Bienvenue sur le site de l'Ambassade d'Algérie à Tachkent ✍ Rue Tafakkur 1er passage N:41 Tachkent 100070 ✍ TEL: 998-71-281-50-54; 281-55-65 ✍ Fax: 998-71-120-61-80 ✍ ambassade@algerie.uz


Haut

Une charte engageant les candidats à la Présidentielle à appliquer les recommandations de la Conférence nationale de dialogue. (APS, 18/08/2019)


ALGER- Le Coordinateur لénéral de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé samedi à Alger la détermination de son Instance à élaborer une charte d'honneur, engageant les candidats aux prochaines élections à appliquer les recommandations de la Conférence nationale de dialogue.

Lors de la cérémonie d'installation du Conseil consultatif de l'Instance de dialogue et de médiation, composé de sages, d'experts, d'universitaires et d'acteurs du Hirak populaire, M. Younes a mis en avant "la détermination de son Instance à élaborer une charte d'honneur, en vertu de laquelle les candidats à la prochaine échéance électorale s'engagent à respecter et à appliquer les recommandations de la Conférence nationale de dialogue et de médiation".

Karim Younes a affirmé que le Conseil consultatif constitue "une force de proposition pour l'Instance, par le biais de la concertation et l'échange d'opinions", soulignant que le Conseil est composé "d'élites nationales, en l'occurrence des universitaires, des intellectuels, des professionnels, et des acteurs de la société civile, ainsi que d'anciens cadres qui continuent à servir le pays avec abnégation et loyauté".

L'adhésion de ces personnalités à l'Instance nationale de dialogue et de médiation "a été dictée par leur conviction de l'importance de répondre à l'appel du pays pour la recherche d'une voie consensuelle, à même de faire sortir l'Algérie de la crise politique actuelle, et partant garantir une élection transparente et régulière, à la faveur d'un mécanisme indépendant qui se verra confier la mission de préparation, d'organisation et de surveillance de l'élection, et d'annonce des résultats".

Cette voie, a-t-il poursuivi, "doit tenir compte des revendications du Hirak populaire, appelant à un changement radical du régime politique, à travers un dialogue constructif, comme valeur constitutionnelle et mécanisme efficient pour réaliser les nobles objectifs escomptés".

Karim Younes a rappelé, dans ce sens, le parcours franchi par l'Instance qui depuis son installation veille à défendre "tout ce qui se rapporte aux mesures d'apaisement, condition sine qua non pour la réalisation des objectifs du dialogue", notant que l'Instance a pour mission "d'écouter les différents acteurs de la scène politique nationale pour la sortie de crise, en sus de conférer un caractère légal aux structures et institutions de l'Etat et de gérer les affaires publiques, conformément aux exigences de la démocratie participative".

"L'Instance ne détient aucune plateforme préétablie mais elle repose essentiellement sur les différentes plateformes proposées par acteurs de la société civile, les partis politiques et les personnalités nationales outre les résultats de médiation et de dialogue". "Elle s'attèlera à examiner toutes les propositions et les recommandations à l'effet de les concrétiser", a affirmé M. Younes.

"L'Instance qui n'a pas de représentants à l'étranger est ouverte à toute initiative à même de répondre aux revendications de la communauté algérienne à l'étranger," a souligné M. Younes.

Des étudiants universitaires dont la majorité du mouvement de jeunesse "RAJ" ont protesté devant le Centre culturel Larbi Ben M'hidi lors de l'installation du Conseil consultatif pour exprimer leur refus d'être représenté par les organisations estudiantines. "Seul le peuple a le droit d'établir un Etat algérien conformément aux aspirations du Hirak", ont-il affirmé.

Ils ont également exprimé leur "soutien à l'Armée nationale populaire". Les membres de l'Instance ont invité ces étudiants à l'intérieur de la salle de réunion pour écouter leurs préoccupations.

Dans ce cadre, M. Younes a rappelé que "l'Instance avait demandé, dès sa création, la concrétisation de mesures d'apaisement ainsi que le départ de l'actuel gouvernement".

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum appelle les pays de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC) à renforcer la politique de solidarité en Afrique. (MAE, 18/08/2019)


Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum, a appelé, samedi 17 aout 2019, à Alger, les pays membres de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC) à renforcer la politique de solidarité au sein du continent.

S'exprimant lors de la célébration de la journée de création de la SADC, organisée au siège de l'Ambassade de la Namibie à Alger, coïncidant avec la date du 27 août 1992, le Chef de la diplomatie algérienne a souligné que la SADC est une organisation régionale puissante pouvant jouer un rôle dans la résolution des crises et promouvoir la paix dans le continent.

Saluant l'initiative de l'ambassade de la Namibie de célébrer le 27 anniversaire de la création de la SADC à Alger, M. Boukadoum a appelé les pays membres de l'organisation à renforcer la politique de solidarité au sein du l'espace africain et à encourager l'intégration continentale.

A ce propos, il a cité notamment le soutien nécessaire aux projets d'investissements dans les secteurs bancaires, industriels, éducatifs et enseignement supérieur, assurant que l'Algérie est pleinement engagée dans cette voie de développement.

« Nous pouvons bâtir, ensemble, un avenir meilleur. Les opportunités d'investissement et de partenariat sont larges et diversifiées. L'Algérie est prête à ouvrir ses centres universitaires pour accueillir davantage d'étudiants des pays de la SADC », a fait savoir également M.Boukadoum.

Dans son intervention, l'Ambassadeure de Namibie en Algérie, Mme Panduleni-Kaino Shingenge a souligné « le rôle vital » du gouvernement algérien dans ce domaine et qui ne cesse, a-t-elle signalé, d'ouvrir les portes aux étudiants issus des pays de la SADC en leur offrant des bourses d'études.

« Notre partenariat avec l'Algérie est très solide et concerne une multitude de domaines, l'enseignement supérieur constitue l'un des principaux piliers dans cette relation », a-t-elle dit.

L'Ambassadeure de Namibie a indiqué à cette occasion que la SADC qui compte aujourd'hui parmi les plus importantes communautés économiques régionales de l'Union africaine (UA), comprend 16 Etats membres (Angola, Botswana, Comores, RDC, Swaziland, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Afrique du Sud, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe).

Créée il y a 27 ans lors du sommet tenu à Windhoek en Namibie, cette communauté abrite une population d'environ de 343 millions d'habitants et recèle d'énormes richesses naturelles et d'autres ressources qui font d'elle une destination idéale pour les investissements, a ajouté Mme Shingenge.

2e journée de l’Afrique à New York : l’Organisation des Nations Unies salue la « contribution active » de l’Algérie. (APS, 18/08/2019)


ALGER - L'Organisation des Nations Unies a salué, par la voix de la Sous-Secrétaire Générale, Conseillère spéciale pour l'Afrique, Bience Gawanas, la participation et la "contribution active" de l'Algérie à la 2ème journée de l'Afrique, organisée à New York le 17 juillet, en marge du Forum politique de haut niveau sur le développement durable.

Dans une lettre adressée dimanche au Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères, Rachid Beladehane, la responsable onusienne a indiqué que la contribution de l'Algérie "était aussi magistrale que significative".

Axée sur le thème de l'événement "Renforcer les partenariats pour accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063 en Afrique", la communication prononcée par M. Beladehane, écrit Mme Gawanas, "a notamment permis d'identifier les bonnes pratiques et les défis auxquels fait face le continent dans le cadre de la mise en œuvre conjointe du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063 en Afrique".

La participation algérienne, affirme la Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies, témoigne du "ferme engagement" de l'Algérie et de son "indéfectible soutien" pour accélérer la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063 de l'Union Africaine.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah reçoit les lettres de créance de plusieurs Ambassadeurs. APS, 14/08/2019)


ALGER- Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, mercredi au siège de la Présidence de la République, plusieurs Ambassadeurs qui lui ont remis leurs lettres de créance en leur qualité de nouveaux Ambassadeurs de leurs pays en Algérie.

Le Chef de l'Etat a reçu l'Ambassadeur du Royaume d'Espagne, Fernando Moran Calvo-Sotelo qui a salué, dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience, "la qualité des relations liant les deux pays et qui remontent à plusieurs siècles", soulignant que l'Algérie est "un partenaire stratégique pour l'Espagne dans tous les domaines, notamment politique, économique et culturel".

Rappelant que "les deux pays avaient tenu sept réunions de haut niveau, la dernière en date étant celle d'avril dernier à Alger", le diplomate espagnol a indiqué que la prochaine réunion se tiendra en 2020 en Espagne.

Il a, à ce propos, exprimé "la satisfaction" du gouvernement espagnol quant au niveau de coopération entre les deux pays, notamment en matière de lutte contre le terrorisme, la traite humaine et le trafic de drogue ainsi que la qualité du dialogue bilatéral concernant les questions régionales et internationales à travers lequel "l'Algérie transfère son expérience et sa profonde connaissance dans ce domaine".

Au volet économique, l'Ambassadeur a souligné que l'Espagne "est le deuxième client de l'Algérie et son troisième fournisseur", mettant en exergue "les relations exceptionnelles" entre les deux parties dans le domaine culturel.

L'Ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Lianhe a affirmé, pour sa part, que les relations entre les deux pays "sont exceptionnelles et historiques, d'autant que la Chine a été le premier pays non arabe à avoir reconnu le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) pendant la Guerre de libération", précisant que ces relations "ont connu une évolution continue et rapide et sont restées solides et fortes en dépit des fluctuations des situations internes et externes des deux pays". Il a en outre exprimé "la disposition de la Chine à œuvrer, de concert avec l'Algérie, à la consolidation des relations d'amitié et de coopération au mieux des intérêts des deux pays et peuples".

Se félicitant du niveau de la coopération bilatérale dans les différents domaines, le diplomate chinois a relevé que cette coopération "a amorcé une nouvelle ère suite à l'établissement d'une relation stratégique depuis 2014 et la signature, par les deux pays, l'année dernière d'un mémorandum d'entente sur l'adhésion de l’Algérie à l'initiative chinoise de la +Ceinture et la Route+ (la ceinture économique de la route de la soie), laquelle devra ouvrir de nouvelles perspectives à la coopération sino-algérienne".

Le Chef de l'Etat a reçu également l'Ambassadeur de la République de Bulgarie, Roumen Petrov qui a dit "être porteur d'un message fort de la parte des autorités bulgares en vue de saisir les nouvelles opportunités pour rétablir les relations entre les deux pays à leur niveau durant les années 1970 et 1980", soulignant "l'existence de forts atouts pour réaliser cet objectif".

L'Ambassadeur de la République du Tchad, Moukhtar Wawa Dahab, s'est félicité des "bonnes relations" unissant les deux pays, souhaitant "leur promotion à un plus haut niveau, à travers la dynamisation de la commission mixte, réunie en 2014 à Alger". "Des efforts sont en cours pour la tenue d'une deuxième réunion de ladite commission au Tchad dans les plus brefs délais", a-t-il fait savoir.

L'Ambassadeur de la République de Guinée, Alhassane Barry, a qualifié de "fructueuse" sa rencontre avec le chef de l'Etat qui a permis de "passer en revue les différents axes des relations d'amitié et de coopération qui lient les deux pays, depuis l'indépendance, dans plusieurs secteurs, notamment l'Education, la santé, la sécurité et les mines".

Le diplomate guinéen a affirmé la détermination de son pays à œuvrer, en coordination avec l'Algérie, à "la relance de la coopération bilatérale et à la promotion de la diplomatie économique, en facilitant la conclusion de partenariats gagnant-gagnant entre les deux pays".

Au terme de l'audience que lui a accordée le Chef de l'Etat, l'Ambassadeur de l'Argentine, Mariano Simon Padros, a déclaré que sa rencontre avec M. Bensalah a été une occasion propice pour "transmettre plusieurs messages politiques extrêmement importants, dont la reconnaissance du rôle de l'Algérie en Méditerranée et sur la scène internationale, et prendre conscience des objectifs communs partagés en matière de lutte contre le terrorisme et la drogue, et de sécurisation des frontières".

Qualifiant les relations bilatérales "d'excellentes", le diplomate argentin a affirmé que son pays considérait l'Algérie "parmi les partenaires commerciaux clés en Afrique".

Il a, d'autre part, exprimé la volonté de l'Argentine de "diversifier et élargir ses relations commerciales avec l'Algérie à d'autres créneaux, comme l'agroalimentaire, l'industrie automobile et la santé", insistant sur l'importance de consolider "la coopération dans le domaine nucléaire".

L'Ambassadeur de la République de Colombie, Diego Cadena Montenegro, a qualifié le moment où il a remis ses lettres de créances au chef de l'Etat "d'historique" pour son pays, vu que "c'est la première fois que le gouvernement colombien désigne un ambassadeur en Algérie".

Il a exprimé, en outre, la volonté de son pays "d'explorer de nouvelles perspectives de coopération entre les deux pays et de développer les relations bilatérales au mieux des intérêts des deux peuples et Etats".

L'Ambassadeur de la République du Pakistan, Ata-Ul-Munim Shahid, s'est félicité des relations d'amitié qui lient les deux pays, affirmant la détermination de son pays à concourir à "leur développement dans divers domaines". Le gouvernement pakistanais "accorde un intérêt particulier à la coopération en Afrique, notamment avec l'Algérie, un pays avec lequel nous entretenons des relations historiques".

A l'issue de l'audience que lui a accordée le chef de l'Etat, l'Ambassadeur de la République islamique d'Iran, Hossein Mashalchizadeh, a mis en avant "les relations d'amitié solides et profondes qui unissent les deux pays", exprimant la volonté de son pays d'œuvrer "à leur consolidation et raffermissement, notamment dans les domaines politique, économique, culturel et scientifique au mieux des intérêts des deux peuples".

Conventions pour la réalisation de neuf centrales de production d'électricité photovoltaïque dans le grand Sud. (APS, 14/08/2019)


ALGER - La SKTM (Shariket el Kahraba wa el Taket el Moutadjadida), filiale du groupe Sonelgaz, a signé mercredi à Alger des conventions avec cinq sociétés nationales pour la réalisation de neuf (9) centrales de production d'électricité photovoltaïque d'une puissance de 50 MWc au profit des régions du grand Sud.

"La réalisation de ce projet dans le sud permet à l'Algérie d'économiser annuellement 20.600 tonnes de gasoil en moyenne avec un gain estimé à 14 millions de dollars par an", a indiqué le Pdg de Sonelgaz , Chaher Boulakhras, en marge de la cérémonie de signature.

