novembre, et la journée nationale de la cohésion et la fraternité entre le peuple et son armée pour la démocratie.

Les manifestants ont exprimé leurs soutiens et leurs attachements à "son armée" en scandant les slogans "djeich chaab khawa khawa" (l'armée et le peuple sont frères") et "silmiya, silmiya" (pacifique, pacifique), entendus sur tout le territoire national veillant jalousement à préserver sa stabilité et l’unité du pays.

Le mouvement populaire algérien pacifique désigné communément par le « Hirak » reste inédit dans l’histoire moderne de l’humanité parce qu’aucun peuple n’a traversé autant de semaines, sans qu’aucune goutte de sang ne soit versée ou sans sombrer dans la violence.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a décrété le 22 février de chaque année "Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie".

Remaniement ministériel: Réduction du nombre de Départements ministériels, de nouvelles compétences impliquées.(APS, 22/02/2021)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a décidé, en vertu du Décret présidentiel signé dimanche, de réduire le nombre de Départements ministériels en "focalisant sur l'efficacité sur le terrain par l'implication de nouvelles compétences", selon le communiqué de la Présidence de la République.

En vertu de ce remaniement ayant touché principalement les secteurs économiques, le nombre de Départements ministériels a été réduit de 39 Ministres lors du premier Gouvernement nommé par le Président de la République le 02 janvier 2020 à 34 Ministres, des Départements ministériels ayant été fusionnés et d'autres supprimés.

Dans ce cadre, les Ministères de l'Energie et des Mines ont été fusionnés et confiés à Mohamed Arkab qui remplacera Abdelmadjid Attar, à la tête du Ministère de l'Energie depuis juin 2020.

Le Président Tebboune a nommé également Mohamed Bacha, Ministre de l'Industrie en remplacement de Ferhat Ait Ali Braham, et confié le secteur de la Numérisation et des Statistiques à Hocine Cherhabil à la place de Mounir Khaled Berrah.

Par ailleurs, l'ancien Directeur Général de l'Agence Nationale de l'Amélioration et du Développement du Logement (AADL), M. Tarek Belaribi s'est vu confié le Ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville en remplacement de Kamel Nasri nommé en juin 2020.

M. Nasri est appelé à occuper le poste de Ministre des Travaux publics et des Transports à la place de Farouk Chiali.

Le Président de la République a confié le secteur des Ressources en eau à Mustapha Kamel Mihoubi en remplacement de Arezki Berraki.

M. Mohamed Ali Boughazi a été nommé Ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du Travail familial en remplacement Mohamed Hamidou et Dalila Boudjemaa Ministre de l'Environnement à la place de Nassira Ben Harrats.

Sept (07) Ministres, deux (02) Ministres délégués et un Secrétaire d'Etat ont quitté ainsi le Gouvernement à savoir, Abdelmadjid Attar, Ferhat Ait Ali Braham, Mounir Khaled Berrah, Farouk Chiali, Arezki Berraki, Mohamed Hamidou, Nassira Ben Harrats, Hamza Al Sidi Cheikh, outre Aissa Bekkai et Bachir Youcef Sehairi.

50 ans après son "indépendance énergétique", L'Algérie doit réussir sa "révolution verte".(APS, 23/02/2021)


ALGER)- Cinquante ans après son indépendance énergétique, en 1971, l’Algérie doit réussir sa "révolution verte" en misant sur les Energies renouvelables, a indiqué le Ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables Chems Eddine Chitour.

"Cinquante ans après l’indépendance pétrolière, (nationalisation des hydrocarbures) nous devons réussir la révolution verte en misant sur les Energies renouvelables. C’est un nouveau départ qui sera l’actif du gouvernement actuel dans l’histoire de l’énergie du pays", a souligné M. Chitour dans une contribution à l’occasion du 50e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, publiée lundi au quotidien national le Soir d’Algérie.

Dans cette contribution, intitulée "24 février 1971 : l’indépendance pétrolière. 2021: révolution verte en misant sur les Energies renouvelables", le ministre a mis l'accent sur la nécessité de mettre en place un plan Marshall avec comme ambition "un deuxièmes 24 février pour une nouvelle indépendance" . Ce challenge consiste à réussir à disposer de 50% d’énergie renouvelable et d’économie d’énergie en 2030, a-t-il soutenu.

Selon lui, la transition énergétique permettra avant tout une indépendance dans le comportement "en sortant de notre comportement de rentier qui se tient le ventre en suivant les convulsions erratiques d’un baril de pétrole dont on ne maîtrise ni les tenants ni les aboutissants".

Ce changement passera, dit-il, par la mise en place, parallèlement, d'un modèle énergétique robuste et flexible, qui, sans tarder, commande de freiner par tous les moyens la consommation supplémentaire de gaz naturel.

Il s’agit aussi, poursuit-il, d’aller vers la création de richesses hors de la rente avec l’intelligence des dizaine de milliers de diplômés à qui il faut donner le gout de l’invention en les encourageant à la réussite de la transition énergétique.

Pour M. Chitour, "l’Algérie nouvelle décide de se battre scientifiquement pour un nouveau 24 février qui sera, cette fois-ci, celui du développement durable", à commencer par une rupture avec le gaspillage tous azimuts des denrées alimentaires, notamment le pain, l’énergie et l’eau.

Le Ministre est, dans ce cadre, revenu sur la feuille de route de son département ministériel, reposant sur trois axes, à savoir la rationalisation de la consommation d’énergie, la construction des centrales renouvelables et la mise en place d’un nouveau modèle énergétique en 2030-2035.

S’agissant des centrales solaires et éoliennes, le Ministre s'est engagé à mettre en place 1000 mW durant l'anné en coure, précisant qu’un appel d’offres sera lance d’ici fin juin.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune préside une réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité.(APS, 21/02/2021)


ALGER - Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, dimanche, une réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité consacrée à l'évaluation de la situation générale du pays, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, dimanche 21 février 2021, une réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité consacrée à l'évaluation de la situation générale du pays sur les plans sécuritaire, politique et économique", lit-on dans le communiqué.

"Après avoir écouté les interventions des membres du Haut Conseil de Sécurité sur les questions inscrites à l'ordre du jour, le Président de la République a donné ses instructions aux responsables, chacun dans son domaine de compétence", ajoute la même source.

"Aussi, le Président Tebboune a salué les efforts consentis pour la préservation de la stabilité générale du pays, notamment ce qui a trait à la lutte contre le nouveau coronavirus (COVID-19) et le lancement réussi de l'opération de vaccination anti-covid", conclut le communiqué.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune procède à un remaniement ministériel.(APS, 21/02/2021)


ALGER -Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des forces armées, Ministre de la Défense nationale, a signé dimanche le Décret présidentiel n 78 portant remaniement ministériel, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

En vertu de ce Décret, sont nommés Mesdames et Messieurs:

-Abdelaziz Djerad : Premier Ministre.

-Sabri Boukadoum: Ministre des Affaires Etrangères.

-Kamel Beldjoud: Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire.

-Belkacem Zeghmati: Ministre de la Justice, garde des Sceaux.

-Aïmene Benabderrahmane : Ministre des Finances.

-Mohamed Arkab: ministre de l'Energie et des Mines.

-Chems Eddine Chitour : Ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables.

-Tayeb Zitouni : ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit.

-Youcef Belmehdi: Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs.

-Mohamed Ouadjaout : Ministre de l'Education nationale.

-Abdelbaki Benziane: Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

-Hoyam Benfriha: Ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels.

-Malika Bendouda: Ministre de la Culture et des Arts.

-Sid Ali Khaldi: Ministre de la Jeunesse et des Sports.

-Hocine Cherhabil: Ministre de la Numérisation et des Statistiques.

-Brahim Boumzar: ministre de la Poste et des Télécommunications.

-Kaoutar Krikou: Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.

-Mohamed Bacha: Ministre de l'Industrie.

-Abdelhamid Hemdani : Ministre de l'Agriculture et du Développement rural.

-Tarek Belaribi: Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.

-Kamel Rezig: Ministre du Commerce.

-Ammar Belhimer: Ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement.

-Kamel Nasri: Ministre des Travaux publics et des Transports.

-Mustapha Kamel Mihoubi: Ministre des Ressources en eau.

-Mohamed Ali Boughazi: Ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du Travail familial.

-Abderrahmane Benbouzid: Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

-El-Hachemi Djaâboub: Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.

-Bessma Azouar: Ministre des Relations avec le Parlement.

-Dalila Boudjemaa: Ministre de l'Environnement.

-Sid Ahmed Ferroukhi: Ministre de la Pêche et des Productions halieutiques.

-Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad: Ministre de l'industrie pharmaceutique.

-Nassim Diafat: Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé des micro-entreprises.

-Yacine El-Mahdi Oualid : Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l'économie de la connaissance et des starts-up.

-Ismail Mesbah: Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière chargé de la Réforme hospitalière.

-Salima Souakri : Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d'élite.

-Yahia Boukhari: Secrétaire Général du Gouvernement.

En vertu de ce remaniement ministériel, le Président de la République a décidé de réduire le nombre des départements ministériels et de se focaliser sur l'efficacité sur le terrain par l'implication de nouvelles compétences.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune signe le Décret portant dissolution de l'Assemblée Populaire Nationale (APN) .(APS, 21/02/2021)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des forces armées, Ministre de la Défense nationale, a signé le Décret présidentiel portant dissolution de l'Assemblée Populaire Nationale (APN).

Dans un discours à la Nation, jeudi dernier, le Président Tebboune avait annoncé la dissolution de la Chambre basse du Parlement et l'organisation d'élections législatives anticipées.

Dix (10) Circonscriptions administratives du Sud promues en Wilayas à part entière.(APS, 21/02/2021)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a décidé de promouvoir dix (10) Circonscriptions administratives du Sud en Wilayas à part entière, et nommé des Walis et des Secrétaires Généraux à la tête de ces Wilayas, a indiqué dimanche un communiqué de la Présidence de la République.

"Conformément à la Loi relative à l'organisation territoriale du pays, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a décidé de promouvoir dix (10) Circonscriptions administratives du Sud en Wlayas à part entière.

Il s'agit des Wilayas de:

Timimoune, Bordj Badji Mokhtar, Béni Abbès, Ouled Djellal, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El M'Ghair, El Menia. Dans ce cadre, le Président de la République a nommé au poste de Wali, Messieurs :

- Youcef Bechlaoui, Wali de Timimoun,

- Othmane Abdelaziz, Wali de Bordj Badji Mokhtar,

- Aissa Aziz Bouras, Wali d'Ouled Djellal,

- Saad Chenouf, Wali de Béni Abbès,

- Ibrahim Ghemired, Wali d'In Salah,

- Mehdi Bouchareb, wali d'In Guezzam,

- Nacer Sebaa, Wali de Touggourt,

- Benabdallah Chaib Eddour, wali de Djanet,

- Aissa Aissat, Wali d'El M'ghair,

- Boubekeur Lansari, Wali d'El Menia.

Sont nommés Secrétaires Généraux des Wilayas susmentionnées, Messieurs:

-Abdelkrim Lamouri, Secrétaire Général de la Wilaya de Timimoune,

-Mohamed Lansari, Secrétaire Général de la Wilaya de Bordj Badji Mokhtar,

-Abdelfettah Benkarkoura, Secrétaire Général de la Wilaya de Ouled Djellal,

- Mohamed Chlef, Secrétaire Général de la Wilaya de Béni Abbès,

-Djilali Yahmi, Secrétaire Général de la Wilaya de In Salah,

-Rabie Nakib, Secrétaire Général de la Wilaya de Ain-Guezzam ,

-Kaci Amrane, Secrétaire Général de la Wilaya de Touggourt,

-Abdelaziz Djaouadi, Secrétaire Général de la Wilaya de Djanet,

-Kamel Hadji, Secrétaire Général de la Wilaya de El M'Ghair,

-Noureddine Refsa, Secrétaire Général de la Wilaya d' El Menia.

E-commerce: L'Algérie progresse de 29 places au niveau mondial.(APS, 21/02/2021)


ALGER- L'Algérie a progressé de 29 places au niveau mondial dans le domaine du E-commerce, selon le rapport annuel de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), cité dimanche par le Ministère de la Poste et des télécommunications.

"Selon le dernier rapport annuel de la CNUCED sur le E-commerce, l'Algérie a enregistré une avancée notable, en passant de la 109e place à la 80e place au niveau mondial, occupant ainsi la 4e place en Afrique", précise le ministère dans un communiqué.

Selon le rapport onusien, "l'Algérie figure parmi les 4 pays ayant réalisé la plus grande progression au niveau mondiale, aux côtés du Brésil (10 places), du Ghana (20 places) et de la République du Laos (11 places)", ajoute le communiqué.

Ce rapport "s'appuie dans sa classification à une série d'indicateurs, notamment la généralisation de l'accès à Internet, la sécurité du réseau, l'intégration financière et la fiabilité des services postaux, conformément au classement de l'Union postale universelle".

Créé en 1964, le CNUCED est une organisation relevant de l'ONU chargée de l'instauration d'un climat propice pour l'intégration des pays en développement à l'économie mondiale.

L'objectif de ce rapport est de à mesurer l'état de préparation des économies des différents pays pour la revitalisation du E-commerce, notamment à la lumière de la pandémie du covid-19", conclut le communiqué.

Commerce: Une quinzaine de produits exportables recensés.(APS, 21/02/2021)


ALGER - Le Ministre Délégué chargé du Commerce extérieur, M. Aissa Bekkai, a fait état, samedi à Alger, du recensement de plus de 15 produits exportables, mettant en avant une série de mesures pour accompagner les opérateurs économiques et accroitre le volume des exportations.

Intervenant lors de l'inauguration du siège de la Chambre Algérienne du commerce et d'industrie (CACI) à Alger après des travaux de restauration, M. Bekkai a précisé que le ministère a cité parmi la quinzaine de produits exportables l'huile d'olive et le ciment, ajoutant que les services de la tutelle avaient été à l'écoute des préoccupations des producteurs et des représentants de plusieurs filières.

A ce propos, le Ministre délégué a évoqué des problèmes liés à l'information économique, au système de qualité, à l'emballage et au transport.

M. Bekkai a indiqué que plusieurs mesures ont été prises pour soutenir l'exportation en parallèle avec d'autres secteurs concernés par l'opération d'exportation, à l'instar des services diplomatiques et des conseils d'affaires communs.

L'inauguration du siège de la CACI s'est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère, du wali d'Alger, des responsables de la Chambre et de plusieurs ambassadeurs d'Etats arabe et africain.

A cette occasion, la CACI a organisé en collaboration avec le Conseil national interprofessionnel de la filière oléicole, des portes ouvertes sur cette filière avec au programme plusieurs Conférences et une Exposition.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune s'adresse à la Nation.(APS, 18/02/2021)


Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune s’est adressé ce jeudi 18 février 2021 aux Algériens dans un discours à la Nation dans lequel il a abordé divers points qui marquent l’actualité en Algérie, notamment les questions nationales.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a annoncé la dissolution de l'Assemblée Populaire Nationale et un remaniement ministériel qui touchera dans les prochaines 48 heures certains secteurs ayant enregistré "des lacunes".

Dans son discours adressé à la Nation, le Président Tebboune a affirmé avoir "pris connaissance des critiques dûment faites par les citoyens", concernant les performances de "certains secteurs ministériels", affirmant qu'"un remaniement ministériel sera opéré et annoncé dans les prochaines 48 heures", lequel touchera "les secteurs ayant enregistré, à notre sens et du point de vue des citoyens, des lacunes en termes de règlement des problèmes".

Par ailleurs, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a annoncé la dissolution de l'Assemblée Populaire Nationale (APN) et l'organisation d'élections législatives anticipées.

"J'ai décidé de dissoudre l'APN dans sa composante actuelle. Nous allons passer, de suite, à des élections où l'argent, sale ou pas, n'aura point de place, des élections qui ouvriront leurs portes aux jeunes", pour que cette catégorie "ait son poids politique" à même de lui permettre d'accéder aux institutions élues, a déclaré le Président Tebboune.

"L'Etat œuvrera à aider ces jeunes, notamment pour mener leurs campagnes électorales dont nous prendrons en charge une grande partie", a-t-il ajouté. De cette manière, poursuit le Président Tebboune, "nous aurons opéré un changement en injectant du sang neuf dans les organes de l'Etat et le parlement qui sera le porte-voix du peuple".

Le Président Tebboune a tenu à réaffirmer que "le Parlement sera élu et le contrôle sera assuré par l'Instance indépendante dans les prérogatives de laquelle ne s'immisceront ni les présidents des APC ni les Walis (...), ni même le Président de la République et nous ferons en sorte que nos institutions ne suscitent aucune suspicion"

Grâce présidentielle en faveur de détenus du Hirak

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a prononcé jeudi soir une grâce présidentielle en faveur d'une trentaine de détenus dont le jugement a été déjà rendu par la justice, en sus d'une soixantaine autres dont le jugement n'a pas été encore prononcé.

Ces personnes ont été interpellées lors des manifestations du Hirak, a précisé le Président Tebboune en signalant que cette grâce intervient à la veille du 2eme anniversaire du Hirak populaire, déclenché le 22 février 2019.

Les concernés par cette grâce présidentielle rejoindront leurs domiciles respectifs "dès cette nuit ou demain, vendredi", a affirmé le Président Tebboune.

Le changement radical passe par un changement des Institutions

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que le changement radical passait par un changement débouchant sur des institutions, "indiscutablement reconnues et admises", comme revendiqué par le Hirak béni.

"Nous avons mené la bataille du changement des textes et des institutions, comme la revendiqué le Hirak béni et authentique du 22 février 2019", a indiqué le Président Tebboune en ajoutant que le changement radical "ne peut être concrétisé qu'à travers des nouvelles lois et institutions".

"Lorsque les comportements et les mentalités changent, nous parviendrons à des institutions, indiscutablement reconnues et admises, et c'est là l'un des objectifs du Hirak beni", a-t-il souligné.

Rappelant le dernier amendement constitutionnel, le Président de la République a déclaré "nous avons commencé par l'amendement de la Constitution dans laquelle nous avons inclus toutes les revendications du Hirak", ajoutant que la nouvelle Constitution "consacre la liberté absolue, tant individuellement que collectivement".

Le vaccin anti-covid "Sputnik V" fabriqué localement dans 6 à 7 mois

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé que le vaccin russe anti-covid "Sputnik V" sera fabriqué en Algérie dans 6 à 7 mois.

Le Président a évoqué la situation sanitaire du pays, à la lumière de la propagation de la pandémie de Covid-19, soulignant que "le vaccin russe anti-covid « Sputnik V » sera fabriqué en Algérie dans 6 à 7 mois".

"Ils existent bien évidemment des sceptiques, mais nous avons convenu avec nos amis russes de fabriquer ce vaccin", a soutenu le Président de la République, rappelant que la fabrication de vaccins en Algérie "n'est pas chose nouvelle".

"C'est vrai qu'il s'agit d'un vaccin spécial, mais il existe différentes méthodes pour sa fabrication, soit par la matière brute ou autres", a ajouté le Président Tebboune.

