Bienvenue sur le site de l'Ambassade d'Algérie à Tachkent ✍ Rue Tafakkur 1er passage N:41 Tachkent 100070 ✍ TEL: 998-71-281-50-54; 281-55-65 ✍ Fax: 998-71-120-61-80 ✍ ambassade@algerie.uz


Haut

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. (APS, 19/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, mercredi à Alger, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, avec lequel il a examiné "les mesures à prendre concernant l'organisation du dialogue politique, et les mécanismes de relance du processus électoral", a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

"Le Chef de l'Etat a reçu, mercredi 19 juin 2019, au siège de la présidence de la République, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, dans le cadre de son suivi continu de l'action du gouvernement", a précisé la même source.

Lors de cette rencontre, "le Premier Ministre a présenté un exposé détaillé sur la situation socio-économique du pays, en procédant à une évaluation globale de la situation politique, outre les procédures à prendre concernant l'organisation du dialogue politique et les conditions et mécanismes devant accompagner la relance du processus électoral".

A la fin de cette audience, "le Chef de l'Etat a donné des instructions au Premier Ministre et au Gouvernement, en vue de procéder au suivi quotidien des affaires des citoyens, et de garantir le bon déroulement des épreuves du baccalauréat et des examens universitaires", a conclu le communiqué.

Foire Internationale d'Alger (FIA) : Des exposants étrangers expriment leur vif intérêt pour le marché algérien. (APS,19/06/2019)


ALGER - Des exposants étrangers, participant pour la première fois à la Foire Internationale d'Alger (FIA), ont exprimé un vif intérêt pour le marché algérien, faisant fi du contexte politique actuel du pays qui, selon certains d'entre eux, n'est que "passager".

Interrogée par l'APS, la représentante du pavillon "Afrique du Sud" à la 52ème FIA, a relevé l'opportunité que représente cette manifestation économique pour nouer des contacts professionnels, en s'appuyant notamment sur la proximité culturelle et historique entre l'Algérie et le pays de Nelson Mandela.

Cependant, celle pour qui il s'agit de la première participation à cette manifestation, les acteurs professionnels sont "peu nombreux" en comparaison avec l'affluence du grand public, venu en force pour découvrir les nouveautés de cette nouvelle édition, tenue au Palais des Expositions des Pins maritimes.

"Nos représentants diplomatiques en Algérie nous ont beaucoup parlé sur les opportunités de partenariat existant sur le marché algérien, notamment dans des domaines comme l'agroalimentaire, le tourisme et la filière des engrais", a-t-elle confié.

"L'Afrique du Sud saisira toute mesure incitative en faveur de l'investissement en Algérie, un pays qui va certainement réussir sa quête pacifique vers le changement et la démocratie", a-t-elle soutenu.

De plus, selon cette exposante, des "opérateurs algériens ont d’ores et déjà pris contacts avec leurs homologues sud-africains pour une éventuelle coopération dans la fourniture d'huile d'olive algérienne".

Rencontré sur place, Farid, le représentant d'une entreprise allemande commercialisant des machines automatiques de broderie, qui s'activait à mettre en service un prototype exposé spécialement pour la FIA au sein du pavillon "Allemagne", a dit: "Je suis content de voir autant de monde à cette foire. C'est de bonne augure".

En ce deuxième jour de la Foire, Farid a exprimé, son enthousiasme, de rencontrer de potentiels collaborateurs algériens pour "discuter affaires".

Les matériaux de construction, un marché "très dynamique"

Pour sa part, Li Yu, la représentante d'une entreprise chinoise spécialisée dans la fabrication d'équipements spécifiques au secteur de la construction, a recommandé dans une déclaration à l'APS que des horaires de visite devraient être fixés uniquement pour les professionnels, afin de réserver un accueil particulier aux éventuels partenaires économiques.

Selon ses aveux, sa première participation à la FIA, a été motivée par les "échos positifs" reçus à travers ces concitoyens opérateurs, sur cette manifestation, devenue un "carrefour mondial des affaires", ainsi que sur le potentiel du marché algérien, notamment dans le secteur de la construction, le qualifiant de "très dynamique".

Pour sa part, le représentant d'une entreprise turque de commercialisation de cuisinières et de hottes de cuisine, qui lui aussi participe pour la première à la Foire d'Alger, a estimé que les opportunités d'affaires en Algérie "restent très nombreuses", estimant que la législation algérienne actuelle en matière d'investissement direct étranger (IDE) était "encourageante".

Il a souhaité que sa firme réussisse à intégrer le marché algérien à l'instar des nombreuses entreprises turques qui y travaillent déjà dans divers secteurs.

La FIA constitue, selon lui, "un pas vers ce marché de l'Algérie, dont la situation politique actuelle n'est que passagère".

Placée sous le thème "Algérie: diversification économique et opportunités de partenariat en perspective ", cette édition de la FIA 2019 se tient du 18 au 23 juin courant au Palais des expositions à Alger.

Cette manifestation regroupe près de 501 exposants, dont 361 opérateurs nationaux et 140 étrangers.

Les stands de la FIA-2019, occupent une superficie globale de 22.046 m2, dont 19.880 m2 seront animés par des exposants nationaux et 2.090 m2 par des étrangers.

Le nombre total des participants s'élève à 501 opérateurs, dont 361 opérateurs nationaux et 140 étrangers.

Cette nouvelle édition se déroule avec la participation de l'Allemagne, Turquie, Tunisie, Syrie, Soudan, Etats-Unis d’Amériques, Cuba, Brésil, Chine, Indonésie, Sénégal, Afrique du Sud, Ethiopie, Mali et de la France, qui sont considérés comme des invités d'honneur.

Les exposants individuels représentent, pour leur part, des firmes de nationalité italienne, tchèque, allemande, pakistanaise, française, tunisienne et égyptienne.

L'ouverture de la FIA se fera tous les jours de 11h00 à 19h00, durant toute la durée de la manifestation, à l'exception du samedi où la fermeture sera prolongée jusqu'à 21h00.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah inaugure la 52e édition de la Foire Internationale d'Alger. (APS, 18/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a donné mardi au Palais des expositions (Pins maritimes-Alger) le coup d'envoi de la 52ème édition de la Foire Internationale d'Alger (FIA-2019), une manifestation rehaussée par la participation de plus de 500 exposants nationaux et étrangers, issus de plus 15 pays.

Placée sous le thème "Algérie: diversification économique et opportunités de partenariat en perspective", cette manifestation économique annuelle s'étalera jusqu'au 23 juin courant.

Les stands de la FIA-2019, occupent une superficie globale de 22.046 m2, dont 19.880 m2 seront animés par des exposants nationaux et 2.090 m2 par des étrangers.

Le nombre total des participants s'élève à 501 opérateurs, dont 361 opérateurs nationaux et 140 étrangers.

Cette nouvelle édition verra la participation de l'Allemagne, Turquie, Tunisie, Syrie, Soudan, Etats-Unis d'Amérique, Cuba, Brésil, Chine, Indonésie, Sénégal, Afrique du Sud, Ethiopie, Mali et de la France.

Les exposants individuels représentent, pour leur part, des firmes de nationalité italienne, tchèque, allemande, pakistanaise, française, tunisienne et égyptienne.

Un programme d'animation économique appelé "les après-midi de la FIA" touchant divers aspects de l'économie se déroulera en marge de cette manifestation à caractère économique, durant les journées du 19, du 20 et du 22 juin.

A cette occasion, des conférences portant sur différentes thématiques seront présentées par des experts nationaux et étrangers.

Parmi ces thématiques figurent "l'Internationalisation des Startups algériennes: challenges et objectifs", "La stratégie nationale de la promotion des exportations hors hydrocarbure et les perspectives de la Zone de libre-échange africaine ZLECAf", ainsi que d'autres thématiques en relation avec le monde économique.

L'ouverture de la FIA se fera tous les jours de 11h00 à 19h00, durant toute la durée de la manifestation, à l'exception des samedis où la fermeture sera prolongée jusqu'à 21h00.

L'Algérie condamne l'attaque contre deux pétroliers en mer d'Oman. (APS, 14/06/2019)


ALGER - Le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, M. Abdelaziz Benali Cherif a condamné, vendredi, "avec force" l'attaque ayant ciblé, jeudi, deux pétroliers en mer d'Oman, soulignant la nécessité de "faire preuve de retenue" pour éviter à la région de nouvelles tensions.

"Nous condamnons avec force l'attaque qui a ciblé, jeudi 13 juin 2019, deux pétroliers norvégien et japonais en mer d'Oman et considérons cet acte criminel en tant que menace flagrante à la liberté de la navigation et du transport maritimes garantis par le droit international et consacrés dans les us et chartes internationales", a déclaré M. Benali Cherif.

"Nous réitérons notre appel à une action effective de l'ONU et de la communauté internationale pour prendre les mesures appropriées à même d'assurer la protection nécessaire des voies de transport maritime et de garantir la liberté de la navigation maritime et soulignons la nécessité d'appréhender, avec une grande sagesse et avec retenue, ces derniers développements dangereux qui menacent la paix et la sécurité internationales, pour éviter à la région de nouvelles tensions pouvant entraîner de graves dérapages difficiles à traiter et à maitriser", a-t-il ajouté.

Dix Ambassadeurs remettent leurs lettres de créances au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah. (APS, 12/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu, mercredi au siège de la Présidence de la République à Alger, les Ambassadeurs de dix pays qui lui ont remis leurs lettres de créances.

Il s'agit des Ambassadeurs de la Grèce, Mme Nike Ekaterini Koutrakou, du Ghana, M. Nana Kwesi Arhin, de Bahreïn, M. Fouad Sadek Mohamed Al-Baharna, de la Gambie, M. Habib Tamasa Baba Jarra, du Mexique, M. Gabriel Rosenzweig Pichardo, de la République de Corée, M. Lee Eun-Yong, du Mozambique, M. Carvaliio Muaria, d'Ethiopie, M. Amin Abdelkader Berkat, du Norvège, M. Knut Langeland et de la Suisse, M. Lukas Rosenkranz.

L'Ambassadeur de la Suisse en Algérie a affirmé, à cette occasion, la volonté du gouvernement de son pays à "poursuivre" et à "intensifier les bonnes relations que la Suisse entretient historiquement avec l'Algérie", soutenant que "la Suisse apprécie fortement les efforts de l'Algérie pour la résolution pacifique des conflits et pour la préservation de la stabilité régionale".

"La Suisse, comme nos voisins européens, partage avec les pays du sud de la Méditerranée un destin commun", a-t-il déclaré à la presse à l'issue de l'audience, soulignant la coopération étroite existante pour "gérer des défis communs comme la sécurité dans la région, la promotion de l'économie, la thématique migratoire ou encore le changement climatique".

L'Ambassadeur de la Norvège à Alger a exprimé, de son côté, le souhait de son pays de "renforcer" et d' "élargir" les liens de coopération avec l'Algérie, rappelant que la Norvège a, depuis 2007, une présence diplomatique à Alger et que les deux pays échanges régulièrement des visites.

M. Langeland a souligné, à l'occasion, que les deux pays ont établi des partenariats dans divers domaines comme l'énergie, la communication, l'industrie ou encore le secteur maritime, soutenant que plusieurs compagnies norvégiennes souhaitent s'engager en Algérie.

Sur le plan politique, l'Ambassadeur de la Norvège a relevé une convergence de vues entre les deux pays sur plusieurs questions politiques.

L'Ambassadeur d'Ethiopie a affirmé, pour sa part, sa détermination à "œuvrer pour le renforcement des relations entre les deux pays dans tous les domaines", assurant qu'il s'est attelé, dès son arrivée à Alger, à "consolider les relations bilatérales entre les deux peuples frères".

L'Ambassadeur du Mozambique a exprimé, quant à lui, la gratitude de son pays pour "toute l'aide apportée par l'Algérie aux Mozambicains dans le domaine de la formation", précisant que plus de 300 étudiants mozambicains suivent des formations dans des universités algériennes.

M. Muaria a affirmé, dans ce contexte, que le Mozambique souhaite élargir la coopération entre les deux pays aux domaines économiques, citant notamment le secteur gazier.

L'Ambassadeur de la République de Corée a réitéré, pour sa part, la disponibilité de son pays à accompagner l'Algérie "ce grand pays frère" dans sa stratégie de développement global, soulignant que les relations entre les deux pays se sont renforcées davantage depuis la signature, en 2006, de l'accord de partenariat stratégique.

"La visite du Premier Ministre sud-coréen en décembre 2018 a été l'occasion de réaffirmer la volonté de la Corée de renforcer davantage les relations entre les deux pays et œuvrer à concrétiser les projets communs", a-t-il indiqué.

M. Eun-Yong a salué, à l'occasion, le caractère "pacifique et démocratique" de la révolution algérienne, se disant "convaincu" que "cette étape importante de l'histoire" du peuple algérien le mènera vers "un avenir prospère".

Soulignant l'excellence des relations bilatérales avec l'Algérie, l'Ambassadeur du Mexique a affirmé que "les gouvernements algérien et mexicain entretiennent un dialogue et une collaboration fluide", rappelant que "les deux pays sont liés par une amitié solide et profonde qui remonte à l'époque de la guerre d'indépendance de l'Algérie".

"Au cours de ces deux dernières années, les échanges entre les deux pays se sont intensifiés dans différents domaines", a-t-il ajouté, relevant l'existence d' "un grand potentiel" pour les renforcer, notamment dans les domaines économiques.

L'Ambassadeur de Gambie en Algérie a exprimé, de son côté, la disponibilité des autorités de son pays à coopérer avec l'Algérie sur le plan économique et pour le développement des deux pays.

Il a assuré, à cet égard, avoir évoqué avec M. Abdelkader Bensalah la situation dans la région et dans la sous-région et discuter avec lui des questions d'intérêt commun dans divers domaines tels que l'économie, la santé, l'éducation et les nouvelles technologies.

L'Ambassadeur de Ghana s'est dit, pour sa part, "convaincu" que les relations algéro-ghanéennes peuvent être "renforcées davantage", soulignant la nécessité d'établir un programme de travail pour "hisser ces relations à un niveau important", notamment sur le plan économique.

"Il est de notre devoir de faire en sorte que ces relations soient renforcées et pérennes dans l'intérêt des deux peuples", a-t-il encore ajouté, estimant que le renforcement de ces relations est "la seule voie de développement pour tout le continent africain".

L'Ambassadeur de la Grèce a exprimé également le souhait de son pays de renforcer la coopération avec l'Algérie et de l'élargir à d'autres domaines, notamment dans les secteurs du tourisme, de l'agriculture et des nouvelles technologies.

L'Ambassadeur de Bahreïn a affirmé, quant à lui, sa détermination à œuvrer pour le développement des relations bilatérales et de les hisser à un niveau supérieur au bénéfice des deux peuples frères.

Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui présente au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensaleh un exposé sur la situation politique et socio-économique du pays. (APS, 11/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensaleh, a reçu mardi, au siège de la Présidence de la République à Alger, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, qui lui a présenté un exposé sur la situation politique, économique et sociale du pays, indique la Présidence de la République dans un communiqué.

A cette occasion, il a été procédé "à l'évaluation du contexte politique au lendemain de l'avis du Conseil Constitutionnel et du discours du Chef de l'Etat invitant au lancement d'un dialogue inclusif pour débattre de toutes les préoccupations portant sur les prochaines élections présidentielles, de même qu'ont été examinées les perspectives ouvertes par cette offre de dialogue, et les mesures à prendre pour engager et faciliter la concertation envisagée en vue d'arrêter ensemble une feuille de route consensuelle devant conduire à l'organisation du prochain scrutin présidentiel dans un climat d'entente et de sérénité", précise le communiqué.

Le Premier Ministre a rendu compte au Chef de l'Etat "des activités gouvernementales, notamment, les mesures prises en faveur des victimes des inondations de la wilaya d'Illizi (Djanet), les conditions de déroulement des épreuves du BEM, et les dispositions prises pour assurer le bon déroulement des épreuves du Baccalauréat, et des examens universitaires".

A l'issue de cette audience, "le Chef de l'Etat a instruit le Premier Ministre et l'ensemble des membres de gouvernement à l'effet de rester mobilisés, durant cette période cruciale que vit notre pays, pour assurer le bon fonctionnement de l'administration et des services publics à tous les niveaux et sur l'ensemble du territoire national en demeurant constamment à l'écoute des préoccupations des citoyens, tout en veillant à rassurer nos partenaires internationaux", conclut le communiqué.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum s’entretient à New York avec le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies. (APS,11/06/2019)


NEW YORK - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, s’est entretenu lundi avec le Secrétaire Général de l’ONU, M. Antonio Guterres, à l’occasion d’une visite d’adieu qu’il a effectuée à New York.

Les deux responsables ont évoqué des questions régionales et internationales ainsi que la coopération de l’Algérie avec l’organisation onusienne, a indiqué une source diplomatique à l’APS.

Au cours de son séjour à New York, le Ministre a eu également un entretien avec la Présidente de l’Assemblée Générale de l’ONU, Mme Maria Fernanda Espinosa Garces, et rencontré son homologue tunisien, Khemaies Jhinaoui.