L'objectif étant de réduire de 30 à 40 % la facture d'importation de gazoil pour la production de l'électricité dans le sud du pays.

Outre l'impact économique du projet, M. Boulakhras a souligné son intérêt socio-économique et environnemental, puisqu'il permet aux populations des zones reculées l'accès à l'électricité, tout en réduisant la dépendance de l'Algérie des énergies fossiles en minimisant les émissions de 60.000 tonnes de Co2 en moyenne par an.

Il a rappelé que le lancement de ce projet intervient suite à l'appel d'offre national lancé par la SKTM en 2018, adressé aux entreprises de droits algériens, portant sur la réalisation de 50 MWc dans cinq lots visant à l'hybridation des centrales diesels et turbines à gaz existantes au niveau du grand sud algérien.

"L'objectif de l'installation de centrales de production d'électricité photovoltaïque de cette capacité est celui de préserver les ressources fossiles par la réduction de la consommation de gasoil, la protection de l'environnement en plus de l'impact socioéconomique".

Evoquant le programme national de développement des énergies renouvelables 2015 2030, il a affirmé que l'Algérie s'est engagée sur la voie des énergies renouvelables afin d'apporter des solutions globales et durables aux défies environnementaux en préservant les ressources des énergies fossiles ce permet à l'Algérie de réaliser un gain de 200 millions de dollars sur une période de 25 ans.

La Directrice de l'engineering de SKTM, Baya Belarbi, a précisé lors de la présentation du projet que les lots se trouvent dans les wilayas suivantes: In Guezzem (localités In Guezzem et Tinzaouatine avec des centrales d'une puissance respective de 6 et 3 MW), Djanet et Illizi (localités de Djanet et Bordj Omar Dris avec des centrales d'une puissance de 4 et 3 MW), de Bordj Badji Mokhtar (localité de Bordj Badji Mokhtar et Timiaouine avec 10 et 2 MW),de la wilaya d'Adrar et Bechar (localités Talmine et Tabelbala avec une puissance de 8 MW et 3 MW ) et le plus gros lors celui de Tindouf (avec une centrale d'une puissance de 11 MW).

Quant aux soumissionnaires retenus, il y a deux sociétés étrangères de droits algériens et trois sociétés 100 % algériens qui travailleront en partenariat.

Il s'agit de la sarl Honghai Algérie en partenariat avec l'entreprise chinoise Sinohydro, la SPA Solam Energy avec AMC, la SPA Amimer Energie, la sarl Cegl en partenariat avec la SPA ETBER et l'entreprise ETP Habbi Kouider.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah accomplit la prière de l'Aïd el-Adha à la Grande mosquée d'Alger. APS, 11/08/2019)


Le Chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah, a accompli dimanche matin, la prière de l’Aïd el-Adha à la Grande mosquée d’Alger parmi de nombreux fidèles dans un climat de piété et de sérénité. Le Président par intérim du Conseil de la Nation, M. Salah Goudjil, le Président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), M. Slimane Chenine, le Premier Ministre, M.Noureddine Bedoui, des membres du Gouvernement, ainsi que des membres du corps diplomatique musulman accrédité à Alger ont également accompli la prière aux côtés du chef de l’Etat. Dans ses deux prêches, l’imam a rappelé les valeurs de solidarité, d’entraide et de sacrifice véhiculées par cette fête, appelant les fidèles à s’en imprégner. Evoquant les pèlerins qui se sont rassemblés samedi sur le Mont Arafat pour une journée de prières et d’invocations de Dieu, il a rappelé que Arafat constituait le moment culminant des rituels sacrés du Hadj et le plus grand rassemblement au monde. L’imam a appelé les fidèles à s’inspirer de cette union des musulmans du monde entier, dont Arafat est la meilleure illustration, pour défendre nos causes, dont la cause palestinienne. «Dans la conjoncture actuelle, l’Algérie a besoin plus que jamais d’une telle union et d’une telle solidarité entre ses enfants», a-t-il insisté. L’imam a, par ailleurs, incité les musulmans à se rapprocher de Dieu par ce sacrifice tout en préservant l’environnement et la propreté des rues, mettant en garde contre les pyromanes dont les actes ont récemment ravagé le patrimoine forestier et animal du pays. Il a aussi exhorté les fidèles à préserver les liens du sang, à faire montre de tolérance et de solidarité et à faire aumône de ce sacrifice aux pauvres.

A cette occasion, l’imam a adressé ses vœux au peuple algérien et à tous les musulmans. Après la prière, le Chef de l’Etat a reçu les vœux des membres du Gouvernement, des membres du corps diplomatique et des fidèles ayant accompli la prière dans la Grande mosquée d’Alger.

Université d'été: les cadres sahraouis adressent une lettre de remerciements à M. Abdelkader Bensalah, Chef de l'Etat. (APS, 10/08/2019)


BOUMERDES - Les participants à la 10ème édition de l'université d'été des cadres du front Polisario et de l'Etat sahraoui, abritée par la wilaya de Boumerdes du 26 juillet au 7 août, ont adressé une lettre de remerciements et de gratitude au Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah en reconnaissance des efforts de l'Algérie pour la réussite de cet évènement.

"A l'issue de la 10ème édition de l'Université d'été des cadres du Polisario et de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), nous avons l'honneur de présenter à votre excellence et à travers vous au peuple algérien nos sincères remerciements et notre gratitude pour la réussite de cette manifestation fraternelle dont nous sommes fiers notamment l'intérêt que vous lui avez porté et les moyens mobilisés pour sa réussite", lit-on dans la lettre adressée par les participants à cette édition placée sous le thème "Peuples algérien et sahraoui: fraternité, serment et fidélité ".

"Votre excellence le Chef de l'Etat, cette édition qui a constitué une occasion précieuse ayant apporté plus de savoir dont nous avons besoin et renforcé nos compétences et expériences, peut incontestablement prodiguer de meilleurs services sur la voie de la réalisation des objectifs de notre peuple pour la liberté et l'indépendance" ont souligné les participants dans leur lettre lue en leur nom par le représentant du front Polisario à l'issue de cette manifestation.

"A l'issue de cette évènement, nous nous devons de vous transmettre au nom de tous les enfants du peuple sahraoui notre gratitude au pays d'un million et demi de martyrs, pour ses positions de principe, courageuses et solidaires à la cause sahraouie juste et son soutien à notre peuple dans sa démarche pour la liberté et la vie digne", ont ajouté les participants.

"Nous souhaitons au peuple algérien frère davantage de réussite, de succès, de progrès et de prospérité".

Les travaux de l'université d'été des cadres sahraouis, qui se sont déroulés du 26 juillet au 7 août, ont été clôturés hier mercredi et marqués par plusieurs activités et conférences.

Lors de la cérémonie de clôture, des représentants de partis, instances et associations de la société civile algérienne ont réaffirmé leur position "indéfectible et sans condition" en faveur du peuple sahraoui pour sa lutte juste et légitime visant le recouvrement de la souveraineté, la liberté et l'indépendance totale.

L'Algérie "condamne avec force" l'attentat terroriste survenu dimanche soir dans le périmètre de l'Institut national du cancer au Caire. (MAE, 06/08/2019)


ALGER - L'Algérie "condamne avec force" l'attentat terroriste survenu dimanche soir dans le périmètre de l'Institut national du cancer au Caire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, lundi, dans un communiqué.

"L'Algérie condamne avec force l'attentat terroriste survenu, dimanche 4 août 2019, dans le périmètre de l'Institut national du cancer au Caire, ayant fait un grand nombre de victimes innocentes à la mémoire desquelles nous nous inclinons, tout en souhaitant prompt rétablissement aux blessés", a indiqué la même source.

En cette dure épreuve, l'Algérie exprime "sa solidarité avec le gouvernement et le peuple égyptiens frères, et présente aux familles des victimes ses condoléances les plus attristées", a conclu le communiqué.

Instance nationale de dialogue et de médiation: Organiser une élection présidentielle sans recourir à une période de transition. (APS, 07/08/2019)


ALGER - Le Comité politique de l'Instance nationale de dialogue et de médiation a tenu, mercredi à Alger, sa première réunion avec des acteurs du Hirak populaire, où l'accent a été mis sur la nécessité d'organiser l'élection présidentielle dans les plus brefs délais sans recourir à une période de transition, qui a démontré son inefficacité durant les années 90.

Lors de cette rencontre à laquelle ont pris part des militants issus de différentes wilayas du pays dont Constantine, Tissemssilt, Ghardaïa et M'sila, une série de propositions a été présentée par certains acteurs du hirak populaire portant principalement sur la nécessité de l'organisation, "dans les plus brefs délais", d'une élection présidentielle encadrée par une instance indépendante de surveillance et d'organisation des élections.

Dans une déclaration à la presse, le chargé de communication de l'Instance, Kamel Kerkadane a précisé qu'il a été décidé d'accélérer l'organisation de l'élection présidentielle sans recourir à une période de transition.

Les participants à cette réunion ont appelé à la création d'une instance indépendante d'organisation et de surveillance des élections et à la révision de la loi organique relative au régime électoral.

Première du genre, cette rencontre a indiqué que la crise que traverse le pays était une crise "présidentielle, institutionnelle et constitutionnelle" résultant des pratiques antérieures, à l'instar de la corruption et de la dépendance à l'étranger, a-t-il expliqué.

A cette occasion, un document regroupant les solutions politiques et constitutionnelles pour sortir de la crise a été proposé. La solution, selon ce document, réside dans la prise de mesure permettant de rétablir la confiance du peuple avant l'organisation de l'élection présidentielle.

Dans ce cadre, le militant des droits de l'homme Mohammed Essalah Rouane de Constantine a estimé que la solution consistait en l'organisation de l'élection présidentielle et l'obtention de garanties données par un Gouvernement de consensus chargé de la gestion des affaires politiques, ajoutant que le dialogue était la voie sûre pour parvenir à l'organisation de cette élection.

A ce propos, il a exprimé son rejet de la proposition portant période de transition, car ayant prouvé son inefficacité durant les années 90.

Après avoir salué le rôle de l'institution militaire dans la sécurisation du mouvement populaire, le même intervenant a fustigé le rôle des partis politiques, appelés à faire preuve de "responsabilité politique".

Pour sa part, le militant Rachid Hattab de Tissemsilt, a estimé que le dialogue était la solution qui pourrait permettre au pays de sortir de la crise, relevant le manque de confiance entre le peuple et le Pouvoir, d'où l'impératif d'écarter de ce dialogue les partis au Pouvoir ayant soutenu l'ancien régime.

De son côté, un autre militant du Hirak a estimé nécessaire l'organisation d'une élection présidentielle transparente et régulière et l'implication des jeunes dans la vie politique notamment pour ce qui est de la gestion des assemblées élues au niveau local.

Concernant le contact avec les militants du Hirak, Karim Younes, Coordonnateur général de l'instance de dialogue et de médiation a fait savoir que "les militants qui ont assisté à ce dialogue sont venus de leur propre chef et les portes sont ouvertes à tous pour soumettre leurs propositions".

Une Conférence de presse sera organisée, jeudi au siège du Forum national, suivie de réunions avec d'autres militants du Hirak avant de tenir d'autres rencontres avec des personnalités nationales et des partis, a-t-il ajouté.

Pour rappel, l'instance de dialogue et de médiation avait annoncé lundi dernier la création d'un comité de sages regroupant toutes les personnalités et experts ayant accepté d'adhérer à cette Instance qui a également décidé "d'entamer dans l'immédiat l'organisation de rounds de dialogue avec tous les acteurs de la scène politique, de la société civile et des personnalités nationales", affirmant que "toutes les plateformes et propositions constitueront des feuilles de route principales qui serviront de référence à l'Instance dans l'élaboration de la mouture qu'elle soumettra, après consultations des acteurs de la société civile, à la Conférence nationale prévue au terme des rounds de dialogue".

Le lien entre le peuple algérien et son armée "ne cesse de se renforcer". (APS, 06/08/2019)


ALGER- Le lien entre le peuple algérien et l'Armée nationale populaire (ANP) "ne cesse de se renforcer", du fait que le peuple est "conscient" de l'engagement de l'institution militaire à veiller au plein accomplissement des missions qui lui sont assignées, a souligné la revue El-Djeïch dans son dernier numéro.

"Le lien entre le peuple algérien dans sa totalité et son ANP n'a de cesse de se renforcer du fait que le peuple algérien est conscient de l'engagement de l'institution militaire à veiller au plein accomplissement des missions qui lui sont assignées", indique El-Djeïch dans son éditorial.

Le souci majeur (de l'ANP) et sa préoccupation première qui restent la défense de la souveraineté nationale et la préservation de l'intégrité territoriale et de l'unité du peuple, ont fait que cette institution constitutionnelle "jouisse de la totale confiance du peuple, au point que tous les vils complots visant à lui porter atteinte sont voués à l'échec, tant il s'agit là d'un lien existentiel très profond unissant le peuple à son armée".

Il s'agit d'"une armée d'orientation nationale et populaire qui se distingue des autres armées dans le monde par une caractéristique (...), celle d'avoir mené un combat libérateur qui est entré dans l'histoire comme une des grandes épopées de l'ère moderne".

"En tous points du territoire national, notre peuple est fier des réalisations accomplies par son armée dans tous les domaines dont, à titre d'exemple, l'accomplissement avec professionnalisme de ses missions ordinaires", note la revue El-Djeïch.

Evoquant la conjoncture que traverse le pays, la revue a souligné qu'il "ne fait aucun doute que l'intérêt suprême du pays, comme l'a réaffirmé dernièrement le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'ANP, requiert nécessairement la fédération des efforts de tous les hommes de bonne volonté parmi les enfants de l'Algérie et la mobilisation de leur détermination afin de préparer, de manière effective et sérieuse, la tenue des prochaines élections présidentielles, dans les plus brefs délais, à travers l'adoption de la voie du dialogue national serein et constructif auquel ont fait appel les bonnes initiatives avec leurs contenus réalistes et raisonnables".

"Ces élections présidentielles attendues portent en elles les indices de davantage d'avancées sur la voie de la consolidation des fondements de l'Etat de droit dans le prolongement du renouveau économique, de la prospérité sociale et de l'affermissement de la sécurité et de la stabilité", conclut la même source.