L'occasion était pour le Président de la République de saluer la conduite des citoyens face à cette pandémie, ajoutant que "grâce à la patience et aux sacrifices de tous les Algériens, notamment les jeunes, et à leurs discipline, nous sommes parvenus à asseoir une harmonie dans notre lutte contre le virus".

Le Président Tebboune a relevé également les efforts consentis face à cette crise sanitaire, rappelant le premier foyer de contamination de ce virus dans la wilaya de Blida.

"Il me plait de me rappeler avec fierté la solidarité des Algériens dans les quatre coins du pays, une solidarité qui reflète la véritable image de l'Algérie et la générosité des Algériens", a soutenu le Président Tebboune.

Mettant l'accent sur la pertinence des mesures décidées jusqu'à présent dans ce cadre, le Président Tebboune a déclaré qu'"il y avait des critiques à l'étranger sur la fermeture par l'Algérie de son espace aérien, mais nous constatons aujourd'hui que d'autres pays nous ont emboité le pas".

Le Président Tebboune a tenu à remercier les Algériens pour leur patience vis-à-vis des mesures strictes prises face à la propagation du coronavirus.

"Je vous remercie de votre patience qui a porté ses fruits", a ajouté le Président Tebboune".

IRG: L'exonération des salaires inférieurs à 30.000 DA a bénéficié à 6,5 millions de citoyens

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a fait savoir que l'exonération des salaires inférieurs à 30.000 de DA de l'Impôt sur le revenu global (IRG) a bénéficié à quelque 6,5 millions de citoyens.

"L'engagement que j'avais pris lors de ma campagne électorale d'exonérer les salaires inférieurs à 30.000 DA a été concrétisé au profit de quelque 6,5 millions de citoyens", a déclaré M. Tebboune.

Il a ajouté que cette mesure, prise dans le cadre des nombreux chantiers ouverts depuis le début de son mandat "en faveur des faibles classes sociales, a été appliquée malgré les difficultés financières, suite à la baisse des cours du pétrole et de la crise sanitaire mondiale".

Evoquant le relèvement du Salaire national minimum garanti (SNMG) de 18 000 à 20 000, le Président Tebboune a expliqué que cette décision traduisait sa pleine conscience de "la souffrance" des faibles revenus et de la nécessité d'une meilleure prise en charge sociale d'Algériens "en difficulté depuis de nombreuses années".

Il a assuré, dans ce contexte, que "l'Etat continuera à prendre en charge les enfants de l'Algérie et à lutter contre l'argent sale découlant de la surfacturation pour l'investissement à l'étranger.

Le Président Tebboune réitère son engagement à accorder un rôle "actif" à la société civile

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a réitéré son engagement à accorder un rôle "actif" à la société civile.

"Nous avons introduit dans la nouvelle Constitution toutes les revendications du Hirak populaire béni en matière de libertés individuelles et collectives, et donné la parole à la société civile pour qu’elle soit efficace", a déclaré le Président Tebboune dans un discours adressé à la Nation.

"Nous continuerons dans ce sens pour faire entendre la voix de la société civile de manière à ce qu’elle devienne une partie de l’Etat", a-t-il affirmé.

Le Président Tebboune a rappelé, dans ce contexte, que la société civile était "marginalisée lors des années précédentes et était appelée à faire preuve d’allégeance uniquement".

La politique extérieure demeure "constante" concernant le règlement pacifique des conflits

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé jeudi que la politique extérieure de Algérie demeurait "constante" concernant le règlement des conflits par des voies pacifiques et le dialogue, notamment ceux prévalant en Afrique, soulignant que le conflit au Sahara occidental était une question de décolonisation qui doit être réglée à travers l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Dans un discours adressé à la Nation, le Président Tebboune a indiqué que l'Algérie se "réjouit" de l'accord auquel sont parvenus les belligérants libyens en Suisse, ce qui honore et rassure l'Algérie qui a consenti des efforts diplomatiques pour parvenir à un règlement pacifique de la crise dans ce pays.

Dans ce cadre, le Président de la République a souligné que la diplomatie algérienne a fait entendre de nouveau la voix de l'Algérie dans les fora internationaux concernant la crise libyenne en affirmant constamment que la solution doit être libo-libyenne, ainsi que son équidistance avec toutes les parties et les groupes sans partialité en faveur d'une partie ou d'une autre, et ce sous l'égide de l'ONU.

Le Président Tebboune a rappelé que les réunions de Genève avaient abouti au choix de nouveaux dirigeants libyens chargés de l'organisation d'élections générales en Libye le 24 décembre prochain.

Pour rappel, les belligérants libyens avaient réussi, début février courant dans le cadre du Forum de dialogue politique tenu à Genève sous les auspices des Nations unies, à choisir un nouveau pouvoir exécutif (Gouvernement).

Evoquant la situation au Sahel, le Président Tebboune a relevé la participation de l'Algérie à la relance de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, notant qu'après des années de la signature de ce document par les parties maliennes, le Comité de suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali (CSA) avait organisé récemment une réunion à Kidal (nord du Mali), sous les auspices des autorités maliennes afin d'appliquer les clauses de cet accord et rétablir la paix au nord du Mali.

Se félicitant de cette démarche, le Président Tebboune a formé le vœu de voir "une conjugaison des efforts des pays qui œuvrent à concrétiser la stabilité au Mali et à rétablir la quiétude et le calme pour nos frères dans ce pays".

Concernant le conflit au Sahara occidental, le président de la République a affirmé que "la position de l'Algérie est claire à ce sujet".

C'est une question de décolonisation, le Sahara occidental étant "la dernière colonie en Afrique, dont le règlement nécessite de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination".

Pour ce qui est de la Palestine, le Président Tebboune a réitéré la position indéfectible et inconditionnelle de l'Algérie en faveur du droit du peuple palestinien à recouvrer l'ensemble de ses droits usurpés et à établir un Etat indépendant dans les frontières de 1967, en toute souveraineté, avec El Qods pour capitale, sur la base de l'initiative arabe pour la paix.

Commémoration de la Journée du Chahid : Sous le signe de la question mémorielle.(EL MOUDJAHID, 18/02/2021)


La commémoration de la Journée nationale du chahid intervient, cette année, dans une conjoncture particulière marquée par le débat sur la question de la Mémoire. La question mémorielle est placée au centre des préoccupations du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, depuis son investiture à la tête de la magistrature suprême du pays. Ce dernier avait souligné, quelques mois après son investiture, que «l’intérêt accordé à la mémoire nationale» est un «devoir national sacré ne tolérant aucun marchandage et qui restera en tête des préoccupations de l’État afin d’immuniser la personnalité nationale, par fidélité aux martyrs de la glorieuse Révolution de Novembre et aux moudjahidine».

Les engagements du Président Tebboune en matière mémorielle se sont traduits par le lancement, au cours d’une cérémonie officielle organisée à la veille du 66e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954, de la chaîne de la Mémoire, spécialisée dans l’histoire de l’Algérie, et par le fait d’avoir décrété le 8 mai de chaque année «journée nationale de la Mémoire». La question mémorielle a été relancée suite à la publication du rapport de l’historien français Benjamin Stora. Demandé par le président français dans le cadre d’un travail sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, le rapport Stora a essuyé de vives critiques de la part tant d’universitaires et d’historiens des deux rives, que de représentants de la société civile. Le Pr Hassan Remaoun estime que ce rapport n’est en aucun cas «l’élaboration d’une nouvelle version de l’histoire coloniale française en Algérie et de la guerre d’Algérie». Les «excuses ou une repentance» de la France «ne rendraient pas justice à tout ce que notre peuple a subi», avait-il souligné, soutenant qu’une «reconnaissance des crimes commis pourrait contribuer à l’apaisement des relations entre les deux peuples». L’historien Mohammed Ould Si Kaddour El-Korso a, de son côté, opiné que le rapport de l’historien français devrait d’abord interpeller la classe politique française pour qu’elle se «réconcilie avec sa propre histoire», considérant que la «guerre des mémoires» est, avant tout, une guerre entre «mémoires françaises». Le rapport de Stora a été aussi battu en brèche par des historiens et universitaires français dont le politologue et universitaire Olivier Le Cour Grandmaison, qui a souligné que si la France et le président Macron «excluent toute reconnaissance des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis au cours des 130 ans de colonisation de l’Algérie, c’est aussi parce que le rapport rendu par le conseiller-historien Benjamin Stora, tranche en ce sens». Le chercheur en Histoire, Gilles Manceron, a, lui, qualifié la réaction de la France officielle qui refuse repentance et excuses envers l’Algérie, «d’inquiétante», faisant référence au tweet de la présidence de la République française, qu’il avait fait juste après la remise du rapport de Stora, dans lequel il est mentionné que «des actes symboliques sont prévus, mais ni repentance, ni excuses». L’ancien combattant et militant anticolonialiste, Henri Pouillot, a relevé, dans une contribution parue dans le journal français en ligne Médiapart, que le rapport de Benjamin Stora «semble beaucoup minimiser les enfumades, les répressions sommaires qui se sont poursuivies, féroces, à chaque contestations des effets de la barbarie du colonialisme».

Réunion du Gouvernement : Examen de projets de Décrets exécutifs relatifs à l'Energie et aux Transports.(APS, 18/02/2021)


Trois (3) projets de Décrets exécutifs relatifs aux secteurs de l'Energie et des Transports ont été examinés mercredi par les membres du Gouvernement lors d'une réunion présidée par visioconférence par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, indique un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"Le Premier Ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a présidé, ce mercredi 17 février 2021, une réunion du gouvernement qui s'est déroulée par visioconférence.

Conformément à l'ordre du jour, les membres du Gouvernement ont examiné trois (03) projets de Décrets exécutifs présentés par les ministres en charge de l'Energie ainsi que des Transports.

En outre, une (01) communication a été présentée par le Ministre de la Pêche et des Produits Halieutiques en sa qualité de coordonnateur du groupe de travail interministériel relatif aux facilitations administratives pour la relance économique.

1- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l'Energie relatif à deux (02) projets de décrets exécutifs fixant : (i) - les modalités de calcul des montants des règlements provisoires mensuels valant acomptes sur l'impôt sur le revenu des hydrocarbures (IRH) (ii) - les modalités de calcul des acomptes provisoires de l'impôt sur la rémunération du co-contractant étranger.

Le premier projet de texte offre une vue d'ensemble sur le calcul de l'impôt sur le revenu des hydrocarbures, en mettant l'accent sur les acomptes et en abordant, à titre de prolongement, la liquidation dudit impôt.

Dans ce cadre, les paramètres de calcul sont traités pour apporter toutes les clarifications permettant une application conforme des dispositions de la loi n 19-13 régissant les activités d'hydrocarbures.

Quant au deuxième projet de Décret exécutif, il vise à déterminer les modalités de calcul des acomptes provisoires de l'impôt sur la rémunération du cocontractant étranger.

En effet, le cocontractant étranger est redevable de l'impôt sur la rémunération lorsqu'il est partie dans un contrat de partage de production ou d'un contrat de service à risque.

A ce titre, ce projet de Décret exécutif vise à clarifier les modalités de calcul des acomptes et les obligations qui s'y rattachent en matière de déclaration et de paiement.

2- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre des Travaux Publics, ministre des Transports par intérim relatif au projet de décret exécutif portant mise en place d'une plateforme communautaire portuaire d'échanges de données numériques.

Le présent projet de Décret exécutif a pour objet l'institution d'une plateforme communautaire portuaire d'échanges de données numériques "APCS", qui permet à notre pays de se conformer aux différents engagements dans le cadre de la facilitation du commerce international.

Cette plateforme communautaire dénommée "Algerian Port Community System", constitue également un portail électronique rentrant dans le cadre du programme du gouvernement visant à simplifier, faciliter et numériser les démarches au profit des opérateurs économiques.

3- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de la Pêche et des Produits Halieutiques, en sa qualité de coordonnateur du groupe de travail interministériel relatif aux facilitations administratives pour la relance économique.

Dans l'objectif d'assurer la transformation et le développement de l'économie nationale en agissant notamment sur le volet de la modernisation et de la débureaucratisation de son environnement administratif, l'ensemble des activités économiques et commerciales soumises à des autorisations préalables ont été recensées sur la base de quatre (04) critères, à savoir :

1. Le mode de dépôt et de délivrance des actes (guichet ou plateforme numérique),

2. Le nombre de pièces constitutives du dossier,

3. Le délai de traitement et de délivrance des actes,

4. La gestion centralisée ou déconcentrée des demandes.

Cette évaluation a été élargie également aux autres institutions disposant de prérogatives de puissance publique.

A l'issue de cette présentation, le Premier Ministre a instruit les Ministres concernés à l'effet d'accélérer le processus de simplification engagé et de mettre en place un point focal au niveau de chaque département ministériel pour contrôler la mise en œuvre des mesures prises dans ce cadre et pour veiller à ce que les nouveaux textes proposés prennent en charge le souci d'allégement et de facilitation en tant qu'axe prioritaire de l'action du Gouvernement.

Enfin, un rapport circonstancié sera présenté en Conseil des Ministres en matière de mise en œuvre de la démarche de simplification et d'allégement des procédures au profit des citoyens et des entités économiques et commerciales".

Bilan du Gouvernement de l’année 2020 : Un jalon dans l’édification de la nouvelle Algérie.(APS, 18/02/2021)


Le Gouvernement a présenté mercredi sur le site internet http://www.premier-ministre.gov.dz des documents portant sur le bilan d’activité pour la mise en œuvre du programme du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au titre de l’année 2020.

Le bilan de la synthèse des résultats des actions menées par les différents Départements ministériels retrace le contexte dans lequel a été mis en œuvre le plan d’action du Gouvernement du point de vue des capacités financières d’intervention de l’État devant l’immensité des besoins qu’il faut satisfaire, que du point de vue pratique en raison de la crise sanitaire du Covid-19.

Le document rappelle qu’en février 2020, le Président de la République a instruit le Gouvernement pour prendre en charge les besoins de base des citoyens vivant «dans des conditions déplorables dans des espaces et des territoires dégradés», et que la rencontre walis-gouvernement a permis d’aborder le programme des zones d’ombre. Il est aussi noté qu’en juillet 2020 et sur instruction du Président, un atelier de concertation et d’évaluation des impacts de la Covid-19 a été organisé et que de nouvelles mesures ont été prises au profit des ménages et des entreprises.

En août, le Président, constatant la faible dynamique de l’économie et les contraintes structurelles pour un redressement rapide et l’émergence de nouveaux leviers de croissance, a chargé le gouvernement d’organiser une Conférence sur la relance économique, pour mettre en place un nouveau modèle de croissance.

Le document rappelle les actions inscrites dans le plan d’action du gouvernement, réparties sur 5 chapitres englobant les thèmes de la nouvelle République «née des aspirations populaires», les réformes financières et le renouveau économique, le développement humain et la politique sociale, le politique étrangère et la sécurité et la défense nationale.

Chaque thématique du plan d’action est présentée par les réalisations de toutes natures (législatives et réglementaires, physiques, financières, qualitatives ou descriptives…) ;

La réalisation des actions du plan de relance, celles liées à la riposte à la crise sanitaire Covid-19 et au programme des zones d’ombre, figue aussi au document. Ce dernier mentionne la révision en cours de la loi électorale visant à moraliser la vie politique, à travers la séparation de l’argent et de la politique, et à faire émerger une nouvelle génération d’élus compétents et intègres avec plus de présence des jeunes et des femmes dans les Assemblées.

L’amendement de la loi relative aux Associations qui favorise l’émergence d’une société civile libre et responsable, le renforcement de l’indépendance de la justice et la mise en œuvre d’un cadre réglementaire fixant les modalités d’exercice de l’activité d’information en ligne et la diffusion de mise au point ou rectification sur le site électronique sont signalés par le document.

Au chapitre de l’affirmation, de la promotion et de la protection des composantes de l’identité et de la mémoire nationales, figurent notamment la consolidation de l’arabité et de l’amazighité et du référent religieux national.

Pour les réalisations, au titre du programme des zones d’ombre, le gouvernement, sur la base des orientations du président la République, a procédé à l’élaboration d’un programme urgent visant à réduire les écarts et les inégalités en matière de développement entre les régions du pays, et ce en vue de désenclaver les zones éloignées, à travers la généralisation et le raccordement aux réseaux routier, du gaz, de l’électricité et de l’alimentation en eau potable (AEP), et permettre à la population de ces zones de s’inscrire dans une optique de développement.

L’orientation et l’engagement du gouvernement portent sur la réduction des disparités territoriales, en adoptant une approche globale et intégrée visant à intervenir rapidement, pertinemment et avec fluidité dans les zones les plus fragiles, et de formuler des projets intégrés à dimensions sociale, culturelle et économique, en concertation avec les premiers concernés, en l’occurrence les citoyens impactés.

Covid-19: Réception de près d'un million de doses de vaccin fin février 2021.(APS, 18/02/2021)


ALGER - Le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abderrahmane Benbouzid a indiqué que l'Algérie recevra, fin février, 200.000 doses du vaccin chinois en sus de 700.000 à 800.000 doses dans le cadre du groupe COVAX du vaccin contre la Covid-19.

"L'Algérie recevra, février en cours, 200.000 doses du vaccin chinois et outre 700.000 à 800.000 doses dans le cadre du groupe COVAX du vaccin anti Covid-19 en attendant l'arrivée, ultérieurement, d'autres quantités", a déclaré le Ministre lors d'une journée parlementaire sur "La pandémie du coronavirus en Algérie et la stratégie de vaccination", organisée mardi à Alger par la Commission de la Santé, des affaires sociales, du travail et de la solidarité nationale au Conseil de la Nation en présence du Président du conseil par intérim, Salah Goudjil.

Affirmant que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait tenu sa promesse concernant l'acquisition en janvier du vaccin au profit des citoyens, M. Benbouzid a appelé les citoyens à "se faire vacciner pour un retour à la normale".

Par ailleurs, le premier responsable du secteur a incité les médias et tous les partenaires sociaux à la "coopération avec le secteur pour la sensibilisation, à grande échelle, des citoyens à l'importance de la vaccination.

Et d'ajouter que l'Algérie recevra, fin avril, 9 millions de doses de vaccin dans le cadre de l'Institut africain pour la prévention des épidémies relevant de l'Union africaine (UA), a annoncé la directrice de pharmacie et des équipements médicaux au Ministère de la Santé, Wahiba Hadjoudj.

La responsable est revenue sur les différentes phases de négociations menées, une année durant, avec les différents laboratoires à l'intérieur et à l'extérieur du pays, couronnées par l'obtention de l'Algérie de son quota de vaccins auprès de plusieurs laboratoires, affirmant qu'"aucun pays ne serait en mesure d'obtenir son quota de vaccin auprès d'un même laboratoire, vu la forte demande mondiale sur cette substance vitale en la conjoncture actuelle".

Pour sa part, le Directeur Général de l'Institut Pasteur, Dr Fawzi Derrar a souligné que l'acquisition des vaccins avait obéit aux choix et recommandations du Conseil scientifique, assurant qu'"ils répondent aux normes et critères de sécurité sanitaire et d'efficacité en vigueur".