A cette occasion, M. Sabri Boukadoum a exprimé ses félicitations à M. Jhinaoui après l’élection de la Tunisie comme membre non permanent au sein du Conseil de sécurité, selon un tweet posté par la mission de l'Algérie à l'ONU.

L’Algérie condamne avec "force" le massacre perpétré contre des citoyens maliens. (APS, 11/06/2019)


ALGER - L’Algérie a condamné mardi avec "force" le terrible massacre perpétré contre des citoyens maliens dans le village de Sobane-Kou, dans le Centre du Mali, tout en appelant tous les acteurs à œuvrer pour mettre "rapidement" un terme à cette escalade de violence, indique le Ministère des Affaires Etrangères dans un communiqué.

L'Algérie condamne "avec force le terrible massacre perpétré contre de paisibles citoyens maliens dans le village de Sobane-Kou, dans le Centre du Mali, présente ses condoléances aux familles des victimes et exprime sa solidarité avec le peuple et le Gouvernement du Mali", précise la même source.

"L'Algérie regrette et déplore la répétition des actes de violence contre les communautés rurales paisibles et appelle tous les acteurs en présence à œuvrer pour mettre rapidement un terme à cette escalade de violence qui compromet le bon déroulement du processus de réconciliation nationale dans ce pays frère et voisin", conclut le MAE

L'Algérie condamne "avec force" l'attaque terroriste en Egypte. (APS, 07/06/2019)


ALGER - L'Algérie a condamné "avec force" l'attaque terroriste ayant ciblé mercredi dernier les forces de police au sud de la ville d'Al-Arich (Egypte), réitérant "son soutien" et "sa solidarité" avec ce pays en cette épreuve.

"Nous condamnons avec force l'attaque terroriste ayant ciblé mercredi les forces de police au sud de la ville d'Al-Arich à la République arabe d'Egypte, comme nous inclinons à la mémoire des victimes de cet horrible acte terroriste", a indiqué dans une déclaration à l'APS, le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"En cette pénible épreuve, nous présentons nos sincères condoléances aux familles et proches des victimes et assurons notre solidarité avec le gouvernement et le peuple égyptiens frères", a soutenu M. Benali Cherif.

Et d'ajouter "Nous réitérons notre soutien et solidarité avec la République arabe d'Egypte face à ces attaques terroristes récurrentes, et souhaitons qu'elle pourra contrer ce phénomène et sortir indemne de son impact en relevant les grands défis auxquels elle fait face dans différents domaines".

L'Algérie condamne "avec force" l'attaque terroriste de Tripoli dans le nord du Liban. (APS,07/06/2019)


ALGER - L'Algérie a condamné "avec force" l'attaque terroriste perpétrée lundi dernier contre des membres de l'armée libanaise et des forces de sécurité intérieure dans la ville de Tripoli dans le nord du Liban. "Nous condamnons avec force l'attaque terroriste ayant ciblé dans la nuit du 3 juin des membres de l'armée libanaise et des forces de sécurité intérieure dans la ville de Tripoli dans nord le Liban", a déclaré à l'APS le Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Cherif. "Nous nous inclinons devant la mémoire des soldats victimes de cet acte terroriste et présentons nos sincères condoléances à leurs familles et proches ainsi qu'aux peuple et gouvernement libanais frères", a-t-il ajouté. Le Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères a réaffirmé "la solidarité de l'Algérie avec la République du Liban face à toutes tentatives qui visent à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du Liban et à l'unité de son peuple", rappelant, à ce propos, le rejet par l'Algérie du "terrorisme sous toutes ses formes".

Discours du Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah à la nation. (APS, 06/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a adressé jeudi un discours à la Nation, dont voici la traduction APS:

"Au nom d’Allah, Le Clément, Le Miséricordieux, Prière et paix sur Son vertueux messager, Sa sainte famille et ses compagnons jusqu’au Jour du Jugement dernier,


A l'occasion de la fête bénie de l'Aïd El Fitr, dont Allah a gratifié notre peuple après le mois de jeûne et de piété, je félicite chaleureusement tous les Algériens et Algériennes à l'intérieur et à l'extérieur du pays, priant Le Tout-Puissant d'agréer leurs actes de dévotion et de prière et de combler l'Algérie de paix, de sécurité et de prospérité.

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

Comme vous le savez tous, le Conseil constitutionnel a prononcé, le dimanche 02 juin 2019, le rejet des deux dossiers de candidature déposés auprès de lui en vue de l'élection du Président de la République prévu le 4 juillet 2019, déclarant ainsi l'impossibilité de tenir cette échéance à la date prévue et sa réorganisation de nouveau. Il a considéré que dès lors que "la Constitution prévoit que la mission essentielle dévolue à celui investi de la charge de Chef de l'Etat est d'organiser l'élection du Président de la République, il y a lieu de réunir les conditions adéquates pour l'organisation de cette élection dans la transparence et la neutralité en vue de préserver les institutions constitutionnelles qui concourent à la réalisation des aspirations du peuple souverain".

Aussi, a-t-il conclu "qu'il revient au Chef de l'Etat de convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du Président de la République et la prestation du serment constitutionnel".

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

Cette situation m'oblige donc à continuer à assumer la charge de chef de l'Etat jusqu'à l'élection du Président de la République, et je suis parfaitement conscient de l'ampleur de cette responsabilité.

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

Cette situation exceptionnelle nous interpelle tous sur l'impératif de faire appel à notre intelligence collective en vue de faire prévaloir la sagesse et la pondération nécessaires pour surmonter les obstacles à l'origine de la conjoncture actuelle et construire ensemble la prochaine étape, en lui réunissant les conditions indispensables ainsi que les mécanismes à mettre en place afin de garantir à la Présidentielle toutes les chances de succès.

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

J'ai appelé, de bonne foi lors de mes précédents discours, au dialogue et à la concertation, en me suis engagé devant vous à garantir au scrutin présidentiel toutes les conditions d'une élection régulière, libre et transparente, telle que souhaitée par notre peuple.

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

Cette nouvelle étape est incontestablement une opportunité précieuse pour restaurer la confiance et mobiliser les forces patriotiques nationales en vue de construire le consensus le plus large possible autour de l'ensemble des questions en rapport avec les aspects législatif, réglementaire et organisationnel de cette élection, et sur les mécanismes de son contrôle et sa supervision.

Ainsi, j'invite la classe politique, la société civile et les personnalités patriotique nationales, jalouses du devenir de l'Algérie, à opter pour le dialogue inclusif en tant que voie menant à la participation au processus de concertation que l'Etat s'emploiera à organiser dans les meilleurs délais, à débattre de toutes les préoccupations portant sur la prochaine échéance présidentielle, et partant, tracer une feuille de route devant aider à l'organisation du scrutin dans un climat d'entente et de sérénité.

L'Algérie a besoin, en effet, de réformes et de nouveaux horizons aux plans politique et socioéconomique, un vœu clairement et pacifiquement exprimé par notre peuple qui doit également faire face à de nombreux et ô combien difficiles défis et enjeux nécessitant la mobilisation de toutes les forces vives

. Ma conviction est profonde que seul le Président de la République, élu démocratiquement, jouira de la confiance et de la légitimité requises pour lancer ces réformes et contribuer à relever les défis qui se posent à notre Nation, d'où ma certitude que l'organisation d'une Présidentielle dans des délais admissibles, sans aucune perte de temps, constitue l'unique voie et la plus efficace, politiquement et la plus rationnelle, démocratiquement.

A ce propos, je réitère mon appel à toutes les parties concernées à participer au processus consensuel et à faire prévaloir la sagesse et l'intérêt du peuple, tant dans leurs débats que dans leurs revendications. De même que je les exhorte à saisir cette nouvelle opportunité pour s'impliquer pleinement dans la concertation que nous prônons aujourd'hui plus que jamais.

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

Le temps étant précieux, j'exhorte tout un chacun à s'atteler sérieusement à la recherche de solutions consensuelles devant permettre l'organisation d'une élection Présidentielle régulière dans un climat de rivalité transparent.

Cet appel est adressé également à toutes les bonnes volontés, celles dont le leitmotiv est l'amour de la patrie et l'abnégation à son service, celles qui ont foi en l'élan collectif et en la maturité de notre peuple et bannissent toutes formes d'exclusion et d'aventurisme, particulièrement lorsqu'il est question de l'avenir de l'Algérie.

Gloire à nos martyrs,

Vive l'Algérie"

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. (APS, 03/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, lundi au siège de la Présidence de la République, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui avec lequel il a procédé à "l'évaluation de la situation politique, à la lumière de l'annonce faite par le Conseil Constitutionnel concernant l'opération électorale", a indiqué lundi un communiqué de la Présidence de la République.

"Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, lundi 3 juin 2019 au siège de la Présidence de la République, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. Les deux parties ont procédé à l'évaluation de la situation politique à la lumière de l'annonce faite par le Conseil Constitutionnel concernant l'opération électorale et évoqué les principales mesures à prendre en prévision de la prochaine étape", lit-on dans le communiqué.

Par ailleurs, "le Premier Ministre a présenté au Chef de l'Etat un exposé sur sa participation aux travaux du sommet arabe urgent et de la 14e session de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) tenus en Arabie Saoudite", a précisé la même source.

Le Conseil Constitutionnel a annoncé, dimanche dans un communiqué, le rejet des dossiers de deux postulants à l'élection Présidentielle du 4 juillet prochain, indiquant qu'il revient au chef de l'Etat de convoquer à nouveau le corps électoral.

Prix International du Coran: Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah préside la cérémonie de distinction des lauréats. (APS, 01/06/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a présidé dans la nuit du vendredi au samedi à la grande mosquée d'Alger une cérémonie de distinction des lauréats de la 16è édition du Prix international d'Alger de récitation, de psalmodie et d'exégèse du Saint Coran à l'occasion de la célébration de Leilat El Qadr (27ème jour du mois de Ramadhan).

Cette cérémonie de distinction a été marquée par la présence des Présidents du Conseil Constitutionnel, Kamel Feniche, du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil et de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), Mouad Bouchareb, ainsi que des membres du corps diplomatique islamique accrédité en Algérie. M. Bensalah a procédé également à la distinction des trois premiers lauréats du Concours d'encouragement national des jeunes récitants du Coran.

Le premier prix du Concours qui a vu la participation de 47 pays représentant le monde arabe et islamique et des communautés musulmanes des pays occidentaux et de l'Afrique, est revenu à l'Algérien Ahmed Harket, tandis que le deuxième prix a été remporté par Wassim Djad Allah Salim Aber de la Palestine. Le troisième prix a été remis à Sadik Meftah Khaled de Libye.

Les trois lauréats du concours national des jeunes récitants du saint Coran des moins de 15 ans ont été honorés également à cette occasion. Le premier prix a été remporté par le jeune Younes Nadir de la wilaya de Mila, suivi de Sahnoun Bouzid Abdelwadoud de la wilaya d'Oran, puis de Moundir Younes de la wilaya de Constantine pour le troisième prix.

A cette occasion, M. Abdelkader Bensalah a honoré les membres du jury qui a supervisé ce concours international ainsi que les membres du jury du concours d'encouragement.

Par ailleurs, les récitants du saint Coran ont remis une distinction symbolique au Chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah.

La cérémonie a été ponctuée d'une récitation de versets coraniques et la clôture de la lecture du Sahih Al Boukhari qui avait débuté au mois de Rajab dernier au niveau de l'ensemble des mosquées de la République.

Dans son intervention, le directeur de la Formation au Ministère des Affaires Religieuses et des wakfs, Aissa Meghari a expliqué le sens et les dimensions humaines du Saint Coran et de Leilat El Qadr, affirmant que le Coran était le livre de l'humanité, toute entière, garantissant la liberté du culte et le respect des libertés publiques. Il a cité, à ce titre, la Journée internationale du vivre ensemble en paix, initiée par l'Algérie, et célébrée le 16 mai de chaque année.

La cérémonie, note-t-on, a été clôturée par un chant religieux présenté par une troupe d'El Qods puis par la récitation de versets coraniques.

Présidentielle du 4 juillet : Communiqué du Conseil Constitutionnel. (APS, 02/06/2019)


ALGER - Le Conseil Constitutionnel s'est prononcé dimanche par le rejet des deux dossiers de candidature déposés en vue de la présidentielle du 4 juillet 2019, dans un Communiqué dont voici le texte intégral :

"Le Conseil Constitutionnel, réuni les 21, 24 et 27 Ramadhan 1440 correspondant aux 26 et 29 mai et 1er juin 2019, à l'effet de délibérer sur les dossiers de candidatures pour l'élection du Président de la République prévu le 4 juillet 2019, s'est prononcé par le rejet des deux dossiers de candidature déposés auprès de lui, en vertu de deux décisions individuelles n 18/D.CC/19 et n 19/D.CC/19 datées du 1er juin 2019.

En vertu de la décision du Conseil Constitutionnel n 20/D.CC/19 du 1er juin 2019, par laquelle il déclare l'impossibilité de tenir l'élection du Président de la République, le 4 juillet 2019, et la réorganisation de celle-ci de nouveau.

Vu le préambule de la Constitution qui prévoit en son 12ème paragraphe : la Constitution est au-dessus de tous, elle est la loi fondamentale qui garantit les droits et libertés individuels et collectifs, protège la règle du libre choix du peuple, confère la légitimité à l'exercice des pouvoirs, et consacre l’alternance démocratique par la voie d’élections libres et régulières.

Vu les articles 7,8, 102 alinéa 6, 182 et 193 de la Constitution, Considérant que le Constituant confère au Conseil Constitutionnel la mission de veiller au respect de la Constitution.

Considérant que le peuple est la source de tout pouvoir et qu'il exerce sa souveraineté par l'intermédiaire des institutions qu'il se donne.

Considérant que dès lors que la Constitution prévoit que la mission essentielle dévolue à celui investi de la charge de Chef de l'Etat est d'organiser l'élection du Président de la République, il y a lieu de réunir les conditions adéquates pour l'organisation de cette élection dans la transparence et la neutralité en vue de préserver les institutions constitutionnelles qui concourent à la réalisation des aspirations du peuple souverain.

Il revient au Chef de l'Etat de convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du Président de la République et la prestation du serment constitutionnel".

Plusieurs Ambassadeurs présentent leurs lettres de créance au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah. (APS, 30/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu mercredi au siège de la Présidence de la République, à Alger, plusieurs Ambassadeurs qui lui ont présenté leurs lettres de créance.

L'Ambassadeur américain en Algérie John P. Desrocher
a indiqué dans une déclaration à la presse, au terme de cette audience, que les deux pays avaient des intérêts communs soutenant qu'il aspirait à "travailler avec les Algériens pour le renforcement des relations entre nos gouvernements et nos peuples".

Pour sa part, l'Ambassadrice du Canada, Mme Patricia Mccullagh a relevé qu'elle avait échangé avec M. Bensalah sur les relations bilatérales qu'elle a qualifiées d'"excellentes" entre les deux pays, ajoutant qu'ils étaient des "partenaires clés et des amis très proches".

"J'ai souligné qu'on a de très bonnes relations dans le domaine économique et commercial et quelque 100.000 algériens établis au Canada", s'est-elle réjouie, ajoutant avoir saisi cette occasion pour féliciter "le peuple algérien et les autorités pour le bon déroulement du mouvement social dans cette période historique"

Elle a relevé que le Canada suivait de "très près" ce qui se passait en Algérie et exprimé son souhait "d'un avenir prospère et démocratique".

De son côté, l'Ambassadrice de Cuba en Algérie, Mme Clara Margarita Pulido Escandell, a indiqué que les deux pays entretenaient une relation "très étroite, très profonde et très historique" ajoutant que "nous sommes ici pour continuer à travailler pour maintenir et renforcer cette relation".

L'Ambassadeur du Portugal a relevé, quant à lui, que les relations entre les deux pays étaient "assez fortes" et partageaient une "vraie amitié", soulignant que ces relations s'élargissaient à une "quantité de domaines qui ne font que s'agrandir".

Pour sa part, l'Ambassadeur de l'Ouganda en Algérie, Jhon Chrysostom Alintuma Nsambu a indiqué avoir évoqué avec M. Bensalah le soutien de l'Algérie à son pays, et aussi "la période de transition que connait l'Algérie pour bâtir un avenir meilleur".

Il a également salué le soutien de l'Algérie dans le domaine économique, l'octroi de bourses d'études aux étudiants ougandais (au nombre de 600) ainsi que dans le volet sécuritaire à travers la formation des éléments de la police ougandaise.

De son côté, l'Ambassadeur de la Russie en Algérie, Igor Beliaev a indiqué que cette audience était l'occasion de passer en revue les relations bilatérales, exprimant sa satisfaction du niveau des relations traditionnelles d'amitié entre les deux pays.

"Je ne ménagerai aucun effort pour renforcer davantage les relations bilatérales dans divers domaines notamment politique, économique, culturel et d'investissement, a-t-il souligné.

L'Ambassadrice du Danemark, Mme Julie Pruzan-Jorgensen, a exprimé, quant à elle sa satisfaction du renforcement "considérable" des relations bilatérales "en si peu de temps" entre les deux pays, soulignant qu'ils avaient toujours des relations "très bonnes et amicales", avec la signature de plusieurs accords.