Algérie-économie: croissance annuelle de 1,4% en 2018. (APS, 06/08/2019)


ALGER - L'économie algérienne a réalisé une croissance annuelle de 1,4% en 2018, contre 1,3% en 2017, selon les chiffres consolidés de l'Office national des statistiques (ONS).

La croissance reste "positive" malgré le contexte économique caractérisé essentiellement par un déficit du compte courant de la balance des paiements, une baisse des réserves de change, ainsi par un recul de la croissance dans le secteur des hydrocarbures, relève une publication de l'Office sur les comptes économiques en volume de 2015 à 2018.

Le taux de croissance du PIB, hors hydrocarbures, s'est amélioré pour atteindre 3,3% en 2018 contre 2,1% en 2017, "ce qui constitue une performance appréciable", selon l'organisme des statistiques.

La croissance économique a été tirée essentiellement par les secteurs de l'agriculture (5%), du bâtiment, travaux publics et de l'hydraulique (BTPH) y compris les services et les travaux publics pétroliers (5,2%) et celui de l'Industrie avec 4,1%.

En valeur courantes, le PIB est passé de 18.575,8 milliards de DA en 2017 à 20.259,0 milliards de DA, soit une hausse de 9,1%.

Par tête d'habitant, le PIB est évalué à 4.080,7 dollars en 2018 contre 4.011,2 dollars l'année d'avant.

En 2018, le déflateur du PIB a connu une hausse de 7,6% contre 4,7% en 2017. Cette tendance d'un déflateur du PIB positif révèle effectivement des baisses de prix internationaux des hydrocarbures moins importantes dès 2016 et une augmentation conséquente des prix en 2017 et 2018.

Les exportations des hydrocarbures ont atteint 39 milliards de dollars en 2018 contre 33,5 en 2017, soit une hausse de 16,6% en valeurs.

Le prix moyen du brut algérien est passé de 54,2 dollars le baril 2017 à 71,1 dollars le baril en 2018, soit un accroissement de 31,2%.

En volume, les exportations des hydrocarbures ont baissé de 8,4% en 2018 après avoir enregistré une baisse de 3,5% en 2017.

La consommation finale des ménages, quant à elle, a affiché une croissance de 2,8% en 2018 et la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) a évolué en volume de 3,1%.

En valeurs nominales, la FBCF a augmenté de 6,6%, s'établissant à 8.202,5 milliards de DA en 2018, contre 7.698,0 milliards de DA en 2017.

Le taux d'investissement de l'économie demeure important en 2018, la part de la FBCF dans le PIB est de 40,5%. Ce ratio révèle, selon, l'ONS, un effort d'investissement important qui est un investissement d'infrastructures soutenu pour l'essentiel par l'Etat.

L'Algérie pour la coordination des Etats africains face aux problèmes des déplacés. (APS, 06/08/2019)


MIDRAND (Afrique du Sud) - L'Algérie plaide pour la coordination et l'intensification des efforts des Etats africains face à l'expansion inquiétante des phénomènes liés aux problèmes des réfugiés et des personnes déplacées en Afrique, d'où la nécessité de donner la priorité au développement et à la sécurité, a indiqué mardi à Midrand (Afrique du Sud), le Président du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil.

Dans une allocution prononcée à l'occasion de la Conférence annuelle des présidents des Assemblées Nationales et des Sénats d'Afrique placée sous le thème: "2019, année des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique", M. Goudjil a souligné qu'il s'agit d'un sujet qui revêt "une importance particulière pour nos pays et nos peuples, ce qui nous oblige à coopérer davantage, afin de parvenir à une approche globale en termes de dimensions, répartie en termes de coûts et durable en termes d'étendue".

Il a relevé dans ce contexte que "la question des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique s'est aggravée ces dernières années en raison de crises et de conflits armés engendrés par des causes internes mais aussi par des interventions externes".

"Afin de résoudre ces dilemmes de nature humanitaire essentiellement", M. Goudjil a rappelé que l'Algérie "a toujours préconisé une approche globale, consultative, équilibrée et solidaire fondée sur le respect des droits de l'homme, la souveraineté et les impératifs liés à la sécurité nationale de chaque pays".

Il a également souligné la nécessité d'"inclure dans cette approche les préoccupations et les intérêts des pays d'origine, des pays de transit et des pays de destination de manière équilibrée", faisant savoir que l'"Algérie souffre déjà de ces mêmes problèmes et prend, en conséquence, les mesures nécessaires, conformément aux accords qu'elle a conclus avec les pays d'origine et les textes internationaux".

Dans le même sillage, "il convient de rappeler que l'Algérie a toujours apporté les aides nécessaires aux réfugiés, rapatriés et déplacés internes africains et non africains, et s'efforce de les aider, en particulier sur le plan humanitaire", a-t-il affirmé, ajoutant que "l'humanisme dont l'Algérie a fait preuve est conforme à ses principes fondateurs, à ses traditions ancestrales et aux valeurs internationales".

"Toutefois, l'Algérie considère que l'expansion de ces phénomènes devient de plus en plus inquiétante, ce qui nous force à coordonner et à intensifier nos efforts, notamment en ce qui concerne la lutte contre les réseaux criminels cherchant à exploiter ces tragédies humanitaires", a-t-il noté.

"Dans le même contexte, a-t-il ajouté, mon pays estime également que pour s'attaquer aux causes et aux effets de ces phénomènes, il faut impérativement donner la priorité au développement et à la sécurité de manière intégrée", affirmant que l'Algérie "est convaincue qu'un développement équilibré et durable apportera de nombreuses solutions à plusieurs dilemmes, notamment à cette question des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique".

Il a soutenu que ceci "contribuera forcément à l'instauration de la stabilité, au renforcement de la paix et la sécurité régionales et internationales".

"L'Algérie considère également que cette approche de développement qui est toujours une priorité nationale, va de pair avec la démocratie et la bonne gouvernance, ce qui explique la poursuite de sa trajectoire de modernisation du pays, reflétant par ailleurs, les réformes profondes et globales en cours", a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, "nous affirmons que la récente dynamique démocratique populaire dans notre pays, dominée par des manifestations pacifiques et civilisées, témoigne de la haute conscience politique du peuple algérien dans son interaction avec les questions d'intérêts suprêmes du pays", a relevé M. Goudjil.

Il a ajouté, à cet égard, que "cette dynamique sillonnera certainement la voie à une authentique et profonde démocratie, à laquelle tout le monde devra y contribuer, ce qui accroîtra inévitablement l'indépendance de la décision politique nationale".

"C'est pourquoi le dialogue global, tel que souligné par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, lors de ses discours à la Nation, reste la voie la plus appropriée pour réaliser toutes les aspirations du peuple Algérien", a-t-il soutenu.

Des solutions collectives et négociées face aux défis complexes

En ce sens, "nous affirmons que notre action parlementaire commune contribuera sans aucun doute, aux côtés des efforts de la diplomatie officielle de nos pays, à trouver des solutions collectives et négociées aux défis complexes qui attendent la communauté internationale aujourd'hui", a indiqué le président du Conseil de la nation par intérim.

Dans ce sillage, "nous saluons l'entrée en vigueur de l'Accord de libre-échange sur le continent africain en mai dernier et le lancement de la phase opérationnelle de la région lors du sommet extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement qui s'est tenu au Niger en juillet passé, ce qui favorisera les échanges économiques et commerciaux et renforcera la dynamique d’intégration régionale de notre continent", a-t-il ajouté.

"En même temps, nous devons résoudre les crises et les conflits de manière pacifique, conformément aux exigences de la légitimité internationale", a souligné M. Goudjil, soulignant que "ceci implique nécessairement des préalables, à savoir, faire taire le langage de la guerre, éviter les options militaires destructrices et respecter la souveraineté nationale des Etats".

Il a ajouté que "d'autre part, il est indispensable de soutenir les efforts visant à promouvoir le dialogue interculturel, interreligieux et intercivilisationnel, afin de mettre fin à toutes les formes de racisme et d'extrémisme violent".

"Nous réaffirmons donc à partir de cette tribune, l'appui du Parlement algérien en ses deux chambres à toutes les initiatives mises au service d'un développement équilibré et visant le renforcement de la sécurité et de la paix dans le monde", a-t-il affirmé.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah et le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui examinent les préparatifs relatifs à la prochaine rentrée sociale. (APS, 05/08/2019)


ALGER - Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu, lundi à Alger, le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui avec lequel il a passé en revue les dispositions à prendre dans le cadre des préparatifs en cours relatifs à la prochaine rentrée sociale, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Lors de cette rencontre, le Premier Ministre a présenté un exposé détaillé sur la situation politique et socio-économique du pays et une évaluation des dispositions devant être prises par le Gouvernement dans le cadre des préparatifs en cours relatifs à la rentrée sociale", ajoute la même source.

"Au terme de la rencontre, le Premier Ministre a présenté au Chef de l'Etat un exposé sur sa représentation à la cérémonie d'investiture du nouveau Président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, organisée jeudi 01 août 2019 à Nouakchott", conclut le communiqué de la Présidence.

L'Instance de dialogue et de médiation tiendra une réunion avec des acteurs du Hirak. (APS, 05/08/2019)


ALGER - Le comité politique de l'Instance nationale de dialogue et de médiation a décidé, lundi à Alger, de tenir, mercredi prochain, sa première réunion avec certains acteurs du Hirak populaire, a indiqué un communiqué de l'Instance.

Le comité politique a examiné lors d'une réunion présidée par Ammar Belhimer, président du comité, en présence du coordinateur général de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, ainsi que des membres du comité, Mokhtar Bensaïd et Bekat Berkani Mohamed, les points inscrits à l'ordre du jour, a précisé le communiqué.

Il s'agit, poursuit la même source, du calendrier des rounds de dialogue, indiquant que le comité avait décidé de "tenir, mercredi prochain à 10h00 au niveau de son siège provisoire (Alger), sa première rencontre avec certains acteurs du Hirak populaire".

Lors de cette réunion, il a été également question "d'examiner la composante du comité des sages et des experts et de contacter des membres de la communauté nationale établie à l'étranger".

Pour rappel, l'Instance nationale de dialogue et de médiation avait annoncé, dimanche, la création d'un comité des sages regroupant des personnalités et des experts ayant accepté de rejoindre l'Instance.

L'Instance avait fait part, aussi, de sa décision d'entamer "immédiatement" l'organisation des consultations de dialogue avec la classe politique, les personnalités nationales et la société civile, assurant que "toutes ces plates-formes et ces propositions constitueront des documents de travail qui seront utilisées pour l'élaboration des propositions qui seront présentées à la conférence nationale qui sera organisée à la fin des consultations".

L'Instance nationale de dialogue et de médiation annonce la création d'un comité des sages. (APS, 05/08/2019)


L’instance de médiation et de dialogue s’est réunie, hier, sous la présidence de son coordinateur, Karim Younès, dans le but de mieux se structurer sur le plan interne, selon le communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion et informant notamment de la création d’un comité des sages composé de personnalités et d’experts.

L’instance n’a pas jugé utile de dévoiler l’identité de la composante de ce comité et, dans son communiqué, il est tout juste précisé qu’il s’agit de personnalités ayant rejoint ses rangs, sans plus. Outre ce comité, il a été procédé lors de cette réunion à la mise en place de commissions de travail avec la définition des missions à mener pour chacune d’elles. On retiendra, par ailleurs, l’adhésion de nouvelles personnalités à cette instance. Quoique leurs noms ne soient pas encore dévoilés dans leur totalité à l’opinion, l’on évoque les noms du président de l’Association des oulémas Abderrazak Guessoum, de l’avocate Fatma- Zohra Benbraham et de la directrice du quotidien arabophone El-Fadjr, Hadda Hazam. La réunion d’hier, qui s’est tenue dans une villa sur les hauteurs d’Alger, a constitué une opportunité pour les membres de l’instance de réaffirmer leur engagement à entamer immédiatement les consultations du dialogue avec la classe politique, les personnalités et les organisations de la société civile. A l’évidence, ces consultations auront à se décliner, dans un premier temps, par un travail de sensibilisation sur les objectifs de l’instance et la manière de les consacrer sur le terrain. Des objectifs qui seront assurément examinés en profondeur à l’occasion des rencontres avec les partis, les syndicats et les associations, et ce, essentiellement dans le but de définir la démarche à suivre dans le cadre de ce processus de dialogue qu’il faudrait aussi fixer dans le temps. Indubitablement, cette première prise de contact avec l’environnement politique et la société civile s’annonce des plus complexes dans la mesure où la problématique d’aboutir à l’élaboration d’un document consensuel est sans doute posée.

Toutes les initiatives du dialogue seront valorisées

En prévision de ce nouveau processus de dialogue, nombreux sont les partis qui ont déjà peaufiné leur propre document interne dans lequel est déployée leur propre vision en rapport avec la voie à suivre pour en finir avec une crise politique qui n’a que trop duré. Dans cette perspective, l’instance de médiation et de dialogue a bien pris le soin d’insérer dans son communiqué le fait que toutes les initiatives ainsi que toutes les propositions de sortie de crise sont prises en considération, voire davantage valorisées. «Toutes ces plateformes et ces propositions constitueront des documents de travail qui seront utilisés pour l’élaboration des propositions qui seront présentées à la conférence nationale qui sera organisée à la fin des consultations», est-il en effet noté dans le communiqué. Il est attendu que les travaux de cette conférence nationale soient sanctionnés par la désignation d’un groupe de travail qui se chargera exclusivement de la révision de la loi électorale en prévision de la tenue d’une élection présidentielle crédible et transparente. Les modalités traitant de la mise en place d’une commission indépendante de surveillance et de contrôle de ce scrutin seront également débattues lors de cette conférence. Les recommandations de celle-ci pourraient aussi se traduire par l’établissement d’un document où seront mentionnées les principales revendications du peuple tant en matière de changement du système de représentation qu’en termes de mode de gouvernance. Ce document sera destiné aux prochains candidats à la magistrature suprême afin que chacun d’eux s’engage à traduire son contenu sur le terrain.

L'université d'été algéro-américaine couronnée de succès. (MAE, 04/08/2019)


Le Président de la Fondation algéro-américaine pour la Culture, l’Education, la Science et la Technologie (AAF-CEST), le professeur Taha Merghoub a affirmé, lors de la clôture des travaux de l'université d'été de la Fondation pour l'année 2019, que la deuxième édition de cette université, abritée par l'Université Mustapha Benboulaid de Batna 2, "a été couronnée de succès escompté".