Le Directeur de la prévention et de la promotion de la santé au Ministère, Dr Djamel Fourar a présenté le plan stratégique mis en place par le Ministère, depuis janvier dernier, dans le cadre de la campagne de vaccination, conformément aux instructions données par le président de la République, citant la plateforme numérique de suivi du déroulement de cette campagne, à travers le territoire national avec la garantie d'une distribution équitable, en tenant compte de la densité de la population dans chaque région.

M. Fourar est revenu à cette occasion sur les scénarios envisagés par le Ministère pour favoriser l'accès des catégories ciblées au vaccin et atteindre un taux de couverture de 70% de la population sur une durée d'une année, et ce en vue de stopper la chaîne de contamination communautaire, et partant concourir à l'aboutissement de la campagne en faveur de 20 millions de citoyens.

Il a appelé, dans ce sens, l'ensemble des acteurs sur le terrain à mobiliser les citoyens et à les inciter à la vaccination pour rétablir la confiance et mettre fin aux rumeurs relayées par les sceptiques via les réseaux sociaux.

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit le Président de la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la Loi électorale.(APS, 16/02/2021)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, a reçu lundi à Alger, le Président de la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la Loi organique portant régime électoral, M. Ahmed Laraba.

Au cours de cette audience qui s'est déroulée au siège de la Présidence de la République, M. Tebboune a écouté un exposé sur la mouture relative au projet de Loi portant régime électoral, présenté par M. Laraba, qui était accompagné des membres de la Commission.

L'audience s'est déroulée en présence du Directeur de Cabinet à la Présidence de la République, M. Noureddine Baghdad Daidj et du Conseiller auprès du Président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires, M. Boualem Boualem.

Loi électorale: Les propositions des Partis politiques présentées au Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune.(APS, 16/02/2021)


ALGER - Le Président de la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la Loi organique portant régime électoral, M. Ahmed Laraba, a indiqué lundi à Alger, avoir présenté au Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, les différentes propositions émises par les Partis politiques relatives au projet de révision de la Loi électorale.

"Le Président de la République nous a accordé une audience au cours de laquelle nous lui avons présenté un exposé portant sur l'ensemble des propositions émanant des Partis politiques concernant le projet de révision de la Loi électorale", a déclaré à la presse M. Laraba, qui était accompagné des membres de la Commission qu'il préside.

Il a ajouté que l'audience a permis, également, d'échanger les points de vues sur les principaux axes" en relation avec le projet de Loi.

L'audience s'est déroulée en présence du Directeur de Cabinet à la Présidence de la République, M. Noureddine Baghdad Daidj et du Conseiller auprès du Président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires, M. Boualem Boualem.

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit les Responsables des Partis politiques.(APS, 15/02/2021)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu dimanche au siège de la Présidence de la République, les responsables de trois Partis politiques.

Il s'agit du Président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), M. Abderrazak Makri, du Président du Mouvement El Islah, M. Filali Ghouini, ainsi que d'une délégation du Front des Forces Socialistes (FFS) composée du Premier Secrétaire National, M. Youcef Aouchiche, et du membre de l'Instance présidentielle du Parti, M. Hakim Belacel.

Le Président Tebboune avait reçu samedi, successivement, le Président du Mouvement El-Bina, M. Abdelkader Bengrina, le Président du Front El Moustakbel, M. Abdelaziz Belaid et le Président de Jil Jadid, Djilali Sofiane.

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit le Président du Mouvement El Islah

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune a reçu, dimanche au siège de la Présidence de la République, le Président du Mouvement El Islah, M. Fillali Ghouini.

Dans une déclaration à la presse au terme de l'audience, M. Ghouini s'est félicité de "la forte volonté perçue chez le Président de la République de pallier les différents dysfonctionnements enregistrés à plusieurs niveaux", qualifiant de "rassurant" le "suivi" par le Président Tebboune de tous les dossiers.

Après avoir écouté la vision du Président Tebboune concernant la situation générale prévalant dans le pays, M. Ghouini a tenu à rassurer l'ensemble des Algériens: "le Président de la République est au fait de toutes les réalisations accomplies et des projets en chantier, de même que des dysfonctionnements".

"Nous avons perçu une volonté de remédier à la situation dans les plus brefs délais pour répondre aux aspirations de tous les citoyens", a-t-il ajouté.

La rencontre a également permis de débattre (du projet) de la loi portant régime électoral qui se veut la voie vers le renouvellement des Assemblées élus, notamment l'Assemblée populaire nationale (APN)".

Et d'ajouter: "nous avons fait part au Président de notre volonté et vœux de voir l'APN s'ériger en force de représentation incontestable, crédible et populaire, capable de s'acquitter pleinement de ses missions à l'avenir".

M. Ghouini a également débattu avec le Président Tebboune de "certains points relatifs au volet social, notamment ceux liés au pouvoir d'achat des citoyens".

La rencontre a été une occasion pour le Président du Mouvement El Islah de se féliciter du retour au pays du Président de la République.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune reçoit le Président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), M. Abderrezak Makri

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu dimanche au siège de la présidence de la République, le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), M. Abderrazak Makri.

"Après un échange sur la santé du Président de la République et la situation du pays, aux plans politique et économique, nous avons exprimé notre point de vue sur tout ce qui est dans l'intérêt de l'Algérie et au service de sa stabilité", a indiqué M. Makri dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience.

Le Président du MSP a souhaité que cette stabilité "soit un levier pour un avenir meilleur garantissant aux Algériens une vie décente dans le cadre de la sécurité".

L'entretien a porté également sur "les points de vue du Mouvement et les partenaires politiques avec lesquels il collabore dans le cadre du projet national inclusif", a ajouté M. Makri.

Par ailleurs, le Président du MSP a exprimé au Président de la République l'adhésion pleine et totale de sa formation politique "au front interne face à toute menace venant de l'extérieur".

Après avoir souhaité "un bon rétablissement" au Président de la République "en priant Allah de l'assister dans la réalisation des ambitions qu'il nourrit au service du pays", il a ajouté que "sa réussite relève de celle de la patrie".

L'important pour le MSP, a-t-il conclu, "est d'asseoir un climat politique et socio-économique permettant aux Algériens de vivre dans la sérénité et la sécurité", et que "la concurrence soit régulière et ouverte à tous les Algériens pour que tout un chacun œuvre au service du pays".

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit le Président de Jil Jadid

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, a reçu samedi après-midi au siège de la Présidence de la République, le Président de Jil Jadid, M. Sofiane Djilali.

Dans une déclaration au terme de cette audience, M. Sofiane Djilali a indiqué que sa rencontre avec le Président de la République "intervient dans le cadre du dialogue politique" et a permis d'évoquer "un nombre important de dossier", soulignant que le pays passait actuellement par "une importante étape".

Outre "les élections législatives, les préparatifs y afférent et le code électoral", cette audience a été l'occasion, selon M. Sofiane, d'aborder "nombre de dossiers intéressant le citoyen algérien, à l'instar de la bureaucratie et des problèmes relatifs à l'administration, l'investissement, l'emploi, l'habitat et le développement".

A cette occasion, le Président de Jil Jadid a insisté sur l'importance de "sortir rapidement de l'organisation des questions politiques pour élire un parlement représentant le peuple et des assemblées locales qui soient le fruit d'élections propres".

Il sera question après de "se lancer dans le processus d'édification en s'attaquant aux problèmes majeurs ayant trait au développement du pays, la création d'une économie forte et l'augmentation du pouvoir d'achat du citoyen", a-t-il ajouté.

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit le Président du Front El Moustakbel

Le Président de la République, M. Abdelamadjid Tebboune a reçu, samedi après-midi au siège de la Présidence de la République, le Président du Front El Moustakbel, M. Abdelaziz Belaid.

Dans une déclaration à la presse au terme de cette audience, M. Belaid a indiqué s'être entretenu avec le Président Tebboune sur "la situation sociale, politique et économique dans le pays".

Après avoir écouté "les éclaircissements et l'analyse approfondie de la situation par le Président de la République", le Président du Front El Moustakbel a fait part de son avis et de celui de son parti concernant tous les points abordés.

M. Belaid a affirmé être "très optimiste" après cette audience, au vu de ce qu'il avait ressenti chez M. Tebboune, comme "une forte volonté de résoudre, à l'avenir, tous les problèmes en suspens".

Le Président du Front El Moustakbel a formé le vœu de voir, "l'élite politique, la société civile et les citoyens, contribuer à la préservation de la stabilité du pays", ce qui est, a-t-il ajouté, susceptible de "résoudre tous les problèmes".

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune reçoit le président du Mouvement El-Bina

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, a reçu samedi après-midi au siège de la Présidence de la République, le Président du Mouvement El-Bina, M. Abdelkader Bengrina.

Cette rencontre "positive" a été une occasion pour souhaiter au Président Tebboune un bon retour au pays, transmettre les préoccupations des citoyens suite à la pandémie du coronavirus et débattre des mesures urgentes pour rétablir la quiétude et le bien-être des citoyens", a déclaré M. Bengrina à la presse au sortir de l'audience.

L'entrevue a permis également d'évoquer le 2e anniversaire du Hirak populaire et de mettre l'accent sur la nécessité de "rétablir la cohésion entre tous les Algériens", a-t-il ajouté.

M. Bengrina a indiqué avoir débattu avec le président de la République du "déficit dont souffrent plusieurs départements ministériels et de la possibilité d'opérer des remaniements que le Président de la République estime appropriés au service du peuple algérien".

Les discussions ont porté, entre autres, sur "les menaces qui portent atteinte à la souveraineté nationale et sur certaines parties algériennes qui pourraient servir d'outil d'atteinte à la souveraineté nationale, sciemment ou inconsciemment", a-t-il ajouté.

Plusieurs dossiers à même de "réparer les injustices faites aux citoyens, de relancer la scène politique, de dissoudre le parlement, d'organiser des élections et de réviser du code électoral" ont également été évoqués lors de cette rencontre.

Covid-19: la mesure de confinement à domicile prorogée pour 15 jours.(APS, 15/02/2021)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a décidé de nouvelles mesures au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (Covid-19) avec la prorogation du confinement partiel à domicile pour une durée de 15 jours, indique dimanche un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"En application des instructions de Monsieur le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) et l'autorité sanitaire, le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad a décidé de nouvelles mesures au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (Covid-19).

Soutenue par la démarche basée sur la prudence, la progressivité et la flexibilité engagée par les pouvoirs publics et s’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus (Covid-19), ces mesures visent à ajuster le dispositif de protection et de prévention en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique. Ces mesures se déclinent comme suit :

1. En matière de confinement partiel à domicile :

La mesure de confinement partiel à domicile sera réaménagée et prorogée pendant une durée de quinze (15) jours, comme suit :

- La mesure de confinement partiel à domicile de vingt-deux heures (22) jusqu’au lendemain à cinq (5) heures du matin est applicable dans les dix-neuf (19) wilayas suivantes: Batna, Biskra, Blida, Bouira, Tebessa, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sidi Bel Abbes, Constantine, Mostaganem, M’Sila, Oran, Boumerdes, El Tarf, Tissemsilt, Ain Temouchent et Relizane.

- Ne sont pas concernées par la mesure de confinement à domicile les vingt-neuf (29) wilayas suivantes : Adrar, Chlef, Laghouat, Oum El Bouaghi, Bejaia, Béchar, Tamenghasset, Tiaret, Djelfa, Sétif, Saïda, Skikda, Annaba, Guelma, Médéa, Mascara, Ouargla, El Bayadh, Illizi, Bordj Bou Arréridj, Tindouf, El Oued, Khenchela, Souk Ahras, Tipaza, Mila, Ain Defla, Naâma et Ghardaïa.

Ces mesures de confinement sont applicables à partir du lundi 15 février 2021.

Les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toute mesure qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination.

2- En matière d’activités sociales et économiques: La levée partielle de la mesure de fermeture des marchés de ventes des véhicules d’occasion sur l’ensemble du territoire national.

L’ouverture des marchés de ventes des véhicules d’occasion sera autorisée tous les quinze (15) jours et soumise aux mesures applicables aux marchés ordinaires et aux marchés hebdomadaires se rapportant au dispositif de contrôle par les services compétents afin de s’assurer du respect des mesures de prévention et de protection sanitaires ainsi que de l’application des sanctions prévues par la réglementation en vigueur à l’encontre des contrevenants.

La levée de la mesure de limitation du temps d’activité à vingt et une (21) heures concernant les établissements exerçant les activités suivantes :

- le commerce des appareils électroménagers

- le commerce d’articles ménagers et de décoration

- le commerce de literies et tissus d’ameublement

- le commerce d’articles de sport

- le commerce de jeux et de jouets

- les lieux de concentration de commerces

- les salons de coiffure pour hommes et pour femmes

- les pâtisseries et confiseries

- les cafés, restaurations et fast-food.

La levée de la mesure de limitation des activités des cafés, restaurations et fast-food à la vente à emporter uniquement. Cette mesure demeure soumise au dispositif préventif d’accompagnement devant être mis en place par les commerçants concernés comprenant notamment :

- l’organisation des accès et le respect de l’espacement et la distanciation physique, tout en limitant le nombre de personnes à 50% des capacités d’accueil

- l’obligation du port du masque de protection

- l’affichage des mesures barrières et de prévention

- l’installation de paillasses de désinfection aux entrées

- la mise à la disposition des usagers et des clients de produits désinfectants, notamment les gels hydro-alcooliques

- le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux et des lieux.

Les responsables et gérants des établissements sont également tenus, sous leur responsabilité, d’appliquer et de faire respecter les règles d’hygiène et les mesures de prévention et de protection ainsi que les protocoles sanitaires édictés par les pouvoirs publics en la matière.

Toutefois, les walis pourront procéder à leur fermeture immédiate en cas d’infraction aux mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

L’ouverture progressive et contrôlée des stations thermales et des centres de thalassothérapie, à l’exception des bains collectifs et ce, travers les protocoles sanitaires qui leur sont dédiés et adoptés par le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus.

La reprise de l’ensemble des activités hôtelières publiques et privées, à l’exception des célébrations de cérémonies et de fêtes et ce, dans le respect les protocoles sanitaires qui leur sont dédiés et adoptés par le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus. Il y a lieu de rappeler que l’activité d’hébergement demeure limitée à 50% des capacités d’accueil.

L’activité des dortoirs est également autorisée dans la limite à 50% des capacités d’accueil et dans le strict respect des mesures de prévention et de protection sanitaires.

Des inspections inopinées pour s’assurer de l’observation du dispositif mis en place seront menées par les services de contrôle habilités qui pourront procéder à leur fermeture immédiate en cas d’infraction aux mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Les responsables et gérants de ces établissements sont également tenus, sous leur responsabilité, d’appliquer et de faire respecter les règles d’hygiène et les mesures de prévention et de protection ainsi que les protocoles sanitaires édictés par les pouvoirs publics en la matière.

La prorogation des mesures applicables aux marchés ordinaires et aux marchés hebdomadaires se rapportant au dispositif de contrôle par les services compétents afin de s’assurer du respect des mesures de prévention et de protection sanitaires ainsi que de l’application des sanctions prévues par la réglementation en vigueur à l’encontre des contrevenants.

3. Pour les mosquées :

Il est procédé à l’ouverture de l’ensemble des mosquées sur le territoire national et ce, dans le strict respect des mesures et protocoles sanitaires de prévention et de protection contre la propagation du Coronavirus (Covid-19), notamment le dispositif préventif d’accompagnement, mis en place pour les mosquées, comprenant notamment :

L’interdiction d’accès aux femmes, aux enfants de moins de quinze (15) ans et aux personnes présentant une vulnérabilité sanitaire

La fermeture des lieux d’ablution

Le port obligatoire du masque de protection et l’utilisation de tapis de prière personnel

le respect de la distanciation physique entre les fidèles d’au moins, un mètre et demi (1,5m)

L’affichage des mesures barrières et de prévention

L’organisation des accès de façon à respecter l’espacement et la distance physique ainsi que l’aménagement de l’entrée et de la sortie selon un sens unique de circulation, pour éviter les croisements des fidèles

La mise à la disposition des fidèles de gel hydro-alcoolique

L’interdiction de l’utilisation des climatiseurs et des ventilateurs

L’aération naturelle et la désinfection régulière des mosquées.

L’ouverture programmée des mosquées doit se faire sous le contrôle et la supervision des directeurs de wilaya des affaires religieuses et des wakfs, à travers les fonctionnaires de la mosquée et les comités des mosquées, et ce, en étroite coordination avec les services de la protection civile et des APC et le concours des comités de quartiers et du mouvement associatif local.

Les walis peuvent, en outre, prendre des mesures de prévention et de protection, en tant que de besoin, par arrêté et procéder à des inspections inopinées pour s’assurer de l’observation du dispositif mis en place. Ils pourront, toutefois, procéder à leur fermeture immédiate en cas d’infraction aux mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Pour ce qui est de Djamàa El Djazaïr, celui-ci continue d’accueillir les fidèles pour les cinq prières uniquement.

4- S’agissant des regroupements et rassemblements publics :

La prorogation de la mesure d'interdiction, à travers le territoire national, de tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements tels que les regroupements au niveau des cimetières.

La prorogation de la mesure d'interdiction qui concerne les réunions et assemblées générales organisées par certaines institutions.

Les walis veilleront au respect de cette interdiction et de l’application des sanctions réglementaires à l’encontre des contrevenants ainsi que les propriétaires des lieux accueillant ces regroupements.

Enfin, le Gouvernement réitère ses appels en direction des citoyens afin de poursuivre leur mobilisation et la discipline et renforcer les mesures de prudence pour lutter contre la propagation de cette épidémie et relever ce défi sanitaire, en respectant toujours les mesures barrières préconisées, telles que la distanciation physique, le port du masque obligatoire et le lavage fréquent des mains".

Le Groupe pharmaceutique public "Saidal" aura l'exclusivité de la production du "Sputnik V" en Algérie.(APS, 15/02/2021)


ALGER - La production du vaccin anti-Covid19 se fera en partenariat avec la Russie pour une fabrication locale du "Sputnik V", a affirmé samedi à Alger le Ministre de l'Industrie pharmaceutique, M. Lotfi Benbahmed, précisant que la production sera assurée exclusivement par le Groupe pharmaceutique public "Saidal".

"Le Fonds russe d'investissement direct (RDIF) qui exploite la commercialisation du vaccin russe "Sputnik V" développé par l'Institut de recherche d'épidémiologie et de microbiologie (Gamaleya), avait déjà fixé, depuis trois mois, certains pays disposant de capacités pour la production de ce vaccin, dont l'Algérie pour la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord)" , a indiqué M. Benbahmed dans une déclaration à l'APS, rappelant que la demande mondiale croissante sur les vaccins poussent les pays fabricants à délocaliser la production pour répondre à la demande mondiale.

"Nous avons de notre côté répondu il y a dix jours favorablement à ce choix", a fait savoir le Ministre pour qui, cette décision "a été prise après plusieurs concertations entre le Ministère de l'Industrie pharmaceutique et l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) et experts de Russie, représentant le RDIF et l'Institut Gamaleya".

"Des concertations au termes desquelles, une plateforme technique nous a été fournie, comprenant les données techniques indispensables à la fabrication du vaccin et qui sont à l'étude actuellement entre les experts algériens et leurs homologues russes, à l'effet de déterminer les étapes de production, ainsi que les moyens matériels et humaines devant être mis en place, dans le but de lancer la production locale du vaccin", a ajouté le Ministre.