L'Ambassadeur de l'Etat des Emirats arabes unis, Youcef Saif Khamis Subaa Al-Ali, a indiqué que les relations entre les deux pays étaient de "haut niveau" et "nous travaillons pour leur développement encore davantage".

Il a ajouté que son pays était le "premier investisseur" en Algérie à hauteur de 10 milliards de dollar, ajoutant que "nous œuvrons à davantage de développement en ce qu'il y a de meilleur notamment dans le volet touristique, de l'agriculture et de transport".

L'Ambassadeur de Tunisie, Naceur Essid a indiqué avoir présenté un exposé sur les relations bilatérales, ajoutant que les deux pays avaient des relations "historiques, stratégiques et distinguées".

Il a ajouté avoir transmis les salutations du Président tunisien, Béji Caïd Essebsi à M. Bensalah et évoqué les prochains agendas entres les deux pays notamment la tenue de la commission mixte algéro-tunisienne.

L'Ambassadeur du Chili, Carlos Olguin a indiqué quant à lui, avoir évoqué les relations de "longue date" entre les deux pays.

L'Algérie célèbre la Journée mondiale de l'Afrique. (APS, 30/05/2019)


ALGER - L'Algérie a célébré mercredi la Journée mondiale de l'Afrique qui coïncide avec le 56e anniversaire de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), en affirmant son soutien indéfectible au droit légitime et inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination.

La cérémonie a été organisée au Centre International des Conférences (CIC), Abdelatif Rehal en présence du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, de membres du Gouvernement et de plusieurs personnalités politiques et diplomatiques.

"Je tiens aujourd'hui à réitéré le soutien indéfectible de l'Algérie au droit légitime et inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance conformément aux résolutions onusiennes, dont la résolution 1514 portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux", a indiqué M. Sabri Boukadoum dans une allocution d'ouverture.

Pour sa part, le doyen des Ambassadeurs africains à Alger, l'Ambassadeur du Cameroun, M. Claude Joesph M`Bafou, a appelé, dans son allocution, à la nécessité d'"œuvrer ensemble pour assurer aux africains une vie digne", mettant en avant l'impératif d'éliminer tous les conflits dans le continent qui compte le plus grand nombre de personnes déplacées et de réfugiées".

La célébration de la Journée de l'Afrique marque le 56e anniversaire de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) le 25 mai 1963, lorsque 30 dirigeants de pays africains indépendants ont signé la Charte constitutive à Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie.

Depuis sa création, l'Organisation panafricaine a mis l'accent sur la promotion de l'Afrique en tant qu'acteur majeur des relations internationales, capable de traduire les aspirations des peuples africains et d'améliorer leurs conditions de vie.

L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre une patrouille de l'armée nigérienne. (APS, 26/05/2019)


Déclaration du Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères

« Nous condamnons avec force l’attaque terroriste meurtrière qui a ciblé, hier, samedi 25 mai 2019, un convoi de l’Armée Nigériane, qui escortait des habitants évacués d'un village de l'Etat de Borno, au Centre du Nigéria.

Nous présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes civiles et militaires de cet ignoble acte terroriste et assurons de notre solidarité le Gouvernement et le Peuple Nigérians frères, comme nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

Nous demeurons convaincus que ces actes de terreur perpétrés par le terrorisme haineux et aveugle ne saura entamer la détermination du Nigeria, de l’Afrique et de la communauté internationale dans son ensemble à poursuivre la lutte contre ce fléau transnational ».

L'Algérie profondément inquiète par les développements de la situation en Libye (Le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah). (APS, 23/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a exprimé jeudi à Alger, au Président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'Union Nationale (GNA) libyen, Faiz El Serradj, "la profonde inquiétude de l'Algérie quant aux développements de la situation en Libye".

Lors d'une audience accordée à M. El Serradj, M. Abdelkader Bensalah a fait état de "la profonde préoccupation et inquiétude de l'Algérie concernant les développements de la situation en Libye, pays frère et voisin, en raison des affrontements qui y ont lieu et de leurs répercutions en termes de pertes humaines et matérielles, en plus du nombre conséquent de déplacés", a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

Déplorant "la poursuite des affrontements malgré les différents appels pressants à l'arrêt des hostilités et à la reprise du dialogue en tant que solution politique incontournable à la crise libyenne", le chef de l'Etat a rappelé que "les efforts de l'Algérie, sur le plan international, n'ont de cesse de viser à parvenir rapidement à l'arrêt des hostilités et à la reprise du processus politique avec la participation de l'ensemble des forces nationales libyennes".

Il a affirmé, à ce propos, que "la persistance de la situation actuelle serait susceptible d'approfondir davantage les divisions, d'aggraver les tensions politiques internes et d'alimenter, voire accroitre les ingérences étrangères".

Outre l'analyse et l'évaluation de la situation en Libye, "les deux parties ont évoqué les relations bilatérales et les voies et moyens de leur renforcement pour les hisser au niveau des liens de fraternité, d'entraide et de coopération unissant les deux peuples frères".

M. El Sarradj a effectué jeudi une visite de travail et d'amitié en Algérie dans le cadre de "la tradition de concertation et de dialogue entre les deux pays".

L'Algérie ne voit pas d'alternatives à la solution politique pour la crise en Libye (Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères). (MAE, 23/05/2019)


Le Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, M. Abdelaziz Benali Cherif a affirmé, jeudi, que l'Algérie ne voit pas d'alternatives à la solution politique pour la crise en Libye, ajoutant que la visite du Président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'Union Nationale (GNA) de Libye, M. Fayez Al-Serradj, en Algérie s'inscrit dans le cadre des consultations qui se poursuivent entre les deux pays.

S'exprimant dans une déclaration à la presse en marge des entretiens bilatéraux ayant réuni le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et son homologue libyen, Mohamed Tahar Siala, M. Benali Cherif a indiqué que la visite de M. Al-Serradj et de la délégation qui l'accompagne, s'inscrivait dans le cadre des "consultations permanentes avec les frères libyens et avec l'ensemble des acteurs, au double plan international et régional, dans une tentative de dépasser la situation actuelle en Libye".

" L'Algérie ne peut, en aucun cas, accepter que la Libye continue de vivre dans l'instabilité qui a des retombées très dangereuses non seulement sur la sécurité et la paix de la Libye, mais sur l'ensemble des pays voisins".

Assurant que le travail, les concertations et les rencontres se poursuivent dans le but de trouver une solution politique à la crise en Libye, le Porte-parole du MAE a affirmé que l'Algérie "est présente sur la scène libyenne et poursuivra les efforts en vue de parvenir à une solution, à même de garantir l'unité et la souveraineté du peuple libyen et assurer la sécurité et la stabilité dans ce pays et dans toute la région".

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum s'est entretenu, jeudi, avec son homologue libyen, M. Mohamed Tahar Siala, de la situation prévalant en Libye ainsi que des relations entre les deux pays.

Ces entretiens interviennent dans le cadre de la visite d'une journée effectuée par le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'Union Nationale de Libye, M. Fayez Al-Serradj, en Algérie, accompagné d'une délégation comprenant le Ministre des Affaires Etrangères et des Conseillers militaires.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Premier Ministre du Niger. (APS, 21/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu mardi à Alger le Premier Ministre du Niger, M. Brigi Rafini, qui effectue une visite officielle en Algérie.

L'audience s'est déroulée au siège de la Présidence de la République en présence du Premier Ministre, M. Nour-Eddine Bedoui, et du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum.

M. Rafini avait entamé lundi une visite officielle de deux jours en Algérie dans le cadre de la tradition de dialogue et de concertation existant entre les deux pays.

Cette visite constitue une opportunité pour les deux parties afin d'examiner l'état de la coopération bilatérale ainsi que les perspectives de sa dynamisation et de son élargissement et d'aborder les questions régionales et internationales d'intérêt commun.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum reçoit deux Ministres nigériens. (APS, 21/05/2019)


ALGER - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a reçu lundi, le Ministre nigérien de l'intérieur et de la sécurité publique, M. Mohamed Bazoum, et la Ministre nigérienne déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères.

M. Sabri Boukadoum reçoit le Ministre nigérien de l'intérieur

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a reçu lundi, le Ministre nigérien de l'intérieur et de la sécurité publique, M. Mohamed Bazoum.

Le Ministre nigérien de l'intérieur et de la sécurité publique, Mohamed Bazoum fait partie de la délégation conduite par le Premier ministre du Niger, Brigi Rafini, qui a entamé lundi une visite officielle en Algérie, à l'invitation du Premier ministre, Noureddine Bedoui.

Outre M. Bazoum, la délégation du Niger comprend la Ministre déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères, Lamidou Ousseini Salamatou Bala Goga.

Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, avait reçu son homologue du Niger, Brigi Rafini, qui a affirmé qu'il était porteur d'un message au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah de la part de son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, se félicitant de l'état de la coopération bilatérale, qualifiée d'exemplaire entre les deux pays".

M. Sabri Boukadoum reçoit la Ministre nigérienne déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a reçu lundi, la Ministre nigérienne déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères.

La Ministre nigérienne déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères fait partie de la délégation conduite par le Premier Ministre du Niger, Brigi Rafini, qui a entamé lundi une visite officielle en Algérie, à l'invitation du Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui.

Etaient présents, à cette rencontre, du côté algérien, le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, et le Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'aménagement du territoire, M. Salah Eddine Dahmoune.

Ont assisté aux entretiens, du côté nigérien, le Ministre d'Etat, Ministre de l'intérieur et de la sécurité publique, M. Mohamed Bazoum, et la Ministre déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères, Mme Lamidou Ousseini Salamatou Bala Goga.

Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui s'entretient avec son homologue du Niger. (APS, 20/05/2019)


ALGER - Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, s'est entretenu lundi à Alger avec son homologue du Niger, Brigi Rafini, qui effectue une visite officielle de deux jours en Algérie, dans le cadre de "la tradition de dialogue et de concertation" existant entre les deux pays".

Les entretiens élargis aux membres des deux délégations se sont déroulés au Palais du gouvernement.

Etaient présents, à cette rencontre, du côté algérien, le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, et le Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'aménagement du territoire, M. Salah Eddine Dahmoune.

Ont assisté aux entretiens, du côté nigérien, le Ministre d'Etat, Ministre de l'intérieur et de la sécurité publique, M. Mohamed Bazoum, et la Ministre déléguée auprès du Ministère des Affaires Etrangères, M. Lamidou Ousseini Salamatou Bala Goga.

M. Rafini est arrivé en fin de matinée à Alger pour une visite officielle à l'invitation de M. Bedoui. Le Séjour du haut responsable du Niger permettra aux deux parties l'examen de l'état de la coopération bilatérale ainsi que les perspectives de sa dynamisation et de son élargissement", ont indiqué les services du Premier Ministère.

La visite sera également, "l'occasion d'aborder les questions régionales et internationales d'intérêt commun", a conclu la même source.

Traitement accordé aux réfugiés: Le Parlement panafricain rend hommage à l'Algérie. (APS, 20/05/2019)


MIDRAND (AFRIQUE DU SUD) - Le Parlement panafricain a rendu hommage, dans une résolution, à l'Algérie, au Rwanda et à l'Ouganda, en tant que "pays modèles" quant au "traitement et à l'hospitalité" qu'ils accordent aux réfugiés dans les communautés d'accueil et invite les autres pays africains à émuler "ces bonnes pratiques".

Cet hommage a été rendu lors de la tenue de la deuxième session ordinaire de la cinquième législature du Parlement panafricain (PAP) qui s'est tenue à Midrand (Afrique du Sud) du 6 au 17 mai 2019 et en clôturant ses travaux par l'adoption d'une résolution sur le thème 2019 de l'Union africaine: "Année des refugiés, des rapatriés et des personnes déplacées internes: vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique".

Le PAP invite ainsi l'Union africaine à aider "les parties aux conflits en Afrique à résoudre leurs différends afin de permettre aux réfugiés de retourner dans leurs pays, et à mettre en place des systèmes efficaces d'alerte précoce pour détecter et prévenir l'émergence de nouveaux conflits".

Le Parlement panafricain s'engage, enfin, "à dépêcher des missions d'information dans les camps de réfugiés à travers le continent dans le but d'assurer un suivi continu de leur situation et leur garantir une meilleure protection".

63e Anniversaire de la Journée nationale de l’étudiant (19 mai 1956) : Le Chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah adresse un message aux étudiants. (APS, 19/05/2019)


Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a adressé, dimanche, à l'occasion de la Journée nationale de l'Etudiant, un message dont voici la traduction APS:

"Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux Paix et bénédiction sur son vertueux messager, sa sainte famille et ses compagnons jusqu'au jour du jugement dernier".

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Chers étudiantes et étudiants,

Nous célébrons, cette année, la journée de l'Etudiant, cette journée mémorable de 1956 où étudiants et lycéens ont fait le choix de quitter les bancs de l'université et du lycée pour rallier les rangs de la Glorieuse Révolution. Un anniversaire cher à nos cœurs, dont nous célébrons chaque année la portée et la symbolique en termes de défi et d'engagement, une journée dont le souvenir doit rester inoubliable.

C'est là, une importante célébration qui nous interpelle tous, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, à méditer sa signification, lorsque l'intérêt et le devenir du peuple avaient primé sur les intérêts personnelles et l'abnégation des étudiants algériens s'était illustrée dans sa plus belle et noble expression.

La récompense en a été une victoire éloquente, par la grâce d'Allah.

Un peuple qui a donné naissance à des étudiants de la trempe de la génération de Novembre 1954 -une génération qui a accéléré sa libération du joug colonial et qui a vaincu la machine de guerre coloniale la plus destructrice du 20e siècle- et qui, aujourd'hui, a enfanté des étudiants qui portent ses inquiétudes et expriment ses espoirs, est certes un peuple invincible et immortel.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Chers étudiantes et étudiants,

Notre pays vît une période augurant des perspectives prometteuses pour un avenir qui a pour titre la compétence et le mérite, un avenir dont la devise sera la persévérance et le don de soi pour la partie. Un avenir où la parole sera donnée au peuple souverain pour le choix de ses dirigeants dans le cadre de réelles garanties d'une rivalité honnête et équitable, à même d'asseoir les fondements d'une bonne gouvernance, de conforter l'Etat de droit, de consolider la participation sociétale et d'accompagner le peuple vers une nouvelle ère dans son processus civilisationnel et de développement pour le progrès et la prospérité.

Nos étudiants ont eu, dans cet élan, un rôle avant-gardiste en se mettant en tête des rangs et en imprimant de maturité leurs marches, à travers lesquelles ils ont fait montre de leur conscience des enjeux de cette sensible conjoncture pour notre pays et de l'ampleur des défis qui les attendent.

Félicitations à eux pour cette image honorable qui a impressionné le monde entier au point de devenir un exemple et un modèle à suivre.

La situation de l'Algérie aujourd'hui est semblable à hier, "A chaque fois est-elle face à l'infortune ou à la difficulté, qu'elle s'en sorte, par la grâce d'Allah, plus forte et plus grande".

L'Algérie saura se relever et sortir indemne de son épreuve, grâce à ses loyaux enfants, qui ont mis de côté leur vie pour se consacrer résolument à l'édification de leur patrie afin que leur peuple puisse vivre dans la sécurité, la stabilité, la sérénité et la prospérité.

Aussi, est-il du devoir de chaque citoyen jaloux de sa patrie de prendre exemple sur ses aïeux qui n'ont pas hésité à sacrifier leur vie pour l'Algérie et d'être un élément édificateur et rassembleur pour que fusionnent les bonnes volontés sur une même voie, menant l'Algérie vers l'orée d'une nouvelle ère où les énergies du peule seront consacrées à la reconstruction et au développement du pays.

Maintenant qu'ils ont pris conscience des défis du présent et des enjeux de l'avenir, nos étudiantes et étudiants doivent focaliser leurs efforts sur l'acquisition affermie du savoir et aller de l'avant pour relever le défi de la Recherche scientifique et du développement technologique à travers la persévérance et la ténacité, d'autant que notre monde connait, aujourd'hui, une impitoyable course vers les sources du savoir et l'esprit créatif et une rivalité intense pour l'obtention des plus prestigieux brevets et meilleures créations scientifiques.

Notre pays recelant, Dieu merci, des capacités et des potentiels non négligeables dans plusieurs domaines, est apte, pour peu que les efforts soient conjugués et le travail revalorisé, à acquérir les outils de connaissance et les capacités scientifiques pour mener brillamment sa bataille de développement.

En conclusion, je tiens, à cette occasion, à féliciter nos chers étudiantes et étudiants en leur souhaitant succès et réussite dans leur parcours scientifique, pour le bonheur de leurs parents, priant le Tout-Puissant de préserver notre pays et notre peuple de tous les malheurs, d’agréer nos vaillants chouhada en son vaste Paradis et qu'il fasse que nos célébrations soient renouvelées dans la prospérité et la sérénité.

Vive l'Algérie, Gloire éternelle à nos vaillants martyrs.

Le Chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit les lettres de créances de plusieurs Ambassadeurs. (APS, 16/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, jeudi au siège de la Présidence, plusieurs Ambassadeurs qui lui ont remis leur lettres de créances.