S'exprimant à cette occasion, supervisée par le Ministre des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum, M. Merghoub a indiqué que l'objectif commun des conférenciers, des encadreurs d'ateliers algériens et étrangers ainsi que des étudiants consistait en "le transfert et l'échange de la science et de la connaissance".

De son côté, la coordinatrice locale de cette manifestation scientifique, Leila Mokhnach a rappelé que cette manifestation visait à "assurer une formation en principe", à laquelle ont assisté près de 320 personnes entre doctorants, thésards en master, enseignants universitaires et industriels, ajoutant que les travaux de cette université d’été se déroulaient en trois sessions parallèles de cours intensifs d’une semaine consacrés aux trois axes majeurs: "les énergies renouvelables", "les sciences de la biologie, des biotechnologies et de la santé" et "le génie civil et l’architecture".

Cette manifestation scientifique, ajoute l'interlocutrice, a pour objectif également d'assurer "l'échange d'expériences et de connaissances dans ces domaines de spécialité, de favoriser le rapprochement entre les chercheurs algériens à l'intérieur du pays et à l'étranger", et de "dispenser une formation de très haute qualité aux étudiants".

Pour sa part, le Ministre des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum a estimé, dans son intervention, que ladite manifestation se voulait "un espace d'échange d'expériences scientifiques entre les chercheurs algériens, à l'intérieur et à l'extérieur du pays", relevant "l'importance de cet échange pour les étudiants qui sont l'avenir de l'Algérie, ouverte à l'étranger".

Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui remet un message du Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah au nouveau Président mauritanien. (APS, 01/08/2019)


NOUAKCHOT- Le Premier Ministre, M. Noureddine Bedoui a été reçu, jeudi à Nouakchott, par le nouveau Président mauritanien, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani auquel il a remis un message écrit de la part du Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah.

M. Noureddine Bedoui a déclaré à la presse, à l'issue de l'audience qui a eu lieu au siège de la Présidence de la République de Mauritanie, "j'ai été reçu par le Président mauritanien et je lui ai transmis les salutations de son frère, le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah et un message manuscrit.

Il s'agit d'un message de félicitation qui souligne les relations fraternelles solides entre les deux pays".

Le Chef de l'Etat a réaffirmé dans sa lettre "sa volonté de promouvoir les relations bilatérales au mieux des aspirations des deux peuples frères", a ajouté le Premier ministre.

M. Noureddine Bedoui est arrivé mercredi à Nouakchott accompagné du Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum.

Il a participé, jeudi en sa qualité de représentant du chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah, à la cérémonie d'investiture du nouveau Président mauritanien, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani.

Pour rappel, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani (62 ans) a été élu le 22 juin avec un taux de 52% des voix exprimées, en remplacement du Président sortant Mohamed Ould Abdelaziz.

L'Instance nationale de dialogue et de médiation décide d'entamer le dialogue national sans délai. (APS, 01/08/2019)


ALGER- L'Instance nationale de dialogue et de médiation a décidé d'entamer le dialogue national sans délai, selon un calendrier "qui sera annoncé ultérieurement", a indiqué, jeudi, l'instance dans un communiqué.

Dans son communiqué sanctionnant la réunion tenue, jeudi, sous la présidence de son coordonnateur, Karim Younes, l'Instance a affirmé que les mesures annoncées dans le premier communiqué, seront prises en compte dans les recommandations du dialogue, soulignant que "l'intérêt du pays passe avant tout".

L'Instance nationale de dialogue et de médiation a également salué les personnalités nationales qui "ont répondu favorablement à l'appel de la patrie, dans cette conjoncture difficile, par conviction et sens de responsabilité". Les noms de ces personnalités seront annoncés ultérieurement.

Pour rappel, la réunion a été marquée par l'annonce de la démission de Karim Younes de la présidence du panel, une décision rejetée à "l'unanimité" par les membres du panel, et ce en réponse "à la demande de plusieurs personnalités, organisations, associations, membres de la société civile et acteurs du hirak populaire, à travers les différentes wilayas, lesquels avaient exprimé leur attachement au principe de dialogue national annoncé pour la sortie de crise dans les plus brefs délais".

Face à cette situation et "mû par le sens de responsabilité envers Dieu et le pays, et conscient de la confiance placée en sa personne par les membres du panel", M. Younes a accepté de poursuivre ses missions, selon le communiqué.

Algérie: L'Aïd El-Adha célébré dimanche 11 août. (APS,01/08/2019)


ALGER - L'Aïd El Adha sera célébré le dimanche 11 août 2019, a indiqué jeudi le Ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs dans un communiqué.

Le vendredi 2 août 2019 coïncidera avec le 1er Dhou el Hidja 1440 de l'hégire, précise le communiqué, ajoutant que le rassemblement sur le Mont Arafat interviendra samedi 9 Dhou el Hidja, correspondant au 10 août. Les musulmans peuvent jeûner en ce jour conformément à la sunna.

A cette occasion, le Ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs présente ses meilleurs vœux à tout le peuple algérien.

Cérémonie d’installation du Président mauritanien : Le Premier Ministre représente M. Abdelkader Bensalah, Chef de l’Etat . (APS, 01/08/2019)


NOUAKCHOTT- Le Premier ministre, m. Noureddine Bedoui est arrivé, mercredi après-midi à Nouakchott (Mauritani) pour représenter, jeudi, le chef de l'Etat, m. Abdelkader Bensalah, à la cérémonie d'investiture du nouveau président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani.

M.Noureddine Bedoui a été reçu à l'aéroport international de Nouakchott (Oumtounsy) par son homologue mauritanien Ahmed Salem Ould Béchir, le ministre mauritanien des Affaires etrangères et de la Coopération, Ismail Ould Cheikh Ahmed, le ministre mauritanien de la Défense, Yahya Ould Hademine, ainsi que l'Ambassadeur d'Algérie à Nouakchott, Noureddine Khandoudi.

M.Bedoui est accompagné du Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum.

Pour rappel, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani a été élu Président de la Mauritanie, le 22 juin dernier, en remplacement de Mohamed Ould Abdelaziz, dont le mandat est arrivé à terme.

Festival arabe des radios et télévisions: La radio et la télévision algériennes décrochent plusieurs prix. (APS, 01/08/2019)


ALGER- Les deux établissements de la Radio et de la Télévision algériennes ont décroché plusieurs prix dans différentes catégories durant la 20è édition du Festival arabe des radios et télévisions, abrité récemment par la Tunisie.

La radio algérienne s'est vue attribuer le premier prix des échanges des programmes radiophoniques du journaliste Zohir Hattab, et le premier prix de la réalisation et de la production au programme "Lui, non autrui".

Le deuxième prix, décerné dans la catégorie des programmes pour enfants, a été remporté par le programme "entre les mains du net et la colère des mères" de la Chaine 1, présenté par Saida Berriche.

Pour ce qui est des programmes télévisés, la station régionale de Constantine a décroché le deuxième prix pour le programme "Mawlid Ennabaoui" de son réalisateur Samir Guenz, alors que le deuxième prix a été décerné au journaliste Hammou Baali Ouamar pour son film documentaire sur "le système hydrique de la Vallée de M'zab".

De son côté, l'acteur Akram Djeghim a remporté le deuxième prix pour son rôle dans le feuilleton de télé "Ennar Al Barida".

Le New-YorkTimes qualifie la mouvement populaire du 22 février d'"unique au monde arabe". (APS,01/08/2019)

ALGER - Le pacifisme qui caractérise le mouvement populaire du 22 février, un évènement d'une ampleur sans précédent depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962, continue de susciter l'intérêt de la presse internationale dont le New-York Times qui a qualifié ces manifestations de "révolution d'unique au monde arabe".

Dans un article publié lundi, ce journal a estimé que "cette révolution sans précédent et sans effusion de sang est peut-être unique au monde arabe", citant des manifestants et des analystes algériens.

Les manifestations populaires observées ces derniers mois en Algérie peuvent devenir un exemple de changement global dans la région, selon ce journal qui cite l'ancien Ministre et Ambassadeur, M. Abdelaziz Rahabi.

Pour ce dernier "il n'y a rien de semblable dans le monde arabe". "Ce que nous avons vécu en cinq mois, le monde arabe ne l'a pas vu en 40 ans", a-t-il déclaré au New-York Times.

Rahabi a mis en avant les victoires arrachées par le mouvement de protestation pacifique qui a réussi à "limoger un président sans l'exiler" comme en Tunisie, "sans l'emprisonner" comme en Egypte et "sans le tuer" comme en Libye.

"Alors ne me dites pas que les choses vont mal," a-t-il ajouté, relevant que "personne n'a été tuée" depuis le début de ce soulèvement populaire.

Selon ce journal, les Algériens sont "fiers" de "ce qui a été accompli jusqu’à présent par la révolution discrète", et restent "sereins" quant à l'avenir.

Le New-York Times a relevé, par ailleurs, la réaction pacifique des forces de l'ordre face aux manifestants, évitant ainsi de provoquer une confrontation sanglante.

Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah préside la cérémonie de distinction des meilleurs lauréats au baccalauréat. (APS, 29/07/2019)


ALGER- Le Chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a présidé, lundi au Palais du peuple (Alger), la cérémonie de distinction des meilleurs lauréats à l'examen du baccalauréat (session 2019).

Lors de cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence de hauts responsables de l'Etat, de membres du gouvernement et des parents d'élèves, M. Abdelkader Bensalah a remis des attestations d'honneur, des médailles et des cadeaux symboliques aux lauréats, au nombre de 70, dont Bounab Labiba de la wilaya de Guelma qui a obtenu la meilleure moyenne au niveau national (18.75) dans la filière sciences expérimentales, suivie de Belaidi Lina d'Alger, avec 18.70 (filière mathématiques) et de Djeddou Rihane de la wilaya de Médéa avec 18.67 dans la filière mathématiques-techniques.

A rappeler que le taux de réussite à l'examen du baccalauréat (session 2019) a atteint 54,56%, contre 55,88 % en 2018. La filière des mathématiques était en tête avec un taux de réussite de 78,61%.

Un total de 674.831 candidats avaient passé l'examen du Baccalauréat en juin dernier, dont 411.431 scolarisés et 263.400 libres, selon les statistiques du ministère de l'Education nationale.

Quelque 4226 candidats détenus avaient également subi les épreuves du baccalauréat répartis sur 43 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l'Education nationale en tant que centres d'examens.

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum reçoit le Directeur Général de l'Organisation Arabe du Développement de l'Agriculture (OADA). (APS, 30/07/2019)


ALGER- Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Sabri Boukadoum a reçu le Directeur Général de l'Organisation Arabe du Développement de l'Agriculture (OADA), M. Adam Ahmed El-Dekhairi qui effectue une visite de travail en Algérie, a indiqué un communiqué du Ministère.

M.El-Dekhairi a présenté "un rapport détaillé sur ses activités lors de cette visite, remerciant le Ministre pour le soutien de l'Algérie à son Organisation, notamment en abritant le siège régional (Maghreb arabe) de l'OADA inauguré, dimanche passé, espérant voir ce bureau jouer un rôle pionnier dans le développement de l'action arabe commune dans le domaine agricole".

Pour sa part, M. Boukadoum a affirmé que " l'Algérie œuvrera à faire aboutir les missions confiées au bureau régional afin qu'il s'acquitte d'un rôle efficace et efficient dans l'encadrement de la coopération et de la coordination entre les pays de la région du Maghreb arabe d'une part, et de la consolidation du partenariat arabo-africain dans le domaine agricole, à travers des programmes et des projets en faveur du citoyen, d'autre part."

Le chef de l'Etat reçoit le Panel des personnalités appelé à mener le dialogue national inclusif
Publié Le : Jeudi, 25 Juillet 2019


ALGER - Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, jeudi à Alger, les membres du Panel des personnalités, appelé à mener le dialogue national inclusif, indique un communiqué de la Présidence de la République, dont voici le texte intégral:

"Le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a reçu ce jour, M. Karim Younès accompagné de Mme Benabbou Fatiha, de M. Lalmas Smaïl, de M. Lazhari Bouzid, de M. Abdelwahab Bendjelloul et de M. Benaïssa Azzedine.

Ces personnalités constituent les membres du panel de personnalités nationales appelé à mener le dialogue national inclusif auquel a appelé M. le chef de l'Etat lors de son discours du 03 juillet 2019, dans le cadre d'une offre politique globale, à travers laquelle il s'est engagé notamment à:

- mener à bien le processus devant conduire à l'élection présidentielle, laquelle est une priorité. Il a rappelé dans ce cadre les raisons constitutionnelles, politiques et stratégiques qui imposent l'organisation de l'élection présidentielle dans des délais rapprochés, en soulignant que cette dernière est la seule solution véritablement démocratique au dépassement de la situation actuelle. Il s'est félicité que nombreux sont ceux qui souscrivent désormais à cette démarche.

- à assurer à l'élection présidentielle la régularité et la transparence exigées, non seulement pour que le scrutin ne soit entaché d'aucune contestation, mais également pour redonner tout son sens à la volonté populaire dans le choix des personnes devant diriger le pays. C'est pourquoi, il a appelé à l'organisation d'un dialogue inclusif entre toutes les parties, pour construire une démarche concertée, fondée sur le consensus le plus large possible.

- à confier la conduite du processus de dialogue à un panel de personnalités nationales, crédibles, compétentes, sans attache partisane et sans ambition électorale. Il a tenu à préciser, afin d'éviter toute fausse interprétation et de dissiper tout malentendu, que l'Etat dans toute sa composante, y compris militaire, ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus.

La constitution de ce panel de personnalités représentatives et consensuelles, qui a nécessité du temps incompressible, s'est faite sur la base des propositions et recommandations formulées par des acteurs de la société civile et du mouvement associatif, et au regard des critères définis pour le choix des personnalités.

Pour rappel, le chef de l'Etat avait parlé de personnalités disposant de l'autorité morale et de la crédibilité nécessaires, des personnalités indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale, des personnalités qui émergent du fait de leur autorité morale ou de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle.

Consultées parmi d'autres, par les acteurs de la société civile, les personnalités reçues par le chef de l'Etat, perçues comme disposant des qualités de crédibilité et d'acceptabilité, les rendant éligibles à faire partie du panel ont accepté de faire partie du panel et de s'impliquer dans l'accomplissement de cette noble mission de facilitation du dialogue.