A ce titre, " le partenariat se fera entre le RDIF et le Groupe pharmaceutique public 'Saidal' qui a été choisi exclusivement pour la production de ce vaccin, et ce au vu des moyens techniques et humains dont il dispose", a précisé le ministre qui affirme que Saidal possède les capacités de production du vaccin à partir de la matière première qui sera fournie par la partie russe.

Les deux parties, russe et algérienne, veulent produire la matière première en Algérie, ce qui fera de ce vaccin, un produit 100% local, a fait savoir le ministre.

Pour ce faire, ce partenariat algéro-russe sera fera en deux étapes. La 1e est " la production locale à partir de la matière première devant être fournie par la partie russe, ensuite la production de la matière première en Algérie, puis la production locale de ce vaccin dans son entier", a expliqué M. Benbahmed qui note que " la production de la matière première grâce à la technique biotechnologie, sera une première en Algérie et dans le continent africain".

L'Algérie a été choisie pour le transfert de cette technologie et la production du vaccin, car étant un pays ami de longue date et un partenaire économique de la Russie, a expliqué le Ministre.

Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l'installation, la semaine dernière, de deux commissions, la première devant se charger de l'organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. Les deux Commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production.

Réaliser la sécurité sanitaire nationale avec une production locale

Pour ce qui est de la technique de biotechnologie, le Ministre a affirmé que "l'objectif du transfert et de la maitrise de cette technologie en Algérie ne concerne pas seulement la production de la matière première du vaccin mais contribuera aussi, dans l'avenir, à produire d'autres vaccins et des médicaments qui représentent entre 30 et 40 % du marché international des produits pharmaceutiques."Le Groupe SAIDAL sera en mesure d'amorcer une nouvelle ère de l'industrie pharmaceutique", a-t-il ajouté.

Concernant les délais de lancement de la production du vaccin "Sputnik V" en Algérie, le ministre a précisé "s'il s'agit de la production locale du vaccin à partir de la matière première assurée par le côté russe, nous pouvons l'entamer dans les quelques mois prochains, contrairement à la fabrication de la matière première en Algérie qui nécessite du temps", soulignant "dans les deux cas, notre objectif est de commencer la production dans les plus brefs délais".

Quant aux quantités de vaccin à produire localement, le Ministre a fait savoir que "l'objectif est de produire des quantités suffisantes pour couvrir la demande nationale", ajoutant que "la maitrise de la biotechnologie permettra de réaliser la sécurité sanitaire avec une production locale et nous allons produire des vaccins selon la demande".

La maitrise de cette technique permettra à l'Algérie d'accéder au réseau international de la production des vaccins développés", a mis en avant le ministre, rappelant que "l'institut russe de microbiologie est parmi les centres internationaux de développement des différents vaccins et que le vaccin "Sputnik V" a prouvé son efficacité à l'échelle mondiale".

Outre la couverture de la demande nationale, le ministre a fait savoir que le secteur prévoit l'exportation du vaccin", ajoutant que "le côté russe s'est fixé l'objectif de permettre à l'Algérie de couvrir une zone géographique regroupant plusieurs pays qui seront définis avec l'accord des deux parties".

Le pétrole algérien augmente de plus de 5 dollars en janvier.(APS, 15/02/2021)


ALGER - Les cours du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ont augmenté de 5,09 dollars en janvier dernier, soit une hausse de 10,2% par rapport à décembre, soutenus notamment par l'optimisme quant à la reprise de la demande mondiale et les efforts des pays de l'OPEP+ visant à limiter la production pétrolière afin de stabiliser le marché.

Selon les chiffres de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), publiés dans son dernier rapport mensuel, les cours du brut algérien ont atteint 55,08 dollars le baril en janvier 2021, contre 49,99 dollars en décembre 2020.

Cette hausse a permis de placer le Sahara Blend à la 2ème position parmi les bruts les plus chers du panier de l'OPEP en mois de janvier, après l'Angolais Girassol (55, 84 dollars/baril), alors qu'il occupait la 3ème place en décembre dernier.

Le prix du pétrole algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs.

Cette progression intervient dans un contexte de hausse générale des prix du brut, en raison de "l'amélioration des fondamentaux du marché, avec notamment les perspectives d'un resserrement de l'offre de brut, la tendance à la baisse des stocks mondiaux de pétrole, et l'optimisme quant à la reprise de la demande de pétrole alors que les pays du monde approuvent de plus en plus les vaccins anti-Covid et commencent les campagnes de vaccination'', explique le rapport.

La confiance du marché s'est encore "renforcée" par les données montrant un niveau de conformité "élevé", en mois de décembre 2020, au quotas fixés dans le cadre de l'accord de baisse de l'OPEP+ et par la décision unilatérale de l'Arabie saoudite d'ajuster volontairement sa production à la baisse de 1 millions de baril/ jour supplémentaire en février et mars, note la même source.

Le rapport fait remarquer dans ce contexte que le panier de l'OPEP avait atteint en janvier son plus haut niveau depuis mars 2020, en hausse de 5,21 dollars (+10,6%) pour s'établir à une moyenne de 54,38 dollars le baril.

Concernant la production algérienne, le rapport de l'OPEP indique qu'elle a atteint 874.000 barils par jours en janvier 2021, contre 863.000 barils en décembre 2020 (+11.000 barils). La production moyenne de l'Algérie avait baissé en 2020 pour s'établir à 899.000 barils par jours contre 1,023 million de barils par jour en 2019.

Pour ce qui est de la demande mondiale de pétrole, l'OPEP estime que celle-ci "devrait désormais augmenter de 5,8 millions de barils par jour (mbj). Les prévisions de l'OPEP sont ainsi révisées à la baisse d'environ 0,1 mbj par rapport à celles du mois dernier, pour s'établir en moyenne à 96,1 mbj.

Par ailleurs, l'OPEP souligne que des évolutions positives sur le front économique, soutenues par des programmes de relance massifs, devraient encourager la demande dans divers secteurs au second semestre de l'année 2021.

S'agissant de l'approvisionnement mondial en pétrole, les prévisions de croissance de l'offre hors OPEP en 2021 ont été révisées à la baisse d'environ 0,2 mbj. La production des pays non membres progressera ainsi de 0,7 mbj, pour atteindre en moyenne 63,3 mbj.

Le rapport indique également que les bruts de l'OPEP en 2021 seront plus demandés que prévu. La croissance de cette demande a été révisée à la hausse de 0,3 mbj par rapport au mois précédent pour s'établir à 27,5 mbj.

Le rôle de l'Algérie dans l'interdiction des essais nucléaires dans le monde mis en évidence.(APS, 15/02/2021)


ALGER- Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, a mis en avant, samedi, le rôle de l'Algérie dans l'interdiction complète des essais nucléaires à travers le monde, rappelant les effets désastreux des radiations induites par les explosions nucléaires de la France coloniale au Sud de l'Algérie.

"En date du 13 février 1960 à 7h04, la France coloniale a effectué son premier essai nucléaire dans la région de Reggane au Sud de l'Algérie, une opération baptisée "Gerboise bleue", d'une puissance de 70 kilotonnes, équivalente à une explosion 3 à 4 fois plus puissante que la bombe lancée sur Hiroshima, ce qui a entrainé des radiations désastreuses dont les préjudices sont visibles, jusqu'à aujourd'hui, sur la santé des habitants et l'environnement ", a tweeté M. Boukadoum.

Et d'ajouter: "C'est pourquoi l'Algérie, qui était et demeure à l'avant garde des pays plaidant pour l'interdiction complète des essais nucléaires, a contribué, lors de sa présidence des travaux de la première commission des Nations unies, à l'adoption du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires en date du 7 juillet 2017".

L'explosion nucléaire, survenue le 13 février 1960 à Reggane, s'inscrit dans le cadre d'une série d'essais nucléaires effectués par la France entre1960 et 1966 au Sud de l'Algérie.

Selon les historiens et les experts, ces essais nucléaires au sud du pays comptent parmi les pires crimes commis par la France durant 132 ans d'occupation destructrice de l'Algérie.

Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue allemand .(APS, 12/02/2021)


ALGER- Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, a eu jeudi un entretien téléphonique avec le Président de la République Fédérale d'Allemagne, M. Frank-Walter Steinmeier, auquel il a exprimé ses remerciements pour la prise en charge médicale dont il a bénéficié depuis son arrivée en Allemagne, indique un communiqué de la Présidence de la République.

" Le Président de la République, M. Abdelmdjid Tebboune, a eu aujourd'hui un entretien téléphonique avec le Président de la République Fédérale d'Allemagne, M. Frank-Walter Steinmeier, lors duquel il lui a fait part de ses remerciements et de sa gratitude pour la prise en charge médicale dont il a bénéficié depuis son arrivée en Allemagne", précise la même source.

Le Président allemand a, à son tour, "adressé au Président Tebboune ses vœux de santé, et de prospérité et de progrès au peuple algérien", ajoute le communiqué.

Les deux Présidents ont évoqué, à cette occasion, "la coopération bilatérale et les perspectives de sa promotion dans tous les domaines, au mieux des intérêts des deux peuples amis".

Par ailleurs, "le Président allemand a adressé une invitation pour une visite officielle en Allemagne au Président de la République, qui l'a acceptée en le remerciant". La visite sera programmée après la fin de la pandémie, conclut le communiqué.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum préside à Kidal (nord du Mali) les travaux du Comité de suivi de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali.(APS, 1102/2021)


ALGER- Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum a présidé jeudi les travaux de la 42è Session du Comité de suivi de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, abrités pour la première fois par la ville de Kidal (nord du Mali).

"J'ai présidé, aujourd'hui (jeudi), les travaux de la 42è session du Comité de suivi de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, lesquels ont été abrités pour la première fois par la ville de Kidal dans le nord du Mali", a indiqué le ministre sur son compte Twitter ajoutant que "cela constitue un évènement inédit et un indicateur important à même de donner une forte impulsion au processus de paix et de réconciliation parrainé par l'Algérie, en coopération avec la communauté internationale représentée par le Comité".

M. Sabri Boukadoum qui effectue depuis mercredi une visite de travail au Mali a été reçu par le président malien, Bah N’Daw, avec lequel il a évoqué les relations bilatérales et les perspectives de les renforcer, ainsi que les moyens à même d'accélérer la cadence de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger.

Il a également eu des entretiens avec le Vice-président du Mali, le colonel Assimi Goïta et le Ministre de la réconciliation nationale, le colonel Ismael Wagué, avec lesquels il a abordé les relations bilatérales et les voies de promotion du processus de paix et de réconciliation que l'Algérie accompagne et soutient.

M. Sabri Boukadoum a été également reçu à Bamako par M. Zeyni Moulaye, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale de la République du Mali. Les deux Ministres ont convenu de la poursuite des efforts pour promouvoir les relations bilatérales et donner une forte impulsion au processus de paix et de réconciliation dans ce pays".

Exportations de 937.000 b/j de pétrole et 40 milliards m3 de gaz en 2020.(APS, 12/02/2021)


ALGER- L'Algérie a exporté, en 2020, quelque 937.000 barils/jour de pétrole et 40 milliards mètres cubes de gaz, a indiqué, jeudi à Alger, le Ministre de l'Energie, M. Abdelmadjid Attar, infirmant les chiffres "erronés" relayés récemment par des médias étrangers.

Lors d'une plénière de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), consacrée aux questions orales, le Ministre a affirmé que "les exportations de pétrole et ses dérivés n'ont enregistré de baisse de 290.000 b/j comme rapporté par certains milieux", précisant que "les exportations de l'Algérie, en 2020, ont atteint 937.000 b/j de pétrole et 40 milliards mètres cubes de gaz, en dépit de la crise sanitaire".

Les exportations de l'Algérie engobent 677.000 b/j de pétrole brut et 80.000 b/j de condensat, soit 180.000 b/j de pétrole, a détaillé le ministre, soulignant que les recettes s'élèvent à 20,2 milliards dollars (USD), dont 13,2 milliards USD pour le pétrole et 7 milliard USD pour le gaz.

"Ces chiffres, exacts sont publiés sur le site du Ministère depuis la première semaine de l'année", a soutenu M. Attar

Fustigeant "les chiffres erronés" relayés par des médias étrangers, le ministre a déclaré que "la publication de ces chiffres, sans fondement, cache des intentions malveillantes".

Energie: Le gaz en Algérie dix fois moins cher qu'ailleurs.(APS, 12/02/2021)


ALGER- Le gaz est vendu en Algérie dix fois moins cher que dans les autres pays grâce aux subventions de l'Etat, a indiqué jeudi à Alger le Ministre de l'Energie, M. Abdelmadjid Attar, appelant à l'adoption de nouveaux mécanismes pour orienter ces aides vers les catégories vulnérables.

Lors d'une séance plénière consacrée aux questions orales à l'Assemblée Populaire Nationale (APN), conduite par son Président, M. Slimane Chenine, le Ministre a précisé que les subventions étatiques sur le gaz et l'électricité coûtent au Trésor public des sommes considérables, d'où la nécessité, a-t-il dit, de prendre des mesures spéciales pour orienter ces aides vers les catégories vulnérables, notamment avec la hausse du niveau de consommation nationale de gaz (47 milliards de m3 en 2020).

M. Attar répondait au député Khelifa Benslimane (Front El-Moustakbal) qui voulait savoir pourquoi les autorités n'ont pas répondu favorablement aux demandes de réduction des prix du gaz et de l'électricité en hiver pour certaines villes les plus impactées durant cette saison.

Le Ministre a expliqué que l'établissement des prix du gaz et de l'électricité ne relevait pas des prérogatives de son département mais de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg), qui fixe le prix à 34,17 centimes par thermie, en vertu d'une décision, alors que le prix réel est de 42,89 centimes par thermie.

Pour le Ministre, la situation "ne permet pas à Sonelgaz de préserver son équilibre financier".

Sonelgaz recourt, dans sa tarification, à quatre tranches, à travers lesquelles, elle prend compte de la nécessité de préserver le pouvoir d'achat du consommateur. La tranche 1 appelée tranche sociale, est estimée à 16,82 cDA/Th (en cas d'une consommation inférieure à 375 Th. Tandis que le tarif de la tranche 2 est estimé à 0,3245 DA/th.

Le soutien de l'Etat représente un taux de 65 % de la valeur de consommation des ménages dans les régions du Sud du pays, selon le ministre qui précise que les montants affectés par l'Etat à la subvention de l'électricité dans les régions du Sud du pays a dépassé, en 2019, 18 mds de Da.

Répondant à une autre question du député Houcine Ben Kelala (Front national pour les libertés) autour de "la réticence" des compagnies relevant du Groupe Sonatrach, quant à la réalisation de certaines structures publiques dont le manque se fait sentir dans la wilaya d'Illizi, notamment celles relatives aux infrastructures et portant essentiellement sur la vie du citoyen, et ce en dépit de l'inscription des projets depuis plus de dix années, le ministre a indiqué que cette responsabilité incombe aux autorités locales et ne relève pas de la compétence de Sonatrach.

"Sonatrach s'intéresse à la réalisation de projets dans le domaine des hydrocarbures", poursuit le ministre ajoutant que la problématique de réalisation et d'édification des infrastructures sociales est de la compétence des Pouvoirs publics qui ont les prérogatives de prospecter les entreprises de réalisation".

Pour le Ministre, Sonatrach peut uniquement contribuer avec un soutien financier ou à travers la participation via des filiales dans la réalisation de certains projets dans le respect du code des marchés publics.

Réception de 400 000 tests antigéniques et 20 000 tests PCR de dépistage de la Covid-19.(APS, 11/02/2021)


ALGER - L'Algérie a réceptionné, à ce jour, 400 000 tests antigéniques, 20 000 tests PCR et deux (02) appareils de dépistage de la Covid-19 dans le cadre du projet "Réponse solidaire européenne à la Covid-19", indique un communiqué du Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la délégation de l’UE et le PNUD en Algérie.

La réception de ces équipements distribués par le biais de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) et l’institut Pasteur d’Algérie, a été effectuée dans le cadre du projet "Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie", doté d'un budget de 43 millions d'euros, dont les parties concernées à savoir le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la délégation de l’UE et le PNUD en Algérie, ont procédé à la mise en oeuvre, ajoute la même source.

Le programme prévoit également la formation de 3.000 praticiens (médecins, infirmiers et techniciens) de la santé publique et la mise en œuvre de campagne de sensibilisation aux gestes barrières et à la vaccination, en collaboration avec la société civile.

Selon le communiqué, le projet, dont l'accord a été signé en décembre dernier, est destiné "à soutenir l’effort du Gouvernement algérien pour enrayer la propagation de la pandémie de Covid-19" en dotant les structures sanitaires publiques" en équipements médicaux, en matériels de dépistage précoce et des équipements de protection au profit du personnel soignant".

Le Ministre de la Santé, Pr Abderahmane Benbouzid qui a dit avoir "apprécié à sa juste valeur, ce précieux geste solidaire européen envers l’Algérie", estime que cette initiative "est un appui appréciable à notre système de santé et aux efforts des pouvoirs publics" dans leur lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, est-il ajouté.

Le chef de la délégation de l’UE en Algérie, M. John O’Rourke, pour sa part, a affirmé que cette action de solidarité "est un signe d'amitié entre l’Algérie et les pays de l’Europe", soulignant qu'elle apporte "un appui matériel concret pour le personnel médical et pour les malades. Ensemble, nous sommes plus forts contre la pandémie".

Ainsi, l’UE est l'un des plus "importants bailleurs" du mécanisme Onusien Covax à travers lequel l’Algérie bénéficiera de vaccins (une première allocation de 2,2 millions de doses de vaccins vient d’être annoncée), indique le communiqué du Capdel, soulignant que la Commission européenne " entreprend avec ses Etats membres de mettre en place un dispositif qui permettrait de partager avec des pays tiers des doses de vaccin acquises dans le cadre des Accords d’Achat Anticipé, conclus avec les producteurs de vaccins".

Pour la représentante résidente du PNUD en Algérie, Mme Blerta Aliko, le PNUD, ajoute le communiqué, " est chargé de mettre en œuvre une réponse globale et intégrée du système des Nations Unies, suivant une approche qui offre des solutions holistiques multi-thèmes +préparation, réponse et relèvement+ et qui prenne en compte tous les défis liés à cette pandémie".

" Nous apprécions énormément la confiance témoignée par le Gouvernement algérien et l’UE au système de l'ONU en général et au PNUD en particulier, en nous confiant la mission de mise en œuvre de cette initiative solidaire européenne, dans le cadre du partenariat stratégique qui nous lie", Mme Blerta Aliko.

Le programme PNUD a été retenu comme partenaire de "mise en œuvre de ce projet pour son réseau d’approvisionnement et d’une expertise poussée au sein de centrales d’achat au niveau international" permettant à la fois l’acquisition des équipements avec beaucoup de "flexibilité", et à des prix "compétitifs" et dans le respect des standards internationaux de transparence et de qualité", est-il souligné.