Le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadeur du Royaume du Maroc, Lahcen Abdelkhalek qui a affirmé, dans une déclaration, avoir transmis à M. Bensalah "les salutations et les sentiments de considération du Roi Mohamed VI ainsi que son souci d'œuvrer à la consolidation des relations entre les deux pays frères, à la faveur de la confiance, de la solidarité et du bon voisinage dans tous les domaines, outre le renforcement de la tradition de coordination et de concertation pour relever les défis régionaux et internationaux".

A cette occasion, M. Bensalah a chargé l'Ambassadeur marocain de transmettre ses "salutations" et sa "considération" au roi Mohamed VI, réaffirmant son "souci" d'œuvrer à la consolidation des relations bilatérales.

Par ailleurs, le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadeur de la République d'Inde, Satbir Singh qui a affirmé à l'issue de l'audience que son pays et l'Algérie étaient "liés par des relations diplomatiques qui remontent aux années 60 et par un partenariat économique et commercial dans plusieurs domaines".

Reçu également par M. Bensalah, l'Ambassadeur du Bengladesh, Mohamed Abdul Hye a salué, pour sa part, les relations historiques qui lient les deux pays, mettant en valeur le soutien de l'Algérie à la libération de son pays.

Après avoir rappelé que le Bengladesh était le second plus grand producteur de textile en Asie, l'Ambassadeur a affirmé que la représentation diplomatique de son pays "a reçu ces deux dernières années près de 1.000 demandes de visa par les Algériens", mettant l'accent sur l'importance d'élargir les relations de coopération économique entre les deux pays, notamment en matière d'énergie et de gaz.

Par ailleurs, M. Abdul Hye a exprimé son souhait que l'Algérie ouvre une représentation diplomatique au Bengladesh "dans les meilleurs délais".

D'autre part, le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadeur du Yémen, Ali Mohammed Alaoui Abdullah El-Yazidi qui a salué, dans une déclaration à la presse, "les liens étroits" unissant les deux peuples, exprimant son souhait que "l'Algérie soit toujours un rempart pour la Nation arabe qui lutte pour ses causes".

Dans le même sillage, M. Bensalah a reçu l'Ambassadrice de la République de Namibie, Panduleni-Kaino Shigenge qui lui a remis ses lettres de créances, évoquant "les relations bilatérales et les dénominateurs communs à commencer par leur combat pour la libération".

L'Ambassadrice namibienne a mis en avant la volonté des deux pays de "promouvoir leurs relations bilatérales et d'intensifier la coordination notamment lors des concerts internationaux, au sujet de plusieurs questions, en tête desquelles la cause sahraouie".

Enfin, le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadeur de la République du Bénin, Orou Sego Orou Gabé, qui a salué, dans sa déclaration à la presse, "les relations fructueuses" liant les deux pays.

M. Bensalah a, également, reçu les Ambassadeurs de quatre pays qui lui ont remis leurs lettres de créances

Il s'agit des Ambassadeurs, de la Serbie, Alexandar Jankovic, du Vietnam, Pham Quoc Tru, et de la Guinée Bissau, Pedro Maria Mendes Costa et de la France, Xavier Driencourt.

Dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience, M. Jankovic a qualifié les relations bilatérales entre les deux pays "d'excellentes et de traditionnellement fortes", rappelant que la Serbie a "soutenu l'Algérie dans sa juste lutte pour son indépendance" et que sa capitale, Belgrade, a été "la première capitale européenne a avoir reconnu le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Pour sa part, M. Pham Quoc Tru a rappelé aussi les relations d'amitié "de longue date forgées dans la lutte commune des deux pays contre le colonialisme" qu'entretiennent l'Algérie et le Vietnam.

Ces relations, a t-il ajouté, ont été ensuite "renforcées" grâce à la "coopération étroite dans divers domaines", souhaitant pouvoir contribuer à leur développement.

Dans une déclaration au terme de l'audience, Pedro Maria Mendes a indiqué que les relations bilatérales entre les deux pays sont "excellentes", appelant à plus d'efforts des deux côtés pour les consolider à tous les niveaux.

De son côté, l'Ambassadeur de la République française, Xavier Driencourt a réfuté, dans une déclaration à l'issue de son audience avec Bensalah toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires internes de l'Algérie, affirmant que son pays suit "avec beaucoup de respect" la situation en Algérie.

L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre une patrouille de l'armée nigérienne. (APS, 15/05/2019)


ALGER - L'Algérie condamne avec "force" l'attaque terroriste qui a ciblé, mardi, une patrouille de l'armée nigérienne près de la frontière malienne, a indiqué mercredi le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, M. Abdelaziz Benali Cherif.

"Nous condamnons avec force l'attaque terroriste qui a ciblé, hier mardi 14 mai 2019, une patrouille de l'armée nigérienne près du village de Tongo-Tango, dans la région de Tillabéri, près de la frontière malienne", a précisé Benali Cherif dans une déclaration à l'APS.

"Nous saluons le sacrifice des éléments des forces armées nigérienne tombés alors qu'ils accomplissaient leur devoir au service de leur pays et tenons à présenter nos sincères condoléances à leurs familles, au gouvernement et peuple nigériens frères", a-t-il affirmé.

"Nous demeurons convaincus que ces actes de terreur perpétrés par le terrorisme haineux et aveugle, ne saura entamer la détermination du Niger, des autres pays d'Afrique et de la communauté internationale dans son ensemble à faire face à ce fléau transnational et à le combattre jusqu'à son éradication totale", a ajouté le porte-parole du MAE.


ALGER - L'Algérie a condamné "énergiquement", lundi par la voix du porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Chérif, les actes de sabotage ayant ciblé quatre navires près des eaux territoriales des Emirats Arabes Unies (EAU).

"Nous condamnons énergiquement les actes de sabotage ayant ciblé, dimanche 12 mai 2019, quatre navires près des eaux territoriales de l'Etat des Emirats arabes Unis et fustigeons de tels actes criminels qui constituent une menace pour la liberté et la sécurité de la navigation et du transport maritimes", a déclaré M. Benali Chérif.

Il a, également, appelé "tous les acteurs au niveau international à assurer toutes les conditions et moyens à même de prévenir de tels actes pour qu'ils ne se reproduisent plus, de par leur danger sur la liberté de circulation et de par leurs répercussions sur la sécurité régionale et internationale".

Les Emirats Arabes Unis avaient fait état dimanche d'"actes de sabotage" contre quatre navires commerciaux de différentes nationalités à l'est de l'émirat de Fujairah.

L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre une église au Burkina Faso. (APS, 13/05/2019)


ALGER - L'Algérie a condamné "avec force" l'attaque terroriste ayant ciblé, dimanche, une église dans le centre-nord du Burkina Faso, a indiqué lundi le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"Nous condamnons avec force l'attaque terroriste meurtrière qui a ciblé hier, dimanche 12 mai 2019, l'église catholique de Dablo, dans le centre-nord du Burkina Faso, faisant des morts et plusieurs blessés parmi les fidèles", a souligné M. Benali Cherif dans une déclaration à l'APS.

"L'Algérie qui a subi les affres du terrorisme, assure le gouvernement et le peuple burkinabé amis de son entière solidarité et réitère sa ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations", a-t-il affirmé.

"Nous présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes de cet ignoble acte terroriste et exprimons notre sympathie à l'égard des blessés", a ajouté le porte-parole du MAE.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui . (APS, 09/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, jeudi au siège de la Présidence de la République, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui.

Lors de cette audience, qui a porté sur "l'examen de la situation politique et économique du pays", M. Bedoui "a présenté un exposé exhaustif sur les principales mesures prises par le Gouvernement conformément aux orientations du chef de l'Etat, particulièrement en ce qui concerne la disponibilité des produits alimentaires de large consommation durant tout le mois de Ramadhan et la redynamisation du mécanisme des marchés de proximité", indique un communiqué de la Présidence de la République.

L'accent a été mis sur l'impératif de "respecter les prix de référence et d'accorder l'intérêt nécessaire au dossier des aides sociales destinées aux familles nécessiteuses de façon à garantir une vie décente au citoyen".

Le Premier Ministre a, également, présenté "un exposé exhaustif sur le déroulement des préparatifs de la prochaine élection présidentielle, à savoir la révision exceptionnelle des listes électorales, la poursuite du retrait des formulaires de candidature ainsi que les dispositions liées aux aspects matériels mises en place par le Gouvernement".

A cette occasion, le Chef de l'Etat a souligné "l'impératif de respecter les délais et les échéances prévus par la Constitution et les lois de la République, en assurant les conditions et mécanismes nécessaires pour le bon déroulement de cette importante échéance, en toute transparence, régularité et objectivité".

M. Bensalah a également insisté sur l'impératif de "maintenir tous les canaux de concertation et de dialogue ouverts avec toutes les instances et partenaires concernés par l'élection du 4 juillet".

"D'autres points" ont également été évoqués, conclut le communiqué.

Huit Ambassadeurs remettent leurs lettres de créances à M. Abdelkader Bensalah, Chef de l'Etat. (APS, 08/05/2019)


ALGER- Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu, mercredi à Alger, huit Ambassadeurs qui lui ont remis leurs lettres de créances.

M. Bensalah a reçu, en premier lieu, M. Witold Spirydowicz, Ambassadeur de la Pologne. Dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience, M. Spirydowicz a qualifié l'Algérie de "partenaire stratégique, un pays très important pour la région et pour le continent africain, et aussi pour l'Europe".

Mettant en avant les relations historiques entre l'Algérie et la Pologne qui datent de 1962, il a relevé que celles-ci "se développent dans tous les domaines".

L'Ambassadeur polonais, qui a évoqué la mobilisation du peuple algérien pour le changement, s'est dit "impressionné par le civisme et la maturité de la société algérienne", exprimant la disposition de son pays à "soutenir le processus de transition" en échangeant les expériences entre les deux pays.

Le Chef de l'Etat a également reçu l'Ambassadeur des Pays-Bas, Robert Van Embden.

Au terme de l'audience, M. Embden a relevé le développement "positif" qui ont marqué les relations bilatérales algéro-néérlandaises, notamment, "depuis la redynamisation de la commission mixte bilatérale qui s'est réunie à Alger il y'a un an, ayant permis d'approfondir davantage la coopération entre les deux pays" dans différents domaines.

Par la même occasion, M. Bensalah a reçu l'Ambassadeur du Royaume de Belgique, Pierre Gillon, qui a salué l'"excellence" des relations d'amitié qu'entretiennent l'Algérie et la Belgique, soulignant que ces relations "ne demandent qu'à s'approfondir".

Par la suite, le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadrice du Royaume de Suède, Marie-Claire Sward-Capra.

Mme Sward-Capra a indiqué que l'Algérie et la Suède entretiennent d’excellentes relations, et des liens forts et profonds de confiance et d'amitié, fondés sur une sincère et durable amitié que nous ne cessons de renforcer". M. Bensalah a reçu, également, l'Ambassadeur, représentant de la délégation de l'Union européenne (UE), John O'Rourke, qui a mis en exergue les "bonnes et fructueuses relations" entre l'UE et l'Algérie.

L'Once apostolique du Vatican, Luciano Russo, a été également reçu, dans le même cadre, par le Chef de l'Etat. Russo a mis en avant, à cette occasion, les "bonnes relations qui existent entre les deux pays", faisant part l'engagement du Saint Siège à œuvrer dans ce sens à travers le dialogue et le respect, en "encourageant" notamment l'initiative, "Vivre ensemble en paix", promue par l'Algérie.

L'Ambassadeur du Pérou, Gustavo Felipe Jose Lembcke Hoyle, a exprimé, à l'issue de l'audience, le souhait de son pays de "renforcer la coopération bilatérale" algéro-péruviene. M. Bensalah a reçu, enfin, l'Ambassadeur d'Italie, Pasquale Ferrara.Ferrara s'est félicité de la "profonde amitié entre l'Algérie et l'Italie, une amitié ancienne qui remonte à la lutte d'indépendance de l'Algérie", a-t-il dit, soulignant que cette amitié "n'a jamais faibli même durant les années les plus difficiles de l'Algérie".

Pour le diplomate italien, "l'Algérie vit actuellement une page importante de son histoire", relevant que le peuple algérien, à travers notamment sa jeunesse, et l'élan pacifique marqué par les manifestations pour le changement, "ont suscité l'admiration du monde entier".

Il a souligné, également, que l'Algérie est un "partenaire stratégique pour l'Italie, notamment, au niveau méditerranéen, une région qui connaît beaucoup de crises".

Citant, à ce propos, la Libye, M. Ferrara a fait part de la convergence de vues entre l'Italie et l'Algérie concernant le règlement de la crise dans ce pays méditerranéen, soutenant que les deux pays "peuvent faire beaucoup ensemble pour la stabilité de la région".

Ferrara a, en outre, exprimé le souhait de voir la coopération bilatérale algéro-italienne se développer et se diversifier davantage.

Importations alimentaires: Baisse de 14,56% au 1er trimestre 2019. (APS, 09/05/2019)


ALGER - Les importations de l'Algérie de produits alimentaires ont baissé de plus de 14% durant le 1er trimestre 2019, en comparaison avec la même période en 2018, a appris l'APS auprès de la Direction générale des Douanes algériennes (DGD).

Globalement, la facture d'importation des produits alimentaires a atteint 1,92 milliard de dollars (md usd) le 1er trimestre 2019, contre près de 2,25 mds usd durant la même période de 2018, soit une baisse de 33 millions de dollars (-14,56%), précise la Direction des Etudes et de la Prospectives des Douanes (DEPD).

Cette baisse s'explique, essentiellement, par une diminution des importations des céréales, lait et produits laitiers, des sucres, des tourteaux de soja et des légumes secs, détaille la DEPD.

Représentant 32% de la structure des importations alimentaires, les céréales, semoule et farine ont atteint 614,38 millions USD, contre 811,37 millions USD en 2018, soit une de baisse de 24,28%.

Les importations des produits laitiers ont également reculé à 338,40 millions USD contre 416,48 millions USD, soit une baisse de 18,75%.

La facture d'importation du sucre et des sucreries, a elle aussi baissé pour totaliser 167,98 millions USD, contre 218,95 millions USD (-23,28%).

Même tendance pour les résidus et déchets des industries alimentaires dont les tourteaux et autres résidus solides qui ont été importés pour 167,98 millions USD, contre 208,32 millions de dollars, en baisse de 19,37%.

Durant les trois premiers mois de l'année en cours, la baisse a concerné aussi les légumes secs qui se sont chiffrés à 96,72 millions USD, contre 106,69 millions de dollars (-9,35%), et enfin une baisse, mais de faible importance, ayant touché le café et le thé (0,18%), totalisant 86,99 millions USD, contre 87,15 millions USD.

Par ailleurs, d'autres groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses durant le 1er trimestre 2019 et par rapport à la même période de l'année dernière, il s'agit des fruits comestibles, des animaux vivants et enfin des préparations alimentaires diverses.

Médicaments: poursuite de la baisse des importations

Ainsi, les importations des fruits comestibles (fruits fraiches ou sèches) se sont chiffrées à 56,63 millions USD durant le 1er trimestre 2019, contre 35,13 millions de dollars à la même période de l'année dernière, soit une hausse de plus de 61%.

Les importations des animaux vivant ont atteint 59,09 millions USD, contre 48,92 millions USD (+20,77%) durant la même période de comparaison.

Cette variation haussière a concerné aussi les préparations alimentaires diverses qui sont passées de 67,75 millions USD au cours du 1er trimestre de 2018, à près de 73 millions USD à la même période 2019 (+7,60%).

En plus de ces principaux produits, le reste des biens alimentaires a été importé pour un montant de 259 millions USD, contre 246,61 millions USD (+5,03%).

Concernant l'huile de soja et ses fractions, même raffinées (classées dans le Groupe des biens destinés au fonctionnement de l'outil de production), leurs importations ont connu une légère baisse en s'établissant à 156,87 millions USD au 1er trimestre 2019, contre 157,41 millions USD durant la même période de 2018 (-0,34%).

Ainsi, la facture globale du groupe des produits alimentaires et des huiles destinées à l'industrie alimentaire s'est chiffrée à 2,08 mds de dollars, contre 2,40 mds de dollars, en baisse de 32 millions de dollars (-15,4%).

Pour ce qui concerne les médicaments (classés dans le groupe des biens de consommation non alimentaires), leur facture d'importation a enregistré une baisse en s'établissant à 199,10 millions usd durant les trois premiers mois de 2019, contre 297,25 millions usd à la même période de l'année précédente, soit une baisse de 33,02%.

Les importations globales de l'Algérie ont totalisé 11,155 mds USD, contre 11,249 mds de dollars, en baisse de 0,83%, durant la même période de comparaison, rappelle-t-on.

Pour rappel, de nouveaux mécanismes d'encadrement des importations de marchandises, dont des produits alimentaires (hors produits alimentaires stratégiques), avaient été mis en place dès le début de l'année 2018 pour réduire le déficit commercial et promouvoir la production nationale.

Le ministère du Commerce avait annoncé le 14 avril dernier des dispositions pour renforcer l'approvisionnement du marché durant le mois de Ramadhan, comprenant notamment l'assouplissement de l'importation de produits alimentaires comme les viandes.