Ces personnalités ont, ce faisant, souhaité pouvoir la mener en totale liberté et indépendance, ce qui en fait, est en totale cohérence avec la volonté et la vision du chef de l'Etat en matière de conduite du dialogue.

Par ailleurs et en réaction à une sollicitation des membres du Panel sur les mesures d'accompagnement et d'apaisement qu'il a lieu de prendre, le chef de l'Etat a fait état de sa disponibilité à œuvrer pour:

- inviter la justice à examiner la possibilité d'élargissement des personnes dont l'interpellation s'est faite en lien avec le déroulement des marches populaires,

- envisager l'allègement du dispositif mis en place par les services de sécurité, pour garantir la liberté de circulation dès lors que cet allègement ne porte pas préjudice à l'impératif de préserver l'ordre public, et la protection des personnes et des biens lors des marches populaires,

- à faire prendre les mesures de nature à faciliter l'accès aux médias publics à toutes les opinions, à travers l'organisation de débats contradictoires et ouverts à toutes les expressions politiques, sans exclusive.

Les membres du panel ont également évoqué d'autres préoccupations soulevées au niveau de la scène politique, lesquelles ont recueilli l'intérêt du chef de l'Etat qui s'est engagé à les prendre en charge conformément aux dispositions de la Constitution et aux lois de la République.

Le Panel ainsi constitué entamera immédiatement sa mission, avec le soutien technique et logistique de l'Etat qui mettra à sa disposition tous les moyens qui lui sont nécessaires pour mener à bien le processus de dialogue.

Tout en remerciant les personnalités qui ont accepté cette charge et cette mission, le chef de l'Etat a tenu à rappeler que:

- l'objectif central du dialogue est de contribuer à réunir les conditions nécessaires à l'organisation du prochain scrutin présidentiel dans une transparence totale et une régularité sans failles. Le dialogue portera sur tous les aspects liés à l'organisation de ce scrutin, ses étapes préparatoires, les conditions qui lui sont nécessaires, le déroulement du calendrier électoral et la date de l'élection présidentielle.

- le dialogue doit être inclusif, qu'il réunisse l'ensemble de la classe politique, les acteurs les plus représentatifs de la société civile, des personnalités nationales ainsi que des représentants du mouvement populaire, s'ils le souhaitent.

- le Panel aura toute la liberté pour organiser les modalités du dialogue, son déroulement, sa durée et le contenu de son ordre du jour.

- il pourra arrêter, en concertation avec les participants au dialogue, les mesures d'ordre législatif, réglementaire et organisationnel nécessaires à l'élection présidentielle.

- le Panel aura toute la latitude pour l'élaboration des résultats et recommandations finales sur les questions ayant fait l'objet d'un consensus, à condition qu'elles s'inscrivent dans le cadre de l'objet du dialogue. Les institutions de l'Etat s'engagent à les traduire en textes législatifs et réglementaires.

- Enfin, le Panel pourra proposer toutes mesures qu'il considère de nature à favoriser l'apaisement et le rétablissement de la confiance.

Le chef de l'Etat invite toutes les parties concernées à participer au dialogue, à taire les divergences secondaires et à contribuer activement à dépasser la situation actuelle. Il considère que le temps est précieux et que de grands défis attendent notre pays. Des dangers le guettent aussi. Il considère qu'il est important de réaffirmer la solidarité nationale, de faire appel à l'intelligence collective des forces vives de la Nation pour dépasser les problèmes actuels. Il faut le faire pour l'avenir et la pérennité de notre Patrie.

Enfin, le chef de l'Etat a exprimé ses remerciements au panel pour avoir accepté cette mission et a réaffirmé son soutien et ses encouragements à ses membres en leur souhaitant plein succès dans l'accomplissement de leur noble mission au service de la Nation".

Panel de personnalités: le dialogue, seul moyen de sortie de crise
Publié Le : Jeudi, 25 Juillet 2019 18:30


ALGER - Le Panel de personnalités nationales appelé à conduire le dialogue national inclusif a affirmé, jeudi à Alger, que ce dialogue constituait "le seul moyen" à même de garantir une sortie pacifique de la crise, à la hauteur des aspirations du peuple algérien.

Dans une déclaration à la presse, à l'issue de l'audience que leur a accordée le Chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, lue en son nom par l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Karim Younes, les personnalités en question ont fait savoir que leur participation à cet effort collectif pour sortir de cette crise découlait de leur "engagement devant la nation et au peuple", soulignant que le dialogue national était "le seul moyen à même de garantir une issue pacifique à la hauteur des aspirations des Algériens et Algériennes".

De son côté, M. Younes a déclaré, dans ce sens, "nous insistons, en tant que commission, sur le fait que ce dialogue auquel a appelé le Chef de l'Etat, doit intervenir en réponse aux revendications légitimes du peuple, sorti manifester pour revendiquer une Algérie démocratique et nouvelle, comme le souhaitaient nos aïeuls, artisans de la Révolution de Novembre".

Ce Panel de personnalités, composé de Mme Fatiha Benabbou, M. Lalmas Smaïl, M. Lazhari Bouzid, M. Abdelwahab Bendjelloul et M. Benaïssa Azzedine, a fait savoir qu'il était "conscient de l'ampleur du blocage politique que vit le pays actuellement", mettant en avant toutes les précédentes initiatives pour un dialogue.

Ces personnalités ont tenu à souligner qu'elles n'étaient pas représentantes du Hirak populaire, ni ses porte-parole, affirmant avoir accepté cette mission "en toute liberté".

Les membres du Panel des personnalités appelées à conduire et à mener le dialogue national ont mis l'accent sur l'impératif pour l'Etat de prendre des mesures d'apaisement à même de créer un climat devant conduire nécessairement à un dialogue sincère qui exprime les vœux et les revendications populaires et qui mènerai à l'organisation d'une élection présidentielle transparente, régulière et libre dans les plus brefs délais".

Parmi les mesures auxquelles elles ont appelé: "la libération de tous les détenus du hirak", "la levée de toutes les formes de pression sur les médias", et "la garantie de toutes les conditions et les facilitations à même de permettre aux citoyens d'exercer leurs droits constitutionnels dans les manifestations et les rassemblements pacifiques".

Lors de cette rencontre, plusieurs questions relatives aux revendications populaires dont celles liées au Gouvernement ont été évoquées, a fait savoir M. Younes.

Décès de Caïd Essebsi: Bensalah décrète un deuil national de trois jours
Publié Le : Jeudi, 25 Juillet 2019 19:07


ALGER- Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a décrété un deuil national de trois jours à compter de jeudi, suite au décès du président tunisien Béji Caïd Essebsi, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Suite au décès du président de la République tunisienne, feu Béji Caïd Essebsi, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a décrété, jeudi 25 juillet, un deuil national de trois jours jusqu'à samedi 27 juillet 2019",
souligne le communiqué de la Présidence de la République.

"En cette douloureuse circonstance, le chef de l'Etat a ordonné la mise en berne du drapeau national sur tous les bâtiments officiels et départements gouvernementaux départements ministériels durant cette période".

Prochaine présidentielle: amorce d'un processus de "rénovation institutionnelle et politique" (SG Présidence) APS
Publié Le : Mercredi, 24 Juillet 2019 01:19


ALGER - Face aux options qui s'offrent en cette situation de crise que traverse le pays, notamment la proposition de la constituante et d'une période de transition, les pouvoirs publics ont opté pour une démarche "plus sûre, plus rationnelle", à savoir l'organisation d'une élection présidentielle libre et incontestable devant constituer l'amorce d'un processus de "rénovation institutionnelle et politique", a indiqué le secrétaire général de la présidence de la République, Noureddine Ayadi.

En effet, l'option pour une période de transition "implique nécessairement la mise entre parenthèses des institutions constitutionnelles en place pour leur substituer des entités sui generis (spéciales) autoproclamées, agissant en dehors de tout cadre juridique et institutionnel", a noté M. Ayadi dans une interview accordée mardi à des organes de la presse nationale, dont l'APS (lire l'intégral sur www.aps.dz).

Cela reviendrait à mettre en place un "pouvoir de fait, improvisé, soumis aux aléas de rapports de forces fluctuant et qui ouvrirait la voie à l'anarchie et à l'aventurisme, ainsi qu'aux ingérences de toutes sortes avec ce qu'elles comportent comme périls et menaces pour la sécurité de l'Etat dans un contexte géopolitique perturbé et hostile", a-t-il mis en garde.

Cette option est, "à l'évidence, de nature à faire perdurer la crise, au moment où le peuple réclame une issue à celle-ci et où le pays a besoin de solution et de stabilité", a prévenu le secrétaire général de la présidence de la République.

L'option de la présidentielle permettra, en revanche, a-t-il plaidé, d'élire un Président jouissant de "toute la légitimité" et de la "confiance des citoyens" et qui pourra engager le pays dans des réformes institutionnelles, économiques et sociales.

Quant aux modalités d'organisation de cette élection présidentielle, elles doivent reposer sur l'élaboration du consensus "le plus large possible" et c'est dans ce cadre que s'inscrivent les précédents appels du chef de l'Etat au dialogue et à la concertation, a-t-il souligné.

L'obtention de ce consensus nécessitera des efforts, mais l'Etat a "foi" dans le sens des responsabilité et dans la sagesse de la classe politique, de la société civile, de l'élite intellectuelle et des citoyens, a affirmé M. Ayadi, faisant valoir que la situation et les enjeux qui lui sont subséquents, "commandant de taire les divergences pour s'attacher à faire valoir le seul intérêt national, celui de la réussite de l'élection présidentielle".

L'autre fondement sur lequel repose la démarche des pouvoirs publics est le rétablissement de la confiance des citoyens en leur Etat et ses institutions. Dans ce cadre, la conduite du processus de dialogue et de concertation sera confiée à un panel de personnalités nationales "dont le parcours honorable et la crédibilité peuvent être un gage de succès du dialogue politique", a-t-il assuré.

Tout le monde étant conscient qu'il y a une crise de confiance, l'intérêt national oblige le chef de l'Etat à poursuivre sa mission et sa mission l'amène à rechercher des solutions "acceptables", a indiqué le secrétaire général de la présidence de la République, expliquant que c'est la raison pour laquelle il est apparu approprié de confier la conduite du dialogue à un panel de personnalités qui disposent de l'autorité morale et de la crédibilité nécessaires.

Ces personnalités seront indépendantes, sans affiliation partisane, sans ambition électorale et qui émergent du fait de leur autorité morale et de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle.

Le dialogue doit revêtir le caractère le plus inclusif possible

Ce choix constitue "un gage de bonne foi et un geste d'apaisement de nature à tempérer les tensions politiques" et constitue une garantie pour une participation large au dialogue politique et pour remédier à la crise de confiance, a développé M. Ayadi, estimant qu'il devrait être de nature à débloquer les oppositions de forme et de fond et surtout rassurer sur les conditions du déroulement des élections.

Le chef de l'Etat souhaite que l'attention soit focalisée sur l'essentiel et l'important, afin de s'entendre sur des mesures "réalistes et pragmatiques" qui font avancer le pays, a-t-il dit, soulignant, à cet égard, que "la confusion sciemment et pernicieusement entretenue entre le pouvoir (ou le régime) et l'Etat, est au mieux nuisible et au pire subversive".

Cette confusion, a-t-il encore mis en garde, est "particulièrement dangereuse" pour le pays et "sert les agendas de ceux pour qui l'affaiblissement de l'Algérie, constitue un objectif stratégique. La réalisation de cet objectif passe évidemment par la fragilisation de l'Etat et de sa colonne vertébrale, l'Armée nationale populaire".

S'agissant du mandat de ce panel et sur quoi porterait le dialogue, deux points sont à retenir. Le premier c'est le mécanisme, à savoir l'autorité électorale indépendante qui aura pour mandat d'organiser et de contrôler le processus électoral dans toutes ses étapes.
Ayadi a rappelé, à ce propos, que le chef de l'Etat a indiqué que cet organe pourrait prendre en charge les prérogatives de l'Administration publique, en matière électorale et donc aura compétence sur tout le territoire national et disposera forcément de démembrements au niveau des wilayas, des communes et des circonscriptions électorales de notre communauté à l'étranger.

Le deuxième point sur lequel portera le dialogue c'est le cadre juridique, car la mise en place de cet organe nécessitera l'adoption d'une loi spécifique, ainsi que l'adaptation, en conséquence, du dispositif législatif et réglementaire, notamment la loi électorale, qu'il conviendra de réviser pour y introduire toutes les garanties de régularité, d'impartialité et de transparence du scrutin.

Le processus de dialogue doit revêtir le caractère "le plus inclusif possible", a soutenu le secrétaire général de la présidence de la République, précisant que le panel de personnalités pourra donc inviter toute partie qu'il estime nécessaire pour la conduite de sa mission, notamment les partis politiques, les organisations socioprofessionnelles, les personnalités nationales, les représentants de la société civile, y compris ceux du mouvement populaire (Hirak).

Le chef de l'Etat a, dans chacun de ses discours, salué la maturité politique et le civisme du peuple et maintes fois souligné que l'aspiration légitime au changement a été pleinement entendue et qu'elle se trouve désormais au cœur des préoccupations de l'Etat, a également rappelé M. Ayadi.

Concernant la date du prochain scrutin présidentiel, les pouvoirs publics considèrent qu'il est souhaitable qu'elle soit la plus rapprochée possible, en raison des conséquences néfastes d'une prolongation de la situation actuelle sur le fonctionnement des institutions, sur l'économie et sur l'état des relations internationales.

La prochaine élection présidentielle revêt un caractère "déterminant" pour l'avenir de notre pays et constitue "l'amorce d'un processus de rénovation institutionnelle et politique, attendu par tous, et qui sera engagé par le président de la République élu", a affirmé le secrétaire général de la présidence de la République.

L'Algérie condamne énergiquement les opérations de démolitions des maisons palestiniennes (APS)
Publié Le : Mercredi, 24 Juillet 2019


ALGER- L'Algérie a condamné, mardi, "énergiquement" opérations de démolition des maisons des palestiniens par les autorités de l'occupantion israélienne dans la région de Sour Baher à EL Qods occupée, à l'origine du déplacement et de l'exode de centaines de familles palestiniennes.

"Cette opération israélienne criminelle et ignoble qui rappelle la tragédie de démolition des maisons de milliers de palestiniens de la population de la ville d'El Qods et leur déplacement à l'intérieur et à l'extérieur de leur pays occupé en 1948 et en 1967, relève de la politique de judaïsation et d'épuration ethnique qu'entreprend l'occupant israélien sur les terres palestiniennes et sa quête inlassable à changer la réalité géographique et démographique de la ville d'El Qods occupée", indique un communiqué des Affaires étrangères.