Gouvernement : Examen de projets de Décrets exécutifs relatifs aux Finances, à l'Energie et à l'Habitat.(APS, 11/02/2021)


ALGER - Quatre (4) projets de Décrets exécutifs relatifs aux secteurs des Finances, de l'Energie et de l'Habitat ont été examinés mercredi par les membres du Gouvernement lors d'une réunion présidée par visioconférence par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, indique un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"Le Premier Ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a présidé, ce mercredi 10 Février 2021, une réunion du Gouvernement qui s’est déroulée par visioconférence.

Conformément à l’ordre du jour, les membres du Gouvernement ont examiné quatre (04) projets de Décrets exécutifs présentés par les Ministres en charge des Finances, de l’Energie ainsi que de l’Habitat.

En outre, deux (02) communications ont été présentées par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, et le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière.

1- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre des Finances relatif au projet de Décret exécutif fixant les modalités de mise en place et de fonctionnement du guichet unique dédié à l’accomplissement des formalités douanières à l’importation, au transit et à l’exportation.

Ce dispositif qui constitue un des modules du système d’information des douanes, prévoit une interconnexion avec les différents départements ministériels et permettra la numérisation de l’activité douanière maritime, aérienne, terrestre, commerciale et des voyageurs.

Le présent projet de texte intervient ainsi dans le cadre du processus de dématérialisation des procédures liées à l’activité douanière par le recours aux procédés électroniques modernes et novateurs, et qui permettent de réduire les délais de gestion des transactions commerciales.

2- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l’Energie relatif à deux (02) projets de Décrets exécutifs fixant : (i) les modalités de détermination des prix de base des hydrocarbures gazeux (ii) les règles et modalités de transfert au titre des contrats d’hydrocarbures.

Le premier projet de texte a pour objet de définir les modalités de détermination des prix de base des hydrocarbures gazeux, en l’occurrence le gaz naturel (GN) et le gaz naturel liquéfié (GNL), pour les besoins de calcul de la redevance hydrocarbures et de l’impôt sur le revenu des hydrocarbures.

Ainsi, ce projet de Décret exécutif prévoit que les prix de base d’hydrocarbures gazeux sont valorisés selon leur destination notamment, à l’exportation, au marché national pour les producteurs d’électricité et les distributeurs de gaz ainsi que pour les clients industriels.

Quant au second projet de Décret exécutif, il vise à fixer les règles et modalités de transfert au titre des contrats d’hydrocarbures ainsi que du changement de contrôle du Cocontractant.

A ce titre, il est à souligner que les règles et les modalités, adoptées par ce projet de texte garantissent et préservent les intérêts de l’Etat, à travers le maintien du taux de participation de l’entreprise nationale à 51% au minimum et ce, quelque soit le type de transfert accordé et l’octroi à cette dernière la possibilité d’exercer le droit de préemption, le cas échéant.

3- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville relatif au projet de Décret exécutif portant approbation du cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de travaux. Ce texte constitue un cadre de référence nécessaire à la conduite administrative des marchés publics dans le domaine des travaux.

Ainsi, il vient remplacer l’Arrêté du 21 Novembre 1964 tout en se référant aux dispositions de la réglementation des marchés publics, instaurées par le Décret Présidentiel n 15-247 du 20/09/2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations de service public, ainsi qu’aux standards internationaux régissant ce domaine.

4- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique sur la gestion des œuvres universitaires et l’amélioration des conditions de vie des étudiants.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a présenté les actions engagées par le secteur dans le cadre de l’amélioration des conditions d’hébergement, de restauration et de transport des étudiants, tout en indiquant les mesures préventives prises au sein des universités et des cités universitaires dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

A l’issue de la présentation, et tout en rappelant les orientations de Monsieur le Président de la République relatives à la nécessité d’une prise en charge adéquate des conditions d’études, d’hébergement, de restauration et de transport de nos étudiants, le Premier Ministre a donné des instructions au Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à l’effet de prendre des mesures urgentes de réhabilitation à l’endroit des cités universitaires qui connaissent un état de dégradation des immeubles et des équipements, d’une part, et de sécuriser, d’autre part, les infrastructures d’hébergement, en interdisant notamment l’accès à toute personne non résidente au niveau de ces cités pour la sécurité des étudiantes et des étudiants.

Il a également demandé de prendre les mesures nécessaires relatives à l’amélioration de la qualité des prestations liées à la restauration et au transport des étudiants intra et inter-wilayas, et de veiller à l’hygiène et au cadre de vie des cités universitaires et des pavillons.

5- Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière sur la mise en œuvre du Plan de vaccination anti-Coronavirus (COVID-19).

L’intervention de Monsieur le Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière a porté sur le Plan Stratégique pour la Campagne Nationale de Vaccination contre la pandémie de la COVID-19.

A ce titre, il a rappelé qu’en prévision de la généralisation de la Campagne de vaccination inscrite au titre du Plan Stratégique qui touchera l’ensemble du territoire national, un cadre réglementaire et logistique a déjà été mis en place en prenant en compte la situation épidémiologique dans le pays et la vaccination en faveur, dans un premier temps, des catégories de populations prioritaires, à savoir les personnels médicaux et les personnes de plus de 65 ans atteintes de maladies chroniques.

A l’issue de la communication présentée, le Premier Ministre a tenu à rappeler que le Gouvernement, en application des directives de Monsieur le Président de la République, a engagé les mesures nécessaires permettant d’assurer aux citoyens la disponibilité du vaccin anti-COVID-19, tout au long de la période de vaccination pour 2021, avec des quantités suffisantes pour couvrir les besoins de la population ciblée et une répartition qui se fera de manière rationnelle et équitable à travers tout le territoire national.

Par ailleurs, le Premier Ministre a tenu à insister auprès des citoyens pour continuer à respecter les mesures barrières notamment le port obligatoire du masque, la distanciation physique, l’utilisation de gel hydroalcoolique ainsi que les protocoles sanitaires définis pour les activités de transport, de commerce et dans tous les lieux qui favorisent les regroupements de personnes. Aussi, il a rappelé que le non-respect de ces mesures entrainera des sanctions à l’encontre de leurs contrevenants.

Enfin, le Premier Ministre a instruit les membres du Gouvernement concernés à l’effet de poursuivre les campagnes de sensibilisation à travers tout le territoire national avec notamment une large distribution des masques de protection au niveau des établissements de l’éducation nationale, des universités, des quartiers et des zones d’ombre".

L'Algérie en mesure de produire entièrement des kits solaires .(APS, 11/02/2021)


ALGER- L'Algérie est en mesure de produire des kits solaires avec l'ensemble de leurs parties et cela en mettant à contribution les universitaires ainsi que les opérateurs publics et privés qui doivent "tous se sentir concernés", a indiqué mardi le Ministre des Energies renouvelables et de la Transition énergétique, M. Chems Eddine Chitour.

Prenant part à une visite de travail au Centre de recherche en technologie des semi-conducteurs pour l'énergétique (CRTSE) d'El Harrach, en compagnie du Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Abdelbaki Benziane, M. Chitour a précisé que ces kits seront complètement produits localement avec tous les éléments qui les composent, à savoir le panneau solaire, l'onduleur, la batterie, les câbles et même le verre.

Le Ministre compte sur le "génie" des universitaires algériens qui travaillent au CRTSE et qui fabriquent les panneaux solaires, en plus du savoir-faire d'opérateurs algériens issus des secteurs public et privé, "sans distinction", estimant que le but était le développement de l'économie nationale et la sortie, "au plus vite", de l'Algérie de sa dépendance aux énergies fossiles.

Il a évoqué, à ce titre, un fabriquant de batteries établi à Ghardaïa, une entreprise dépendante du Ministère de l'Energie spécialisée dans la fabrication d'onduleurs ou encore un opérateur privé qui serait en mesure de fournir le verre. Une fois le premier kit fabriqué, a-t-il expliqué, il sera possible d'en produire des milliers permettant, ainsi, de trouver un substitut aux produits importés qui sont, pour le moment, les seules solutions disponibles.

Le Ministre a rappelé, à l'occasion, la nécessité de répondre à une demande qui se fait ressentir, notamment, dans les zones d'ombre dont l'équipement en kits solaires couteraient très cher à l'Etat, bien qu'il écarte l'idée de concurrencer les Chinois qui fournissent même les pays d'Europe.

M. Chitour a estimé que l'université était "un moteur de développement de l'économie nationale" et que les 300.000 universitaires et les 60.000 chercheurs algériens devaient "faire valoir les produits de la recherche" et ont leur mot à dire dans le développement économique.

Ajoutant que sa visite au CRTSE a démontré "la faisabilité" de la création de kits solaires made in Algeria, même s'ils offrent un rendement moindre que celui des produits importés (14% contre 18%).

"Même si leur prix pourrait être plus cher, cela n'est pas un problème du fait qu'il s'agit de dépenses en dinars", a-t-il soutenu, soulignant que le plus important était la maîtrise de la technologie et surtout le démarrage d'une transition énergétique indispensable pour pouvoir laisser aux générations futures au moins la moitié des réserves de gaz naturel estimées à 2500 milliards m3.

Il a, par ailleurs, indiqué que le plus grand responsable dans la transition énergétique était le citoyen "qu'il faut, dit-il, convaincre par des modèles algériens".

M. Chitour a, en outre, appelé à exploiter d'autres sources énergétiques que les hydrocarbures à l'instar des 280 sources géothermiques existantes en Algérie ou encore le bois comme cela se fait à travers le monde.

Pour sa part, M. Benziane a déclaré en marge de cette visite que la valorisation des produits de la recherche s'inscrit dans la stratégie de son département à travers son ouverture sur l'environnement socio-économique afin que les universitaires contribuent au développement économique et à la réduction de la facture d'importation.

Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum: L'Algérie pleinement disposée à coopérer avec l'Autorité exécutive provisoire en Libye.(APS, 11/02/2021)


ALGER- Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, a exprimé mercredi lors d'un entretien téléphonique avec le vice-président du Conseil présidentiel libyen élu, Moussa Al-Kouni, la pleine disposition de l'Algérie à coopérer avec l'Autorité exécutive provisoire en Libye dans l'objectif d'instaurer la sécurité et la paix dans ce pays.

"J'ai eu un entretien téléphonique avec mon frère Moussa Al-Kouni, Vice-Président du Conseil présidentiel libyen auquel j'ai exprimé notre entière disposition à coopérer avec l'autorité exécutive provisoire en Libye en vue d'instaurer la sécurité et la paix dans ce pays", a tweeté le Ministre sur son compte personnel.

Il a également affiché la solidarité de l'Algérie avec le peuple libyen frère.

Le chef de la diplomatie algérienne avait réaffirmé, mercredi, lors d'un entretien téléphonique avec le Premier Ministre libyen, Abdel Hamid Dbeibah, la solidarité de l'Algérie avec le peuple libyen et sa position opposée à toute forme d'ingérence dans les affaires internes du pays.

Covid-19: Le quota du vaccin dans le cadre covax peut couvrir 20% de la population.(APS, 08/02/2021)


ALGER- La Directrice de pharmacie et des équipements médicaux au Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Pr. Wahiba Hadjoudj a indiqué que le quota de l'Algérie du vaccin contre le Coronavirus, dans le cadre du Groupe "Covax", oscillait entre 12 et 16 millions de doses, ce qui est à même d'assurer une vaccination de 20% de la population, conformément à ce qui a été convenu au sein du groupe et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Lors d'une journée d'études organisée par la Commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle de l'Assemblée populaire nationale (APN), autour des mesures relatives au vaccin contre le Coronavirus, la même responsable a affirmé que " le quota de l'Algérie du vaccin contre le virus dans le cadre du groupe +Covax+, oscille entre 12 et 16 millions de doses, dont 35% seront réceptionnés comme 1er lot, vers la fin février".

Au cours de sa présentation des différentes étapes franchies dans les négociations avec les laboratoires producteurs du vaccin contre le Coronavirus, depuis le 20 août 2020, soit dans un cadre multilatéral au titre des dispositifs +Covax+, ou dans un cadre bilatéral directement avec les laboratoires concernés, Pr. Hadjoudj a indiqué que ces discussions avaient été " extrêmement difficiles" et ce, a-t-elle ajouté, au regard des pressions mondiales et de la course des Etats pour l'acquisition de ces vaccins.

Elle a rappelé par la même occasion les premiers contacts avec ces parties, soit en ce qui concerne le cadre collectif +Covax+ ou le second, depuis aout 2020 jusqu'à la signature de ces mémorandums d'entente pour l'acquisition de ces vaccins, en passant par les négociations avec les ambassadeurs des pays producteurs du vaccin accrédités en Algérie.

Il a également été question de l'organisation de rencontres par visioconférence avec les parties concernées, lesquelles ont été couronnées par un accord d'approvisionnement de l'Algérie en un quota garantissant une couverture de 70% des catégories sociales ciblées avec des indemnisations dans le cadre du mécanisme +Covax+ en cas d'effets secondaire dangereux du vaccin.

Ainsi, chaque pays africain, y compris l'Algérie, bénéficiera d'une quantité de vaccins pour couvrir 15% des populations, accordée par le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CACM). De son côté, le Directeur Général de l'Institut Pasteur d'Algérie Faouzi Derrar a affirmé que "l'Algérie n'a pas tardé à acquérir le vaccin, contrairement aux informations colportées par certaines parties, mais elle négociait secrètement au regard de la circonstance mondiale et attendait la publication des résultats des vaccins efficaces pour les choisir".

A la lumière des données de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le responsable a indiqué que "le meilleur vaccin est celui qui assure une efficacité supérieure à 50%", laquelle étant prouvée par les vaccins choisis par l'Algérie, soulignant en outre l'acquisition, tout au long de l'année, des quantités de ces vaccins, selon un calendrier de disponibilité.

La situation régionale et le dossier du Sahara Occidental inscrits dans la stratégie de la Suisse.(APS, 09/02/2021)


ALGER- Les questions régionales et internationales, particulièrement la situation en Libye, au Sahel et au Sahara Occidental ont été au centre de discussions entre le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et le Vice-Président de la Confédération helvétique, chef du Département fédéral des Affaires Etrangères, M. Ignazio Cassis, dans le cadre de la nouvelle stratégie suisse pour l’Afrique et la région du Sahel.

La visite de M. Cassis en Algérie, première station de sa tournée en Afrique, qui le conduira au Mali, au Sénégal et en Gambie, a entre autres objectifs de renforcer la coordination et la concertation entre les deux pays autour des différentes questions internationales et régionales, avec à leur tête la question du Sahara Occidental, rapporte le site El Portal Diplomatico citant un document du Département fédéral des Affaires étrangères.

Dans son document, le Ministère suisse des Affaires Etrangères a précisé que "la Suisse adoptera, pour la première fois, une stratégie destinée à l’Afrique subsaharienne et à la région du Sahel 2021-2024", rapporte la même source.

"La Suisse compte, à la faveur de cette stratégie, jeter la lumière sur la diversité des liens établis avec la région, et approfondir les relations avec les pays africain", a souligné M. Cassis qui précise que cette stratégie "a été développée sur la base d’une large concertation à laquelle ont participé les représentations diplomatiques de plus de 30 pays africain, avec un véritable esprit de partenariat".

Cette stratégie repose, selon le document, sur un ensemble d’instruments, dont le renforcement des valeurs de la solidarité et de la coopération internationale, le respect des droits de l’Homme, l’appui des valeurs de la démocratie outre la sécurité et la stabilité.

M. Sabri Boukadoum a tenu, dimanche, une séance de travail avec M. Cassis, dans le cadre de sa visite en Algérie, durant laquelle il a été convenu d’appuyer la coopération bilatérale, la concertation et la coordination entre les deux pays dans tous les domaines pour aboutir à des solutions politiques et pacifique aux crises, à l’instar de la région du Sahel, la Libye et le Sahara Occidental.

Par ailleurs, M. Boukadoum a assuré au chef de la diplomatie suisse l’appui de l’Algérie à la candidature de la Suisse à la qualité de membre au Conseil de Sécurité pour la période 23-24.

De même que la candidature de l’Algérie à la qualité de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 24-25 a été appuyée par la Suisse.

M. Ignazio Cassis a entamé, dimanche, une visite de travail en Algérie, à l’invitation de M. Boukadoum. La visite de M. Cassis s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens de coopération entre l’Algérie et la Suisse.

Le Ministre de l'Energie, M. Abdelmadjid Attar préside une réunion extraordinaire du Conseil ministériel de l'Organisation des Pays Africains Producteurs de Pétrole (APPO) .(APS, 09/02/2021)


Le Ministre de l'Energie, M. Abdelmadjid Attar, a présidé mardi une réunion extraordinaire du Conseil ministériel de l'Organisation des Pays Africains Producteurs de Pétrole (APPO), au cours de laquelle il a été convenu de reporter l'examen de l'étude prévue sur l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'industrie du pétrole et du gaz.

S'exprimant à la presse à l'issue de cette réunion qui s'est tenue par visioconférence, M. Attar a indiqué que "le Conseil ministériel de l'APPO a décidé de tenir une deuxième réunion dont la date sera fixée dans une ou deux semaine afin d'examiner le rapport sur l'étude qui devait être réalisée sur l'impact de la pandémie du Covid-19 sur l'industrie du pétrole et du gaz des pays producteurs africains".

Le Conseil ministériel devait examiner aujourd'hui, selon le Ministre, le rapport préparé sur cette étude par un comité ad hoc désigné il y a six mois et constitué de 5 pays dont l'Algérie, l'Egypte, la Guinée Equatoriale, et le Nigéria.

Les termes de référence, l'objet et le contenu de l'étude ont été définis et le rapport y afférent devait être soumis au Conseil ministériel de l'Organisation, en vue de prendre une décision, et ce, dans le cadre du suivi et de la mise en œuvre de la résolution du dernier conseil tenu en juin 2020.

"A la lumière des nouvelles données et en raison du flou qui entoure encore les conséquences de la pandémie sur les pays africains producteurs de pétrole, il a été convenu de tenir une autre réunion pour donner le temps à certains pays de faire des propositions", a expliqué le Ministre de l'Energie.

M. Attar a souligné également qu'il a été décidé d'élargir l'étude et de la réaliser de façon différente par rapport à ce qui été prévu initialement.

"L'Algérie a proposé à ce qu'il y ait plus de relations et de coopération avec l'Opep qui dispose d'un Secrétariat technique beaucoup plus outillé en matière d'expertise et de compétences qui avait réalisé plusieurs études sur l'économie mondiale et les pays pétroliers de l'Opep et de l'Opep+", a-t-il fait savoir.

La proposition de l'Algérie a tenu en compte du fait que la majorité des pays de l'APPO sont aussi membres de l'Opep, a ajouté M.Attar.

Créée en 1987, l'APPO regroupe 18 pays africains producteurs de pétrole, à savoir l'Algérie, l'Angola, le Bénin, le Cameroun, le Congo, le RD Congo, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, le Gabon, le Ghana, la Guinée Equatoriale, la Libye, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, l'Afrique du Sud, le Soudan et Tchad.

Cette organisation intergouvernementale, basée à Brazzaville, vise à promouvoir les initiatives communes en matière de politique et de stratégie de gestion dans tous les domaines de l'industrie pétrolière en vue permettre aux pays membres de tirer profit des activités d'exploitation de pétrole.