Dans ce cadre, il a été décidé de supprimer de la liste des produits soumis au DAPS, les viandes bovines fraîches ou réfrigérées, les fruits secs (arachides, amandes...), les fruits séchés (raisins secs, pruneaux...) et les aliments diététiques destinés à des fins médicales et autres produits (le beurre...).

74e anniversaire des massacres du 8 mai 1945. (APS, 08/05/2019)


ALGER - L'Algérie commémorera mercredi le 74e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, qui ont fait plus de 45 000 chahid, victimes de crimes contre l'humanité dont la responsabilité historique hante l'Etat français qui a annoncé, sous la pression de la rue, l'ouverture du dossier de ses crimes coloniaux.

Ces crimes commis par l'armée française durant la colonisation de l'Algérie se sont invités dans le "grand débat national" lancé par le président Emmanuel Macron dans le but de résoudre la crise sociale devenue politique.

L'opportunité de ce débat a été l'occasion de mettre à nu la face hideuse du colonialisme français que les autorités de la France se sont attelées, quelques années auparavant, à en consacrer la glorification à travers un texte de loi avant de se trouver, à présent, contraintes de dévoiler son côté sombre.

C'est dans ce cadre que l'anticolonialiste Henri Pouillot a adressé, en tant que témoin de la Guerre de libération nationale, une lettre au chef d'Etat français soulignant le besoin impérieux pour "leur génération d’anciens combattants que les crimes contre l’humanité (tortures, viols, crevettes Bigeard et corvées de bois), les crimes de guerre (600 à 800 villages rasés au napalm et utilisation du gaz VX et Sarin...) et les crimes d’Etat (massacres de Sétif/Guelma/Kherrata en mai 1945 et massacres du 17 octobre 1961 à Paris) soient reconnus comme tels et condamnés et qu’ils ne soient plus considérés comme ayant été les responsables de leur exécution.

La pression de la rue sur les autorités françaises s'est illustrée, fin avril, par un appel lancé, à l'occasion de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, par un Collectif composé de 31 associations, un syndicat (l'Union syndicale Solidaires) et 6 partis politiques à des "gestes forts" des plus hautes autorités de l'Etat français, à l’ouverture de toutes les archives et à l’inscription dans la mémoire nationale de ces événements et un soutien à la diffusion de documentaires relatifs aux évènements dans l’Education nationale comme dans les médias publics.

Le même collectif, qui appelle à un rassemblement le 8 mai à la place du Chatelet à Paris, a estimé "impossible" de célébrer l’anniversaire de la victoire contre le fascisme "sans vouloir arracher à l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai 1945 et les jours suivants".

Dans une tribune publiée par le site électronique Médiapart, les intellectuels François Gèze, Gilles Manceron, Fabrice Riceputi et Alain Ruscio ont estimé que "L’+aventure coloniale de la France+ a produit des conquêtes et des répressions de masse criminelles qui violèrent gravement les valeurs que la France proclamait par ailleurs et auxquelles elle continue à se référer. C’est son crédit qui est en cause".

Pour ces intellectuels, il reste pour les plus hautes autorités de l’Etat français "bien des choses" à dire pour "reconnaître par exemple les massacres de mai-juin 1945 en Algérie.

Ils considèrent que si le président Macron ne décide pas de s’engager "résolument" dans la voie d’une reconnaissance "pleine et entière" de ce que furent les "errements et les crimes" de la République française dans ses colonies, il "s’expose au risque de rester dans l’histoire comme celui qui aura simplement cherché à instrumentaliser, à des fins électorales, la "question coloniale".

Lors de sa visite en Algérie dans le cadre de sa campagne électorale en date du 5 février 2017, le président français, Emmanuel Macron, alors candidat, avait qualifié la colonisation de "crime contre l’humanité".

En réponse à une question du journal électronique "Médiapart", le 5 mai 2017, le président français avait déclaré qu'"il prendra des actes forts" sur cette période de notre histoire.

Le Président Macron a admis, le 19 mars dernier, que le système colonial en Algérie était "injuste" et "niait les aspirations des peuples à décider d’eux-mêmes", avait reconnu que la France reconnaissait le crime d'Etat à travers l'affaire de Maurice Audin, et était prête pour restituer à l'Algérie les crânes des dirigeants de la résistance populaire conservés au Musée de l'homme de Paris et lui livrer des copies des archives concernant l'Algérie de 1830 à 1962.

Un crime d'Etat imprescriptible

Les massacres commis par la France contre le peuple Algérien le 8 mai 1945 sont imprescriptibles, en vertu des dispositions du droit international relatives aux crimes de guerre, comme "il ne subsiste aucune restriction juridique", selon les juristes, pour engager des poursuites judiciaires à l'encontre la France, même s'il est impossible "d'appliquer la responsabilité personnelle, vu que les auteurs de ces crimes ne sont plus en vie". Cependant, l'Algérie est en droit "d'exiger des institutions au sein desquelles ces personnes exerçaient leurs fonctions de réparer le préjudice par des mesures juridiques et diplomatiques".

Des acteurs du mouvement associatif, à leur tête l'Association du 8 mai 1945, comptent prendre les mesures nécessaires en vue de demander la classification des massacres du 8 mai "crimes de génocide contre l'humanité" et leur enregistrement au niveau de l'Onu pour réclamer des excuses et l'indemnisation des victimes.

A cet effet, les juristes ont évoqué la possibilité d'engager une action judiciaire près la Cour internationale de justice (CIJ) pour les différents crimes commis par la France coloniale ayant fait des millions de victimes, entre autres répercussions, à l'instar de leurs effets négatifs sur l'environnement.

Les massacres du 8 mai 1945 furent un tournant décisif dans la maturation de la pensée de la résistance algérienne, en jetant les fondements d'une nouvelle orientation basée sur la règle "ce qui a été pris par la force ne doit être repris que par la force", et en mettant à nu les fausses promesses données par la France coloniale au peuple algérien pour le mobiliser lors de la 2e guerre mondiale.

Perpétrés dans plusieurs régions du pays où des dizaines de milliers d'Algériens avaient été victimes de la répression française, ces massacres furent une autre face du visage horrible de la France coloniale.

Alors que les Français célébraient la victoire des alliés contre l'Allemagne nazie marquant la fin de la seconde guerre mondiale, des dizaines de milliers d'Algériens sont sortis dans les rues à Sétif, Guelma et Kherrata ainsi que dans d'autres villes du pays, répondant à l'appel lancé pour l'organisation d'une marche pacifique en faveur de l'indépendance de l'Algérie.

Mais la réaction de l'administration française fut violente et brutale, lançant une vague de répression sanglante contre les manifestants sans défense. Durant plusieurs semaines, les forces coloniales et leurs milices ont eu recours à tous types de violences, avec des tueries en masse, n'épargnant ni enfants, ni femmes, ni personnes âgées.

Des personnes désarmées abattues à bout portant, d'autres transportées dans des camions pour être jetées dans des ravins, alors que d'autres sont emmenées en dehors des villes pour être exécutées. Leurs corps brûlés sont ensuite ensevelis dans des fosses communes.

Des fours à chaux étaient également utilisés par l'armée française pour se débarrasser des cadavres des victimes, un acte qui témoigne des plus ignobles crimes de l'histoire contemporaine.

Message du Chef de l'Etat, Monsieur Abdelkader Bensalah à l'occasion du mois sacré de Ramadhan (INTEGRAL). (APS, 05/05/2019)


ALGER - Le Chef de l'état s'adresse au peuple à l'occasion du mois sacré de Ramadhan, dont voici l'intégralité

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Le peuple algérien célèbre, à l’instar de la Oumma islamique, l’avènement du mois sacré de Ramadhan, mois du Coran, du jeûne et des prières, un mois qui constitue une halte spirituelle à laquelle aspirent nos âmes et nos cœurs pour renouveler le serment de la foi et nous réconcilier avec nous-mêmes à travers la récitation et la lecture du Saint Coran, inspirés en cela par les paroles d’Allah : " شهرُ رمضان الذي أنزلَ فيه القرآن هُدى للناسِ وبيِّناتٍ من الهدى والفرقان" C’est assurément, en ce mois de vertu, qui voit les croyants se départir des désirs éphémères pour hisser leurs âmes au rang sublime de la spiritualité, attachés en cela aux valeurs du travail, de la patience et de l’adoration, des valeurs inhérents à notre vaillant peuple imbu de ses nobles principes moraux, qui ne cessent de s’illustrer par de sublimes images de solidarité, d’entraide et de Rahma.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Ce mois sacré de Ramadhan intervient à un moment où notre pays vit des circonstances particulières, qui ont vu le peuple algérien accéder à la tribune de l’histoire, en reprenant l’initiative et en affichant sa détermination à construire l’avenir meilleur auquel aspire toutes les composantes de notre société. Il s’agit d’une étape qualitativement nouvelle, qui se déroule dans le calme et de façon pacifique, une étape durant laquelle notre peuple a fait montre d’un haut niveau de conscience et de maturité, manifestant ses revendications et ambitions légitimes à travers un comportement civilisé, qui a forcé l’admiration du monde entier.

Notre vaillant peuple a pris collectivement la parole pour dire, haut et fort, son aspiration au changement, reflétant une nouvelle réalité de la pratique démocratique dans notre pays et ouvrant, dans le même temps, des perspectives prometteuses pour la réalisation d’un sursaut qualitatif vers la démocratie, le développement et la prospérité. La voix du peuple a été entendue. Elle a trouvé en l’État réactivité positive, promptitude et compréhension à l’égard des revendications, aspirations et attentes de notre population. Le processus de changement connaît, au quotidien, des avancées incontestables. Les objectifs de ce processus font l’objet d’un très large consensus au sein de toutes les sphères de la société et des Institutions. Ces dernières sont particulièrement attentives à ce mouvement et œuvrent à accompagner notre peuple dans cette phase cruciale de son évolution.

Au cœur des revendications populaires, la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics, a ainsi connu une accélération qui laisse entrevoir une prise en main déterminée par la Justice des dossiers qui ont défrayé la chronique, mais aussi et surtout une action méthodique, inscrite dans la durée et induisant un impact salutaire sur l’économie nationale, débarrassée de l’impact néfaste des pratiques qui ont profondément gangréné son fonctionnement.

Il va sans dire, cependant, que l’intérêt suprême du pays, impose la préservation de l’État, le respect des Institutions, ainsi que la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité du pays et ce quelles que soient les circonstances. Cette responsabilité incombe, en premier chef aux Institutions de l’État, mais elle est aussi la responsabilité de tous. Car les menaces auxquelles fait face notre pays, ne sont pas une vue de l’esprit. Elles sont multiformes, d’origine exogène mais avec des relais internes, elles sont pernicieuses et de plus en plus sophistiquées. L’affaiblissement et la déstabilisation de l’Algérie constitue, pour certaines parties, une option stratégique. Nier cette réalité ou tenter d’en minimiser la dangerosité, serait au mieux faire preuve de naïveté et au pire de complicité.

C’est pourquoi, notre peuple est appelé aujourd’hui à faire preuve de la plus grande vigilance et ses enfants loyaux sont tenus d'être conscients des dangers et de demeurer, plus que jamais, sur leur garde, pour faire barrage aux intentions malveillantes et aux agissements hostiles de ces parties, qui cherchent à semer les graines de la discorde et à porter atteinte aux institutions de l'État et à la crédibilité des efforts qu’elles déploient pour parvenir à une sortie de crise par le dialogue et la concertation, seule voie garantissant une sortie de crise pacifique. Un dialogue intelligent, constructif, de bonne foi, reste en effet, l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les délais convenus, de l’élection présidentielle, seule à même de permettre au pays de sortir définitivement et durablement de l’instabilité politique et institutionnelle.

Un Président de la République issu d’une élection incontestable, aura, en effet, toute la légitimité nécessaire et toutes les prérogatives requises pour concrétiser l’aspiration profonde au changement et satisfaire l’ensemble des revendications populaires légitimes. Faire prévaloir cette démarche rationnelle et de bon sens, c’est faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation, qui est le dénominateur commun entre toutes les parties, sur les intérêts personnels et partisans étroits. Il va sans dire que les modalités d’organisation, de contrôle et de supervision de ces élections dans toutes les phases de préparation, déroulement et de dénouement, doivent être au cœur de ce dialogue et faire l’objet d’un large consensus.

L’État est déterminé à donner la parole au peuple pour qu’il choisisse en toute souveraineté, liberté et transparence, celui à qui il souhaite confier le mandat de mettre en place un nouveau système de gouvernance, de même qu’il est déterminé à réaliser la rupture, à procéder au changement graduel voulu par notre peuple, jusqu’à la concrétisation de ses revendications légitimes, assurant ainsi une transmission souple des rênes du pouvoir et de la gestion des affaires publiques. Dans cette optique, je lance un appel à tous les acteurs nationaux, à l’ensemble des composantes de la classe politique, aux mouvances qui structurent la société civile et à tous ceux qui sont considérés comme exprimant les sentiments d’une frange de la société, ou de ses élites, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, notamment les jeunes et les femmes, de se mobiliser pour la réalisation de cet objectif stratégique national, seul à même de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères pour notre peuple et seul à même de lui permettre de déjouer les dangers et les desseins hostiles visant à le conduire vers le vide constitutionnel et l’absence d’État et à l’entrainer ainsi dans la spirale de l'anarchie et la déstabilisation.

A cet effet, je tiens à saluer les efforts consentis par notre Armée Nationale Populaire vaillante, digne héritière de la glorieuse l’Armée de Libération Nationale, pour préserver la conception constitutionnelle de l’État, assurer sa continuité et garantir la sécurité et la stabilité du pays. Un vibrant hommage à son Commandement pour la lucidité de son engagement aux côtés de notre peuple, dans cette phase cruciale de son histoire et sa détermination à faire face aux agissements hostiles à la patrie, à son intégrité territoriale ainsi qu'aux tentatives visant à porter atteinte à la sécurité nationale du pays et à mettre en danger son unité nationale. Pour ma part, qui fait partie de ceux que la force des évènements a amené à jouer un rôle dans cet épisode de l’histoire glorieuse de notre pays.

Je m’engage, une nouvelle fois, à déployer tous les efforts, en toute conscience et responsabilité, partant de ma profonde conviction que les algériennes et les algériens sont capables de régler leurs problèmes par le dialogue et la concertation et que ce grand peuple, qui a réalisé des miracles par le passé, est capable, aujourd’hui de surmonter ses difficultés et de construire l’avenir meilleur auquel il aspire, qu’il mérite et qui est à sa portée. Notre peuple est aujourd’hui souverain et maître de son destin. Notre contribution est de l’accompagner dans la réalisation de ce à quoi il aspire. C'est-à-dire une ère nouvelle qui lui permette d’améliorer ses conditions et sa place dans le concert des Nations.

Chères citoyennes, chers citoyens,

Tant que nous avançons, au service de notre peuple et de notre Nation, sur une voie qui plaise à notre Sublime Créateur, nous réussirons, avec l’aide de Dieu, à réaliser les aspirations de notre peuple à une vie décente, faite de justice, de fraternité et de coexistence pacifique. Je saisis cette occasion pour implorer Dieu le Tout-Puissant de sauvegarder l’Algérie, de préserver sa sécurité et sa stabilité, de consolider son développement, de bénir ses enfants et de nous guider tous dans cette œuvre inlassable au service de notre chère patrie pour laquelle se sont sacrifiés nos parents et ancêtres. J’ai choisi cette occasion de m’adresser à vous pour appeler les enfants de notre chère patrie à rester attachés aux traditions ramadanesques ancestrales, à promouvoir et mettre en exergue les valeurs d’entraide, de solidarité et de communion, de même que je les appelle à se départir des mauvaises habitudes et comportements négatifs qui s’opposent aux valeurs authentiques de notre peuple, à sa noblesse morale et à ses bienveillantes traditions. Je réitère mes meilleurs vœux à notre peuple à l’occasion de ce mois de pardon, de Rahma et de rétribution et qu’Allah agrée nos actions, notre jeûne et nos prières. Puisse Allah nous guider tous sur la bonne voie".

L’Algérie distinguée par la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples. (MAE, 05/05/2019)


L’Algérie a été distinguée, en sa qualité de pays qui abrite le plus ancien camp de réfugiés du continent, à l’occasion des travaux de la 64ème Session ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, qui se tiennent à Charm El Cheikh (Egypte), du 24 avril au 14 mai 2019.

Cette consécration intervient dans le contexte de la célébration par l’Union Africaine du thème de l’année 2019 « Année des Réfugiés, Rapatriés et Personnes Déplacées Internes: Pour des Solutions Durables aux Déplacements forcés en Afrique», qui a coïncidé avec la commémoration du 50éme anniversaire de la Convention de l’OUA de 1969 régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique.

La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples rend aussi un hommage appuyé à la générosité et l‘hospitalité du peuple algérien et à l’engagement de notre pays en faveur des réfugiés et des demandeurs d’asile, qu'il s'agisse des représentants de mouvements de libération, d’opposants politiques, de ressortissants palestiniens et syriens, mais surtout des dizaines de milliers de réfugiés sahraouis qu'il accueille dans les camps dans la région de Tindouf, depuis plus de quatre décennies.