Tout en réaffirmant "son entière solidarité avec l'Etat et le peuple palestiniens", l'Algérie appelle la communauté internationale à "faire face avec fermeté aux crimes en série commis par l'occupant israélien, à cesser immédiatement les opérations de démolition des maisons des palestiniens et à recouvrer les droits légitimes du peuple palestinien notamment l'établissement d'un Etat indépendant avec El Qods pour capitale", ajoute la même source.

Le président de l’état reçoit le premier ministre À propos de la brillante participation algérienne à la CAN : « Un événement sportif historique »
PUBLIE LE : 24-07-2019 | 0:00


Le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, hier à Alger, le Premier ministre, Noureddine Bedoui avec lequel il a passé en revue la situation politique et socio-économique du pays, indique un communiqué de la présidence de la République.

«Le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah a reçu, mardi 23 juillet 2019, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, avec lequel il a passé en revue, dans le cadre de son suivi de l’action du Gouvernement, la situation politique et socio-économique du pays», précise le communiqué. «Lors de cette rencontre, les deux partis ont examiné la participation remarquable de notre sélection nationale à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) abritée par la République arabe d’Egypte, à l’issue de laquelle notre équipe nationale a décroché, avec mérite et brio, une deuxième coupe qui vient enrichir son palmarès sportif et promouvoir l’image de l’Algérie aussi bien en Afrique que partout dans le monde», ajoute la même source. Pour le chef de l’Etat, ce sacre «se veut un événement sportif historique pour la Nation, ayant apporté une joie immense aux Algériens qui ont suivi, corps et âme, les différentes rencontres disputées par les joueurs de notre sélection nationale, lesquels ont contribué au renforcement de la cohésion nationale, ce qui justifie sa décision de décerner, à titre exceptionnel, aux Verts des médailles de l’Ordre du mérite national, en considération à leur exploit historique et honorable et en reconnaissance de leur sacre ayant permis de promouvoir l’image du sport algérien». Quant aux efforts consentis par l’Etat, dont l’institution militaire pour accompagner la sélection nationale dans son parcours héroïque, le Premier ministre a dressé un bilan des moyens assurés par l’Etat et le plan mis en place en coordination avec le Commandement de l’ANP pour assurer le retour des supporters algériens du Caire aux différentes villes algériennes, notamment un pont aérien au profit de milliers de supporters algériens. Dans ce sens, M. Bensalah s’est dit satisfait des «efforts consentis qu’un autre pays n’aurait pu déployer en de telles compétitions», saluant la mobilisation de toutes les institutions de l’Etat dans le but de réussir l’opération de transport des supporteurs, dans un temps record et dans de bonnes conditions». Il s’est, également, félicité du «haut professionnalisme ainsi que des efforts considérables déployés par les membres des équipages d’avions et des employés des compagnies aériennes, des efforts largement appréciés par les Algériens». Le chef de l’Etat a exprimé, aussi, sa reconnaissance aux «services de sécurité ayant veillé au bon déroulement des festivités et de l’accueil réservé à la sélection nationale, des célébrations uniques en leur genre, qui ont fait plaisir aux Algériens». S’agissant des affaires internes, le Premier ministre a présenté les résultats de la réunion interministériel qu’il avait présidé, le 21 juillet 2019, dans le cadre «des préparatifs des prochaines rentrées sociale et scolaire», notamment en ce qui concerne le parachèvement de la réalisation des nouvelles villes et des pôles urbains dans notre pays». A ce propos, le chef de l’Etat a ordonné au Gouvernement d’«accélérer le rythme de réalisation des programmes de logements inscrits et autres structures publiques à l’image des établissements scolaires et des réseaux de VRD, outre le suivi de l’état d’avancement des travaux», soulignant la nécessité de lever tous les obstacles entravant le parachèvement de ces projets vitaux, en consacrant le financement nécessaire à leur réalisation, de manière rationnelle, dans le cadre d’une approche respectant les aspirations des citoyens et les caractéristiques des villes modernes».

Le Conseil constitutionnel actualise le règlement fixant les règles de son fonctionnement (APS). Publié Le : Mardi, 23 Juillet 2019.


ALGER - Un nouveau règlement fixant les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel a été adopté récemment par cette institution, introduisant de nouveaux articles pour combler certaines lacunes constatées dans les textes juridiques régissant l'élection présidentielle, et pour prendre en compte l'entrée en vigueur, en mars dernier, du mécanisme de l'exception d'inconstitutionnalité, selon le Journal officiel.

Le nouveau règlement qui fixe les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel, conformément aux dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires y afférentes est composé de 104 articles contre 89 pour l'ancien.

La principale nouveauté apportée dans ce nouveau règlement a trait au dépôt du dossier de candidature à l'élection présidentielle.

Les candidats à la prochaine présidentielle doivent désormais déposer eux-mêmes leurs dossiers de candidature au Conseil constitutionnel.

L'article 48 de ce règlement stipule que "le dossier de candidature à l’élection du président de la République est déposé par le candidat en personne, dans les conditions, formes et délais prévus par la loi organique relative au régime électoral auprès du secrétariat général du Conseil constitutionnel. Il en est délivré accusé de réception. Le candidat signe la déclaration de candidature au siège du Conseil constitutionnel".

La présence des candidats devient ainsi obligatoire pour le dépôt des déclarations de candidatures, alors que l'article 28 de l'ancien règlement stipule seulement que "les déclarations de candidatures à la présidence de la République sont déposées par le candidat dans les conditions, formes et délais prévus par la loi organique relative au régime électoral auprès du secrétariat général du Conseil constitutionnel. Il en est délivré accusé de réception".

De nouveaux articles ont été également introduits dans ce règlement détaillant la procédure de mise en œuvre et de présentation de l'exception d'inconstitutionnalité. Ce mécanisme est entré en vigueur en mars dernier après la publication en septembre 2018 de la loi organique fixant les conditions et modalités de mise en œuvre de l'exception d'inconstitutionnalité prévue par l'article 88 de la Constitution.

Le nouveau règlement intérieur du Conseil constitutionnel a supprimé également un article qui stipulait que les avis et décisions du Conseil constitutionnel étaient définitifs et s'imposaient à l'ensemble des pouvoirs publics et aux autorités administratives et juridictionnelles.

aL'état des nouvelles villes et pôles urbains au centre de la réunion du Conseil interministériel (APS) 22 Juillet 2019


ALGER- Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé, dimanche à Alger, une réunion du Conseil interministériel, consacrée à l'examen de l'état des nouvelles villes et pôles urbains, et des perspectives de leur promotion, indique un communiqué des services du Premier ministre.

Il s'agit des villes de Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida),Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla),et des pôles urbains Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich(Annaba) et Ahmed Zabana (Oran), ajoute le communiqué.

La réunion à laquelle ont pris part les ministres de l'Intérieur, des Finances, de l'Energie, de l'Habitat, des Ressources en eau, des Travaux publics et des Transports, de l'Environnement et des énergies renouvelables, a été consacrée à l'examen des "problématiques qui entravent le parachèvement des nouvelles villes et pôles urbains dans notre pays".

Il a également été question de passer en revue, de manière exhaustive, l'état des projets en cours de réalisation et ceux gelés dans plusieurs secteurs, en particulier ceux relatifs au raccordement aux différents réseaux, et à la réalisation des structures publiques élémentaires pour les habitants de ces villes et pôles urbains, notamment à Sidi Abdallah, à Bouinane, Ali Mendjeli, Aïn Nehas et Draa Errich.

La situation "a démontré une disparité entre le taux d'avancement des projets de logements et autres structures publiques, indispensables à la vie ordinaire des citoyens, en raison des entraves enregistrées en terme d'assiettes foncières destinées à abriter ces structures, et de certains projets à l'arrêt pour un manque de financement et de coordination entre les secteurs concernés, en sus de l'absence d'une organisation favorable à la gestion et à la coordination des différentes activités au sein des villes et pôles urbains".

Intervenant au terme de ces exposés, le Premier ministre a affirmé que le Gouvernement "est déterminé à lever tous les obstacles obstruant le parachèvement de certains projets inscrits, à travers l'affectation de fonds nécessaires de manière raisonnable, conformément à une approche intégrée et périodique qui tient compte des aspirations des citoyens, toutes franges confondues, et des spécificités de chaque région". Soucieux de la prise en charge des besoins des résidents des nouvelles villes et des pôles urbains notamment à l'occasion de la prochaine rentrée scolaire et universitaire, le Premier ministre a appelé à l’impératif de parachever les projets accompagnant les programmes de logements en cours de réalisation tels que les établissements scolaires, les réseaux de raccordement en eau, en gaz, et en électricité, ainsi que les réseaux d'assainissement et les routes, à l'occasion de la prochaine rentrée scolaire, notamment au niveau des villes de Sidi Abdellah où la réception de 13.000 logements est attendue cette année, et de Bouinane qui sera renforcée de 9.000 logements".

Afin d'assurer un suivi efficace du dossier de redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains avec l'accélération de la cadence de leur réalisation, le Premier ministre a décidé ce qui suit:

Premièrement: Création d'un comité ad-hoc au niveau du Premier ministère, chargé du suivi des projets de réalisation des nouvelles villes et pôles urbains, composé de cinq (5) sous-comités chargés de l'étude des questions techniques, financières et légales et celles liées au foncier et à l'organisation et la gestion des nouvelles villes et pôles urbains.

Ce comité ad-hoc se chargera à travers ses 5 sous-comités, de la mise en place d'un plan de travail fixant les opérations d'urgence à réaliser particulièrement en matière d'aménagement, d'installation des réseaux divers, et de par achèvement de la réalisation des principales structures.

Il s'agit également de lever les obstacles entravant les opérations d'investissement.

Les premiers résultats de l'action de ces sous-comités doivent être présentés à l'occasion de la première réunion du comité ad-hoc prévue dans 21 jours.

Ce dispositif adoptera une approche rationnelle dans l'exploitation des ressources financières disponibles et se chargera de les réorienter pour réaliser les opérations prioritaires tout en réfléchissant sur la concrétisation des modes de financement participatif notamment à travers l'encouragement de la contribution des opérateurs économiques.

A ce propos, le ministre des Finances a été chargé d'établir un état financier global sur les ressources financières mobilisées et consommées ainsi que le solde restant en vue de le réinjecter dans le cadre de la redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains.

Deuxièmement: Le ministre de l'Intérieur et les ministres concernés ont été chargés d'œuvrer à accélérer la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, notamment à travers l'installation des nouvelles wilayas déléguées et leurs directions exécutives à Sidi Abdellah (Alger), Bouinane (Blida), Drâa Errich (Annaba), Ali Mendjli (Constantine) dans les plus brefs délais, tout en garantissant l'encadrement administratif et technique nécessaire.

Troisièmement: Le ministre de l'Intérieur a été chargé d'élaborer une étude prospective sur les nouvelles villes et pôles urbains supervisées par la Direction générale de l'aménagement et de l’Attractivité du territoire.

La réalisation de cette étude sera confiée à l'Agence nationale de l'aménagement du territoire et Centre national d'études et d'analyses pour la population (CNEAP) avec l'association des centres de recherches et des experts en la matière. Cette étude vise à mettre en place une approche complémentaire renforçant l'attractivité des nouvelles villes et pôles urbains et présenter un concept clair sur son évolution dans les domaines économique et socioculturel dans le cadre de développement durable.

Quatrièmement: Libération de l'investissement dans les structures publiques de proximité au niveau des nouvelles villes et pôles urbains permettant aux promoteurs privés de participer à la réalisation de ces projets structurés et aux investisseurs de réaliser des projets de structures culturelles, sociales, sportives et juvéniles selon une vision participative complémentaire à même d'alléger la pression sur le budget de l'Etat de manière à répondre aux aspirations des différentes franges de la société.

Dans ce sillage, le ministre de l'Habitat a été chargé d'organiser une conférence élargie avec la participation de tous les intervenants, les opérateurs économiques et les experts pour traiter les questions relatives à l'organisation et la gestion des nouvelles villes ainsi que le financement des projets qui y sont réalisés.

CAN-2019: Bensalah décide de décerner des médailles de l’ordre du mérite national aux "Verts" (APS) 21 Juillet 2019

ALGER- Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a décidé samedi de décerner des médailles de l’ordre du mérite national aux membres de la sélection algérienne de football, sacrée championne d'Afrique la veille en finale de la CAN-2019 au Caire aux dépens du Sénégal (1-0).

Dans une allocution de félicitations prononcée à l'adresse des "Verts" qu'il a reçus au Palais du peuple (Alger), M. Bensalah a déclaré : "Tout en partageant cette déferlante de sentiments qui a submergé les quatre coins du pays, nous vous réitérons toute la gratitude et l’appréciation pour les efforts inouïs consentis tout au long de ces dernières semaines.

Considérant les peines et les moments difficiles que vous avez endurés avec patience et fierté, nous avons décidé de vous décerner des médailles de l’ordre du mérite national en considération de la valeur historique ajoutée au sport algérien".

"Cette distinction est véritablement exceptionnelle en ce sens qu'elle vise à récompenser vos réalisations distinguées et à être une source d’inspiration et un exemple pour les générations à venir", a-t-il ajouté.

"Les Algériennes et Algériens, aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'étranger, ont fondé leurs espoirs en vous, dès l'entame de votre parcours sportif couronné lors de cette rude compétition continentale de la trente deuxième édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) qui s'est déroulée dans le pays frère l'Egypte", a encore affirmé le chef de l'Etat.

Et d'enchaîner dans son allocution : "Brillants aux yeux de ce peuple vaillant dont vous tirez vos racines, vous avez portez dans vos coeurs, depuis que vous êtes entrés en lice dans cette compétition sportive continentale importante, le voeu de réaliser ce rêve, celui de décrocher et de remporter une deuxième coupe d'Afrique. Armés d'un vif esprit patriotique et de valeurs sportives qui agrémentent votre honorable palmarès, vous avez disputé des matchs difficiles et mené des rencontres avec une posture de héros et une dextérité de professionnels talentueux".