L'Algérie assure la présidence de l'Organisation pour l'exercice en cours.(APS)

Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad reçoit le Vice-Président de la Confédération suisse.(APS, 09/02/2021)


ALGER- Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a reçu lundi à Alger, le Vice-Président de la Confédération suisse, chef du Département fédéral des Affaires Etrangères, M. Ignazio Cassis, qui effectue une visite de travail en Algérie, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

L'audience, qui s'est déroulée au Palais du Gouvernement, "a été l'occasion de procéder à un échange de vues sur les relations algéro-suisses et les perspectives de leur développement dans divers domaines", précise la même source, soulignant que "dans ce cadre, l'accent a été mis sur les domaines de l'industrie, de la technologie, du numérique, de l'agriculture, de l'environnement, de la santé et de l'industrie pharmaceutique".

A cet égard, il a été convenu de "renforcer la concertation et de multiplier les contacts entre les communautés d'affaires dans les deux pays afin de relancer la coopération économique et mettre à profit les potentialités qu'offrent les marchés algérien et suisse".

Les deux parties ont, par ailleurs, "discuté de la mise en place de mécanismes de coopération concernant les archives de la guerre de libération nationale se trouvant en Suisse", ajoute le communiqué.

En outre, l'audience a également "permis une large concertation sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment la lutte contre le terrorisme ainsi que les situations au Mali et au Sahel et au Sahara occidental".

"Les récentes avancées enregistrées dans le processus politique en Libye ont été saluées", souligne la même source.

"Pour ce qui est du conflit du Sahara occidental, il a été rappelé l'urgence de la nomination d'un Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU", indiqué également le communiqué.

A la fin, "les deux parties ont exprimé leur satisfaction quant à la convergence de leurs vues respectives et ont affirmé leur attachement à poursuivre la tradition de concertation bilatérale", conclut le communiqué.

Questions palestinienne et sahraouie: L'Algérie et la Suisse soulignent l'impérative mise en œuvre des résolutions onusiennes

L'Algérie et la Suisse ont mis en avant lundi "l'impératif respect du droit international et de la mise en œuvre des résolutions onusiennes" concernant les questions palestinienne et sahraouie, a indiqué un communiqué du Conseil de la Nation.

Chargé par le Président par intérim du Conseil de la Nation, M. Salah Goudjil, le Président de la Commission des Affaires Etrangères, de la coopération internationale et de la communauté algérienne à l'étranger au Conseil de la Nation, M. Rachid Boushaba, a reçu, au siège du Conseil de la Nation, deux membres du Conseil national de la Confédération suisse, Elizabeth Schneider-Schneiter et Nicholas Walder, avec lesquels il a évoqué la nécessité de coordonner les positions au niveau des fora parlementaires internationaux afin de défendre la démocratie et la légalité internationale.

Ils ont souligné, à cet égard, "la nécessité de respecter le droit international et d'appliquer les résolutions pertinentes de l'ONU, notamment celles liées aux causes palestinienne et sahraouie".

La rencontre a également permis de "passer en revue l'état des relations bilatérales historiques et les relations parlementaires en particulier, ainsi que les moyens de les hisser à un niveau supérieur", a indiqué la même source, relevant qu'un accent a été mis sur "l'importance du rôle des parlements dans le renforcement des relations entre les pays".

Dans ce cadre, M. Boushaba a rappelé l'intérêt accordé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à la démocratie participative, en "prêtant attention à la société civile et à son rôle dans la vie politique et économique du pays".

Les parties sont convenues au terme de cette rencontre d'activer les groupes d'amitié parlementaires et d'intensifier les échanges entre les parlementaires des deux pays pour accompagner les efforts consentis pour la diversification de la coopération économique et scientifique entre les deux gouvernements, ajoute la même source.

A noter que la rencontre s'est déroulée en présence de: Abdelkader Shenini, vice-président de la commission des affaires juridiques et administratives, des droits de l'homme, de l'organisation locale, de l'aménagement du territoire et du découpage territorial, également vice-présidente du Groupe d'amitié parlementaire algéro-suisse, de Leila Brahimi , membre du Conseil de la nation, et de Mohamed Arabaoui, vice-président de la commission des affaires étrangères, ainsi que Sid Ali Bouhouia, rapporteur de la commission des affaires étrangères.

Algérie-Suisse: Signature d'un Accord de partenariat dans le domaine de la Santé.(APS, 09/02/2021)


ALGER - Un Accord de partenariat et de coopération portant notamment sur la prise en charge des maladies non transmissibles a été signé, lundi à Alger, entre le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et un laboratoire suisse.

La cérémonie de signature a été présidée, côté algérien, par le Ministre de la Santé, M. Abderrahmane Benbouzid, accompagné du Ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière, M. Ismail Mesbah et, côté suisse par le Vice-Président de la Confédération helvétique, chef du Département fédéral des Affaires Etrangères, M. Ignazio Cassis, en visite en Algérie.

Dans une déclaration à la presse, M. Benbouzid a indiqué qu'une "commission mixte a été mise en place pour assurer un suivi permanent de la mise en œuvre de cet accord et identifier également les projets de coopération à développer à l'avenir entre les deux pays".

Le Ministre a fait savoir qu'il a évoqué, au cours de son entretien avec le Vice-Président de la Confédération helvétique, "les voies et moyens de développer et d'intensifier les opportunités de la coopération dans le secteur de la santé entre les deux pays", citant entre autres l'accord de partenariat et de coopération signé ce lundi et portant, a-t-il dit, sur la prise en charge des maladies non transmissibles, à savoir le cancer, les maladies neurologique et l'hémophilie.

Il a en outre précisé que ces maladies figurent parmi les priorités de son département.

De son côté, le Vice-Président de la Confédération helvétique a indiqué que "la signature de cet accord, marque une coopération avec l'Algérie qui va au-delà de la production d'un médicament et qui touche le bon fonctionnement du système de Santé".

Par ailleurs, M. Cassis a "félicité l'Algérie pour avoir bien géré la pandémie du Covid-19", soulignant que les deux pays ont eu "un fructueux échange sur la question vaccinale et la stratégie des deux pays en la matière".

Il a ajouté que "la signature de cet accord entre dans le cadre d'une stratégie de coopération bilatérale qui ouvre une nouvelle voie de partenariat à l'avenir dans le domaine de la santé".

Allocution du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum à l’occasion de la Session extraordinaire du Conseil de la Ligue Arabe au niveau ministériel - La position constante de l'Algérie envers la Palestine réaffirmée -.(MAE, 08/02/2021)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a réaffirmé lundi au Caire la position constante et inconditionnelle de l'Algérie en faveur du peuple palestinien pour le recouvrement de tous ses droits spoliés et à l’établissement de son Etat indépendant et souverain sur les frontières de 1967 avec El-Qods pour capitale sur la base de l'initiative de paix arabe.

Dans son allocution lors de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue Arabe au niveau ministériel, tenue lundi au Caire, M. Boukadoum a précisé que "la cause palestinienne a connu dernièrement ses moments les plus difficiles et il est nécessaire de reprendre les choses en main afin de créer les conditions idoines pour la relance du processus de négociations sur la base des références de paix convenues au niveau international et conformément aux résolutions pertinentes de l'ONU, aux principes de la légalité internationale et à l'initiative de paix arabe".

"L’étape actuelle est délicate, d’où l’impératif de mettre d’abord de l’ordre dans les affaires intérieures, de conjuguer les efforts, de placer l’intérêt de la cause palestinienne avant toute autre considération et de veiller à ce que nos positions soient en accord avec les intérêts nationaux communs", a soutenu le Ministre des Affaires Etrangères.

"Tout en me félicitant, par la même, des efforts fournis pour l'unification des rangs palestiniens, je salue les frères en Palestine, pour l'étape importante franchie récemment, laquelle consiste en l'organisation de l'élection présidentielle et des élections législatives, que nous souhaitons voir contribuer à la promotion de la réconciliation et à l'unification de la position palestinienne", a-t-il poursuivi.

"Bien évidemment, la cause palestinienne figure en tête de nos priorités, au regard de la place qu'elle occupe dans nos cœurs tous", a-t-il assuré, ajoutant : "Je tiens à cette occasion, à rappeler que mon pays, qui a eu l'honneur d'abriter la proclamation de la création de l'Etat palestinien, le 15 novembre 1988, réaffirme sa position constante et inconditionnelle de soutien au droit du peuple palestinien au recouvrement de tous ses droits violés et à l'établissement de son Etat indépendant sur les frontières de 1967, un Etat entièrement souverain et ayant Al-Qods pour capitale, sur la base de l'Initiative de paix arabe".

M. Boukadoum a tenu également à rendre hommage "au frère et camarade, feu Saeb Erekat, qui nous a quittés depuis quelques mois et qui a consacré sa vie à défendre la cause palestinienne et les droits légitimes du peuple palestinien frère".

"Le monde arabe traverse plusieurs crises qui se sont aggravées menaçant son unité, sa souveraineté et son indépendance", a-t-il indiqué, ajoutant que "cette situation nous oblige à consentir des efforts sincères en vue de rejeter la violence et de relancer des solutions pacifiques et politiques de manière à garantir la sécurité et la paix au profit de nos peuples et de nos pays".

M. Boukadoum a en outre estimé que "cet objectif ne saurait être atteint que par une vision commune afin de résoudre ces crises et relever tous les défis auxquels nous sommes confrontés, et dans un second temps, la mise en place d'un mécanisme collectif efficace, à même de faire face à tout imprévu, de façon à trouver des solutions rapides au niveau arabe".

"Il convient également de rappeler la position de principe que l'Algérie a défendue dès le début dans toutes les réunions arabes et internationales rejetant toute internationalisation de nos questions arabes. Mon pays a tout fait pour trouver des solutions pacifiques qui évitent l'effusion du sang arabe et qui préservent l'unité et la souveraineté des pays arabes, et s'est opposé à toutes les démarches contraires à cette position de principe", a-t-il ajouté.

Pour ce qui est des mécanismes de l'action arabe conjointe, M. Boukadoum a précisé que "la réforme de la Ligue arabe est devenue nécessaire pour la préservation de l'harmonie des rangs arabes et le maintien de la sécurité nationale arabe ... Pour ce faire, il faut revoir les structures et les approches du système actuel afin de s'adapter aux changements et relancer le rôle de notre Organisation dans l'instauration de la paix et de la stabilité".

Allocution du Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad à l'occasion de la 34 ème Session des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine.(MAE, 06/02/2021)


Le Premier Ministre, Abdelaziz Djerad a appelé samedi, le 06 février 2021, au renforcement de la solidarité continentale et mondiale et à l'unification des efforts pour lutter contre la pandémie Covid-19, mettant l'accent sur la nécessite de permettre aux pays pauvres d'accéder aux vaccins pour pouvoir sortir de cette crise sanitaire qui affecte les efforts de relance du développement.

M. Abdelaziz Djerad qui représente le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune aux travaux de la 34 ème Session des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine (UA), a affirmé dans son allocution sur le rapport du Président sud-africain et Président en exercice de l'UA, sur "la mise en œuvre de la Stratégie continentale africaine commune pour faire face à la pandémie de Covid-19" , que cette "crise sanitaire sans précédent, de par son étendue et la gravité de ses retombées politiques et socio-économiques, a compromis la croissance des économies des Etats, induit une aggravation des taux de chômage et mis nos systèmes de santé devant des défis majeurs ayant requis l'adoption de mesures strictes, à l'effet d'alléger le déficit financier et éviter des pertes économiques supplémentaires".

Après avoir transmis les salutations du Président Tebboune aux Dirigeants africains et ses vœux de succès aux travaux de leur Sommet tenu par visioconférence, le Premier Ministre a salué "la Stratégie continentale africaine commune pour faire face à la pandémie de la Covid-19, qui mise sur la coopération et la coordination pour assurer le vaccin au moins aux populations du continent", la qualifiant de "précieuse initiative qui permettra aux pays du continent de coordonner leurs positions dans le cadre d’une action multilatérale".

"La réussite de cette stratégie continentale est tributaire du renforcement de la coopération et de la coordination avec nos partenaires internationaux", a-t-il estimé, mettant en exergue le soutien à "la demande visant à alléger le fardeau de la dette, à aider les Etats à assurer la continuité des approvisionnements alimentaires, à protéger les emplois et à atténuer l'impact de la baisse des revenus dans le continent en raison de la perte des recettes d'exportation".

Soulignant l'impact de la crise sanitaire Covid-19 sur tous les aspects économiques, politiques et sociaux des Etats, le Premier Ministre a indiqué qu'en plus des pertes en vies humaines, "cette crise a contraint plusieurs Etats, à fermer leurs frontières et à instaurer des mesures préventives, ce qui a induit des pertes matérielles considérables résultant de la mise à l'arrêt des activités économiques et de la restriction de la circulation des personnes dans le monde".

Pour faire face à la situation née de la pandémie, M. Djerad a appelé à la nécessaire consolidation de la solidarité continentale et mondiale et "à unifier nos efforts communs, tout en mobilisant aussi bien nos potentiels et nos moyens, pour faire face à cette pandémie et limiter ses effets".

"Nous nous réunissons aujourd'hui avec l'espoir que la crise de la Covid-19, qui a touché l’humanité entière, soit surmontée à la faveur du début des vaccinations contre cette pandémie dans de nombreux pays du monde. Notre souhait est que notre continent puisse assurer à nos pays des vaccins de manière équitable pour endiguer sa propagation et mettre en place une stratégie pour la phase de reprise économique post-épidémie", a ajouté le Premier Ministre.

Il a, à cet égard, insisté sur "la nécessité de renforcer la solidarité internationale dans la distribution des vaccins et d'éviter que ces processus n’obéissent à des considérations nationalistes qui empêcheraient les pays pauvres d'accéder aux vaccins et éterniseraient ainsi la crise".

Dans ce contexte, M. Djerad a mis en avant l'initiative de "Plateforme africaine de fournitures médicales", lancée en mai 2020 comme mécanisme de mise en commun des achats au profit de tous les Etats membres pour assurer l'acquisition des fournitures médicales essentielles, ainsi que le Fonds de l'Union Africaine créé pour le financement des efforts de lutte contre l'épidémie, auquel l’Algérie s’est empressé de contribuer à hauteur de deux (2) millions de dollars, en plus des aides alimentaires et des équipements médicaux fournis au niveau bilatéral".

Par ailleurs, le Premier Ministre a mis en avant les efforts déployés par l'Algérie qui a "résolument fait face à cette pandémie, dès les premières heures, en initiant des mesures de prévention et en mobilisation tous les moyens possibles pour contrer ses répercussions socio-économiques, notamment sur les jeunes, les femmes et les catégories vulnérables".

Ces mesures ont permis, en un temps record, de contrôler la propagation du virus et d'atteindre l'autosuffisance en termes de moyens de prévention et de dépistage, et de production de médicaments, a-t-il ajouté, relevant la détermination de l'Algérie à poursuivre l'opération de vaccination, entamée fin janvier dernier, jusqu’ à l'atteinte des taux requis pour assurer l’immunité collective.

Aussi, a-t-il réaffirmé le soutien de l'Algérie aux recommandations contenues dans le rapport de Cyril Ramaphosa, Président de la République d'Afrique du Sud, et son profond attachement quant à l'importance de l'action de l'organisation continentale avec les partenaires internationaux en vue d'assurer l'acheminement des vaccins aux pays africains, "de manière juste et équitable, et à un coût abordable et en temps opportun", à travers le renforcement de la coopération internationale, le soutien à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et l'adoption d'une politique de positions communes et unifiées "qui nous a de tout temps permis de préserver les intérêts de nos pays, notre continent et notre Organisation".

L'Algérie se félicite de la formation de l'Autorité exécutive provisoire en Libye.(APS, 07/02/2021)


ALGER- L'Algérie s'est félicitée samedi du "progrès réalisé dans le dialogue politique libyen mené sous l'égide de l'Organisation des Nations-Unies et de la formation de l'Autorité exécutive provisoire", exprimant sa "pleine disposition à œuvrer avec l'Autorité pour la réalisation de la sécurité, de la stabilité et des aspirations du peuple libyen frère", a indiqué un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

L'Algérie a également formé le vœux, selon la même source, de voir "ce pas positif contribuer à mettre un terme à l'indivision et à resserrer les rangs libyens en prévision des échéances électorales importantes prévues la fin de l'année".

Tout en réitérant sa "solidarité constante avec le peuple libyen frère et sa position rejetant toute forme d'ingérence dans les affaires internes libyens", l'Algérie a affirmé, selon la même source, "son appui permanant aux efforts pacifiques visant l'instauration de la paix et de la stabilité dans ce pays frère, suivant une approche inclusive garantissant la souveraineté de la Libye, son indépendance et son unité territoriale".

Sakiet Sidi Youcef: Des évènements qui ont scellé les liens de fraternité entre les deux peuples.(APS, 07/02/2021)


ALGER- Les massacres de Sekiet Sidi Youssef commis par les forces coloniales françaises en 1958, au cours desquels près de 80 civils algériens et tunisiens, dont des femmes et des enfants, ont péri, auront scellé à tout jamais les liens de fraternité et de solidarité active entre les peuples algérien et tunisien, qui partagent avec les autres peuples maghrébins la communauté de destin.

C'est dans cet esprit de solidarité active qu'une caravane médicale composée de moyens de lutte contre la Covid-19 à destination de la ville de Sakiet Sidi Youcef en Tunisie a démarré samedi à partir d'Alger, dans le cadre de la commémoration du 63e anniversaire de ces massacres.

Sur décision du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, 11 tonnes de médicaments et moyens de lutte contre la pandémie de Covid-19 ont été acheminés vers la ville de Sakiet Sidi Youcef.

A travers ce geste de solidarité, l'Algérie exprime sa volonté de "rester toujours fidèle au peuple tunisien frère", a affirmé à cette occasion le secrétaire général du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelhak Saihi.

"Les évènements de Sakiet Sidi Youcef restent un symbole qui va inciter nos deux pays à travailler ensemble pour améliorer davantage leurs relations de coopération en vue de concrétiser un partenariat stratégique", a souligné, pour sa part, l'ambassadeur tunisien en Algérie, Ramdhane Al-Fayedh.

M. Al-Fayedh a considéré que la région de Sakiet Sidi Youcef et la bande frontalière algéro-tunisienne "seront l'une des plus importantes étapes de la mise en place de cette stratégie dans le but de développer la région et d'assurer la sécurité et la stabilité des deux peuples".

En recevant en février 2020 son homologue tunisien Kaïs Saïed, le Président M. Abdelmadjid Tebboune avait réaffirmé que l'Algérie était prête à apporter toute son aide à la Tunisie qui traverse une conjoncture difficile, tant au plan financier qu'économique", faisant part de la décision de "dépôt de 150 millions USD dans la Banque centrale tunisienne et la poursuite des facilitations de paiement de l'approvisionnement en gaz et hydrocarbures".



Le Président Tebboune s'était félicité, en outre, de la convergence de vues "totale et absolue" entre l'Algérie et la Tunisie "sur tous les plans", y compris sur les questions régionales et internationales, à leur tête le dossier libyen. L'Algérie et la Tunisie sont liées depuis 2008 par un accord commercial préférentiel. Depuis la signature de cet accord et l'adhésion de l'Algérie à la Grande zone arabe de libre échange en janvier 2009, les échanges commerciaux entre les deux pays ont enregistré une augmentation substantielle.