Il s'agit plus spécifiquement d’une juste reconnaissance de la solidarité de notre pays en faveur des réfugiés sahraouis, mais surtout d’un rappel à la communauté internationale de la situation de ces réfugiés qui attendent, depuis près d’un demi siècle, leur rapatriement librement consenti dans le cadre de la mise en œuvre d’une solution durable à leur sort, basée sur le droit de leur peuple à l’autodétermination.

Pour rappel, l’étude lancée en novembre 2016 par un Groupe technique intersectoriel à Tindouf, sous l’égide du HCR, en collaboration avec l’UNICEF, le PAM et un consortium d’ONG activant dans les camps, indique que le nombre des réfugiés sahraouis vivant dans les camps près de Tindouf était de l’ordre de 173 600 au 31 décembre 2017.

Dans un message du Chef de l’État, M. Abdelkader Bensalah à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs (1er mai) : « Concrétisation de la volonté du peuple souverain ». (APS,01/05/2019)


Le Chef de l’État, M. Abdelkader Bensalah, a adressé, à la veille de la Journée internationale des travailleurs (1er mai), un message, dont voici la traduction APS :

«Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses,

Je tiens, à l’occasion de votre fête, célébrée le 1er mai de chaque année, consacrant la lutte de la classe ouvrière à travers les siècles, à vous témoigner tous, où que vous soyez, l’expression de ma très haute considération et gratitude pour vos efforts et sacrifices. La fête des travailleurs dans notre pays est jalonnée de sacrifices, en sang et sueur, à travers des décennies, depuis la création de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), sous la conduite du symbole Aïssat Idir et ses compagnons moudjahidine et militants.

Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses,

Cette année, la célébration intervient dans un contexte particulier, marqué par le sursaut salutaire de notre peuple, qui a capté les regards du monde entier. Notre peuple a renouvelé, ainsi, son serment à nos glorieux chouhada de bâtir un État consacrant la vertu et le mérite, et respectant l’effort et l’abnégation, ainsi que son appel aux loyaux enfants de la patrie à unifier les efforts pour la hisser aux rangs des pays développés. La conjoncture difficile que traverse notre pays exige de chacun de nous d’être au rendez-vous de l’histoire, en mettant de côté nos différends et en focalisant notre effort sur notre volonté commune de préserver les fondements de notre nation et les acquis de notre État, fruits de plusieurs générations. Aussi, est-il impératif d’instaurer un climat de sérénité et d’entente, et d’associer toutes les forces vives du pays pour la recherche de solutions consensuelles, en concrétisation de la volonté du peuple souverain, la satisfaction de ses revendications légitimes à une vie décente et son aspiration résolue à un changement radical avec le régime, pratiques et symboles. Nous devons également réhabiliter la valeur et la sacralité du travail et moraliser et assainir la vie publique, sans laquelle l’État faiblit et s’étiole, la société régresse et décline, et l’économie se détériore et s’effondre. Aujourd’hui, notre pays a besoin d’un élan national pour relever le défi du développement durable, la création de richesses et la relance de l’économie afin d’assurer la prospérité et le progrès à notre peuple, contribuer à la création davantage d’emplois et offrir de larges horizons à nos jeunes en un avenir prometteur. Notre pari de gagner la bataille de la moralisation de la vie publique et la création d’une économie productive de richesse, et non rentière, ne peut être remporté qu’à travers la participation de tout un chacun, sans exclusion ni différenciation, et dans un cadre participatif, où règne la confiance mutuelle, se complètent les idées et rivalisent les projets.

Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses,

La construction de la patrie est une entreprise à mener par tous, sans marginalisation ni exclusion, sans sélectivité ni règlement de comptes, une démarche à même de décanter les biens intentionnés des malveillants, qui ont mis et mettent en péril les intérêts suprêmes du pays.

La voix des Algériennes et Algériens a retenti haut et fort à travers toutes les contrées de notre pays sous un seul et même étendard rassemblant tous les courants de la société et traduisant leur attachement à l’unité nationale sacrée. Un écho résonnant de par le monde, impressionné par le pacifisme, la régularité et le civisme de ses manifestations qui ont donné une image éloquente de l’immunité de notre patrie face à tout éventuel danger.

Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses,

Vous avez été, de tout temps, le catalyseur des batailles victorieuses, les pionniers des sursauts salvateurs et les porteurs du flambeau de la modernité. Notre État, qui poursuivra la défense de vos acquis, vous réitère son soutien pour davantage d’acquis et de réalisations. De même qu’il restera attaché aux vertus du dialogue avec les partenaires sociaux et économiques afin d’ouvrir plus de perspectives devant les bonnes volontés pour participer au processus de développement, garant de notre sécurité nationale

Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses,

Je vous réitère tous mes chaleureux vœux et félicitations à l’occasion de votre fête, priant Allah Tout-Puissant qu’elle se renouvelle pour notre pays dans la prospérité. Puisse Allah nous guider pour le bien de notre pays et notre peuple. Gloire à nos martyrs.»

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Président de l'Assemblée Populaire Nationale, M. Mouad Bouchareb. (APS,29/04/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu, lundi siège de la Présidence de la République, M. Mouad Bouchareb, Président de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), indique un communiqué de la Présidence.

"Dans le cadre de ses rencontres de coordination avec les différents responsables des institutions constitutionnelles du pays, le Chef de l'Etat M. Abdelkader Bensalah a reçu aujourd'hui le Président de l'APN, M. Mouad Bouchareb", a précisé la même source.

"Cette rencontre s'inscrit dans le cadre normal de l'examen de la situation du pays et la dynamisation des mécanismes de ces institutions constitutionnelles, conformément à la Constitution et aux lois de la République", a ajouté la même source.

Algérie –Tunisie: appel conjoint sur la situation en Libye. (MAE, 28/04/2019)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et son homologue tunisien, Khémaies Jhinaoui, ont appelé, vendredi 26 avril à Tunis, les parties libyennes à l'arrêt immédiat des hostilités pour mettre fin à l'effusion de sang du peuple libyen dans l'intérêt suprême de la Libye.

Dans un appel conjoint sur la situation en Libye rendu public à l'occasion de la visite de M.Boukadoum à Tunis à l'invitation de son homologue tunisien, les deux parties ont affirmé que le règlement de la crise libyenne ne saurait être militaire, mettant l'accent sur l'impératif de la reprise du dialogue inclusif inter-libyen et la préservation du processus politique comme unique solution à la crise libyenne conformément aux dispositions de l'accord politique, aux fins de parachever la période transitoire et les échéances électorales sous l'égide des Nations Unies.

MM. Boukadoum et Jhinaoui ont renouvelé leur appel pour la tenue d'une réunion urgente dans le cadre de l'initiative tripartite et l'intensification de leurs efforts et actions dans les différents autres cadres en vue de mettre fin à la détérioration de la situation sécuritaire en Libye et redynamiser rapidement le processus politique.

A cet effet, les deux parties ont appelé à mettre un terme aux hostilités pour éviter l'effusion de sang des Libyens.

Les deux Ministres ont souligné le soutien de leur pays respectifs aux efforts onusiens menés par l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé visant un règlement politique inclusif et consensuel entre toutes les parties libyennes à même de préserver la sécurité, la stabilité et la souveraineté de la Libye.

D'autre part, MM. Boukadoum et Jhinaoui ont évoqué la responsabilité de la communauté internationale dans le règlement de la crise à travers le soutien aux parties libyennes pour le parachèvement du processus politique.

La visite en Tunisie du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum s'inscrit dans le cadre de la tradition de coordination et de concertation entre les deux pays notamment en ce qui concerne la situation détérioré en Libye à la lumière des développements survenus dans la capitale Tripoli et leurs répercussions directes sur la sécurité et la stabilité de la région.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Président du Conseil de la Nation par intérim, M. Salah Goudjil. (APS,28/04/2019)


ALGER- Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu, dimanche au siège de la Présidence de la République, le Président du Conseil de la Nation par intérim, M. Salah Goudjil.

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des démarches de concertation initiées par le chef de l'Etat pour le traitement de la situation politique du pays.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum présente au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah un exposé sur la situation internationale actuelle. (APS, 28/04/2019)


ALGER - Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum a présenté dimanche au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, un exposé sur "la situation internationale actuelle", indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Monsieur le Chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu ce jour en audience le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, qui lui a fait un exposé sur la situation internationale actuelle et notamment sur les questions concernant les défis de sécurité, en Afrique et dans le monde arabe", souligne la même source.

Selon la Présidence de la République, "le Ministre des Affaires Etrangères a également rendu compte des résultats de sa récente visite en Tunisie, au cours de laquelle il a été reçu par le Président de la République tunisien, Monsieur Beji Caid Essebsi et le Premier Ministre, Monsieur Youcef Chahed".

Cause palestinienne: Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum appelle au Caire à la mise en place d'un plan d'action arabe. (APS,22/04/2019)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum a mis l'accent, dimanche le 21 avril au Caire, sur la nécessité de mettre en place un plan d'action arabe face aux dérives qui entravent le processus de règlement de la cause palestinienne et de de faire pression sur l'administration américaine et Israël pour la reprise des négociations.

Dans son intervention lors d'une réunion de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel consacrée à l'examen des derniers développements de la question palestinienne, le chef de la diplomatie algérienne a mis l'accent sur l'impératif d' « engager une réflexion autour d'un plan d'action arabe » face aux dérives qui entravent les efforts consentis pour le règlement de la question palestinienne.

La conjoncture exige « de faire appel aux forces vives de la communauté internationale pour qu'elles assument leurs responsabilités historiques et faire pression sur l'administration américaine et Israël pour la reprise du processus des négociations, notamment en ce qui concerne la solution à deux Etats, conformément aux références internationales, aux résolutions de la légalité internationale et à l'initiative arabe de paix ».

L'étape décisive que traverse la question palestinienne exige « l'unification des rangs palestiniens en particulier et arabes en général, pour faire avorter les tentatives visant à liquider la question », a rappelé le ministre, réitérant la position « constante et permanente » de l'Algérie en faveur du peuple palestinien pour le recouvrement de tous ses droits nationaux légitimes et l'établissement de son état indépendant sur les frontières de juin 1967, un Etat « pleinement souverain avec Al Qods comme capitale ».

Dans ce cadre, M. Boukadoum a indiqué que les changements internationaux survenus ces dernières années, à l'instar de l'instabilité de la région arabe et du changement de la politique américaine à l'égard du conflit arabo-israelien qui a donné « le feu vert à la machine de guerre israélienne pour faire ravage et poursuivre sa politique hostile sous les regards de la communauté internationale, défiant la légalité internationale », constituent des données qui ont « amplifié les souffrances des palestiniens et anéanti les espoirs d'un règlement dont nous étions proches, sur la base d'une solution à deux Etats approuvée par toutes les parties ».

Le Ministre a évoqué, dans ce sens, d'autres facteurs ayant eu des répercussions sur la question palestinienne, notamment que connaissent certains pays arabes et les défis multidimensionnelles rencontrés par la nation arabe ne cessant de « s'intensifier », notamment en Libye du fait des derniers développements. « L'Algérie n'a eu de cesse de mettre en garde contre leurs conséquences graves sur la sécurité et la stabilité, d'appeler au respect du principe de non-ingérence dans les affaires internes et à de prôner le dialogue afin de parvenir à une solution politique consensuelle devant préserver la souveraineté de la Libye, son indépendance et l'unité de son peuple », a-t-il ajouté.

« La cause palestinienne, aussi importante et centrale soit-elle, occupe désormais une place qui est loin d'être à la hauteur des sacrifices et des souffrances du peuple palestinien frère et de sa grande volonté à édifier son Etat indépendant, avec Al-Qods pour capitale", a poursuivi le Ministre.

M. Boukadoum a exprimé ses remerciements au président palestinien Mahmoud Abbas qui a informé les participants, des derniers développements de la question palestinienne, des défis rencontrés et des dangers qui la guettent et dont « les conséquences pourraient se répercuter sur notre région arabe tout entière ».

L'Algérie condamne "avec force" les attaques terroristes au Sri Lanka. (APS,21/04/2019)


ALGER- L'Algérie a condamné "avec force" les attaques terroristes meurtrières qui ont ciblé dimanche des fidèles dans des églises ainsi que des citoyens et des touristes étrangers dans de nombreux hôtels du Sri Lanka, a indiqué le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères.

"Nous condamnons avec force les attaques terroristes meurtrières qui ont ciblé, ce dimanche de pâques, des fidèles dans des églises ainsi que des citoyens et des touristes étrangers dans de nombreux hôtels du Sri Lanka", a indiqué Abdelaziz Benali Cherif dans une déclaration à l'APS.

Il a ajouté que cette "violence terroriste, qu’aucune cause ne peut justifier, transgresse toutes les valeurs humaines et religieuses et interpelle la communauté internationale sur la nécessité impérieuse d’œuvrer davantage à fédérer les efforts pour dégager une démarche efficiente de lutte contre tous les extrémismes qui alimentent la violence et le terrorisme".

"Nous exprimons notre sympathie avec les familles de toutes les victimes ainsi qu’avec le peuple et le gouvernement Sri-lankais", a-t-il relevé.

Au moins 207 personnes ont péri dans une série d'explosions qui ont frappé dimanche des églises et des hôtels du Sri Lanka, selon un bilan communiqué par la police sri-lankaise qui a fait état aussi de 450 blessés.

Algérie-Libye: Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale de Libye, M. Ahmed Miitig. (APS,18/04/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a reçu, jeudi à Alger, le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale de Libye, M. Ahmed Miitig.

L'audience s'est déroulée au siège de la Présidence de la République, en présence du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum.

Règlement de la crise libyenne: Le rôle de l'Algérie mis en avant (le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale de Libye). (APS, 18/04/2019)


ALGER - Le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Union nationale de Libye, M. Ahmed Miitig, a mis en avant, jeudi, le rôle de l'Algérie dans le règlement de la crise en Libye, la qualifiant de "pays pivot dans la région".

"Nous espérons, à la faveur de cette visite, un retour en force de l'Algérie dans le dossier libyen, car c'est un pays sur lequel nous comptons énormément pour parvenir à un règlement", a déclaré M. Miitig à son arrivée jeudi à Alger pour une visite de deux jours.

Il a indiqué que le gouvernement d'Union nationale libyenne "effectuait des consultations avec toutes les parties, les Etats voisins et les pays qui soutiennent le processus démocratique et le caractère civil de l'Etat libyen", et ce dans le cadre du processus de règlement politique de la crise qui secoue la Libye depuis 2011.

Affirmant que "le gouvernement d'Union nationale de Libye est présent et qu'il est en mesure de travailler efficacement", M. Ahmed Miitig a tenu à rassurer le peuple algérien et les responsables algériens quant aux évènements que connait Tripoli".

Par ailleurs, le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Union nationale de Libye a salué les relations qui lient les deux pays, "se félicitant" de sa présence en Algérie, "pays voisin et ami qui partage avec la Libye l'histoire commune et des relations connues de tous".

La visite de M. Miitig en Algérie intervient suite aux derniers développements enregistrés à Tripoli, cible depuis deux semaines d'agression par les troupes du maréchal Haftar.

A son arrivée à l'aéroport international d'Alger Houari Boumediene, le Vice-Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Union nationale de Libye a été accueilli par le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum.

M. Kamel Feniche désigné Président du Conseil Constitutionnel. (APS,16/04/2019)


ALGER - M. Kamel Feniche a été désigné mardi Président du Conseil Constitutionnel en remplacement de M. Tayeb Belaïz, qui a présenté sa démission, le même jour, au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Monsieur Tayeb Belaïz, Président du Conseil Constitutionnel, a présenté sa démission, ce jour, mardi 16 avril 2019, à Monsieur Abdelkader Bensalah, Chef de l'Etat", précise le communiqué.

"Monsieur le Chef de l'Etat a accepté la démission de M. Tayeb Belaïz et désigné M. Kamel Feniche à la fonction de président du Conseil Constitutionnel", ajoute la même source.

5ème Session du Forum ministériel de coopération « Russie-Monde Arabe » : M. Sabri Boukadoum, Ministre des Affaires Etrangères s’entretient avec son homologue russe : Renforcer la coopération. (MAE,16/04/2019)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, s’est entretenu, hier à Moscou, avec son homologue russe, M. Sergei Lavrov, dans le cadre de sa participation à la 5e Session du Forum ministériel de coopération Russie-Monde arabe. Les deux Ministres ont passé en revue les relations de coopération entre les deux pays et ont examiné les moyens à même de les renforcer davantage. Ils se sont particulièrement félicités de la qualité des relations qui lient les deux pays et du respect mutuel dont elles ont toujours été empreintes. Les deux Ministres ont également eu un échange sur l’ordre du jour de la 5e Session du Forum ministériel de coopération Russie-Monde arabe, ainsi que sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Le Forum « Russie-Monde Arabe » est un cadre de consultation et de coopération crée en 2003 pour promouvoir le dialogue politique et la coopération entre les pays membres de la Ligue des Etats Arabes et la Russie, en particulier sur les grandes questions régionales et internationales.

La situation dans la région au centre de l'audience accordée par le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah au Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum. (APS,14/04/2019)


ALGER - La situation dans les pays de la région, notamment en Libye, et la nécessité de la recherche d'une solution politique pouvant contribuer à la paix et la stabilité de la région, a été au centre de l'audience accordée dimanche par le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, au Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, indique la Présidence de la République dans un communiqué.