"Vous avez su, poursuit M. Bensalah, démontrer une cohérence exaltante de la finesse et l'ingéniosité des capacités individuelles et la rigueur et la force de l'équipe. Vous avez été vraisemblablement des Combattants du désert. C'est ainsi que vous avez mérité également les acclamations de milliers de supporters qui ont fait fi des aléas du trajet, et les ovations des jeunes et des familles qui ont battu le pavé des places et des boulevards exprimant leur joie vis-à-vis des succès jusque-là réalisés avec autant de patriotisme et de modestie".

"Votre victoire méritée à la CAN demeurera un événement sportif gravé dans l'histoire de la nation, un événement qui a fait exploser l'allégresse d'un peuple qui a vécu, corps et âme, les matchs que vous avez joués avec autant de ferveur, plaçant la barre plus haut au fur et à mesure de cette 32e édition, en réponse avec des millions de supporters, et ayant pour ambition la réjouissance de tous les fans fiers de vos performances si puissantes et élégantes".

"Les entités de l'Etat, Gouvernement et institution militaire, n'ont ménagé aucun effort pour vous apporter l'aide nécessaire en permettant aux citoyens de se déplacer par milliers en Egypte pour être à vos côtés", a-t-il encore dit, ajoutant que "ce sont, là, des efforts considérables rarement déployés par d’autres nations dans pareilles compétitions et qui méritent d’être salués en ce qu’ils ont nécessité de planification rigoureuse et de ressources importantes mises par l’Etat à la disposition de nos citoyens pour vous accompagner et encourager dans votre parcours afin de remporter le sacre continental pour la deuxième fois".

"En célébrant, aujourd’hui, avec vous cette victoire dans un moment rempli de sentiments de fierté, nous saisissons cette occasion pour vous témoigner l’appréciation, la reconnaissance et la considération du peuple algérien à l’égard de toute l’équipe : entraîneur, staff dirigeant et joueurs, car vous nous avez permis de vivre une véritable cohésion nationale et procuré de la joie aux millions d’Algériens, en Algérie et à l’étranger, qui drapés de l’emblème national, ont crié haut et fort pour une Algérie forte et glorieuse", a-t-il conclu.

L'équipe nationale a été sacrée championne d'Afrique pour la deuxième fois de son histoire après 1990, en dominant son homologue sénégalaise 1-0 grâce à une réalisation de Baghdad Bounedjah, vendredi soir au stade international du Caire.

Suite au sacre des verts à la CAN-2019, les félicitations affluent : toute l’Algérie en fête. (APS) 22-07-2019


Les messages de félicitations ont afflué, suite à la brillante victoire de l'Algérie face au Sénégal en finale de la CAN-2019 de football, vendredi soir au Stade international du Caire.

Dans un message adressé au chef de l'État, Abdelkader Bensalah, le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Ibrahim Ghali, a affirmé que «les Verts», en décrochant leur deuxième étoile, ont «signé une victoire historique et donné au monde une leçon de courage et de bravoure». «Les poulains de Belmadi ont donné au monde, une formidable leçon de patriotisme sincère et d'esprit de bravoure et de combativité qui a animé les Fennecs pour défendre l'Algérie et son peuple», a écrit le président de la RASD. Il a relevé, dans ce cadre, que «les joueurs, l'entraîneur et le staff technique ont montré, dès le premier match des Verts, une volonté et une détermination à remporter le deuxième titre. Au fil de la compétition, l'équipe algérienne a procuré joie et bonheur, et fait montre non seulement de talents, de professionnalisme et d'un esprit sportif remarquable, mais a également donné au monde l'image de ce peuple algérien brave qui ne connaît ni capitulation ni hésitation». «Ce sont ces images et nobles valeurs pour lesquelles le peuple algérien a sacrifié un million et demi de ses enfants tombés en martyrs, qui inspirent le peuple sahraoui qui a suivi tous les matchs de l'équipe nationale algérienne», a ajouté le président sahraoui. Pour sa part, le président du Comité olympique et sportif algérien (COA), Mustapha Berraf, a exprimé «son immense joie pour cette grande réalisation accomplie par la sélection algérienne du football ( ) après une prestation héroïque des joueurs de la sélection nationale qui ont procuré de la joie aux supporteurs algériens et aux amoureux du football dans le monde arabe et dans toute l’Afrique. La famille olympique, qui a suivi le parcours de l’équipe nationale durant tout le tournoi, est très heureuse de cette réalisation». De son côté, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a écrit, dans son message : «Une deuxième étoile, une deuxième coupe et une joie incommensurable. Je vous félicite pour cette réalisation footballistique tant attendue par le peuple algérien et pour votre exceptionnelle prestation qui a honoré le football et le sport algériens. Je saisis également cette heureuse occasion pour vous souhaiter davantage de succès et de sacres, car vous avez été à la hauteur des attentes de tous les Algériens qui ont placé leur confiance en vous, afin de remporter ce deuxième titre.» «Vous avez réveillé, en nos enfants et jeunes, l’amour de la patrie et de l’emblème national, ainsi que l’esprit de sacrifice et d’endurance. Le titre que vous avez remporté a été le fruit de travail sérieux et dévoué, et de grands efforts consentis pour atteindre cet objectif. C'est ainsi que se réalisent les rêves, quelle qu'en soit leur difficulté. Nous prions, Dieu le Tout-Puissant, que cette réalisation footballistique puisse être un bon présage pour notre pays, son avenir et son peuple», a-t-il ajouté.

Milan, Marseille et Al Sadd Qatari partagent la joie du peuple algérien

Le secrétaire général (SG) du Front de libération nationale (FLN), Mohamed Djemaï, a exprimé «sa pleine joie, à l'occasion de cette victoire méritée de notre sélection nationale de football, suite à ses performances magnifiques qui ont mérité l'admiration des aficionados du football, en particulier, et des friands de sport, en général, et à ses compétences techniques très développées, son fair-play suprême, son esprit collectif remarquable et sa haute persévérance pour porter haut l'emblème national». «L'équipe nationale a fait montre, lors de tous les matchs, d'un patriotisme honnête et d'une forte volonté à réjouir le peuple algérien (...) La sélection nationale a ainsi réalisé un exploit merveilleux», faisant preuve «d'une détermination émanant d'une forte volonté et un sens de patriotisme» de tous les membres de l'équipe sous la houlette du coach Djamel Belmadi et du staff technique dans l'ambition de réjouir les fans qui suivent avec autant de passion et d'amour la sélection nationale représentante des couleurs nationales dans ce concert sportif continental», a-t-il écrit. «Ils ont été déterminés... ils ont tenu leur promesse... toutes nos félicitations», a écrit de son côté la Confédération africaine de football (CAF) sur son compte twitter. De son côté, l'Olympique de Marseille (OM) a félicité les Algériens «de Marseille jusqu'à Oran en passant par Alger et jusqu'à Tamanrasset». Le club phocéen, où le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi, a évolué pendant quatre saisons (1997-1998 puis 2000-2003), a ajouté, dans un tweet en arabe : «Nos félicitations aux combattants du désert, les champions de la CAN-2019... ils l'ont remporté avec la volonté et la grinta. Félicitation au peuple algérien.» Bien que ne comptant aucun joueur algérien parmi ses rangs, l'Inter de Milan a voulu partager avec le peuple algérien, sa joie en écrivant, en arabe, sur sa page officielle Facebook : «Nos félicitations à l'Algérie pour ce titre.» De son côté, le club qatari Al Sadd, où évolue l'attaquant des Verts, Baghdad Bounedjah, a écrit dans un Tweet : «Nos félicitations à l'Algérie, félicitations Baghdad Bounedjah pour la CAN-2019», ajoutant que «le meilleur buteur du championnat qatari (Bounedjah) a marqué le but de la victoire dans cette finale de la CAN-2019». L'unique but des Verts dans la finale contre le Sénégal a été inscrit par Bounedjah à la 2e minute, offrant à l'Algérie le deuxième titre de son histoire après celui de 1990, remporté contre le Nigeria avec le même score de 1-0.

Bensalah qualifie de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changement (APS) 18 Juillet 2019


ALGER- Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a qualifié jeudi de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changement qui a proposé une liste de personnalités nationales pour mener le processus de facilitation du dialogue, annonçant que des consultations seront engagées pour la "constitution de ce panel", dont la composition définitive sera annoncée "prochainement".

"Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite, hier, 17 juillet 2019, par le +Forum de la société civile pour le changement+ et considère qu'il s'agit d'un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", a indiqué la présidence de la République dans un communiqué.

M. Bensalah a considéré, à ce titre, cette proposition "de nature à servir de base pour la constitution du panel de personnalités nationales appelées à mener le processus de facilitation du dialogue", a ajouté la présidence de la République.

"Comme souhaité par nos concitoyens et comme l'avait souligné le chef de l'Etat, ces personnalités devaient être crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale. Des personnalités qui émergent du fait de leur autorité morale ou de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle", a souligné le communiqué.

Selon la même source, "les personnalités proposées par le Forum, sont de ce point de vue, et sous réserve de leur disponibilité, pleinement éligibles à l'accomplissement de cette noble mission au service de notre pays".

Satisfaite de la démarche de la société civile pour tenter de trouver une solution à la crise, la présidence de la République a fait savoir, à ce titre, que "des consultations seront, donc, entreprises en vue de parvenir à la constitution de ce panel dont la composition définitive sera annoncée prochainement".

"En prenant cette louable initiative, la société civile, apporte ainsi une contribution concrète à l'amorce d'un dialogue constructif et de bonne foi, auquel n'a cessé d'appeler le chef de l'Etat", a-t-on ajouté.

La présidence de la République a réaffirmé, dans ce contexte, que "ce dialogue, prôné également par notre Armée nationale populaire et sur lequel a insisté à maintes reprises M. le Vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, qui s'est engagé à l'accompagner, reste l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les meilleurs délais, de l'élection présidentielle, seule à même de permettre au pays d'engager les réformes dont il a tant besoin"

CAN-2019: Bensalah reçu par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (APS) 18 Juillet 2019


LE CAIRE - Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a été reçu, jeudi au palais présidentiel au Caire (Egypte), par le président de la République arabe d'Egypte, Abdel Fattah al-Sissi, à l'occasion de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2019) de football, mettant aux prises la sélection algérienne de football à son homologue sénégalaise, vendredi au stade international du Caire (20h00 heure algérienne).

Lors de cette rencontre qui s'est déroulée en présence du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri et son homologue algérien, Sabri Boukadoum, ainsi que de l'ambassadeur d'Algérie en Egypte, Nadir Larbaoui, le président égyptien a félicité son homologue algérien pour la "belle" qualification de la sélection nationale à la finale de la CAN, abritée par l'Egypte depuis le 21 juin dernier.

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a exprimé "ses profonds remerciements et sa haute gratitude pour les efforts consentis par l'Egypte et l'ensemble de ses institutions, ainsi que pour les facilitations offertes et la grande coopération avec le public algérien, lors de cette CAN marquée par une très bonne organisation", selon un communiqué de la présidence de la République.

Les deux parties ont exprimé leur grande satisfaction de la nature privilégiée et exceptionnelle des relations bilatérales, enracinées dans l'histoire de la lutte commune, a ajouté le communiqué.

Plusieurs questions régionales et internationales d'intérêt commun ont été passées en revue, outre les moyens de promotion de la solidarité arabe pour faire face aux défis actuels.

Pour rappel, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah est arrivé, jeudi matin au Caire, pour assister à la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019).

"Le rôle pivot" de l'Algérie dans le processus de règlement au Mali évoqué (APS) 17 Juillet 2019


ALGER - Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a évoqué, mercredi, lors d'une audience accordée au ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, "le rôle pivot" de l'Algérie dans le processus de règlement et de réconciliation au Mali, indique un communiqué de la Présidence de la République.

"Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, le 17 juillet 2019, M. Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Mali frère, porteur d'un message de son excellence Ibrahim Boubacar Keita, président de la République du Mali", précise la même source.

L'audience a été l'occasion d'évoquer "le rôle pivot de l'Algérie dans le règlement et la réconciliation au Mali".

La rencontre a porté également sur "les relations historiques et excellentes liant les deux pays et les moyens de leur renforcement au service des intérêts des deux peuples frères".

A cette occasion, "la convergence des vues sur les différentes questions régionales, notamment la situation dans la région sahélo-saharienne, ainsi que sur les questions africaines intéressant les deux pays frères", a été également saluée.

Bedoui reçoit le ministre malien des affaires étrangères et de la coopération internationale (APS 17 Juillet 2019


ALGER- Le Premier ministre, Noureddine Bedoui a reçu, mercredi à Alger, le ministre malien des Affaires étrangère et de la coopération internationale, Tiébilé Dramé, avec lequel il a examiné "l'évolution du processus de paix au Mali", indique un communiqué des services du Premier ministre.

La rencontre entre le Premier ministre et le ministre malien, en visite de travail à Alger, a permis de "mettre en exergue le rôle historique et déterminant de l'Algérie pour trouver une solution à la crise malienne et son engagement permanent à mettre en œuvre l'accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger", précise la même source.

A cette occasion, les deux parties ont évoqué "l'état et les perspectives des relations bilatérales et l'évolution du processus de paix au Mali", saluant "le niveau des relations fraternelles, de coopération et le bon voisinage liant les deux pays", ajoute la même source.

Le chef de l’état examine avec M. Bedoui la situation politique et sociale du pays : Les personnalités qui conduiront le dialogue connues prochainement (APS) 17-07-2019.


Les personnalités nationales qui conduiront le processus du dialogue inclusif auquel a appelé le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, pour l’organisation de la prochaine élection présidentielle, seront «prochainement» connues, a indiqué, hier, un communiqué de la présidence de la République.

Le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a reçu, hier, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, qui lui a présenté, dans le cadre du suivi du travail du gouvernement, un exposé sur la situation politique, économique et sociale du pays, a indiqué un communiqué de la présidence de la République. À cette occasion, «il a été procédé à l’évaluation de la situation politique, à la lumière de l’approche déclinée par le chef de l’État dans son discours prononcé à la veille de la commémoration de la fête de l’indépendance et de la jeunesse, et à l’examen des mesures que l’État compte mettre en place pour accompagner le processus de dialogue inclusif visant l’organisation de l’élection présidentielle, un dialogue auquel a appelé le chef de l’État et qui sera conduit et géré en toute liberté et transparence par un panel de personnalités nationales probes, indépendantes et crédibles, dont la composante, actuellement objet de contacts et de consultations, sera connue incessamment». Par ailleurs, et suite à la qualification «dûment méritée» de la sélection nationale à la finale de la CAN-2019 qui se déroule en Égypte, «il a été procédé à la présentation des mesures exceptionnelles prises par l’État en vue de faciliter le déplacement des supporters de notre équipe nationale». À ce titre, le chef de l’État a mis en avant la nécessité de mobiliser tous les moyens et de prendre les mesures organisationnelles des festivités d’accueil de la sélection nationale à son retour au pays.