Selon les statistiques des Douanes algériennes portant sur le commerce extérieur durant les 11 premiers mois de l'année 2019, l'Algérie a exporté vers la Tunisie un peu plus d'un (1) milliard de dollars, un chiffre en progression de 13 % par rapport à la même période en 2018. Les exportations algériennes vers la Tunisie sont constituées essentiellement d'hydrocarbures et dérivés.

Quant aux importations provenant de la Tunisie, qui ont avoisiné les 400 millions de dollars (en hausse de 3,7 % par rapport à 2018), elles comprennent, entre autres, des produits agroalimentaires, des équipements industriels, du textile et de l'habillement.

Les investissements communs ont également connu une croissance soutenue notamment dans le secteur énergétique, avec une série d’accords signés pour le renforcement du partenariat énergétique.

Ces accords portent notamment sur l'augmentation de la capacité d'interconnexion électrique, l'augmentation de la quantité de GPL (Gaz de pétale Liquéfié) exportée vers la Tunisie et l'approvisionnement des régions frontalières en gaz algérien.

La coopération énergétique s'est, en outre, élargie aux activités de prospection et de production des hydrocarbures entre la société nationale Sonatrach et l'Entreprise tunisienne des activités pétrolières (ETAP).

Dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la contrebande, les deux pays entretiennent une étroite collaboration, notamment au niveau des zones frontalières.

Les bombardements aériens de Sakiet Sidi Youcef, qui avaient fait 79 morts, dont 20 écoliers et 11 femmes, ont apporté à la Guerre de Libération nationale le soutien de l'opinion internationale qui avait condamné unanimement le colonialisme français en Afrique du Nord.

La France coloniale a tenté de justifier son crime par la poursuite des unités de l'Armée de libération nationale (ALN) sur le territoire tunisien, mais ces faux prétextes ont rapidement révélé leur caractère mensonger lorsque les médias internationaux ont dévoilé la vérité sur l'agression barbare de l'armée française" sur des civils, note Athmane Menadi, enseignant à l'université de Souk Ahras.

"Loin de briser par la terreur les liens de fraternité des deux peuples voisins, les bombardements français de Sakiet Sidi Youcef ont cimenté davantage leur solidarité", affirme-t-il.

La candidature de l'Algérie au poste de membre non permanent au Conseil de Sécurité approuvée.(APS, 06/02/2021)


ALGER - L'Union Africaine (UA) a approuvé, jeudi, la candidature de l'Algérie au poste de membre non permanent au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2024-2025, a indiqué le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum.

"Les travaux de la 38e Session du Conseil exécutif de l'UA ont été clôturés par la validation de la candidature de l'Algérie au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2024-2025", a tweeté jeudi M. Boukadoum.

Le Conseil exécutif a mis l'accent sur "l'impératif attachement aux principes fondateurs de l'UA", a ajouté M. Boukadoum dans son tweet.

Dans son intervention lors des travaux du Conseil exécutif de l'UA, M. Boukadoum a affirmé que "l'Algérie, fermement convaincue du principe de solidarité et du partage équitable des charges et soucieuse de la concrétisation des objectifs du continent africain, sur tous les plans, tient à s'acquitter, à temps, de ses contributions financières au budget de l'UA et au Fonds pour la paix", indique un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

Cette Session a été consacrée à l’examen d’une série de rapports, dont celui relatif à la mise en œuvre de la stratégie continentale commune de lutte contre la Covid-19, et d’exposés sur les activités de différents organes de l’UA au titre de l’exercice écoulé.

Le Conseil exécutif s'est également penché sur le progrès réalisé dans la mise en œuvre des réformes structurelles de l’UA.

La 38ème Session du Conseil exécutif de l'UA a été tenue, rappelle-t-on, en préparation des travaux de la 34e Session ordinaire du Sommet des Chefs d'Etats et de Gouvernements de l’UA, prévue les 6 et 7 février courant par visioconférence et placée sous le thème: "Arts, Culture et Patrimoine: des leviers pour construire l’Afrique que nous voulons".

Il sera procédé, lors du Sommet, à l’élection de nouveaux membres de nombre d’organes de l’Organisation continentale, à leur tête les six commissaires du Conseil exécutif de l’UA.

De même qu'il est prévu, lors de cette élection et pour la première fois, la fusion des deux Départements Affaires politiques (DAP) et Paix et Sécurité (DPS), le but étant de conférer plus de poids au poste de Président du Conseil de paix et sécurité (CPS), de manière à permettre au Commissaire de gérer les différends politiques et les questions relatives à l'instabilité dans le continent, telles que les protestations contre les résultats des élections.

Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum: L’Algérie s’est toujours acquittée de ses obligations financières envers l’Union Africaine (UA) .(APS, 05/02/2021)


Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum a affirmé que l’Algérie a toujours était ponctuelle quant à l’acquittement de ses obligations financières envers l’Union Africaine et le fond pour la paix.

Dans son intervention lors de la réunion du bureau exécutif de l’Union Africaine , tenue ce jeudi, par vidéoconférence, M. Sabri Boukadoum a réitéré l’engagement de l’Algérie et sa volonté de remplir ses obligations financières « en croyant au principe de solidarité et de partage équitable des charges, ainsi qu’au besoin d’assurer l’indépendance financière » de l’Organisation continentale.

Le plan d'action pour la relance du Barrage vert en cours de finalisation.(APS, 05/02/2021)


ALGER- Le plan d'action sur le projet de relance et de réhabilitation du barrage vert, pour lutter contre la désertification et le changement climatique est en cours de finalisation, a indiqué jeudi à Alger, Saliha Fartas, Directrice à la Directrice Générale des forêts (DGF), précisant que l’objectif tracé est d’étendre la superficie de la couverture végétale à 4,7 millions d’hectares.

Intervenant lors d’une journée d’étude organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG), sur le thème du barrage vert, Mme Fartas a précisé que le plan d'action portant sur la relance de ce projet est actuellement en voie d’être finalisé.

Ce plan d’action multisectoriel vise à étendre la superficie végétale de 3,7 millions d’hectares actuellement à 4,7 millions à l’horizon 2035.

Ce projet intégré avait été confié à un organe national de coordination, regroupant plusieurs secteurs ministériels et qui a été chargé d’élaborer l’ensemble des études et démarches requises pour la relance du barrage vert, et ce suite aux instructions du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a souligné la même responsable.

"Actuellement, nous sommes en phase de formulation et de révision de notre feuille de route pour la mise en œuvre de ce projet intégré qui comprend une nouvelle vision de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations qui vivent au niveau des zones situées dans cette bande verte", a fait savoir également la responsable de la DGF.

Affirmant que le projet de relance a pris en considération le volet du génie rural, Mme Fartas a expliqué que les pouvoirs publics ont décidé cette fois-ci d’intégrer la prise en charge de plusieurs aspects dans l’extension du patrimoine forestier, notamment la création d’espaces récréatifs, d’espaces verts pour le développement de l’écotourisme, ainsi que la création d’entreprises par des jeunes issus des milieux ruraux.

"Tous les projets seront tributaires d’études d’impact pour éviter la destruction de la forêt. Il est prévu aussi l’exploitation des énergies renouvelables", a-t-elle relevé.

Selon les données de la DGF réalisées à l’aide du GPS, la superficie totale du Barrage vert est de 3,7 millions d’hectares couvrant 13 wilayas, 165 communes dont plus 200 zones d’ombre ont été recensées.

Un financement onusien de 43 millions de dollars sollicité

S’agissant du financement du projet, il a été fait appel au soutien du Fond vert pour le climat, un organisme financier de l’Organisation des Nations Unies, rattaché à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, a ajouté Mme Fartas. La contribution financière sollicitée auprès ce Fonds, toujours en cours d'examen et d'évaluation, est de l’ordre de 43 millions de dollars, a-t-elle mentionné.

Lors de cette journée d’étude, le Directeur Général du Bureau national d’études pour le développement rural (BNEDER), Khaled Ben Mohamed, a souligné la nécessité de relancer le projet du Barrage vert, pour lutter contre l’avancée du désert et le renouvellement du patrimoine forestier de plus en plus mis en danger par l’activité humaine à travers l’élevage au niveau de la steppe.

Créé en 1970, suite à une décision relative à la mise en place du périmètre de reboisement de Moudjebara dans la wilaya de Djelfa, le Barrage vert fait face, selon une étude réalisée par les services du BNEDER sur la vulnérabilité de ce patrimoine, à des aléas du changement climatique surtout dans la partie centre et ouest qui accélèrent sa dégradation, d’où la nécessité de lancer "une urgente opération de son renouvellement et de sa réhabilitation", a-t-on préconisé.

"Nous vivons ces dernières années des évènements extrêmes sur le plan climatique au niveau des zones de cette bande verte qui ont affecté considérablement les systèmes socioéconomiques", alerte M. Ben Mohamed.

Lors des débats, des intervenants ont insisté sur la création d’une agence nationale chargée du projet de relance du Barrage vert ainsi que l’adoption d’une approche globale impliquant des experts, des agronomes et les institutions de l’Etat.

Il a été également souligné l’importance d’associer les acteurs de la société civile en vue de participer à la sensibilisation et la protection de ce patrimoine forestier menacé aussi par le phénomène des incendies qui ravagent annuellement des milliers d'hectares.

Covid-19: Le laboratoire algérien de production pharmaceutique "Frater Razes" en discussion avec un partenaire russe pour la production du vaccin.(APS, 04/02/2021)


ALGER- Le laboratoire algérien de production pharmaceutique "Frater Razes" est en discussion avec un opérateur russe pour la production du vaccin "Spoutnik V" contre le virus Covid-19, a annoncé mardi à Alger le Ministre de l'Industrie pharmaceutique, M. Lotfi Benbahmed.

Lors d'un point de presse, en marge de l'installation du nouvel Observatoire national de veille sur la disponibilité des produits pharmaceutiques, le ministre a fait savoir que "le laboratoire Frater Razes a entrepris des discussions avec un opérateur russe pour la production du vaccin Spoutnik V en Algérie", précisant que le dossier technique pour la production du vaccin a été transmis à l'Agence nationale du médicament depuis un mois et demi.

Il existe quatre phases pour la production de ce vaccin dont deux phases peuvent être réalisées par les opérateurs nationaux, selon lui. Deux autres phases en amont concernent la biotechnologie consistant en l'utilisation de cellules vivantes pour la production du vaccin.

"La Russie est disposée à nous fournir cette technologie et accompagner l'Algérie dans ce projet en transférant les technologies nécessaires à l'Algérie", a assuré M. Benbahmed, ajoutant qu'il existe un accord de partenariat entre l'Observatoire de veille sur la disponibilité des produits pharmaceutiques et son homologue russe impliquant le contrôle, l'enregistrement et la fabrication de produits pharmaceutiques ainsi que des volets de formation et de transfert technologique.

De plus, selon lui, l'Algérie possède les capacités de production du vaccin, estimant toutefois prématuré d'évoquer des chiffres sur les futures quantités produites.

S'agissant des délais de production, le Ministre a indiqué que le début de la production "pourra se faire rapidement après réception de la matière première".

"La production peut débuter deux mois après l'arrivée de la matière première de Russie et les analyses spécifiques au vaccin", a-t-il indiqué, notant que ce projet permettra de couvrir le marché national mais aussi d'exporter vers d'autres pays de la région et du Continent.

A rappeler que la vaccination contre le Covid-19 a commencé samedi en Algérie, après la réception, vendredi, de 50.000 doses du vaccin russe Sputnik V, et, lundi, d'une cargaison de 50.000 doses du vaccin britannique Astra-Zeneca.

Zones d’ombre : Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune suit quotidiennement le dossier.(EL MOUDJAHID, 04/02/2021)


Le Conseiller du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, chargé des zones d’ombre, M. Brahim Merad, a affirmé, mardi soir depuis Relizane, que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, suivait quotidiennement le dossier des zones d’ombre.

S’exprimant lors d’une visite à la localité dite «Slatna», une zone d’ombre sise dans la commune de Merdja Sidi Abed, M. Merad a assuré, au 1er jour de sa visite de travail dans la wilaya, que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, suivait quotidiennement le dossier des zones d’ombre dans le pays et qu’il attachait beaucoup de prix à l’amélioration de la situation de leurs habitants. Le dossier de prise en charge des zones d’ombre «jouit d’un grand intérêt et revêt un caractère prioritaire auprès du Président de la République, d’autant qu’il est l’un de ses engagements les plus importants», a rappelé M. Merad.

«Le Président de la République a braqué les projecteurs sur les zones d’ombre et sur le monde rural, en vue de changer la situation des résidents de ces zones et les prendre en charge pour une vie digne», a-t-il souligné.

M. Merad a assuré de «l’existence d’une forte volonté politique de l’Etat de prendre en charge les zones d’ombre et d’y améliorer les conditions de vie».

A ce titre, il a fait état du recensement des besoins de ces régions, à l’effet de leur prise en charge, ainsi que de l’inscription de programmes de développement, en fonction des besoins de chaque région. Lors du 1er jour de sa visite dans la wilaya de Relizane, M. Merad a inspecté plusieurs zones d’ombre, à l’instar d’Ain el Hamra dans la commune d’El Guettar, Zhairia dans la commune de Hamri et de Soualmia dans la commune de Yellel et le second jour Tida, dans la commune d’Ain Tarek, Ouled Mustapha et Ouled Haddou, dans la commune de Souk El Had, Si Taja dans la commune d’Oued Essalem ainsi que d’autres zones.

Réunion du Gouvernement : examen de trois projets de Décrets exécutifs.(APS, 04/02/2021)


ALGER- Trois (3) projets de Décrets exécutifs relatifs aux secteurs de l'Intérieur, à la Jeunesse et des Sports et à l'Industrie pharmaceutique ont été examinés par les membres du gouvernement lors d'une réunion présidée mercredi par visioconférence par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, indique un communiqué des services du Premier Ministre dont voici le texte intégral :

"Le Premier Ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a présidé, ce Mercredi 03 Février 2021, une réunion du Gouvernement qui s’est déroulée par visioconférence.

Conformément à l’ordre du jour, les membres du Gouvernement ont examiné trois (03) projets de Décrets exécutifs présentés par les Ministres en charge de l’Intérieur, de la Jeunesse et des Sports ainsi que de l’Industrie Pharmaceutique.

1- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire relatif au projet de Décret exécutif instituant le périmètre de protection de Djamaâ El-Djazaïr et fixant ses limites et les règles de sécurité qui lui sont applicables.

Ce projet texte s’inscrit dans le cadre de la mise en place des instruments juridiques et opérationnels pour la protection et la sécurisation de Djamaâ El-Djazaïr. Il a pour objet la fixation des mesures nécessaires pour garantir la sécurisation des espaces environnants à cette infrastructure, grâce à la délimitation et l’institution d’un périmètre de protection réglementé.

2- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de la Jeunesse et des Sports relatif au projet de Décret exécutif modifiant et complétant le Décret exécutif n 15-340 du 28/12/2015 relatif au non cumul entre la responsabilité exécutive et élective et la responsabilité administrative au sein des structures d’organisation et d’animation sportives.

Le projet de texte présenté étend les cas de non cumul à des catégories de fonctionnaires du secteur de la jeunesse et des sports qui n’ont pas été prévus dans les dispositions du Décret exécutif n 15-340 en vigueur. A cet effet, les nouvelles dispositions apportent plus de précisions aux cas et situations de non cumul de responsabilités ce qui permettrait de mieux lutter contre les risques de conflits d’intérêts et d’abus d’autorité et préserver ainsi l’éthique et la morale sportives.

3- Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l’Industrie Pharmaceutique relatif aux établissements pharmaceutiques et aux conditions de leur agrément.

Ce projet de texte prend en charge de nouveaux types d’établissements, en introduisant les établissements d’importation, d’exploitation et d’exportation et ceux de fabrication et de distribution en gros.

Il permet la couverture de la totalité des activités relatives à la chaine des produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux, et de fixer les missions de ces différents établissements et de réguler leur fonctionnement en fonction de la nature de leurs activités.

Ce projet de texte prévoit également l’intervention de contrôles et d’inspections périodiques par les services compétents du Ministère de l’Industrie Pharmaceutique, en vue de s’assurer du respect des normes et des bonnes pratiques qui sont assignées à ces établissements".

L'Algérie condamne énergiquement l'acte terroriste ayant ciblé des militaires tunisiens.(APS, 04/02/2021)


L'Algérie a condamné énergiquement l'acte terroriste ayant fait 4 morts parmi les militaires tunisiens suite à l'explosion d'une mine artisanale, lors d'une opération antiterroriste dans les hauteurs du Mont Mghila situé entre le gouvernorat de Kasserine et celui de sidi Bouzid, indique un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"L'Algérie a appris avec une grande affliction la nouvelle de la mort aujourd'hui, de quatre militaires tunisiens, suite à l'explosion d'une mine artisanale lors d'une opération antiterroriste dans les hauteurs du Mont Mghila entre le gouvernorat de Kasserine et celui de sidi Bouzid", lit-on dans le communiqué.

"L'Algérie condamne énergiquement cet acte terroriste lâche et exprime ses sincères condoléances et sa compassion à la Tunisie, peuple et Gouvernement, et aux familles des chouhada", ajoute la même source. En cette circonstance douloureuse, l'Algérie réaffirmé son soutien indéfectible à la Tunisie et à ses efforts visant à déraciner ce fléau qui vise à la déstabiliser", conclut le communiqué.

Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum prend part aux travaux de la 38e Session du Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA) .(APS, 04/02/2021)


ALGER- Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, prendra part, les 3 et 4 février courant, par visio-conférence, aux travaux de la trente huitième (38e) Session du Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA), a indiqué mercredi un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères (MAE).

Cette réunion sera consacrée à l’examen d’une série de rapports, dont essentiellement celui relatif à la mise en œuvre de la stratégie continentale africaine commune de lutte contre le nouveau Coronavirus (Covid-19) et d’exposés autour des activités de différents organes de l’UA au titre de l’exercice écoulé.

Le Conseil exécutif se penchera également sur le progrès réalisé dans la mise en œuvre des réformes structurelles de l’UA et procédera à l’élection de nouveaux membres de nombre d’organes de l’Organisation continentale, à leur tête les six commissaires dans l'organe exécutif de l’UA.

Le Conseil exécutif se chargera également de la préparation des travaux de la 34e Session ordinaire de la Conférence des Chefs d‘Etat et de Gouvernement de l’UA, prévue le 6 et 7 février courant, par visio-conférence, en raison de la pandémie de la Covid-19.

Sputnik est le mieux indiqué : l’Algérie pourra fabriquer son vaccin localement.(APS, 04/02/2021)


L’Algérie pourra produire son Sputnik V localement, c’est ce qu’a annoncé mercredi le Ministre de l’Industrie pharmaceutique et dans les plus brefs délais une fois la molécule acquise.

« Nous pourrons produire en Algérie le vaccin anti Covid-19 en deux mois seulement dès l’acquisition de la matière première », a révélé M. Lotfi Benbahmed sur les ondes de la Radio chaine 3.