L'audience a permis de "passer en revue la situation politique dans les pays de la région, notamment en Libye, et le risque d'aggravation de la situation affectant directement le peuple libyen frère", précise la même source, ajoutant que "l'Algérie encourage fortement l'ensemble des Libyens à rechercher une solution politique à même de contribuer à la paix et la stabilité de notre région".

Elle a porté également sur "la situation internationale, particulièrement dans le monde arabe, le grand voisinage de l'Algérie et les autres questions d'actualité majeures".

Le Ministre des Affaires Etrangères a, par ailleurs, soumis au Chef de l'Etat "les principaux éléments de son programme d'action".

Le Chef de l'Etat a rappelé, à cette occasion, "les axes centraux de notre politique étrangère, notamment la non-ingérence dans les affaires internes, la promotion de la paix et de la coopération internationales au mieux des intérêts de notre pays", conclut le communiqué.

L'Algérie appelle à une transition pacifique et fluide du pouvoir au Soudan. (APS, 13/04/2019)


ALGER- L'Algérie suit avec "une attention particulière" les développements intervenant au Soudan et appelle à "une transition pacifique et fluide du pouvoir conformément à la volonté du peuple soudanais frère et ses aspirations légitimes", a indiqué ,vendredi, un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

"Confiante en la capacité de ce pays frère à surmonter cette conjoncture délicate en préservant sa sécurité et son intégrité, l'Algérie demeure convaincue que le peuple soudanais pourra réaliser ses espoirs pour un avenir meilleur dans le cadre de la liberté et de la démocratie", a précisé le Ministère.

Appelant à "une transition pacifique et fluide du pouvoir conformément à la volonté du peuple soudanais frère et ses aspirations légitimes", le ministère des Affaires étrangères a rappelé dans son communiqué "les relations historiques solidement enracinées" liant l'Algérie et le Soudan, insistant sur la nécessité "de préserver la stabilité et la sécurité de ce pays".

Le Ministre soudanais de la Défense, Awad Ahmed Benawf avait annoncé jeudi la mise en place d'un conseil militaire pour diriger une transition de deux ans, ajoutant que l'ex-chef d'Etat est placé en détention dans un lieu sûr de son chef".

Il a annoncé également la suspension de la Constitution et décrété l'état d'urgence pour une durée de trois mois.

Ces développements politiques sont intervenus suite aux manifestations populaires qui secouent le Soudan depuis plus de trois mois exprimant des revendications socio-économiques.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. (APS,11/04/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, jeudi au siège de la Présidence de la République à Alger, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. Cette audience intervient deux jours après la prise de fonctions de Chef d'Etat par M. Bensalah et au lendemain de la signature du Décret portant convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain.

Initiative algérienne pour une réunion tripartite sur la Libye : M.Sabri Boukadoum, Ministre des Affaires Etrangères s'entretient avec ses homologues de Libye, de Tunisie et d’Egypte. (MAE, 11/04/2019)


Dans le cadre des efforts déployés par l’Algérie pour aider à mettre fin à l’escalade militaire en Libye, M.Sabri Boukadoum, Ministre des Affaires Etrangères, a eu, dans la soirée d’hier mercredi 10 avril, un entretien téléphonique avec son homologue libyen, M. Mohamed Tahar Siyala, au cours duquel le chef de la diplomatie algérienne a renouvelé la solidarité pleine et entière de l’Algérie avec le peuple libyen frère.

M.Boukadoum a également fait part à M.Siyala de la grande préoccupation de l’Algérie face aux dangers qui guettent la Libye et toute la région du fait de la grave détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays frère, réitérant l’appel à la retenue lancé par l’Algérie à toutes les parties libyennes, les exhortant à favoriser la voie du dialogue et de la réconciliation.

M. Boukadoum a informé le Ministre des Affaires Etrangères libyen de l’initiative algérienne à convoquer, sans délais, la tripartite composée des pays voisins (Algérie, Tunisie et l’Egypte). De même qu’il l’a mis au courant de la quintessence des entretiens téléphoniques qu’il a eus à ce sujet, dans la même journée, avec ses homologues de Tunisie M.Khemaies Jhinaoui et d’Egypte M. Sameh Chokri, ainsi qu’avec M. Ghassan Salame, Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye.

Pour sa part, M. Siyala a exprimé sa haute appréciation des efforts de l’Algérie pour transcender la situation difficile que traverse son pays, réitérant la reconnaissance à l’Algérie pour ses positions solidaires et constantes aux côtés du peuple libyen.

Présidentielle: Le Chef de l'Etat convoque le corps électoral pour le 4 juillet 2019. (APS,10/04/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, a convoqué le corps électoral pour l'élection présidentielle qui se tiendra le 4 juillet prochain, mettant ainsi en branle le processus qui permettra de combler le vide institutionnel né de la démission du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

Le Président Bouteflika avait remis sa démission le 2 avril après plusieurs semaines de manifestations au cours desquelles les citoyens ont exprimé leur ferme opposition à l'option d'un 5ème mandat ou à celle du prolongement du 4ème, qui devrait expirer le 28 avril en cours.

La convocation du corps électoral intervient au lendemain de la réunion des deux chambres du Parlement qui a pris acte de la déclaration de vacance définitive du poste de président de la République, en application des dispositions de l'article 102 de la Constitution, en vertu duquel le président du Conseil de la Nation assume les fonctions de chef de l'Etat pour une durée de 90 jours.

Dans une allocution prononcée mardi, M. Bensalah, qui ne peut selon la Constitution, se porter candidat à l'élection présidentielle, a fait part de son intention de créer "en priorité et en urgence", en concertation avec la classe politique et la société civile, une institution nationale collégiale, "souveraine" dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions d'organisation d'élections nationales "honnêtes et transparentes".

Le Chef de l'Etat a tenu à préciser que le rôle du gouvernement et des services administratifs concernés se limitera à "soutenir et accompagner" cette institution dans l'accomplissement de ses missions "en toute liberté", affirmant tendre une "main sincère et loyale" à tout un chacun pour surmonter les divergences et s'investir dans une action collective dont l'objectif est de "poser les fondements de l'Algérie du futur".

M.Bensalah a appelé la classe politique et les citoyens à participer avec "confiance" pour construire ensemble le nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d’un "tout nouveau système politique répondant aux aspirations de notre peuple".

De son côté, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, Vice-Ministre de la Défense Nationale, Chef d'état-major de l'Armée Nationale Populaire (ANP), a assuré ce mercredi à Oran que l'ANP accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l'élection présidentielle et veillera à son suivi dans "le strict respect des règles de transparence et d'intégrité et des lois de la République".

Jeter les bases d'un Etat de droit et d'institutions

"La période de transition destinée à la préparation des élections présidentielles, se fera avec l'accompagnement de l'ANP, qui veillera au suivi de cette phase, au regard de la confiance réciproque entre le peuple et son armée, dans un climat de sérénité et dans le strict respect des règles de transparence et d'intégrité et des lois de la République", a souligné Gaïd Salah dans une allocution prononcée au siège du Commandement de la 2ème Région militaire.

Pour lui, cette phase déterminante "requiert de l'ensemble des enfants du peuple algérien fidèle de faire preuve de patience, de conscience et de lucidité afin de réaliser les revendications populaires, guider le pays vers la paix et jeter les bases d'un Etat de droit et d'institutions".

Cependant, les partis de l'opposition ont exprimé leur rejet de l'installation de M. Bensalah en qualité de chef de l'Etat, estimant que cette démarche est "incompatible" avec les revendications du peuple algérien, cette personnalité représentant "un des symboles" du système dont le peuple algérien réclame le départ.

Les Partis de l'opposition ont estimé aussi que l'approche constitutionnelle dans la résolution de la crise mènera à "l'impasse", le problème étant fondamentalement d'ordre politique.

Concernant le processus électoral et sur un plan technique, la déclaration de candidature du postulant à l'élection présidentielle doit être déposée, conformément à l'article 140 de la loi organique portant régime électoral, au plus tard, dans les 45 jours qui suivent la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral.

Pour que son dossier soit validé par le Conseil constitutionnel, le postulant à la candidature doit présenter soit une liste comprenant 600 signatures individuelles d'élus d'Assemblées populaires locales (APC et APW) ou parlementaires, réparties au moins à travers 25 wilayas, soit une liste comportant 60.000 signatures individuelles, au moins, d'électeurs.

Ces signatures doivent être recueillies à travers, au moins, 25 wilayas avec un nombre minimal de signatures exigées pour chacune des wilayas qui ne saurait être inférieur à 1.500.

Les autres pièces du dossier sont, notamment, un certificat de nationalité algérienne d'origine de l'intéressé, une déclaration sur l'honneur attestant que intéressé possède uniquement la nationalité algérienne d'origine et qu'il n'a jamais possédé une autre nationalité et une déclaration sur l'honneur attestant que l'intéressé est de confession musulmane.

Le prétendant à la candidature doit, également, fournir un certificat de nationalité algérienne d'origine de son conjoint, un certificat médical délivré à l'intéressé par des médecins assermentés, une déclaration sur l'honneur attestant de la résidence exclusive, pendant dix (10) ans, au moins, sans interruption, précédant immédiatement le dépôt de candidature de l'intéressé.

Le dossier comprend, aussi, une déclaration publique sur le patrimoine mobilier et immobilier de l'intéressé à l'intérieur et à l'extérieur du pays, une attestation de participation à la Révolution du 1er novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942, une attestation de non implication des parents du candidat né, après le 1er juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution, ainsi qu'un engagement écrit et signé par le candidat de respecter les principes de la Constitution.

Allocution du Chef de l’Etat, Monsieur Abdelkader Bensalah. (APS,09/04/2019)


ALGER- Le chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah, a prononcé, une allocution à l’adresse du peuple algérien, mardi à Alger, dont voici le texte intégral :

Mes Chers compatriotes,
,

Le Conseil Constitutionnel s’est réuni de plein droit, le mercredi 03 avril 2019, et a constaté, à l’unanimité, la vacance définitive de la Présidence de la République. Il a communiqué l’acte de déclaration de la vacance définitive au Parlement qui s’est réuni de plein droit, ce jour, Mardi 09 avril 2019.

Conformément aux dispositions de l’article 102 de la Constitution, le Président du Conseil de la Nation assure la charge de Chef de l’Etat pour une durée de quatre-vingt-dix (90) jours au maximum, au cours de laquelle des élections présidentielles seront organisées. C’est là l’engagement que je prends devant vous aujourd’hui.

Dans ce contexte, et en tant que chef de l’Etat, je m’adresse aujourd’hui à l’ensemble des algériennes et des algériens où qu’ils se trouvent, sur notre territoire ou à l’étranger, pour leur affirmer qu’il s’agit là d’une mission constitutionnelle qui ne peut être que ponctuelle, que je me dois d’assumer en conformité avec ce que me dicte mon devoir constitutionnel, avec abnégation, honnêteté et détermination, dans l’intérêt de notre vaillant peuple pour la contribution à la concrétisation de ses aspirations légitimes et entendues.

Au cours des dernières semaines, notre peuple a fait montre de son unité, de sa cohésion et donné la meilleure image de son patriotisme. Elles ont ouvert, pour notre pays, un horizon démocratique nouveau et insufflé à notre projet national qui tire son ancrage des valeurs énoncées dans la proclamation de la glorieuse Révolution de Novembre un souffle de renouveau dont nous devons préserver les acquis et les valoriser.

Au cours des dernières semaines, notre peuple a admirablement exprimé ses aspirations au changement, aux réformes et à la participation effective dans la prise des décisions afférentes à son avenir.

Dans la lancée de cet élan historique, et par devoir patriotique, je tiens à adresser mes salutations à l’ensemble des catégories sociales qui ont participé de manière pacifique, digne et responsable, aux marches successives qui ont animé la scène politique, depuis le 22 février passé.

Cet hommage s’adresse aussi à l’ensemble de notre peuple et de façon particulière à sa jeunesse, masculine et féminine, qui a impressionné le monde et lui a montré le visage réel et prometteur de l’Algérie, un visage plein d’assurance, porteur d’espoir et tendant vers le meilleur.

Durant les semaines précédentes, vous avez été, tout autant que moi, témoins des efforts que n’ont cessé de déployer toutes nos institutions publiques pour assurer normalement la continuité de leurs missions dans le calme, la sérénité, le dévouement et une gestion judicieuse et avisée de la crise politique actuelle de manière à servir les intérêts suprêmes immédiats et futurs du pays.

Au nom de tous mes concitoyens, je remercie particulièrement l’ensemble des forces de sécurité pour leur professionnalisme et leur engagement face aux épreuves souvent difficiles. Je rends également hommage aux forces de notre Armée Nationale Populaire qui n’ont jamais failli à l’accomplissement, combien fondamental, de leur mission constitutionnelle et à la sagesse de son Commandement qui a opté pour le respect de la Constitution en tant qu’unique référence afin de permettre à notre peuple de réaliser ses aspirations et surmonter la crise actuelle.

Mes Chers compatriotes,

Notre vaillant peuple, alors qu’il traverse aujourd’hui un tournant décisif de son histoire, n’oubliera jamais les femmes et les hommes qui ont sacrifié leurs vies pour le recouvrement et la préservation de son indépendance, ni celles et ceux qui se sont battus pour son unité, son identité et son développement.

Les valeurs de gratitude qui animent les enfants de notre peuple, nous commandent d’exprimer nos vifs remerciements et notre reconnaissance à ceux qui ont eu le mérite d’avoir déployé toutes leurs énergies pour permettre aux algériens de se réconcilier entre eux, de vivre ensemble en paix et d’avoir contribué à bâtir un pays moderne, fort et respecté dans le concert des nations.

Mes Chers compatriotes,

Le tournant que va traverser notre pays débutera par une phase décisive qui consistera à remettre, constitutionnellement, les pouvoirs au Président de la République démocratiquement élu, dans un délai qui ne saurait dépasser les quatre-vingt-dix jours à compter de la date de mon entrée en fonction en tant que Chef de l’Etat.

Il est clair que le Chef de l’Etat désigné ne peut être candidat à la présidence de la République. A partir de là, j’affirme devant vous, avec insistance, que mon unique ambition est et demeurera d’accomplir rigoureusement la mission qui m’est assignée. De plus, dans le contexte politique actuel, l’accomplissement de cette mission devra prendre en charge la mise en application des dispositions des articles 7 et 8 de la Constitution, ce à quoi nous sommes tenus de concourir, citoyens, classe politique et institutions de l’Etat, afin de réunir les conditions, toutes les conditions, d’un scrutin présidentiel transparent et régulier, dont nous serons tous les garants, un scrutin qui permettra à notre peuple d’exercer son choix libre et souverain.

C’est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d’organisation d’élections nationales honnêtes et transparentes. Le gouvernement et les services administratifs concernés seront chargés de la soutenir et de l’accompagner dans l’accomplissement de ses missions en toute liberté.

C’est une main sincère et loyale que je tends à tout un chacun pour surmonter les divergences et nous investir dans une action collective historique à la hauteur des défis de l’étape, reposant sur les valeurs de solidarité, de cohésion et d’abnégation, dans le but d’atteindre l’objectif suprême, c’est-à-dire poser les fondements de l’Algérie du futur.

Je veillerai, certes, à ce que le cadre juridique y afférent soit élaboré et mis en forme dans le meilleur délai, mais je demanderai à notre classe politique et citoyenne de faire preuve d’innovation, de participation et de confiance pour construire ensemble ce nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d’un tout nouveau système politique répondant aux aspirations de notre peuple.

Mes Chers compatriotes,

L’exercice par le peuple de ses choix, de manière libre et souveraine, permettra l’investiture, dans le délai constitutionnel, d’un nouveau Président de la République. Ce choix sera d’autant plus libre que les conditions de son exercice seront des conditions de calme, de sérénité et de confiance entre nous.

L’important, pour notre peuple, est de choisir la personne et le programme qui répondent le mieux à ses aspirations à un nouveau système politique en mesure de relever les défis majeurs du pays dans une Algérie arrimée à la modernité, à la démocratie, à la justice et au développement.

Mon espoir est l’investiture prochaine d’un Président de la République qui, avec son programme, inaugurera la première étape de la construction de l’Algérie nouvelle.

Mon espoir également est de voir tous nos citoyens contribuer, avec ardeur et abnégation, à cette édification.

Je suis convaincu que l’ensemble des institutions du pays s’engageront pleinement dans le lancement de cet important projet national en l’accompagnant et en y apportant leur concours, au service de notre pays et de notre peuple et dans la pleine fidélité aux valeureux martyrs de la Nation.

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, sans appréhension aucune, eu égard au degré de conscience dont ont fait preuve les différentes couches de notre société, c’est parce que je suis convaincu que tous les citoyens jaloux de la grandeur de leur pays et soucieux de son avenir, n’hésiteront aucunement à nous aider à dépasser cette première étape sans retard et en toute responsabilité.

J’attends de tout un chacun, une mobilisation plus grande que celle dont ils ont fait montre jusqu’à présent, pour faire face aux défis multiples et urgents que notre pays doit inéluctablement affronter, notamment ceux liés à notre sécurité nationale et régionale, ainsi que l’enjeu des profondes réformes économiques, financières et institutionnelles, et celui de notre développement social et humain durable.