Dans le cadre de la préparation du hadj 2019, le Premier ministre a présenté, au chef de l’État, «les résultats de la réunion interministérielle, tenue le lundi 15 juillet 2019 et consacrée à l’examen des derniers préparatifs du départ de nos hadjis, dont le premier groupe s’est envolé, lundi, pour Djeddah. Cette réunion a mis l’accent en outre sur les mesures prises par le gouvernement pour une meilleure prise en charge de nos hadjis, notamment en ce qui concerne les conditions de déplacement et d’hébergement». À ce propos, le chef de l’État a instruit le gouvernement à l’effet «d’assurer un suivi rigoureux et quotidien de ce dossier important, de façon à préserver la dignité et à assurer le confort de nos pèlerins, relevant l’importance pour les agences de tourisme de respecter le cahier des charges les liant à l’Office national du pèlerinage et de la omra (ONPO)». Au volet social, le Premier ministre a évoqué les mesures prises par le gouvernement dans le cadre des préparatifs de la prochaine rentrée sociale, y compris ceux de la rentrée pédagogique, qui étaient au centre des travaux d’un conseil ministériel élargi tenu le dimanche 14 juillet 2019. Dans ce cadre, le chef de l’État a donné des orientations au gouvernement, pour «accélérer la cadence de réalisation des différentes structures à mettre prochainement en service, poursuivre les efforts en matière d’amélioration de la qualité des prestations, assurer un approvisionnement régulier du marché national en produits de première nécessité, pour réunir les conditions nécessaires à une rentrée sociale harmonieuse à même de couvrir les besoins quotidiens des citoyens». Le chef de l’État a souligné également «l’importance qu’il accorde à la prise en charge par tous les secteurs des personnes aux besoins spécifiques et des catégories démunies, par fidélité aux nobles valeurs de solidarité ancrées dans notre société». Enfin, M. Bensalah a mis en avant «la nécessité de faire prévaloir le dialogue et l’intérêt suprême du pays, en interagissant avec les différents partenaires sociaux dans tous les domaines, et de réactiver les mécanismes d’action de proximité pour la prise en charge des préoccupations des citoyens et des intervenants sur tout le territoire national».

Entretiens entre M. Boukadoum et son homologue malien Tiébili Dramé (APS) 16 Juillet 2019


ALGER- Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s'est entretenu mardi à Alger avec son homologue malien, Tiébilé Dramé, qui effectue une visite de deux jours en Algérie, durant laquelle il remettra un message du président Ibrahim Boubacar Keita, au chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah.

Les entretiens élargis aux membres des deux délégations se déroulent au siège du ministre des Affaires étrangères.

Arrivé dans la matinée à Alger, M. Dramé a été accueilli à l'aéroport international Houari-Boumediene par M. Boukadoum.

Dans une déclaration à la presse, le ministre malien a indiqué être porteur d'un message du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, au chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah.

"Nous allons continuer les discussions algéro-maliennes entamées précédemment à Bamako entre les chefs de la diplomatie des deux pays", a-t-il notamment dit, faisant part de la volonté des pays de "renforcer davantage leurs relations bilatérales".

Les discussions porteront aussi sur l'accord de paix et de réconciliation au Mali, un processus lancé en 2014, sous la conduite d'une médiation internationale, dont l'Algérie avait été le chef de fil

La visite à Alger de M. Dramé permettra également aux deux ministres de "poursuivre la concertation politique entre les deux pays autour des relations bilatérales et des questions régionales d'intérêt commun".

Ce déplacement en Algérie du chef de la diplomatie malienne intervient à la suite de la visite à Bamako, les 17 et 18 juin dernier, de M. Boukadoum, à l'occasion de laquelle il a co-présidé avec son homologue malien la 14ème session du Comité bilatéral stratégique (CBS) algéro-malien.

M.Boukadoum a présidé à l'occasion de cette même visite la 3ème réunion ministérielle du Comité de suivi de l'Accord (CSA) d'Alger.

Le Chef de l’état félicite l’équipe nationale (El MOUDJAHID, 15.07.2019)


Le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a adressé, hier, un message de félicitations à l’équipe nationale et aux supporters, suite à la qualification des Verts face au Nigeria à la finale de la CAN-2019, réitérant l’engagement de l’État à poursuivre ses efforts à réunir toutes les conditions appropriées pour que cette victoire soit couronnée d’autres succès sur les plans continental et international.

Le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a adressé, hier, un message de félicitations à l’équipe nationale et aux supporters, suite à la qualification des Verts face au Nigeria à la finale de la CAN-2019, réitérant l’engagement de l’État à poursuivre ses efforts à réunir toutes les conditions appropriées pour que cette victoire soit couronnée d’autres succès sur les plans continental et international.

«Vivant pleinement l’allégresse populaire, à l’occasion de la qualification de l’équipe nationale à la finale de la CAN, je ne puis qu’adresser, au nom de tout le peuple algérien et en mon nom, mes sincères félicitations à vous tous, joueurs, entraîneur, ou encore techniciens et supporters pour ce merveilleux exploit», lit-on dans le message du chef de l’État.

«Armés d’un esprit de patriotisme et de fair-play suprême, vous étiez de véritables combattants ne ménageant aucun effort pour arracher la victoire, vous donnant pour seul objectif l’accession à ces stades avancés et honorables de la compétition continentale, c’est là tout le professionnalisme», a écrit M. Bensalah.

S’adressant également aux joueurs et aux membres de la sélection nationale, M. Bensalah a dit avoir «apprécié et continue à admirer, à l’instar de tous les Algériennes et Algériens, tous âges confondus, le parcours exceptionnel de notre équipe nationale, lors de cette coupe d’Afrique, et ô combien je fus ému par ces images relayées par les médias à travers le monde, traduisant le niveau raffiné et singulier de patriotisme, de civisme et de discipline dont ont fait montre les aficionados algériens comme ils l’ont de tout temps démontré à chaque fois qu’il est question de porter haut notre emblème national».

«Chacun de nous a vécu au rythme de l’hymne national», a-t-il encore soutenu, estimant que «ces moments resteront gravés à jamais dans notre mémoire nationale, et traduisent l’esprit de sacrifice de nos jeunes et leur désir d’honorer les couleurs nationales sur le plan international.

Nous avons grand espoir de voir notre équipe nationale toujours pionnière, en décrochant davantage de victoires à tous les niveaux, et monter sur le trône de l’Afrique».

Réitérant, en conclusion, ses remerciements et sa considération à la sélection nationale, M. Bensalah a affirmé encore une fois «l’engagement de l’État à poursuivre ses efforts à réunir toutes les conditions appropriées pour qu’elle soit couronnée d’autres succès sur les plans continental et international», exprimant ses «vœux pour nos joueurs intrépides de brillance et de réussite».

L'Algérie condamne l'attentat dans un cimetière de Benghazi (APS, 12.07.2019)


ALGER - L'Algérie a condamné l'attentat ayant ciblé, jeudi, une foule de personnes présentes à des funérailles dans un cimetière à Benghazi (Est de la Libye), faisant quatre morts et 32 blessés.

"Nous présentons nos condoléances aux proches des victimes, exprimons notre compassion avec les familles des blessés auxquels nous souhaitons prompt rétablissement et condamnons tout acte visant à semer la terreur parmi les Libyens et à menacer la paix et la sécurité dans ce pays frère", a indiqué vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous réitérons notre soutien et notre solidarité avec le peuple libyen frère et appelons toutes les parties à faire preuve de retenue, rejeter toute forme de violence et suivre la voie du dialogue inclusif pour parvenir à des solutions consensuelles durables à même de garantir l'unité et la souveraineté de la Libye", ajoute-t-on de même source.

Un attentat à la voiture piégée a été perpétré jeudi dans le cimetière de la région "El Houari" dans la ville libyenne de Benghazi, faisant quatre morts et 32 blessés, selon des sources médicales locales.

Loukal: l'Algérie dispose d'une situation financière "relativement confortable" (APS, 13.07.2019)


ALGER- L'Algérie dispose d'une situation financière "relativement confortable", lui offrant une "grande" marge de manœuvre, malgré le gel du financement non conventionnel, a affirmé le ministre des Finances Mohamed Loukal.

"Avec des réserves de change de 72,6 milliards (mds) de dollars à la fin avril 2019 (soit deux ans d'importation), un endettement extérieur équivalant à 1% du PIB, une dette publique interne à 37,2% du PIB à fin 2018 (contre 26,7% en 2017), un prix moyen du baril de pétrole à 63,93 dollars (-6,4% par rapport à la même période en 2018) et un taux d'inflation à 3,6% à fin mai 2019, la situation financière de l'Algérie reste relativement confortable", a-t-il expliqué dans un entretien accordé à l'APS.

"Nous avons encore une grande marge de manœuvre pour répondre à nos engagements budgétaires et financiers", a-t-il assuré, rappelant que le gouvernement avait opté, à cet effet, pour une rationalisation soutenue des dépenses publiques.

Pour plus d'éclairage, le ministre a fait savoir que le gouvernement allait se projeter sur une meilleure ère budgétaire, une meilleure utilisation des dividendes, du marché financier, tout en assurant un suivi plus rigoureux des mobilisations des ressources du FNI (Fonds National d'Investissement).

"Nous allons ensuite, a-t-il poursuivi, recourir aux techniques de l'ingénierie financière, s'appuyant sur un large domaine d'intervention".

Interrogé sur les conséquences du financement non conventionnel, le ministre a indiqué que malgré son gel à la fin mai dernier, des surliquidités bancaires engendrées par cet instrument, "demeuraient au niveau des banques".

"Cette trésorerie est propice au système bancaire pour continuer à assurer, dans des conditions normales, le financement de l'économie nationale notamment par les crédits à l'investissement", a souligné M.Loukal.

Par ailleurs, le ministre a appelé les banques à se mobiliser pour développer l'inclusion financière, estimant qu'un "changement" au niveau des ressources humaines de ces établissements "s'avère nécessaire".

M.Loukal a rappelé que 1.500 à 2.000 mds de DA d'épargne des ménages et des particuliers se trouvaient en dehors du circuit bancaire et ne pouvait donc pas répondre aux besoins immédiats en matière de couverture budgétaire.

A une question sur un éventuel recours à un emprunt obligataire national pour collecter une partie de cette épargne, le ministre a laissé entendre que cette approche n'était pas envisagée puisqu'elle a été déjà essayée "mais n'a pas permis une collecte importante de ressources, notamment pour ce qui est de l'argent thésaurisé".

Valeur ajoutée: un réel challenge pour l'économie nationale

Concernant un possible recours de l'Algérie à l'endettement extérieur pour honorer ses engagements financiers, il a indiqué que cette option ne constituait pas une priorité pour le pays à l'heure actuelle, mais qu'il pourrait être envisagé pour assurer, de manière ciblée, le financement de projets "structurants et rentables".

Invité à répondre à certains analystes qui redoutent un recours imminent de l'Algérie au FMI (Fonds monétaire international), M. Loukal a catégoriquement écarté une telle option.

"L'Algérie n'est pas sous la menace du FMI. Nous avons des réserves de change assez confortables, un endettement externe ne dépassant pas 1% du PIB et des sources alternatives qui nous permettent de continuer à assurer les dépenses de l'Etat sans un recours exclusif au financement non conventionnel", a -t-il soutenu.

Selon le ministre, l'accroissement des recettes budgétaires d'hydrocarbures en dinars à travers la dépréciation du taux de change de la monnaie nationale, utilisé en tant que levier d'ajustement des ressources budgétaires,"pourrait être un moyen d'ajustement partiel et artificiel des recettes du Trésor".

Cependant, cette approche concrétisée durant la période allant de juin 2014 à juin 2016, avec une dépréciation de 28% du taux de change du Dinar par rapport au Dollar américain, n'a pas été appuyée par un programme global d'ajustement, "ce qui a fortement altéré sa pertinence économique",a-t-il analysé.

De surcroit, la dépendance structurelle de l'économie algérienne à l'égard des importations, soutient-il, pourrait annihiler le bénéfice de cette éventuelle "manœuvre financière ".

"En tout état de cause, la politique de change ne peut être guidée par le seul objectif budgétaire mais elle devrait accompagner le processus de réformes structurelles et de stabilisation macro-économique".

Pour le premier argentier du pays, le réel challenge de l'économie algérienne aujourd'hui est l'amélioration de la productivité et de la création de la valeur ajoutée.

C'est dans cet objectif que l'Etat avait pris les mesures nécessaires pour sauvegarder l'outil de production et les postes d'emploi des entreprises économiques, dont les propriétaires sont poursuivis en Justice, a-t-il assuré.

"Nous sommes en train de travailler au niveau du gouvernement pour dégager des solutions juridiques concernant ces entreprises, et je peux vous assurer que l'outil de production et les postes d'emploi au niveau de ces entreprises seront sauvegardés coûte que coûte", a-t-il affirmé.

L'encouragement de la production nationale et la rationalisation des dépenses passeront également par une panoplie de mesures adoptées récemment par le gouvernement pour contenir le déficit de la balance commerciale, à travers l'encadrement des activités de production et montage CKD/SKD, la régulation des importations des céréales par l'OAIC et l'instauration du paiement différé des importations.

Compte tenu de l'importance de la balance des services dans le déficit de la balance des paiements, une "attention particulière" est actuellement accordée à ce compartiment, qui connaitra, à son tour, des mesures de rationalisation, selon M. Loukal.

L'autre dossier important actuellement en étude au niveau du gouvernement, est celui des subventions.

"La démarche visant à rationaliser la dépense publique, sera confortée, de manière progressive, par la mise en œuvre de la réforme des subventions de l'Etat, avec le ciblage des populations éligibles à la compensation monétaire afin d'atténuer l'impact de la baisse graduelle des subventions sur leur pouvoir d'achat", a-t-il souligné.

Interrogé sur la date de mise en œuvre de cette réforme, accompagnée d'une expertise externe institutionnelle, M. Loukal s'est contenté d'assurer que "toutes les conditions sont là" pour la concrétiser"


AMBASSADE D'ALGERIE 2017