En deux mois donc le Sputnik V sortira des laboratoires algériens si la matière première est disponible. C’est le délai avancé par le ministre pour rendre le vaccin tant attendu disponible aux Algériens et atténuer ainsi la pression née depuis l’arrivée depuis Moscou, des premières cargaisons de doses anti coronavirus, samedi passé à l’aéroport de Boufarik (Blida), suivis dimanche des lots de AstraZenaca-Oxford.

Rappelons que l'Algérie et la Russie sont convenues, lors d'une audience accordée dimanche dernier par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, à l'Ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, Igor Beliaev, d'initier des contacts dans le but d'instituer une coopération bilatérale dans le domaine de la fabrication du vaccin anti-Covid-19, russe "Spoutnik V" en Algérie.

L’audience, a été sanctionnée par un accord de principes communiqué par les services du Premier Ministre, annonçant ladite coopération en la matière.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum s'entretient par téléphone avec le Secrétaire Général de la Ligue Arabe.(APS, 02/02/2021)


ALGER - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, s'est entretenu, lundi par téléphone, avec le Secrétaire Général de la Ligue Arabe, M. Ahmed Aboul Gheit, sur les derniers développements sur la scène arabe et la réunion du Conseil de la Ligue Arabe au niveau ministériel prévue prochainement au Caire.

"Je me suis entretenu, aujourd'hui, avec mon frère Ahmed Aboul Gheit, Secrétaire Général de la Ligue Arabe, sur les derniers développements sur la scène arabe et la prochaine réunion du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel, prévue au Caire", a déclaré M. Boukadoum dans un tweet.

Loi électorale: 35 Formations politiques ont déjà transmis leurs propositions.(APS, 02/02/2021)


ALGER- Un total de 35 Formations politiques ont déjà transmis leurs propositions à la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la Loi organique portant régime électoral, a affirmé lundi à Alger, le rapporteur de cette Commission, M. Walid Laggoune.

"La Commission a reçu des propositions émanant de 35 Formations politiques. La Commission est en train d'examiner attentivement ces propositions pour pouvoir les porter à Monsieur le Président de la République, M. Abdelamdjid Tebboune", a-t-il déclaré sur les ondes de la radio nationale.

La mouture de l'avant-projet de la Loi électorale qui contient un total de 313 articles dont 73 nouveaux sur les 188 articles entre nouveaux et amendés, a été remise, il y a près de deux semaines, aux partis politiques pour enrichissement.

Selon ce professeur de Droit public à l'Université d'Alger, l'une des réformes fondamentales dans le projet de Loi a trait au changement du mode de scrutin.

"Toute la Loi et toutes les modifications s'ordonnent autour du nouveau mode de scrutin qui a été établi. Le nouveau mode est un mode de scrutin à la représentation proportionnelle avec vote préférentiel sur une liste ouverte sans panachage", a-t-il expliqué.

Autrement dit, a-t-il poursuivi, "il n'y a plus de hiérarchisation, il n'y a plus de tête de liste, l'électeur est libre de choisir le candidat qu'il préfère".

Avec cette modification, "les effets négatifs de l'ancienne loi s'estompent. On ne peut plus acheter ni des voix, ni des places", a-t-il soutenu.

Il a estimé, dans ce contexte, que l'ancien mode de scrutin avec des listes fermées "a eu des conséquences néfastes" et "n'a pas permis l'émergence des élites quelles soient locales ou nationales".

Evoquant l'épineuse question du financement des campagnes électorales, le rapporteur de la Commission a affirmé que la nouvelle Loi apporte "beaucoup de nouveautés" dont "l'interdiction des dons provenant des personnes morales, qu'elles soient publiques ou privées", mais surtout "l'interdiction des dons provenant de l'étranger".

Elle fixe également "un seuil de dépense à la fois pour les candidats comme pour les partis" et instaure "le contrôle du financement".

"Tout candidat est tenu d'ouvrir un compte de campagne, de désigner un trésorier qui sera l'ordonnateur des dépenses de la campagne", a-t-il expliqué.

M. Laggoune a rappelé, à ce titre, qu'il a été crée auprès de l'Autorité Nationale Indépendante des Elections (ANIE), une Commission de contrôle des finances, faisant remarquer que cet "ensemble de mesures vont permettre, effectivement, de séparer l'argent de la vie politique".

Interrogé sur les dispositions visant à encourager les jeunes et les femmes à participer à la vie politique, le rapporteur de la Commission a souligné que, conformément à l'avant-projet de loi, "l'ensemble des listes doivent contenir obligatoirement un tiers des jeunes de moins de 35", ajoutant que les dépenses de campagne jeunes candidats indépendants "seront prises en charge totalement par l'Etat".

Pour ce qui est de la participation des femmes, M. Laggoune a estimé que "le mode de scrutin retenu est incompatible avec les quotas".

"L'alternative, dans le respect de la constitution, est d'assurer une parité dans les candidatures hommes/femmes. Exception faite des communes de moins de 20.000 habitants", a-t-il encore expliqué.

Sur un autre plan, M. Laggoune a tenu à préciser qu' "en Algérie, il n'est pas exigé un pourcentage minimum pour qu'une élection soit validée". Par ailleurs, ce professeur de Droit public a soutenu que la réduction du nombre de membres du Conseil national de l'ANIE (de 50 à 20) vise à "assurer une meilleure effectivité dans le travail"

"Certains mécanismes ont été introduits pour assurer l'indépendance de l'organe", a -t-il ajouté, citant à ce titre, la limitation du mandat de ses membres à un seul.

20 Wilayas réceptionneront lundi leurs lots respectifs du Spoutnik V.(APS, 01/02/2021)


ALGER- Une vingtaine (20) de Wilayas, les plus impactées par l'épidémie de la Covid-19, s'apprêtent à recevoir, lundi, leurs lots respectifs du vaccin russe, Spoutnik V, soit les 50.000 doses réceptionnées vendredi par l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA).

" Ce sont 20 Wilayas, de toutes les régions du pays, qui sont concernées par la répartition du vaccin Spountik V, laquelle a été entamée samedi par celle de Blida, et ce, conformément au dispatching arrêté par le ministère de la Santé. Nous devons terminer, aujourd'hui, cette opération", a déclaré à l'APS, la directrice des approvisionnement à l'IPA, Zoulikha Smai Benkedadra.

Elle a précisé que les lots destinés aux collectivités locales ont été fixés "proportionnellement au nombre de leurs populations respectives et aux cas de contaminations au virus qu'elles ont enregistrés , sachant que des représentants des wilayas concernées prennent part à l'opération d'acheminement, depuis l'IPA, des convois qui leur sont destinés et ce, sous une escorte renforcée de la Gendarmerie nationale.

La représentante de l'IPA a ajouté que parmi les wilayas récipiendaires du vaccin russe, figurent Alger, Tizi-Ouzou, Tipaza, Sétif, Oran, Jijel, Tlemcen, Batna, Mostaganem ainsi que Ouargla et Biskra, sachant que le transport des vaccins se fera par route et par voie aérienne, pour les destinations les plus éloignées.

Abordant les aspects logistique et organisationnel de l'opération, Mme Smai a assuré que l'IPA "s'est préparé, depuis des mois, pour la réception et la distribution de tous types de vaccins, quelques que soient leurs modes de conservation ainsi que la quantité à manipuler, soit de 2 à 8 degrés ou de - 20 à -70 degrés".

La même responsable a tenu, enfin, à souligner "la contribution" de plusieurs départements ministériels pour la réussite de l'ensemble du processus d'acquisition, de stockage et de distribution des vaccins anti-Coronavirus importés par l'Algérie.

L'Algérie pourrait constituer un "véritable hub" pour les technologies de design produit.(APS, 02/02/2021)

ALGER - L'Algérie pourrait constituer un "véritable hub" pour les technologies de design industriel et un centre de développement technique ont souligné lundi des spécialistes du domaine appelant les Entreprises à intégrer le métier de designers dans le processus de production.

Intervenant lors d'un webinar portant sur le thème "Design Produit : Chainon manquant du développent industriel en Algérie", des experts et des présidents d'organisation professionnelles ont mis en avant l'apport de l'approche design dans le développement de l'industrie algérienne considérée comme démarche "fondamentale" pour l'avenir de l'industrie et l'adaptation de l'entreprise aux attentes des consommateurs.

Dans ce contexte, le Président du World Trade Center Algiers, Ahmed Tibaoui, a estimé que l'Algérie pourrait devenir un hub pour les technologies de design et un centre de développement technologique notamment à travers des projets de co-localisation de cabinets européens.

"Dans le cadre du processus de diversification de notre économie, le développement du métier du designer doit également démarrer sous formes diverses", a plaidé M. Tibaoui citant notamment le soutien à la formation dans le cadre de projets de partenariat avec des grandes écoles européennes pour préparer l'environnement au développement design industriel.

M. Tibaoui a proposé également l'ouverture de cabinets internationaux de design en Algérie d'autant plus, a-t-il relevé, que les coûts de ces services sont moins élevés, et ce, pour préparer l'industrie nationale à mieux se développer et à mieux s'adapter à la demande des consommateurs.

"Grâce aux Accords de libres échanges signés avec les pays africains et arabes, l'Algérie pourrait devenir un acteur industriel important dans la région et tirer profit de sa proximité avec le continent européen et du monde arabe", a fait remarquer le président du World Trade Center Algiers.

Mettant en avant l'importance du design industriel dans une société consommatrice et la nécessite de l'adaptation des produits à la demande des consommateurs, devenus de "plus en plus exigeants", M. Tibaoui a affirmé que "les entreprises qui ne s'adaptent pas à cette demande risquent de disparaitre".

Dans le même ordre d'idées, le Président du Conseil national de la PME, Adel Bensaci a évoqué l'existence de potentialités et de capacités notamment chez les jeunes algériens qui peuvent se perfectionner et se spécialiser dans les métiers du design pour contribuer au développement de l'industrie nationale.

"Nous avons des capacités de design, mais qui sont souvent intégrées à des grands ensembles industriels notamment dans l'industrie des technologies de l'hydraulique et du gaz, ainsi que dans les industries électroniques et électroménagers", a rappelé M. Bensaci.

Appelant à la spécialisation et au perfectionnement des métiers du design industriel, le président du CNC PME s'est félicité de l'engagement du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en faveur des start-up et des projets innovants ainsi que de son appel à libérer des initiatives et d'accorder des faciliter pour les exportations de services.

"Il faut créer des synergies et un environnement propice pour cela. Au sein du CNC PME, nous sommes prêts à accompagner les jeunes qui sont à la recherche de partenaires souhaitant s'implanter en Algérie dans le cadre d'un partenariat gagnant-gagnant", a-t-il fait savoir.

De son côté, le directeur stratégie entreprises à l'Ecole de Design de Nantes Atlantique, Jean Luc Barassard, a souligné que la formation demeurait "indispensable" pour soutenir les efforts entrepris actuellement afin de relancer le secteur industriel.

"Durant 25 ans d'accompagnement des entreprises pour bien diffuser cette culture, nous avons constaté que les entreprises qui réussissent et qui créent de la valeur sont celles qui ont intégré le métier design et conception produit", a soutenu M. Barassard, tout en faisant remarquer que la protection intellectuelle des designers contre la contrefaçon devait être aussi garantie par des textes juridiques contraignants.

A l'occasion de ce webinar, des communications sur la création et l'organisation de l'activité de design produit au sein des entreprises ont été présentées par les représentants de deux agences spécialisées qui ont insisté sur l'intégration de l'approche design dans le cadre d'un projet fédérateur où toutes les composantes de l'entreprise (services technique, commercial et marketing) seront associées et impliquées pour réussir la conception des produits.

Ils ont également souligné l'importance de maturer les études et les recherches avant de lancer le processus de production de série de façon industrielle.

Réunion du Comité interministériel de suivi du Plan national de vaccination: Covid-19.(APS, 31/01/2021)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, a présidé, samedi à Alger, une réunion du Comité interministériel de suivi de la mise en œuvre du Plan national de vaccination : Covid-19, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

Lors de la réunion de ce Comité, il a été arrêté "les modalités de suivi des commandes de vaccin permettant la couverture totale des besoins de la population sachant que l'opération s'étalera tout au long de l'année 2021", précise la même source.

Auparavant, il a été passé en revue "toutes les dispositions prises et visant à assurer la mise en œuvre de la vaccination à travers toutes les wilayas du pays et ce, dans les meilleures conditions d'organisation et de sécurité, et dans le respect du protocole sanitaire établi au profit, dans une première étape, des personnes prioritaires", à savoir "le personnel de santé ainsi que les personnes âgées et atteintes de maladies chroniques".

Installé sur instruction du Président de la République et présidé par le Premier Ministre, ce Comité est chargé du suivi de la gestion opérationnelle de la mise en œuvre de ce plan de vaccination, dont la campagne a été lancée samedi à partir de Blida.

Algérie-Russie: Coopération pour la fabrication du vaccin Spoutnik V en Algérie.(APS, 01/02/2021)


ALGER - L'Algérie et la Russie sont convenues, lors d'une audience accordée dimanche par le Premier Ministre, M. Abdelaziz Djerad, à l'Ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, M. Igor Beliaev, d'initier des contacts dans le but d'instituer une coopération bilatérale dans le domaine de la fabrication du vaccin anti-Covid-19, russe "Spoutnik V" en Algérie, indique un communiqué des services du Premier Ministre.

Le Premier Ministre a adressé, à cette occasion, "au nom du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, les remerciements du Gouvernement algérien aux plus hautes autorités russes pour la suite diligente qui a été réservée à la demande de l'Algérie portant sur l'acquisition du vaccin russe Spoutnik V, dans le cadre des efforts du Gouvernement pour lutter contre la pandémie du Covid-19", indique la même source.

"Les deux parties sont convenues, à cet égard, d'initier des contacts entre les services compétents des deux pays dans le but d'instituer une coopération bilatérale dans le domaine de la fabrication du vaccin russe Spoutnik V en Algérie", précise le communiqué.

L'audience, qui a eu lieu au Palais du Gouvernement, a également été l'occasion pour les deux parties "de se féliciter de la qualité des relations algéro-russes et de réaffirmer l'attachement des deux pays à les renforcer et à les diversifier davantage, notamment à l'occasion des échéances bilatérales inscrites à l'agenda de coopération entre les deux pays", conclut la même source.

Covid-19: Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 Wilayas.(APS, 31/01/2021)


ALGER- La mesure de confinement partiel à domicile pour une durée supplémentaire de quinze jours a été reconduite par le Gouvernement suite aux instruction du Président de la République, dans 19 wilayas du pays au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19), indique samedi un communiqué des services du Premier dont voici le texte intégral :

"En application des instructions de Monsieur le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus

(COVID-19) et l'autorité sanitaire, le Premier Ministre Monsieur Abdelaziz Djerad a décidé de nouvelles mesures au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (COVID-19).

S’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus (COVID-19), et soutenue par la démarche basée sur la prudence, la progressivité et la flexibilité engagée par les pouvoirs publics, ces mesures visent à ajuster le dispositif de protection et de prévention en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

Elles visent également les adaptations nécessaires qui tiennent compte des exigences que commandent la nécessité d’assurer une continuité des activités économiques et sociales dans les meilleures conditions et ce notamment, par l’augmentation de l’offre de transport et l’amélioration des conditions de mobilité des citoyens.

Ces mesures se déclinent comme suit :

En matière de confinement partiel à domicile :

La mesure de confinement partiel à domicile sera réaménagée et prorogée, pendant une durée de quinze (15) jours, comme suit :

- La mesure de confinement partiel à domicile de vingt heures (20) jusqu’au lendemain à cinq (5) heures du matin est applicable dans les dix-neuf (19) wilayas suivantes :

Batna, Biskra, Blida, Bouira, Tebessa, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sidi Bel Abbes, Constantine, Mostaganem, M’Sila, Oran, Boumerdes, El Tarf, Tissemsilt, Ain Temouchent et Relizane.

- Ne sont pas concernées par la mesure de confinement à domicile les vingt-neuf (29) wilayas suivantes :

Adrar, Chlef, Laghouat, Bejaia, Béchar, Oum El Bouaghi, Tamenghasset, Tiaret, Djelfa, Sétif, Saïda, Skikda, Annaba, Guelma, Médéa, Mascara, Ouargla, El Bayadh, Illizi, Bordj Bou Arréridj, Tindouf, El Oued, Khenchela, Souk Ahras, Tipaza, Mila, Ain Defla, Naâma et Ghardaia.

Ces mesures de confinement sont applicables, à partir du dimanche 31 Janvier 2021, pendant une durée de quinze (15) jours.

Les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination.

2- En matière d’activités sociales et économiques:

La prorogation de la mesure de fermeture, pour une période de quinze (15) jours, des marchés de ventes des véhicules d’occasion sur l’ensemble du territoire national.

La prorogation de la mesure de fermeture, pour une période de quinze (15) jours et dans les dix-neuf (19) wilayas concernées par le confinement partiel à domicile des activités suivantes :

- les salles omnisports et les salles de sport.

- les lieux de plaisance, de détente, les espaces récréatifs et de loisirs et les plages.

La prorogation, pour une période de quinze (15) jours et dans les dix-neuf (19) wilayas concernées par le confinement partiel à domicile, de la mesure de limitation du temps d’activité à dix neuf (19) heures concernant les établissements exerçant les activités suivantes :

- le commerce des appareils électroménagers.

- le commerce d’articles ménagers et de décoration.

- le commerce de literies et tissus d’ameublement.

- le commerce d’articles de sport.

- le commerce de jeux et de jouets.

- les lieux de concentration de commerces.

- les salons de coiffure pour hommes et pour femmes

- les pâtisseries et confiseries

- les cafés, restaurations et fast-food.

La prorogation de la mesure de limitation des activités des cafés, restaurations et fast-food à la vente à emporter uniquement.

Toutefois, les Walis pourront procéder à leur fermeture immédiate en cas d’infraction aux mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation du COVID-19.

La prorogation des mesures applicables aux marchés ordinaires et aux marchés hebdomadaires se rapportant au dispositif de contrôle par les services compétents afin de s’assurer du respect des mesures de prévention et de protection ainsi que de l’application des sanctions prévues par la réglementation en vigueur à l’encontre des contrevenants.

3- S’agissant des regroupements et rassemblements publics :

La prorogation de la mesure d'interdiction, à travers le territoire national, de tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements tels que les regroupements au niveau des cimetières.

La prorogation de la mesure d'interdiction qui concerne les réunions et assemblées générales organisées par certaines institutions.

Les walis veilleront au respect de cette interdiction et de l’application des sanctions réglementaires à l’encontre des contrevenants ainsi que les propriétaires des lieux accueillant ces regroupements.

Enfin et en dépit de la stabilisation des cas de contamination relevée durant ces derniers jours, le Gouvernement réitère ses appels à la prudence et à la discipline en direction des citoyens qui doivent poursuivre leur mobilisation pour lutter contre la propagation de cette épidémie et relever ce défi sanitaire, en respectant toujours les mesures barrières préconisées, telles que la distanciation physique, le port du masque obligatoire et le lavage fréquent des mains".