Que Dieu nous prête assistance pour offrir le meilleur à notre pays.

Gloire à nos martyrs,

Vive l’Algérie.


Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui reçoit le Chef de la diplomatie de la Sierra Leone. (APS, 09/04/2019)


ALGER- Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui a reçu, mardi à Alger, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale de la République de la Sierra Leone, Ali Kabba, qui effectue une visite officielle en Algérie à l'invitation de son homologue algérien Sabri Boukadoum, indiquent les services du Premier Ministre dans un communiqué.

Lors de cette rencontre, les deux responsables ont procédé à "une évaluation des relations bilatérales dans différents domaines, notamment, au plan de la coopération", précise la même source.

L'audience qui a, par ailleurs, permis d'aborder les questions régionales et internationales d'intérêt commun s'est déroulée en présence de M. Boukadoum.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et son homologue sierra-léonais soulignent la nécessité de renforcer les relations entre les deux pays. (MAE, 08/04/2019)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et son homologue sierra-léonais, Alie Kabba ont souligné, lundi à Alger, la nécessité de renforcer les relations entre les deux pays et de les « élever à un niveau meilleur » dans l'intérêt des deux pays et contribuer au rapprochement entre les deux peuples.

« Nous avons convenu de renforcer davantage notre coopération bilatérale et d'intensifier la concertation sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun », a déclaré M. Boukadoum lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sierra-léonais. Se félicitant de la visite en Algérie de M. Alie Kabba, une première depuis plus de 30 ans pour un ministre sierra-léonais des Affaires étrangères, M.Boukadoum a affirmé que celle-ci constitue une "opportunité aux deux pays pour renforcer davantage leur coopération bilatérale et se concerter sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun ».

Les entretiens entre les deux parties ont permis d'aborder plusieurs volets de la coopération bilatérale et d'examiner la situation dans la région, notamment en Libye, au Mali, au Sahel et au Sahara occidental, ainsi que d’évoquer le fléau du terrorisme et du trafic de tous genre. Cette rencontre a été également l’occasion de "coordonner les positions entre les deux pays que ce soit au sein de l'Union africaine ou au sein des Nations Unies ».

Le Ministre des Affaires Etrangères a rappelé, à l'occasion, que le Sierra Léone, Etat membre de l'UA, assure la coordination du Comité des Dix. Ce Comité est l'organe de l'UA chargé de promouvoir la position africaine commune sur le dossier de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, un dossier dont l'importance se fait de plus en plus ressentir dans les relations internationales. « C'est une question très importante. C'est une question qui hypothèque notre avenir, et on doit faire ce travail ensemble », a-t-il ajouté, relevant l'existence de « convergence de vues » entre les deux pays. « Nous n'avons aucun élément de désaccord », a-t-il soutenu.

M. Sabri Boukadoum a annoncé, en outre, la tenue, avant la fin de l'année 2019, de la troisième commission mixte algéro-sierra-léonaise, soulignant que les deux parties ont convenu de finaliser les projets d'accord dans divers domaines, notamment dans le secteur de l'énergie. Huit projets d'accord dans plusieurs domaines tels que le tourisme, les mines et l'éducation sont, en effet, en cours de finalisation.

Le Ministre a affirmé, par ailleurs, que la « diplomatie algérienne reste active » et « poursuivra sa mission, malgré la situation que vit le pays ».

Pour sa part, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale de la Sierra Leone, Alie Kabba a exprimé son souhait de voir les deux pays hisser leurs relations bilatérales à un niveau « à même de répondre aux exigences de la conjoncture actuelle en termes de concertation continue et de coordination ».

Il a fait part, en outre, de sa volonté d'œuvrer pour l'élargissement des domaines de coopération entre les deux pays, et pour encourager les relations entre les deux peuples. Evoquant le rôle de son pays au sein du Comité des Dix, il a assuré que son pays œuvrera pour « la réparation de l’injustice historique faite à l’Afrique » en termes de sous-représentation dans les organes onusiens.

Il a salué, à l'occasion, la participation de l'Algérie à la réunion ministérielle du Comité des Dix chefs d’Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies (C-10), organisée en décembre dernier à Freetown (Sierra Leone). Il a salué également les efforts déployés par l'Algérie pour le développement en Afrique et pour l'instauration de la paix et de la sécurité sur le continent, rendant un hommage particulier à son rôle au sein du Conseil paix et sécurité de l'UA, présidé par l'Algérien Smail Chergui.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum et son homologue sierra-léonais, Alie Kabba ont procédé, en marge des entretiens, à la signature d'un Mémorandum d'entente sur les consultations politiques et d'une feuille de route établissant les priorités de coopération entre les deux pays pour 2019.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum reçoit le nouveau représentant du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR) en Algérie. (APS,07/04/2019)

ALGER- Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a reçu dimanche à Alger, M. Agostino Mulas, qui lui a remis les lettres de cabinet, l’accréditant en qualité de représentant du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR), auprès de la République Algérienne Démocratique et Populaire, indique le Ministère dans un communiqué.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum reçoit le nouveau représentant de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en Algérie. (APS,07/04/2019)

ALGER-Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a reçu, dimanche, au siège du Ministère des Affaires Etrangères, M. Paolo Giuseppe Caputo, qui lui a remis les lettres de cabinet, l’accréditant en qualité de Représentant de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en Algérie, auprès de la République Algérienne Démocratique et Populaire, indique un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika notifie au Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat. (APS,02/04/2019)

ALGER- Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au Président du Conseil constitutionnel, sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de Président de la République, indique mardi un communiqué de la Présidence de la République.

"Son Excellence, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a notifié officiellement à Monsieur le Président du Conseil constitutionnel, sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de Président de la République, à compter de ce jour, mardi 26 Radjab 1440 correspondant au 02 avril 2019, dans les termes suivants :

J'ai honneur de vous notifier formellement ma décision de mettre fin au mandat que j'accomplis en qualité de Président de la République, à partir de ce jour, mardi 26 Radjab 1440, correspondant au 02 avril 2019.

Cette décision que je prends en mon âme et conscience est destinée à contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits de mes compatriotes pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement.

Cette décision procède de mon souci d'éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'Etat.

Dans le même temps, cette décision se veut l'expression de ma foi en une Algérie fière et digne tenant son rang et assumant pleinement ses responsabilités dans le concert des nations.

Dans cette perspective, j'ai pris les mesures appropriées, dans l'exercice de mes prérogatives constitutionnelles, pour les besoins de la continuité de l'Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l'élection du nouveau Président de la République.

Dieu, Le Tout-Puissant, m'est Témoin des initiatives que j'ai prises, des actions que j'ai menées, des efforts que j'ai déployés et des sacrifices que j'ai consentis pour être à la hauteur de la confiance dont mes compatriotes m'ont honoré, œuvrant sans relâche pour consolider les bases de l'unité nationale, de l'indépendance et du développement de notre cher pays ainsi que pour promouvoir la réconciliation avec nous-mêmes et avec notre identité et notre histoire.

Je souhaite tout le meilleur au Peuple algérien".

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika de la République nomme les membres du gouvernement conduit par le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui. (APS,31/03/2019)


ALGER - Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a nommé ce dimanche les membres du gouvernement qui sera conduit par le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui, indique un communiqué de la Présidence de la République. Ce gouvernement est composé de 27 Ministres. Six membres de l'ancien gouvernement ont été reconduits.

Pour rappel, M. Noureddine Bedoui, 59 ans, a été nommé Premier Ministre le 11 mars 2019 en remplacement de Ahmed Ouyahia par le Président de la République.

Liste des membres du nouveau gouvernement conduit par M. M. Noureddine Bedoui (communiqué)


Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a nommé ce dimanche les membres du nouveau gouvernement conduit par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, indique un communiqué de la présidence de la République dont voici le texte intégral :

"'Conformément à l'article 93 de la Constitution et après consultation du Premier ministre, Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, Ministre de la Défense nationale, a nommé ce jour, les membres du Gouvernement dont la liste se présente comme suit:

Mesdames et Messieurs:

- Noureddine Bedoui: Premier Ministre.
- Le Général de Corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah: Vice-Ministre de la Défense Nationale, Chef d'Etat-major de l'Armée Nationale Populaire.
- Sabri Boukadoum: Ministre des Affaires Etrangères.
- Salaheddine Dahmoune: Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire.
- Slimane Brahmi: Ministre de la Justice, Garde des Sceaux.
- Mohamed Loukal: Ministre des Finances.
- Mohamed Arkab: Ministre de l'Energie.
- Tayeb Zitouni: Ministre des Moudjahidine.
- Youcef Belmehdi: Ministre des Affaires Religieuses et des Wakfs.
- Abdelhakim Belabed: Ministre de l'Education nationale.
- Bouzid Tayeb: Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique.
- Moussa Dada: Ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels.
- Meriem Merdaci: Ministre de la Culture.
- Houda Imane Feraoun: Ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.
- Raouf Bernaoui: Ministre de la Jeunesse et des Sports.
- Ghania Eddalia: Ministre de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.
- Djamila Tamazirt : Ministre de l'Industrie et des Mines.
- Cherif Omari: Ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.
- Kamel Beldjoud : Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.
- Said Djellab : Ministre du Commerce.
- Hassane Rabhi: Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.
- Mustapaha Kouraba : Ministre des Travaux publics et des Transports.
- Ali Hamam : Ministre des Ressources en eau.
- Abdelkader Benmessaoud : Ministre du Tourisme et de l'Artisanat.
- Mohamed Miraoui : Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.
- Hassan Tidjani Haddam : Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
- Fethi Khouil: Ministre des Relations avec le Parlement.
- Fatma Zohra Zerouati : Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables.
En outre, conformément à l'article 92 alinéa 6 de la Constitution, Monsieur le Président de la République a également nommé ce jour, M. Ahmed Noui, Ministre, Secrétaire Général du gouvernement.


L’Organisation Arabe des Satellites de Communications (ARABSAT) : L’Algérie, élue membre du Conseil d’Administration. (EL MOUDJAHID,01/04/2019)


«L'Algérie a eu l'honneur de présider, aujourd'hui (hier NDLR), la 42e Session de l'Assemblée Générale d'ARABSAT, représentante de l'action arabe commune par excellence en matière des satellites de communications, et a adhéré au Conseil d'Administration de l'année prochaine», a annoncé hier, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.

Dans une déclaration accordée à la presse, à l'issue des travaux de l'Assemblée qui s’est déroulée à Alger, pour cette session, Mme Houda Imane Feraoun a souligné que cette décision permettra de «booster la coopération entre ARABSAT et les établissements algériens des satellites de communications et l'Agence spatiale algérienne (ASAL)». Poursuivant ses propos, elle notera que «l'Algérie a su gagner sa place dans le monde des technologies spatiales et tirera profit de l'expérience d'ARABSAT sur un marché très concurrentiel».

S’exprimant pour sa part, le président exécutif d'Arabsat, Khaled Ben Ahmed Balkheyour a révélé que «l'Algérie, la Tunisie et le Sultanat d'Oman ont été choisis au conseil d'Administration de la prochaine session aux côtés de cinq états membres permanents à savoir : la Libye, les Emirats Arabes, le Koweït, le Qatar et l'Arabie Saoudite», précisant que cette organisation «a réalisé des revenus de plus de 265 millions de dollars et des bénéfices estimés à 74 millions de dollars».

Il faut dire dans ce même contexte que lors cette réunion, il a été décidé d'exempter la Palestine et le Yémen de leurs redevances auprès d’Arabsat. Les travaux qui ont débuté, hier dans la matinée, avaient été précédés par une réunion, samedi dernier, du Conseil d'administration de cette organisation. La 42e session de l'Assemblée générale d'ARABSAT avait plusieurs points inscrits à l’ordre du jour, notamment, l'adoption du rapport annuel du Conseil d'administration et des comptes de l'organisation pour l'exercice 2018, l'élection des membres du nouveau Conseil d'administration et le choix du lieu et de la date de la prochaine session de l'Assemblée. Lors des travaux de cette importante rencontre, la ministre avait prononcé une allocution dans laquelle elle a mis en avant le fait qu’ARABSAT a réussi à «connecter le monde arabe à travers un des plus modernes systèmes satellitaires dans la région». Poursuivant ses propos, la ministre a insisté sur le professionnalisme d’ARABSAT qui lui a permis d'occuper la sixième place parmi les plus grands fournisseurs de services satellitaires du monde. Mme Houda Imane Feraoun a aussi relevé par la même occasion, qu’ARABSAT est une entreprise arabe à succès et qu’elle constitue un «modèle à suivre en matière d'action arabe commune».

Une Organisation créée en 1976 pour «connecter les communautés du monde Arabe»

Evoquant notre pays, elle dira que «l'Algérie a franchi de grands pas en matière de technologies spatiales, et ce dans le cadre d'un programme spatial national qui s'est traduit par le lancement de satellites assurant multiples services dans les domaines de l'environnement, des transports, d'urbanisme, des mines et de la gestions des grands risques». Mme Feraoun notera que «ces réalisations ont été couronnées par le lancement du premier satellite algérien (ALCOMSAT 1) qui permettra d'améliorer et de sécuriser les télécommunications et de fournir des services de transmission audio, d’internet à haut débit ainsi que la réception de plusieurs programmes de télédiffusion, de télé-enseignement, de télémédecine et de visioconférence». Autre remarque importante, la ministre a fait part, lors de son allocution, de la disposition, pleine et entière, de l'Algérie à «relancer son rôle au niveau de l'organisation ARABSAT» et à «tirer profit de son expérience, d'autant que le devenir culturel et économique des sociétés arabes est intimement lié aux technologies de l'information et de la communication (TIC)», fait remarquer Mme Feraoun. De son côté, M. Sadok Toumi, représentant du ministre tunisien des Télécommunications, et président de la 41e session qui a passé la présidence de l'Assemblée générale de la 42e session à l'Algérie, s'est dit «optimiste» du fait que l'Algérie sera «le catalyseur de cette institution» ; ce qui est à même de «garantir son développement et sa promotion, et en mesure de relever les nouveaux défis auxquels elle sera confrontée»

. L'Organisation arabe des satellites de communications (ARABSAT) a été créée, faut-il le rappeler, en 1976 par les Etats membres de la ligue arabe dont l'Algérie. Elle a pour mission de «connecter les communautés arabes au monde en fournissant des services de télécommunications fiables et compatibles avec les valeurs et cultures arabes». Cette noble mission de connecter le monde arabe est assurée tout en «garantissant la souveraineté de ces pays» et de «faire passer au monde le message culturel et médiatique du monde arabe». A retenir, enfin, ARABSAT dont le siège de l'organisation se trouve à Riyad (Arabie saoudite), est le seul opérateur satellite dans la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord offrant une gamme complète de services de diffusions, de télécommunications et des services à hauts débits.

Salon International de l’Agroalimentaire (SIAG 2019) : Le marché algérien est prometteur avec de grandes potentialités. (APS,30/03/2019)


ORAN - De nombreux participants au Salon International de l’Agroalimentaire d’Oran (SIAG 2019), qui a été clôturé samedi, ont été unanimes que le marché algérien est "fertile et prometteur" au vu de ses grandes potentialités, ce qui ouvrira la voie pour investir de nouveaux marchés.

Plusieurs participants au salon ont souligné l’importance d’investir dans le marché algérien, et ce en raison de son étendue et de sa position géographique, ce qui facilite son extension du point de vue économique, ainsi que de la disponibilité des matières premières et de la main d’œuvre, ce qui devra faciliter également l’investissement.

Zaïd Nihad El-Nadher, Vice-Président d’une société saoudienne spécialisée dans la construction de lignes de production et d’emballage pour l’eau et les jus, a souligné que "le marché algérien est fertile, prometteur et important et nous ambitionnons d’y être présents dans les plus brefs délais, dans le cadre de la coopération avec des sociétés algériennes, ainsi que la construction d’une usine, voire davantage, dans le cadre de l’investissement, et ce selon les besoins du marché algérien".

Michel Moros, Directeur commercial d’une société grecque de production de jus, de thé congelé et de produits aromatiques a fait part de l’intention de sa société de s’installer en Algérie, dans le cadre du partenariat avec des sociétés algériennes, en raison de son ouverture sur les marchés arabe et africain, d’où la présence au salon de la société, qui possède trois usines en Grèce et plusieurs autres dans le monde. La société envisage également la possibilité de l’ouverture d’une usine en Algérie, a-t-il indiqué.

Pour sa part, le Directeur Général de la société du Moyen Orient des industries de plastique, Ahmed Kassad a fait part de son grand intérêt pour le marché algérien, en raison du taux important de consommation et de l’excellente qualité des produits industriels qui ont besoin d’emballage de qualité, d’où l’intention de la société d’investir dans le marché algérien.

Le Salon International de l’Agroalimentaire a ouvert la voie aux opérateurs économiques pour avoir une idée sur les développements qui ont eu lieu dans les différents secteurs économiques en Algérie et a constitué un véritable carrefour d’échange d’expériences entre les établissements commerciaux étrangers et nationaux, selon les participants.

Le salon, organisé par l’agence "Expoline", qui s’est étalé sur quatre jours, a vu la participation de plus de exposants d’Algérie et de 12 autres pays.


AMBASSADE D'ALGERIE 2017